Rubriques

>> Toutes les rubriques <<
· 0. Nouvel accueil pour vos coms (3)
· 1 émission télé manipulée (9)
· AA- Forum entraideapn (3)
· Accueil (2)
· Actu (112)
· Aide = décryptages manipulations (3)
· Aide = Slogans (10)
· Attention ! (2)
· Dialogue toxique (11)
· Enfant et divorce/séparation (3)
· Images moule manipulation (4)
· Interviews (1)
· Outil citations (33)
· Outil décryptage langage pervers (1)
· Outil doc web harcèlement moral (25)
· Outil doc web manipulation (16)
· Outil expériences psy, tests ... (6)
· Outil Info (4)
· Outils = autres Blogs, Forums (26)
· Outils doc web (5)
· Outils doc web Ap (9)
· Outils doc web Pn (78)
· Outils doc web violences psychologiques (16)
· Outils Images (164)
· Outils liens (13)
· Outils livres, films etc (48)
· Outils lois, législations (12)
· Outils négligence affective (2)
· Outils Reconstruction (5)
· Outils Vidéos (26)
· Réflexions (51)
· Témoignage "ellemefaisaitpenseramamere" (1)
· Témoignage 4ème dimension (6)
· Témoignage Alladine (11)
· Témoignage Ange2LaTerre (3)
· Témoignage Anonyme 3.01.2010 (9)
· Témoignage Anton (7)
· Témoignage Bérangère (36)
· Témoignage Caline (1)
· Témoignage Choisis (1)
· Témoignage d'un "Pn" (1)
· Témoignage Domino (4)
· Témoignage Eléonora (234)
· Témoignage Emeline (1)
· Témoignage enfant de parents toxiques (11)
· Témoignage Eric (3)
· Témoignage Espérance (18)
· Témoignage Evelyne (9)
· Témoignage Fabrice (3)
· Témoignage Isa (1)
· Témoignage Jean François (5)
· Témoignage Jf (10)
· Témoignage Loutre (11)
· Témoignage Marc (1)
· Témoignage Miss Blue (5)
· Témoignage Molly (1)
· Témoignage Myosotis (5)
· Témoignage Palu (4)
· Témoignage Sylvana (50)
· Textes (4)
· Vidéo Fred et Marie (13)
· Vidéo sophisme et manipulation (2)

Derniers commentaires Articles les plus lus

· Entraide pour se protéger des pervers narcissiques
· 30 critères permettent de déceler un manipulateur
· La Justice face aux pervers narcissiques
· qqs trucs pour "limiter" dégâts d'un pervers narcissique
· Comment identifier une personne manipulatrice et perverse ?

· "Dans la peau d'un pervers narcissique"
· Comment faire face à un pervers narcissique
· JURISPRUDENCES sur le droit de visite et d’hébergement
· descriptif pervers narcissiques
· aliénation parentale et pervers narcissique
· film reportage Arte "je suis un psychopathe"
· "Femmes sous emprise" de Marie-France Hirigoyen
· descriptif pervers narcissiques
· descriptif pervers narcissiques
· Les étapes d’une victime d’un/e pervers/e narcissique, manipulateur/trice

Voir plus 

Statistiques

Date de création : 04.11.2008
Dernière mise à jour : 04.09.2014
1176articles


Blogs et sites préférés

· leylastuceblog
· krisducoeur
· Krisducoeur
· Pour enfin briser le miroir
· Lire et Méditer


Rechercher
Abonnement au blog
Recevez les actualités de mon blog gratuitement :


Thèmes

agresseur psychologique amour art articl article artiste belle blog chez communication perverse culpabilisation culpabilité

Pour vos coms (attention à lire)

Publié le 11/07/2011 à 02:13 par entraideapn
Pour vos coms (attention à lire)

Ayant atteint le quota max de coms sur le premier billet "accueil"

(c'est sur ce billet qu'en majorité les personnes écrivent)

 

Je créé donc un nouveau billet "accueil" pour y déposer vos coms

Il vous faudra donc écrire ici vos mots pour qu'ils puissent être édités

 

merci de votre attention

 

 

( attention si vous ne voulez pas recevoir de notification de suivi de com dans votre boite mail, vous devez veiller à ce que la case "etre averti en cas de nouveau commentaire" ne soit pas cochée )



Commentaires (339)

entraideapn le 11/07/2011
à lire svp pour les coms à venir
http://entraideapn.centerblog.net


entraideapn le 14/08/2011
à partir de mardi, jusqu'au dimanche suivant, le blog sera en pause. Je prends qqs jours de vac. Si certaines personnes souhaitent échanger par mails directement, faites le moi savoir, je peux faire le lien en communiquant les adresses (pour cela m'envoyer un mail par le biais de l'onglet "contactez moi")
http://entraideapn.centerblog.net


Kime le 07/09/2011
Bonjour,

Je viens de lire le témoignage de 2008 sur la mère manipulatrice, et cela me parle énormément. En effet, mon ami s'est séparé il y a 2 ans de sa femme pn, leurs enfants sont grands, mariés et père et mère de famille. Leur mère a réussi à couper complètement les liens entre mon ami et son fils, à tel point que celui - ci dit ne plus avoir de père, sa fille lui parle encore, mais subit de fortes pressions de sa mère, rendant le lien entre eux de plus en plus fragile.
Je voudrais apporter mon aide à mon ami, dans le respect de tous, mais je me sens très impuissante.
Avez - vous des conseils à me donner ?

Je vais bien sûr de mon côté parcourir votre site avec attention. Comment puis - je apporter également quelque chose à votre démarche ?


S. le 27/09/2011
bonjour, je ne me suis jamais bien entendu avec mes beau parent, et ils veulent me faire cracher mon argent, comme ils disent, afin de pouvoir boucler leur fin de mois, comment puis je m'en protéger, de plus la belle mère n'a jamais travaillé de sa vie ??
Elle m'a toujours dit qu'elle me ferait cracher mon fric !!!
Elle m'a déjà mit une claque, insultée et tentative d'humiliation devant ma propre famille, dénigration devant ma femme et mes enfants, c'est dégueulasse, aidait moi svp.......!


Kime le 29/09/2011
Bonjour,

Depuis que j'ai découvert ce site, j'y reviens aussi souvent que possible pour lire les témoignages, et m'informer.
Voilà trois ans que je me documente sur les pn ; en effet, mon ami a vécu 30 ans avec une femme que, à mon grand effarement, j'ai identifié comme étant une pn.
Mon ami est aujourd'hui en instance de divorce. Grâce à mon soutien, mais aussi à celui de sa famille et de ses amis, il se reconstruit petit à petit, jour après jour.
Une ombre au tableau cependant : dès que sa future ex lui téléphone, ou lui envoie un texto, voire à chaque fois qu'il en entend parler, il en est malade. Maux d'estomac, colère, tristesse, il lui faut plusieurs jours pour se remonter ! Il voudrait bien cesser tout contact, mais le divorce n'est pas terminé, alors, il faut bien qu'ils vendent le bien commun et partagent les meubles, mais cela, mon ami n'en a pas encore le courage !
Je pense donc, comme déjà évoqué dans d'autres commentaires, qu'il est nécessaire de prendre du recul, accepter sa vie telle qu'elle a été durant la période avec le pn, pour se re construire, après seulement, on peut se battre pour se détacher complètement du pn.
Plus facile à dire qu'à faire..... mais il faut tenir, et des sites tels que celui - là sont une aide très précieuse.
Il est vrai par contre que les tribunaux, le grand public, les professionnels (psy, avocats,...) ne sont à mon avis pas encore suffisamment formés et informés de cette "pathologie".
J'avoue que j'aimerais bien porter ma pierre à ce dernier point, mais je ne sais pas où m'adresser, et proposer des idées, des réunions d'information, etc..... Si quelqu'un a une idée, je l'accueillerais avec plaisir....
Pour apporter un témoignage complet sur ce site, je rajouterais que les deux enfants de mon ami sont majeurs, mariés et parents. L'un n'a plus jamais voulu entendre parler de son père, et n'a jamais voulu entendre sa version des faits. L'autre tient bon, disant qu'il a un père et une mère, ce qui lui vaut un constant harcèlement de la part de sa mère, qui le rend coupable de tous ses maux, lui le mauvais qui parle encore à son papa.....
Voilà encore une manipulation de notre pn !!!!!
Tout ceci me rappelle un article lu sur votre site, qui parle de pion noir et pion blanc.....

Voilà, j'espère que mon témoignage "indirect" pourra aider tous ceux qui souffrent ou ont souffert d'un pn !
Courage vraiment à vous ; je crois vraiment en vous tous, car si vous êtes sur ce site, c'est que, consciemment ou pas, la phase de reconstruction est là, et vous irez de mieux en mieux !


Fanny le 30/09/2011
Bonjour,

Je suis actuellement victimes d'un pervers nacissique qui n'est autre que le père de mon fils.
Je me suis séparé de lui y a deja un ans de cela.
Mais cela n'a pas arrangé les choses.
Je suis au bord du gouffre et je ne sais comment m'en sortir.
Nous avons eu un petit garçon ensemble et c'est un sujet de pression pour lui.
Il m'atribu des comportements que je n'ai pas et il ment vraiment comme un arracheur de dent tres convainquant.
Des fois par rapport a ses accusations j'en viens a douté de moi.
Je suis tellement devenue faible que je suis toujours autant terrifié.
J'aprehende sa colère et quand il appel pour soit disant pour le petit.
Je lui est dit dernierement que je vais quitter la regions parisienne car je ne m'ensors pas boulot etc...
aujourd'hui il m'insulte et comme je ne repond plus a ses appel il me dit qu'il ne sait pas ce que je fais que soit disant je lui repete sans arret que je vais me suicidé et qu'il ne sais pas si je l'ai deja fais vu que je repond pas.
Je compte demenager dans le sud.
Psychologiquement je suis vide et je n'ai plus d'energie là bas y a ma famille.
Il me menace qu'il va prendre l'enfant .
Et me dit que je suis incapable de m'assumer.
Il me dit qu'un jour je me retournerai sur ma vie et me rendra compte du mal que j'ai causé autour de moi.
aider moi svp.. merci


marie-loue le 01/10/2011
BONJOUR FANNY ,
Vous souhaitez déménager ;
Voici un lien ; boguchi-divorce ;modification concernant les enfants .
Courage et bonne chance .


Daniel le 02/10/2011
bonsoir, moi daniel je suis le père d'une petite fille de 2ans et 5 mois, et se matin je me suis faite retirer ma garde de fin semaine, la mère as ammener trois photos *** de ma petite fille à la cours, qui date du 3juillet 2011. Elle portais des plaques rouge sur le dos et sur le côté de la *****, elle ont été prise chez elle en présence inconnue, on voie très bien que se n'est q'une réaction alergique, mais elle fais accroire que sé moi qui as faite sa à ma fille. le pire sé aucun medecin as été consulter, ni la ligue pour l'enfance et même pas une plainte à la police, rien as été fais depuis aujourd'ui. et que moi j'ai continuer de voir ma fille toute les deux semaines, jusqu'à ce matin si sa aurais été le cas je ne crois pas aucune maman aurais laisser passé une chose parreil, maitenant sé moi qui es pointé du doits et dois démontré à la justice que je suis victime d'un coup montée. je retourne en appel et je vais prendre un rendez vous avec un medecin pour qu'il voie les photos pour un dianostique,et je suis toujour en attante de procet que elle fais tous pour retarder, sa fais quatre avocats qui ne veulle plus la représenter depuis 18 mois, toute sa pour me privé de voir ma petite fille. je demande quà avoir le droit de m'occupper de mon enfants comme il se dois, et je ne veut surtous pas l'enlever à sa mère comme toute enfants à besoin d'avoir avec eux...


Kime le 03/10/2011
Bonjour à Fanny, bonjour à tous,

Quelques éléments tirés de mon expérience et de mes lectures, et qui j'espère, nous aideront tous.
Tout d'abord, un pn a une ENORME faiblesse : il est très soucieux de son image, il ne supporte pas de paraître imparfait aux yeux des autres.
Mais cette image de lui, il ne peut la voir qu'à travers les autres, et particulièrement, il ne peut l'obtenir que s'il attribue tout ce qui le gêne chez lui à sa victime ! C'est comme s'il ne supportait pas son image dans une glace, et que, ne pouvant se regarder, il tournait le miroir vers sa victime en lui disant, "regarde comme tu es laid". Ce qui veut dire qu'il va accuser sa victime de ses propres failles. C'est une personne qui supporte très mal de se justifier, en particulier devant les autorités.
il semble donc très utile, pour contrer ces personnes, de :
- tenir bon face à leurs menaces, afin de les pousser dans leurs retranchements, et les amener à faire une chose insupportable pour eux : se justifier,
- de reformuler, quand ils nous disent quelque chose, par exemple, dans le cas de Fanny : " donc, tu es en train de me dire que je t'ai annoncé très souvent que je voulais me suicider, j'ai bien compris ???? Mais sur quoi tu te bases pour affirmer une chose pareille, quand et où je t'ai dit cela ?"
- de se débrouiller pour les mettre face à eux, face à ce miroir qu'ils ne supportent pas, par exemple : "tu m'as dit que j'étais quelqu'un de mauvais, mais qui es - tu pour te permettre de me juger comme ça ?" Est - ce que tu t'es regardé avant de regarder les autres ? "tu me reproches de ne pas avoir fait ceci ou cela, pourtant, tel jour, c'est toi qui a fait ou pas fait ce que tu es en train de me reprocher...."
Ou encore : "Arrête, ton discours est riducule, et tu le sais". Arrête, tu ne vois pas que tout le monde te trouve ridicule ?

Et puis, autant que possible, garder un maximum de preuves, même de l'élément qui paraît le plus insignifiant.....
Se détacher d'un pn est un combat long et difficile, mais c'est un combat qui se gagne, toujours, quand on est entouré, amis, famille, etc... Il faut parler, parler, exprimer, pour dépasser la colère, et se recontruire, et avancer !
Courage à tous.


Anonyme le 03/10/2011
bonjour à tous: courage !... et sans hésitations, tournez les talons. Il faut d'abord s'aimer soi.Je fais un essai sur ce site; je voudrais témoigner mais l'adresse mail est-elle confientielle ? Est-ce un professionnel qui tient ce site ? Qui se tient derrière ? Risuqe-ton de spoursuites juridiques si les personnes malfaisantes se reconnaissent alors que ni leur nom ni leur lieu de vie ne sont cités ? Y a t-il des modérateurs ? Quelle marge de liberté et de confidentialité a t-on en écrivant ici ? Qui disposera de notre adresse mail ?Merci d'avance devotre réponse votre réponse.


Nathalie le 04/10/2011
A anonyme… votre adresse mail reste confidentielle (il n’y a que moi qui la voit, et je ne divulgue pas les ad mails, sauf si 2 personnes veulent entrer en contact, et après leurs accords à ttes les2, ceci se faisant par mails). Je ne suis pas pro, mais ancienne victime. Je suis bénévole depuis qqs années, créatrice, adm et modératrice de ce site et intervenante sur d’autres, plus la création de vidéos, d’images et d’articles pour diffuser de l’info sur ces probs là (tout est fait dans un esprit d’entraide et de gratuité). Pour les témoignages, ou com, je demande à ce que des noms ne soient pas cités (personnes, ou groupes, villes etc…) et que le contenu ne soit pas « extrémiste ». Les risques de poursuite jud existent-elles ? Je ne peux pas vous répondre que non… tte personne qui pense se reconnaître peut intenter qqc, mais avec des pseudos, sans adresse mail, sans lien, sans citation de noms, de villes etc… faudrait déjà que cette personne sache que vous témoignez sur le net ; si je sécurise au max de mes moyens ce site, il faut aussi que de votre côté si vous donniez le lien de votre témoignage, ne le faire qu’avec des personnes de confiance. Si vous, vous ne vous sentez pas en sécurité sur ce site, si vous avez des doutes, ou des craintes, il vaut mieux ne pas témoigner. La priorité doit rester vous et vos choix… et donc faire ce qui est le mieux pour vous. Vous pouvez me contacter en privé si vous le souhaitez…
http://entraideapn.centerblog.net


Maman désespérée le 10/10/2011
Bonjour je me présente une Maman désespérée, j(ai vécu 18 ans avec un PN qui se drogue et boit çà va de paire.....

J'ai subi les pires horreurs, violences physiques, psychologiques,
insultes, humiliations et comme tout PN qui se respecte devant nos 2 enfants.
Début d'année, je pars en urgence avec mes enfants chez mon frère car nous ne pouvions plus supportés ses humeurs au quotidien.
Il m'a supplié de rentrer et j'ai tenu.......
Et, à partir du moment où il a compris que je ne reviendrais pas, çà a été et çà l'est toujours la guerre froide mais d'une violence psychologique pour mes enfants et moi très difficile à supporter.

Le PN a eu la garde provisoire de mes enfants, un comédien né, je suis une mère immonde alors que pour le bien être de mes enfants je lui ai proposé une médiation familiale qu'il a refusé, naturellement.
Pour la rentrée 2011, il a déménagé, fait changé de collège à mes enfants et que çà leur plaise ou non, c'est lui qui a décidé donc tout le monde au garde à vous.....pour mutation profesionnelle ce qui est faux....sa soeurhabite à 500 M et sa nouvelle amie habite à 1 km.
Il passe son temps à mentir, à manipuler, à se droguer devant mes enfants......continue à m'insulter......
L'audience pour la garde définitive est le 29 novembre 2011 et mes enfants et moi avons hâte? surtout je me bats car mes enfants ne veulent pas vivre avec lui.

Besoin de votre retour,
à bientôt


Anonyme le 10/10/2011
Mon frère m'envoie via ma messagerie mail des messages salaces, dégradantes, voire même à connotation sexuelle comment faire ? est-ce que je dois porter plainte ? ou faire une courante aidez-moi.


Lisa le 18/10/2011
j ai 50 ans j'ai vécu sous l emprise de mon ex conjoint pervers narcissique manipulateur cruel et pervers seuel de plus , je suis en justice depuis des années j'ai éte aidée pour connaitre et comprendre sa cruauté mentale mes quatre enfants et moi meme avons beaucoup souffert celui ci étant fils de notable il est couvert pour combien de temps encore? je peux vous répondre si vous vous posez des questions .lisa


Anonyme le 25/10/2011
Bonjour.... J'ai 52 ans, séparée en 2008 d'un mari PN après 28 ans de mariage. Début 2010, il a appris (par notre fille...!) que je refaisais ma vie....vous tous ici comprendrez pourquoi je ne lui en avais pas parlé, je m'attendais au pire! Et j'étais encore en dessous de la vérité....injures sur mon répondeur, tentative de défoncer la porte chez mon compagnon, menaces de mort, il est même venu faire scandale sur mon lieu de travail et mon patron a dû passer deux heures sur le parking pour le dissuader d'entrer, lettres d'injures...j'en passe... J'ai dû porter plainte contre lui à plusieurs reprises. J'ai donc demandé le divorce en mars 2010. Tout a été vite et le divorce a été prononcé en mai 2010. Seulement, nous avons une maison en commun...et c'est bien sûr lui qui y est resté...avec notre fils (20 ans), qui ne voulait pas choisir entre ses parents, mais qui voulait rester dans sa maison. Bon, bref....jeudi, le 27, nous avons une réunion chez le notaire pour liquider le patrimoine, et j'ai peur.... Peur de le voir, peur de ses réactions de violence et des ses injures....peur aussi de ne pas le voir, car j'ai promis à mon fils de proposer de garder la maison en indivision le temps qu'il termine ses études (contre paiement de la moitié d'un loyer et de tout ce qu'il me doit!). S'il ne vient pas, je ne pourrais pas faire cette proposition, il faudra vendre immédiatement la maison, et comme c'est lui qui l'occupe, que va t-il se passer? Que va t-il encore inventer pour empêcher les choses d'aller à leur terme? Je suis en couple avec un homme merveilleux et qui me soutient autant que c'est possible. Grâce à lui, je reprends progressivement confiance en moi, je retrouve la personne chaleureuse et pleine de vie que j'étais avant qu'il ne mette le grappin sur moi et ne me démolisse complètement psychologiquement. Si j'avais les moyens financiers, je crois que je préfèrerais lui laisser tout et ne plus jamais le voir, mais je ne peux vraiment pas me le permettre et puis, il aurait vraiment trop l'impression d'avoir gagné. Donc, jeudi à 16 heures, je serai chez le notaire...mais je vous assure que je n'en dors plus depuis plusieurs jours. Pensez à moi, svp.....je crois que seuls ceux qui ont fréquenté les PN savent de quoi ils ont capables!!



kime le 26/10/2011
Bonjour,

Simplement pour dire à Anonyme que je penserais à elle demain, c'est un combat, mais il en vaut la peine !!!!!
Je pense aussi à tous ceux qui ont subi et subissent encore les assauts d'un pn, courage !
En ce qui me concerne, je domme à mon ami tout le soutien possible, pour qu'il se reconstruise, petit à petit !


chantalou le 26/10/2011
C'es moi qui ai publié comme Anonyme. Merci, Kime de votre soutien. J'essaie de me préparer en me répétant en boucle que je suis dans mon droit et bien plus forte que lui. Mais il se croit au dessus des lois... Il faudra bien qu'il retombe sur terre un jour... Demain, peut-être....


Nuage le 14/11/2011
Bonjour,
je viens de découvrir votre site a la suite de mes recherches sur le pervers narcissique . J'ai vécu 3 ans auprès d'un PN et mis plus d'un an a sortir de cette relation destructrice . Je partage mon expérience en racontant mon histoire sur mon blog crée récemment . Si mon témoignage vous intéresse ...
N’hésitez pas a parcourir mon blog .

recits=aventures-amoureuses-destructrices.over-blog.com

Nuage


Maiw le 15/11/2011
bonjour,
ma relation avec une PN a duré 6ans.j'étais une femme déjà en couple avec une autre femme,elle est arrivé dans ma vie lors d'une soirée,elle m'a bien cherché toute la soirée et j'ai fini par craqué pour elle,je ne mets pas tout les tords de son coté sur ce coup là,j'en suis autant responsable mais l'erreur faite ce jour à été une belle connerie.
les premiers jours ont été merveilleux,nous avions pas mal de chose en commun,elle,elle sortait d'une relation de violences,enfin soit disant car maintenant j'ai compris que tout ce qu'elle m'avait dit pour que je m'occupe d'elle,que je prenne soins d'elle,n'était que mensonges;j'ai subi violence verbal,physiques,elle m'a exclu de mes amis,famille,voulait me faire changer de boulot,car mon absence l'a pesait,donc me provoquait en disant qu'elle ne passerait pas son temps à m'attendre,dans ce genre de situation forcément la confiance est mise en jeu,comme tout ses comportements avec moi,provocation,toujours se sentir désiré par quelqu'un d'autre,aimait se faire attendre,par-contre dans l'autre sens,en ce qui me concerne c'était engueulade,crise "de folie",elle était très jalouse mais ne se gênait pas elle de me rendre jalouse.elle se permettait tout avec moi lorsque nous étions nous 2,car en groupe,elle se faisait passé pour la gentille petite femme que tout le monde aimerait avoir,belle,intelligente,cool,etc etc..mais les moments seules avec étaient tout autres choses
je l'aimais d'un amour si fort que même avec tout ces clashs j'arrivais à passer la dessus,elle savait me faire revenir,me faire culpabiliser,comme quoi je ne faisais rien,je préférais mes amis à elle,je préférais aller bosser que de rester avec elle le week-end,etc
6ans de culpabilité,d'humiliation devant les autres,comme quoi j'étais nulle,elle m'a fait perdre toute confiance en moi
la dernière semaine que nous étions encore ensemble,je ne supportais plus ces remarques à mon sujet,plus grand chose ne collais car elle a deux enfants de 8 et 10ans,moi j'ai 3ados,un décalage d'éducation faisait que je ne les supportaient plus,ils n'ont aucun respect de quoi que ce soit,ce sont les enfants rois et incorrect,ils ont pas mal de soucis partout ou ils passent,donc moi je ne les acceptaient plus chez moi car mes enfants non plus ne pouvaient les voire,par leur manque de respect,incorrect;donc je lui avait dit que je ne voulais pas lui gâcher la vie en ne la voyant que les moments ou nous étions nous 2,elle refusait à chaque fois que je lui parlais de séparation,je préférais la laisser libre de tout avec ses enfants même si je l'aimais d'un amour très fort,pour son bien être,mais elle ne voulait pas cesser notre relation,elle m'aimait aussi disait elle,qu'elle était incapable de me quitter et vis versa
ce mardi soir je l'invite à boire un verre dans un bar de notre ville,elle accepte,je lui dit que je veux lui parler,et lui annonce que je veux stopper la relation,elle me dit que ce n'est pas possible et quelques heures après m'annonce finalement son accord car elle a retrouver quelqu'un,je n'y ai pas cru car elle me l'a souvent dit pour me faire jalouser,donc la soirée se passe ainsi et chacune rentre chez elle,le dimanche qui suit elle m'invite à prendre un verre chez elle,n'habitant pas loin des unes des autres,je prend mon vélo et j'arrive devant son garage,je l'appel afin de ne pas déranger et elle me dit "attend je sorts",je lui dit "tu as du monde je ne tient pas à te déranger",et la comme un coup de poignard dans le coeur,elle me dit "oui,c'est ma nouvelle copine"et est reparti dans sa maison en me laissant sur le trottoir.elle m'a achevé ce jour la en m'invitant chez elle,pour me faire voir que maintenant elle avait retrouvé une autre proie,car voyant que je voulais stopper ma relation elle se sentait prise au piège,mais ce genre de personnage n'aime pas être larguer,elle voulait me détruire jusqu'au bout,elle a réussi,car aujourd'hui cela fait 2mois que cela c'est passer mais j'ai toujours mal,car cette personne,même avec tout le mal qu'elle me faisait,j’espérai qu'elle change d'attitude envers moi.
j'ai subi pas mal de violence (urgence pour un traumatisme de la mâchoire,séquestration afin de m’empêcher d'aller à mon travail,j'en passe car la liste est longue mais oui il est difficile de sortir de cette toile d'araignée dont nous sommes les petits insectes pris dans le piège
aujourd'hui j’essaie de me reconstruire mais ce qui est fou,c'est qu'elle est toujours dans mon cœur,même si elle me la poignardé ainsi ce dimanche.je suis suivi psychologiquement,et ma psy me dit que je suis comme un prisonnier que l'on a enfermé depuis 6ans et qui se retrouve du jour au lendemain libre,livré à lui mème,la peur sans cesse,ce manque de confiance,et bien entendu l'estime de moi mème à été atteint,il faut se reconstruire et avancer sur un autre chemin et surtout ne pas regarder derrière mais c'est dur,lorsque l'on a abusé des sentiments,car je suis quelqu'un qui aime et qui ne joue pas avec les sentiments surtout ceux de l'amour
bon courage a toutes et tous qui en sont victimes car oui le chemin est devant nous mais pas facile d'avancer lorsque nous avons été victime de pervers narcissique,manipulateur


cécile le 24/11/2011
bonjour je m'appelle Cecile. J'ai 4 enfants. Je suis restée mariée 10 ans à un PN. J'ai quitté le domicile conjugal en octobre dernier avec mes enfants suite à des violences subies par le pere des enfants. J'ai déposé plainte pour violences aggravées et viol aggravé. IL a fait 24 heures de garde à vue et il est ressorti .IL sera en audience en mars prochain. A l'heure d'aujourd'hui il est dehors et continue à détruire mes enfants,mes parents, mon frere et mon mental. Mes enfants sont placés en famille d'acceuil mais on lui autorise d'avoir les enfants à son domicile malgré tout. Et je n'ai plus de logement. Je suis hébergée. Il faut que je vive dans l'angoisse,la peur, dans l'attente de ravoir mes enfants. Je me bats pour mes enfants au quotidien et dans l'espoir d'avoir gain de cause. Mais je ne sais pas si je vais tenir encore 4 mois. HEUREUSEMENT QUE JE TRAVAILLE!!!!


Entraideapn le 15/12/2011
Pour E. qui m’a envoyé un mail, ne sachant pas au vu de vos mots si je peux vous répondre sur votre boite mail, je vous confirme que j’ai bien reçu votre courrier… vous pouvez me réécrire quand vous le voulez, quand vous vous sentirez prête (merci pour vos mots d’encouragement)
http://entraideapn.centerblog.net


tatum le 19/12/2011
J'ai 25 ans et je suis divorce depuis 3 ans, mais je n'arrive pas à me séparer sentimentalement de mon ex compagnon. Nous étions ensemble depuis 7 ans, et nous nous somme marier, au bout de 3 mois il ma trompé et ma ramener chez mes parents. J’ai essaye de sauver mon couple, mais comme il ne voulait pas quitter sa ********* 1 ans et demie après nous avons divorce. Il continue à venir me voir, a être présent et m'empêche d'une certaine façon de refaire ma vie. Comme j'ai perdue mon emploi, et que j'ai des problèmes de santé, son aide financière (pas grand chose hein) m'est très utile pour ne pas dépendre entièrement de mon père.
Il est entrée dans ma vie quand j'avais presque 14 ans et lui 10 de plus, a un moment ou mes parents n'étaient pas disponible pour moi. Et je le considère un comme mentor, quand j'ai peur ou mal c'est vers lui que je me tourne, quand j'ai un problème (un accident de la route dernièrement) c'est lui que j'appelle pour venir me chercher. Le problème c'est que je ne peux compter sur personne d'autre, mon père est un manipulateur narcissique et quand je fais appel a lui il m'humilie publiquement, m'insulte et ca sans me venir en aide. Ma sœur ainée nous a bien fait comprendre que nous n'étions que des gens sans valeurs, moins que rien, et une source de problème pour elle. Elle voudrait que le père meure (ca je comprends), elle prend ma mère pour une folle et dit souvent qu'il faudrait l'interner, quand a moi elle pense que je ne devrais jamais avoir d'enfant parce que c’est encore elle qui va payer. Mon autre sœur de qui je suis proche est a l'étranger. La vraie catastrophe c'est que je viens de découvrir il y a 3 jours (en regardant le témoignage d’une femme a la tv) que mon ex mari est un pervers narcissique, je me suis rendue compte que la personne sur qui je me suis appuyer pour me construire, essayaient de me détruire et n'est pas loin d'avoir réussie. L’année dernière j’ai réussi à m’éloigner de lui, mais a un moment j’avais besoin de parler a quelqu’un qui m’écoute et me comprenne et je l’ai appelé. Je sais maintenant que c’est une erreur, mais autour de moi personne ne se soucie de moi, je suis si seul. Je n’ai pas d’amis et quand a ma mère de qui je pensais être proche croie (pourtant elle a lue la définition du pervers narcissique et a parfaitement compris) que s’il est comme ca c'est surement a cause de ce que j'ai fait.
Le sortir de ma vie équivaux a perdre la dernière personne, qui même si il fait semblant et me fait du mal, m’écoute. Renoncer a lui veux aussi dire que je n’ai plus de solution pour échapper a ma famille. Je ne sais pas ce qui est moins pire, pourtant le garder dans ma vie risque de me détruire encore plus. Depuis 3 ans maintenant je suis comme une balle de tennis, quel que soit le coté je serai frappée. J’essaye simplement d’aller vers celui qui me fera le moins mal, puis arrive le coup trop douloureux et je repars vers d’autres coups jusqu’ au coup de trop, et c’est repartie dans le cycle infernale. Je n’ai pas les moyens de quitter la maison, je ne sais plus quoi faire pour m’en sortir. Je sais que nul n'affronte ce qu'il ne peut supporter, et que je suis donc capable de sortir de cette situation, mais je suis un peu fatiguer.


Val le 21/12/2011
bonjour,
je cherche de l'aide et j 'espere que je suis sur le bon site.
Voilà je me suis séparée du pere de ma fille en 2008 pour violence conjugual, j'ai porté plainte quelque mois plus tard pour menace de mort avec témoin à l appui, mais aucune nouvelle de cette plainte depuis.Apres un premier jugement pour la garde de notre fille il s'est installé un visite un samedi sur deux dans un espace rencontre, puis depuis juin 2011, visite chez son pere du vendredi 18h au dimanche 18h, mais voilà deuis quelques moi son pere devient agressif pendant nos rencontres, est en retard parfois de deux heures et depuis 5 semaines n'a pas pris sa fille, le pire c'est qu'il exige de prendre notre fille le jour de noel alors qu'il la pour le jour de l'an, tout ca est dur psychologiquement j'en suis malade...Comment faire??? merci bonne journée


Entraideapn le 22/12/2011
Pour toutes les personnes qui souhaitent organiser des actions communes, je peux vous transmettre entre vous vos adresses et le faire pour des personnes intéressées à venir… quand vous aurez échangé entre vous, et si vous avez besoin, je peux vous aider à créer un forum pour discuter plus facilement entre vous (forum qui peut être protégé, cad où seuls les membres inscrits peuvent lire ce qui s’écrit).
Si vous êtes d’accord pour que je vous communique vos adresses mails entre vous, soit vous me mettez un com, soit vous m’envoyez un mp ( j’y rajouterai les coms laissés sur ce sujet.)
Je vous conseille de ne donner que des adresses avec pseudos, pour vous protéger vous… après c’est vous qui décidez.

Ps : Cassidle, la provoc ne fonctionne pas avec moi… si ce que je fais ne vous convient pas, vaut mieux aller voir ailleurs.


C. le 23/12/2011
Comment peut on prouver que le désintéret total du père de mes enfants (un PN flagrant)leur cause des souffrances spychologiques sans avoir besoin de les faire suivre par un PSY et donc accentuer leur sentiment de culpabilité.


B. le 23/12/2011
pacsé avec ma compagne depuis 3 ans nous avons eu une petite fille de 28 mois . Ma compagne vi chez et veux pertir de son plein gré; elle à consulté un avaocat qui " lui aurais dit qu'elle ne pouvait partir qu'en fin janvier 2012 au lieu qu'elle voulais partir fin d'année 2012, ce n'est plus une vie elle m'acable en me diant que je ne sais pas m'occuper de ma fille etc;;
je commence à déprimer elle n'attends que cela pour essayer d'avoir tous les droits de garde ; Répondez moi vite et dite moi ce que je dois faire; j'ai rendez vous avec un avocat la semaine prochaine. Merçi


Anna le 27/12/2011
Bonsoir à tous
Je souhaite également des conseils .
Je souffre d'une garde alternée avec un PNM . Il a fait témoigné mes 2 filles ainées contre moi et lui travaille comme chef de service pour le juge pour enfants . J'ai eu beau amener toutes les attestations possibles , j'ai toujours eu de ce fait les services éducatifs à dos . Ils ont préconisé au JAF une garde alternée pour mon fils et je n'ai pas été défendue , la note n'ayant pas été vue ni par moi , ni par mon avocate . Usée ,avec le juge pour enfant à dos j'ai laché prise et accepté . Le juge a levé la mesure d'assistance éducative, le père continue le non respects des engagements pris , me menace de la police devant mon fils . celui-ci pleure et n'a pas de suivi psy actuellement car il n'y a pas de thérapeute disponible dit le psychiatre du CMP , il est sur liste d'attente
Que faire ??? mes filles majeurs sont également retournées par cette ambiance malsaine , ayant fait de faux témoignages , elles se culpabilisent et il continue à les joindre pour de nouvelles manipulations .
Mon fils (10ans) aime ses deux parents et est à bout , tout comme moi .
Je suis suivie psychologiquement pour supporter .
Impossible de fuire avec la garde alternée , je me protège en ne communiquant plus que par écrit .
Comment mettre fin au calvaire de toute la famille ???
Je gère ma part de garde de mon mieux , indépendamment du père .Mon fils fait des clivages (monde du père,monde de la mère )
Celà fait deux ans de vie ainsi et 5ans et demi de tribunal .Je ne sais plus ce qui convient au mieux , multiplier les démarches judiciaires , appel etc...Je ne sais lorsque je vois ce que j'ai vécu devant les juges ...
Ou vivre avec sans se préoccuper de rien et se blinder face aux problèmes familiaux incessants Pour ma part en m'investissant dans des activités diverses et conviviales je tire quand meme mon épingle du jeu .
Les séquelles affectives et traumatiques de la famille restent .


L. le 31/12/2011
bonsoir, actuellement je suis un peu perdue. J'ai vécu pendant 11 ans avec un pervers manipulateur narcissique. Je suis très fragilisée, suite à cela j'ai eu 2 aventures saines mais qui ne me convenait pas. Actuellement, je suis avec quelqu'un que j'aime mais j'ai de nouveau peur qu'il soit de la même catégorie que mon ex mari. Après ce que j'ai vécu je suis dans le doute permanent, cela fait 19 mois que nous sommes ensemble. Il a 21 ans de plus que moi mais certaine chose me rappelle mon ex mari. D'ailleurs c'est grâce à mon nouvel ami que je ne suis plus embêtée par mon ex mari. je ne sais pas ce que vous en pensez, j'ai besoin d'aide car si c'est de nouveau le cas je ne pense pas pouvoir m'en sortir en vie. J'ai en fils de 8 ans de mon ex mari


Entraideapn le 31/12/2011
Le site sera en pause jusqu'au 3 janvier 2012... je vous souhaite un bon réveillon, et que l'année 2012 vous soit meilleure... prenez soin de vous


Yves le 05/01/2012
mon ex est 1 pn, des années qu'elle m'use, mais je tiens le coup pour nos enfants. Je ne veux pas qu'ils deviennent adeptes de la loi de la jungle !


Anna le 15/01/2012
Bonjour à Tous

je m'interroge aujourd'hui sur ce qu'entraine dans ma vie le fait de vivre en éduquant mon fils en garde alternée avec un père PN .
Chaque chose est l'occasion d'une polèmique , je ne l'utilise plus que l'écrit mais le flou ou les fausses infos répétées m'amènent à tout devoir vérifier au fil des années , déjà 2 ans sous ce mode . Aucune semaine je n'ai les affaires correctes , carnet de santé , ordonnances , médicaments , lieu de rendez-vous ou horaire . Le père bien sur prétend oublier mais c'est systématique . Evidemment au bout d'un moment usée par ce genre d'ennuis je m'en plains . Et là alors les réactions deviennent terribles pour moi , y compris de la part de ma psychologue . C'est vous qui l'avez choisi , c'est le père de votre fils , vous continuez ainsi vous serez seule à l'élever et vous verrez . Arretez de vous plaindre , vous perdrez tout votre entourage etc... Il est d'autant plus difficile que ce père semble charmant , s'occupe de son fils quand il s'en occupe et est bien placé , mais il a forcé ma fille ainée a faire de faux témoignages contre moi . Elle est majeur et en souffre . Elle est elle orpheline de père .J'ai rencontré cet homme dans la difficulté , veuve avec 2 enfants en bas age avec le besoin de trouver quelqu'un sur qui m'appuyer (d'autant que je travaillais avec des horaires inhabituels ) Je continue à recevoir des menaces de police par le père pour des faits imaginaires .
Je commence à me demander si c'est normal de rechercher de l'empathie dans ce style de circonstances ou si c'est moi qui est un problème . Si c'est normal de se plaindre pour évacuer . J'envisage de laisser tomber cette psychologue , le soucis va finir aussi par devenir financier entre les avocats en justice qui m'ont couté fort chers à la longue et les psy à payer pour moi mon fils . Ma fille aussi y va maintenant .
Avez vous aussi à faire à ce genre de difficulté ? Suis je seule à me plaindre et à rechercher de l'empathie pour ne pas craquer . Est-ce pathologique chez moi ??? En tous cas mon premier mariage avec un homme ordinaire , jamais je n'éprouvais celà .
Le témoignage d'autres me permettrai d'y voir un peu plus clair , effectivement la confrontation a ce style de situation entraine des remises en questions . Que la justice cautionne me sidère toujours d'autant avec de nombreuses pièces au dossier .

Bon courage à tous

Anna


Cécile le 15/01/2012
bonjour
c'est cécile
mon ex est un pn il refait sa vie et je ne l'accepte pas ca me rend malade que faire j'aurai tant voulu stabiliser ma famille en plus moi lui et les enfants il était adorable que faire que faire je ne vais pas supporter ca longtemps j'aimerais tant revenir en arrière et réussir à trouver une stabilité entre mes enfants moi lui que faire que faire aidez moi je vous en prie je n'en peux plus je sais qu'il peut s'amèliorer en bien car à un moment il se faisait soigner et tout allait nickel aurai je encore une chance pour toute ma famille peut on trouver un équilibre pour tout le monde je sais qu'il m'écoute mais que faire que dois je faire et que dois-je lui dire ca ete mon mari pendant 10 ans et je ne supporte pas la séparation que faire pour mon équilibre et celui de mes enfants
répondez-moi svp


Anna le 16/01/2012
T'inquietes pas Cecile d'une part une vie avec quelqu'un qui souffle le chaud et le froid ça use . Il y a de forts risques qu'il répète la même chose avec sa nouvelle compagne .
Quant à toi prends soin de toi . Quand tu as un moment fais des choses que tu aimes faire , fais de nouvelles rencontres plus positives , essaie de favoriser pour les enfants des amitiés avec d'autres enfants , les inscrire à du sport . Il vaut mieux etre seule que mal accompagnée . Ce compagnon ne t'a pas convenu il faut passer à autrechose de plus constructif maintenant pour toi . En plus si tu as tes enfants c'est déjà une chance . Il y a des associations ou il y a des sorties pour personnes seules ou avec des enfants ou des clubs de sports ou de loisirs , tu feras des rencontres plus positives pour toi si c'est vraiment un PN .Malgré tout réapprendre à vivre seule aprés avoir été mal accompagnée celà s'apprend et aprés on se réouvre vers les autres .
Bon courage , Ne pense pas à lui mais à toi .


L. le 18/01/2012
Bonjour a tous je vient de tomber sur le forum suite a mes recherche internet par rapport a ma situation !! j ai besoin que l on m aide pour m éclairer sur de grosse question suite a ceux qui vient de m arriver !!
voila je vais exposer ma quiétude
j ai rencontre l année dernière un homme d origine africaine je suis tomber sous le charme et surtout bue a grande gorgée toute les belle parole de se PN sa etait tres rapide entre lui et moi vie commune et bb mais 20 jours après il me bat et depuis mais 3 mois de grossesse tout a changer son comportement vis a vis de moi j ai vue le manipulateur que c était je lui disait même je voulais le quitter le plus vite possible car étant consciente d être tomber sur un malade je voulais plus de cette relation . mais il a reussi a me prendre au piege un an avec la grossesse mon premier fils §! voila en faite pour faire plus court ma question es ec ce que je porter plainte contre lui car j ai découvert que tout sa manipulation n était que pour seul but avoir les papier français §! je suis persuadé quil a joué de moi de mes sentiment de joué de mes faiblesse pour me faire encore plus de mal pour essayé de m abattre psychologiquement mais je digère pas d avoir était manipulé mon fils ma dernière et moi même !!
alors a votre avis je divague ou ma pensée et mon instinct on raison vue le déroulement et la tournure qu a prie cette relation !! pouvez vous m éclairer part rapport a sa francisation si je peut faire quel que chose pour qu on lui retire !!!???
il ma menacé de me prendre le bb quand j etait enceinte de partir et j ai aussi peur pour sa et je veux pas saisir le juge des affaire familliale car je ne veux pas quil es le bb j ai trop peur de plus qu il s en fou royalement de son 1er enfant ( je veux me protéger les enfants et moi ) et si y a des lois pour sa je veux les utilisé pour me défendre comme quand il ma battue j ai de suite porter plainte je veux pas me laisser faire je suis une femme et une maman et non un objet et je n admets pas qu on joue ainsi des gens !! alors s il vous plait aidez moi !! merci !!


Entraideapn le 18/01/2012
Pour la personne qui m'a envoyé un mp, se posant des questions sur son conjoint... je n'ai pas pu vous répondre, mon mail m'a été retourné (peut être un prob dans l'adresse mail?)


Claire le 18/01/2012
Bonjour,
Pour comprendre, il est nécessaire de lire le livre "le harcèlement au travail" , il doit dater du milieu des années 2000, j'ai oublié le nom de l'auteur. Il est parfait.

Les comportements pervers sont les mêmes partout, à la maison , au travail, ou avec des voisins, ou qui que ce soit. (Une loi de 2005 sanctionne le harcèlement au travail, mais il faut des preuves).

Le harcèlement est un comportement de pervers, (souvent très intelligents et calculateurs).
Le but est de vous "tuer" psychologiquement, faute de pouvoir vous "descendre" réellement. Ne vous laissez pas faire,et ne croyez à aucune promesse de changement.

Un pervers est un sadique qui a du plaisir à se comporter ainsi, souvent "à double face", charmant avec les autres, un vampire avec vous.

Devenez aussi intelligent et calculateur que lui!C'est plus facile que vous ne le pensez...

Si l'on peut, partir le plus loin possible.Inutile de discuter, rien ne changera. Mettez les bouts, le + vite, c'est le mieux.
Abandonnez tout espoir de changer un pervers, le plaisir qu'il retire de son comportement le rend "invincible", en tout cas, inaccessible au changement.

Si vous ne pouvez pas partir, transformez-vous en détective.
Et cela très vite, dès que vous comprenez que vous êtes dans le collimateur.

Le but est de regrouper suffisamment de preuves pour qu'un tribunal finisse par le ou la, ou les condamner.

Cherchez un avocat spécialisé dans ce type de problèmes.
Il vous expliquera quels sont les articles du Code pénal qui correspondent à votre problème.(Insultes, atteintes à la vie privée, détournement d'argent etc), ou potassez (sur un autre ordinateur que le vôtre) le Code pénal, vous n'imaginez pas le nombre de chefs d'inculpations que vous allez découvrir!

Les pervers savent, eux , très bien, quels sont les infractions qu'ils commettent, c'est pour cela qu'ils agissent sans témoin.

Passer de victime à détective, çà change la vie!
Tout peut servir de preuves, ou d'éléments pouvant emporter la conviction d'un juge:
* photos
* Photocopies
* écrits
* factures, objets, à vous de voir.
* faire si possible "les poubelles" pour trouver des documents compromettants. Ne jamais ouvrir ,par contre, son courrier, c'est une atteinte à la correspondance.
* enregistrements audios; achetez un mini-magnéto électronique, apprenez à vous en servir, enregistrez en particulier les insultes, menaces, mots humiliants, toujours faits sans témoin.

Pervers, mais pas fous, les attaques sont insidieuses, mais renouvelées. C'est leur point faible,ils innovent rarement, surtout s'il voit que cela vous atteint. Profitez-en pour anticiper, et si vous allez mieux, jouez la comédie qui lui convient, si vous avez encore besoin de preuves.Il ou elle n'aimeront pas que vous alliez mieux.

Mettez le magnéto dans une poche extérieure de chemise, un sac,une trousse, où vous pouvez.

Ne comptez pas trop sur les témoins éventuels, ils ont peur souvent, ou menacés eux aussi, et ils risquent de se rétracter; de plus, vous serez obligé de le mettre au courant de votre enquête.

Ne parlez à personne de votre enquête en cours.
Silence radio même avec votre conjoint.

Stockez vos preuves au fur et à mesure, en lieu sûr, coffre de banque, chez un Avocat ou un Huissier.Personne, sauf vous, ne doit y avoir accès. Plus la pile sera grande, plus votre moral va remonter...!

* Ne jamais céder à la tentation de vous venger. Si vous vous mettez en tort, le juge vous renverra dos à dos.

* Si vous vous servez d'un ordinateur, amenez-le chez un informaticien de haut niveau, il faut le sécuriser, personne ne doit pouvoir y accéder, sauf vous.
Fermez-le, même pour aller faire pipi.

* Ne jamais laisser traîner des infos, papiers, documents , recherches sur Internet, utilisables contre vous.

* Ne jamais rien faire contraire aux Lois. Certains pervers vont vous provoquer, pour que vous vous mettiez vous aussi en tort. Anticipez, et rester zen.

* Si c'est au travail, imprimez ou mettez en sécurité, tout ce que vous faites, toutes vos propositions...Si on met en cause vos compétences, vous aurez les documents montrant le contraire.

* Photocopiez ou sécurisez vos agendas, les preuves de vos déplacements,les tickets d'autoroute, les factures d'achats etc, enregistrez les coups de téléphone reçus, le jour, la nuit, chez vos parents, partout où c'est possible...

* Anticipez. Comme il s'agit toujours de quelqu'un dont vous connaissez bien les habitudes, prévoyez photos, enregistrements audio, etc. Bref, devenez aussi performant que lui ou elle!

* Faites-vous aider sur le plan psychologique si vous en avez besoin. Ne parlez pas de votre enquête, le psychologue fait peut-être du tennis avec la femme de la soeur de l'homme qui a vu l'ours...

* Comme le stress consomme beaucoup d'énergie nerveuse, prenez du chlorure de magnésium, la nourriture de base du système nerveux.
Achetez dans un magasin bio, du NIGARI, c'est une algue pleine de chlorure de magnésium; çà coûte 2 ou 3 euros.
1 cuillère à café dans 1 litre d'eau, deux ou trois verres par jour pendant 20 jours, puis 10 jours d'arrêt, puis reprise.

Vous pouvez en mélanger une cuillère ou deux au sel de cuisine.
Le chlorure de magnésium n'existe plus dans la nourriture raffinée actuelle, il est indispensable au fonctionnement nerveux.
Allez voir sur Internet, le chlorure de magnésium, c'est la ruine des fabricants d'anti-dépresseurs, sans creuser le trou de la Sécu!

Vous retrouverez le sommeil peu à peu; évitez si possible, les médicaments qui endorment, vous risquez un accident au volant et vous perdez de votre lucidité..., dont vous avez un besoin absolu!

* Ne vous culpabilisez pour rien. Le malade, c'est le pervers, pas vous! Zen!

* faites des petites choses qui vous font plaisir, reprenez votre vie en main, reprenez confiance en vous.
Le harcèlement rend les idées fixes, changez vous les idées dès que vous le pourrez. Faites vous plaisir, au besoin, en douce...

Avec du temps et de la patience, on finit toujours par les avoir, parce qu'ils sont très sûr d'eux.
C'est un autre de leurs points faibles. Courage et good luck!
Claire (Psychologue)

PS: Les enregistrements audio sont refusés parfois par les tribunaux, mais des heures d'enregistrements finissent pas emporter la conviction et puis c'est bon pour le moral de rouler un pervers dans la farine...


Cécile le 21/01/2012
bonjour
c'est cécile
pourriez-vous me dire comment destabiliser totalement un pn
est-ce que quelqu'un pourrrait me conseiller
merci


Jean François le 21/01/2012
Il est bien de s'organiser et s'unir pour faire connaître la réalité de la perversion narcissique. Je laisse à apn le soin de donner mes coordonnées mail perso aux personnes qui sont dans cette démarche.


Cécile le 22/01/2012
bonjour c est cécile
je passe an audience le 19 mars 2012 à 13.30 pour violences aggravées et viol conjugal aggravé contre le père de mes enfants qui est un pn
j'ai peur qu'il soit acquitté et que les juges ne me croient pas
est-ce que quelqu'un d'entre vous pourrait me répondre
merci. Il faut que vous sachiez que ses enfants d'une première union ont porté plainte pour attouchements sur le fils et viol sur la fille cela date de 2002 et le pn s'en ai sorti à merveille alors d'après moi il est récidiviste mais le juge en tiendra-t-il compte
j'attends vos témoignage merci


Cécile le 22/01/2012
bonjour c'est cécile j'ai appuyé sur une mauvaise touche pour ne plus recevoir de nouveaux commentaires de votre site mais je me suis trompé
comment rectifié l'erreur est ce à vous de le faire
cordialement et bon courage a tous ensemble on a y arrivera


Entraideapn le 22/01/2012
à Cécile : pour ne plus recevoir de mail vous indiquant qu’il y a de nvx coms, au prochain com que vous écrirez vous décocher la case « etre averti en cas de nouveau commentaire »


Ch. le 24/01/2012
bonjour j ai vecu avec une personne pendant 20ans et eu une fille avec lui qui a maintenant 13ans et qui en a la garde ! c est quelqu un qui me rabaise..sans attention a mon egard..j etais sa ******* ! il na penser qu a lui pendant tte ses annees j ai vecu un cauchemar a ma rupture pour qu il obtienne la garde de ma fille..me fesait passer pour une mauvaise mere manipuler ma fille qui aujrd hui ma rejeté intégralement et que moralement j ai encore beaucoup de mal a comprendre être humain et faire ca il se donne une double personnalite..C’est mon instinct de survie qui m’a poussé à fuir, pour ne plus souffrir, parce que déjà affaiblie
physiquement, je ne supportais plus qu’il me détruise moralement et pour protéger mon enfant qui s en servez pour obtenir tt se qu il voulait !j ai essaye d en parler et on me reponder !!!Nous ne devons pas parler de la même personne : il est tellement gentil, tellement sociable,
tellement facile à vivre…de plus, c’est un bon père, dévoué …une pauvre victime…
Faux, c’est un prédateur.
Il ma berné…
Normal, il est très fort peu de personnes arrivent à découvrir son jeu.aujrd hui je comprend que c est un danger pour mon enfant moi... j ai plus rien a perdre j ai deja tt perdu meme mon bebe !


L. le 25/01/2012
j ai 41 ans et ça fait 15 ans que je le suporte je me suis faite une raison j'ai appris a etre insensible a tout sa fait 6 ans que je ne le laisse plus me toucher on parle peu sa vie c'est ces copains on a une fille de douze ans j'attend qu'elle grandisse et fasse sa vie pour enfin me libérer il peut me tromper ne pas rentrer je m'enfout je le laisse s'amuser tout seul avec ces mesquineries pour m'evader de temp en temps je part voir ma famille ou mes parents a l'etrenger je ne lui demende pas la permission je la prend et ignore ces menaces quesqu'il peut faire ?me quitter ? il a tros besoin de son soufre douleur me tuer je croie pas et il creint mes trois fréres qui me protége en fin de compte c sa vie a lui qu'il pourri au lieu de subir je retourne les choses contre lui et parfois sa marche il faut etre tres forte ma fille me donne cettte force


Cécile le 25/01/2012
bonjour c'est cécile
je souhaiterais un dossier anti pn pour ma défense du 19 mars 2012
quelqu'un d'entre vous pourrait m'aider il me faut des preuves écrites toutes des informations qui décrivent bien ce qu' est un pn
non seulement il me faut du concret car il est reconnu violent et enregistré au registre des délinquants sexuels pourriez vous avoir la generosite de m'aider dans ce montage de dossier et de me fournir tout ce qu'il me faut pour ma défense merci d'avance je vous en serai reconnaissante

deuxièmement, j'aimerais mettre en garde sa nouvelle compagne j'ai son numéro de téléphone que faut-il faire me croira t elle


Morgane le 26/01/2012
Bonjour,

Je m'appelle Morgane j'ai 24 ans. Je suis tombé vraiment par hasard sur ce site en cherchant des renseignements par apport à mon adoption. Plus précisement sur une adoption ratée.

J'ai été adopté à l'âge de 6ans j'ai vécue 18ans de ma vie dans une prison avec cette famille.

Dès toute petite j'ai vite compris leur systhème mais le problème c'est qu'on ne peut rien dire à cette âge si. Ma mère adoptif a toujours eu un malin plaisir a me faire des pic pour tout et n'importe quoi. Ils ont déjà deux propre enfants à eux et ont toujours fait la différence en me dénigrant chaque fois. Je sens que cette femme est très jalouse de moi et souhaite que je reste toujours six pied sous terre. Mon père adoptif avait une autre manière; il faisait le gentil trop gentil et l'amour qu'il me donnait était un amour de pédophile oui....

Si je vous expliquait tout les détails vous appeleriez la police à ma place. Mais ce que je veux dire c'est que maintenant à cause de tout ce qu'il m'ont fait ma vie est détruite. J'ai toujours l'envie de mon sortir mais je me rend compte que mon mental est complêtement néfaste à ma santé que ce soit physique ou psychique.

Je me suis renseignée tout de même si cela venait bien de mon adoption et je peux vous assurer que tout mes problèmes est de cette base. Suite à des parents rasciste,jaloux, pervers etc...

Maintenant que j'ai fait les recherches de mon problème, je me rend compte qu'ils m'ont vraiment détruite et le temps que je me reconstruise va être long mais c'est surtout que tout cela a détruit aussi ma vie social et amoureuse.


Cécile le 28/01/2012
bonjour c'est cécile
je n'arrive plus a recevoir de messages de votre site que faire


H. le 07/02/2012
Je témoigne et c'est moi qu'on traite de folle et de manipulatrice, il a préparé son plan de bataille des mois à l'avance ! Des pseudo amis de mon entourage, le protègent sciemment, ils ont menti à la police(lui il a fait tant de mal aux enfants psychologiquement et bien plus malheureusement. Je suis le parent aliénant, la menteuse, la calomnieuse...je n'en peux plus...à l'aide svp.


Anonyme H. le 07/02/2012
Bonsoir,
j'ai vecu 3 ans avec un pn, et apres avoir reussi a m'echapper j'ai apres 1 semaine apres ma fuite que j'avais un cancer. Les medecins pensent qu'il peut venir des années d'enfer que j'ai vécu et ou je n'osais rien dire, par honte de la vie que j'avais, verification de mes appels, sms.. verification de mes tickets de caisse pour savoir combien de temps j'etais resté dans le magasin et si j'avais parlé a qlqu'un... un jour je te deteste tu n'es rien, tu ne vaux rien et le lendemain je tm...


Elo le 08/02/2012
Bonsoir, je ne sait pas si je suis une victime ou non mais la belle mère de ma fille a une très forte emprise sur son père et je n'arrive plus à dialoguer avec eux car dès que je montre un peu de résistance c'est le drame le plus complet. Courrier en accusé de réception etc.. aujourd'hui , ile ( ou elle) demande la garde alternée de ma fille , je précise qu'elle n'arrive pas à avoir d'enfant. Ma fille le aime tous les deux mais je ne sais plus comment réagir à leurs attaques incessantes. J'ai besoin d'aide . Merci.


Jean-François le 10/02/2012
Après l'émission de France Inter, un reportage au journal de 20 h d'hier jeudi 9 de France Inter. Preuve qu'on commence à reconnaître dans les médias l'existence de ces pervers.


Entraideapn le 11/02/2012
le reportage est visible à ce lien http://www.youtube.com/watch?v=Jkk9PEVncA0


Isa le 12/02/2012
isa
Je suis boulversée ce soir. J'ai enfin trouvé le mot que je cherchais depuis si longtemps: "pervers narcissique", évidement.. je savais bien que je n'étais pas folle.
J'ai 50 ans, je me suis enfui de chez moi avec mes trois enfants il y a 1an et demi. J'ai vécu 22 ans avec mon compagnon PN. Mon histoire est la meme que la votre. Pourquoi suis-je restée si longtemps? exactement les meme raisons que "ÉclatDuSoleil" le 12/02/12. Et puis au début c'était gérable, difficile à vivre mais avec de la bonne volonté et quelques sacrifices j'avais l'impression de controler la situation. Les trois dernières années avec lui ont été terribles, absolument terribles: il m'appelait "le parasite" devant les enfants, j'ai dormi sur un tapis pendant + d'un an, il me crachait au visage... mais il ne pas jamais frappé! pas fou! Pas besoin de spécifier qu'en dehors de la maison c'est un homme tres populaire dans le village, serviable, attentif tres bien vu par tout le monde. Ma fille (16ans à l'époque)me confia un jour: "si seulement il nous battait on serait quoi dire."
bref une histoire sans doute proche des votres.
Ce n'est évidement pas terminé mais nous avons réussi ce tour de force: nous sommes partis!.. en laissant tout derrière nous: maison, voiture, travail tout.. ça été terriblement difficile et j'avoue que sans l'aide de l'asso CIDFF et un super avocat je n'y serais jamais arrivé. Il voulait me faire passer pour folle et garder les enfants.
Bon, tout ça c'est encore tres présent mais c'est derrière nous maintenant.
Je voudrais ce soir revenir sur un message du 30/01/12 de "Genevieve" je crois, qui parle de se faire connaitre ou entendre, de faire une marche ou quelquechose. Je me sens tellement frustrée de savoir tout ce que je sais maintenant mais de ne pas pouvoir agir. Est ce que quelqu'un à des infos? merci beaucoup Isa


Entraideapn le 12/02/2012
@ Isa… la décision de partir n’est pas tjs facile à prendre, mais vous avez fait ce 1er pas, courage pour la suite… il y a des assoc qui font du bon boulot, dont les CIDF, comme des pros aussi qui s’investissent réellement… prenez soin de vous et de vos enfants… pour contacter Geneviève vous pouvez le faire par le biais de son blog http://mamie.blogzoone.net/


Jean-François le 15/02/2012
@Hank la première chose à vérifier: si effectivement il s'avère que sa mère est bien une PN, l'emmène-t-elle vraiment chez un pédopsy, car les pervers n'aimant pas trop les psy qui pourraient les remettre en question, ça semble étonnant qu'elle aille consulter


Jean-François le 15/02/2012
@ Anonyme du 14/02/2012 (du 1er billet « accueil »)
Assez d'accord sur le fait que le PN finisse par croire à ses propres mensonges, ce qui paradoxalement le rend crédible aux yeux d'autrui, ils m'apparaissent quelquefois comme mythomanes.
J'ai du mal à croire qu'il puisse souffrir, puisqu'il a coupé depuis longtemps avec ses sentiments et affects qui lui paraîtraient insupportables. Quant à son empathie, je pense qu'il s'agit plutôt d'une perception rapide et presque instinctive des réactions de l'autre qui lui permet de s'adapter rapidement ou de le manipuler, là où nous autres essayons de nous mettre à la place de l'autre par empathie ou pour ressentir ce qu'il ressent.


Forl le 17/02/2012
Bonjour,
Ma soeur et moi même avons hérité de nos parents depuis 4 ans.
J'habite une des maisons en indivision depuis de nombreuses années avec mon enfant à charge. Je ne travaille pas, je suis handicapé. Mes parents voulaient que cette maison me revienne mais ils n'ont pas fait de testament. Avec l'aval de ma soeur, Je ne paye pas de loyers, juste les charges, les travaux et les taxes .
Depuis l'indivision, c'est ma soeur qui gère tout le reste sans rien me demander. Du coup, elle a établi les baux des autres biens à son nom et elle a aussi pris la voiture à son nom.
Elle perçoit l'ensemble des loyers et me verse une ptite somme tous les ans. Mais comme je n'ai aucun document je ne sais pas à quoi correspond cette somme.
Malgré ma situation, ma soeur m'ignore sauf pour m'envoyer des mails avec factures à payer, problèmes divers ou pour m'envoyer bouler parce que je lui demande quelques explications.
Je ne sais plus comment faire pour arrêter cette maltraitance qui existe depuis très longtemps et qui s'est emplifiée depuis l'indivision.
Je comptais sur ma soeur pour me soutenir un peu après le décès de nos parents mais c'est tout l'inverse qui se produit. Je ne demandais qu'un peu d'amour et de soutien mais c'était surement trop !
Aidez moi svp


Anonyme le 17/02/2012
bonjour
pouvez vous me dire si il faut cacher à ses enfants ( tous majeures) que leur père me maltraite moralement depuis des années ?
j'en peux plus
je sais plus que faire


Katrin le 17/02/2012
bonjour
j'ai beaucoup de mal a poser des mots sur des années passées avec un pn (15 ans) je suis dans la phase tenir le coup separée depuis 2 ans j'ai perdue la garde de mes enfants qui sont manipulés j'ai été expulsée de mon domicile et mr refuse la vente de la maison commune des que je baisse ma garde il revient a la charge dans le seul but de me detruire car j'ai eu le courage ou le malheur de dire "non" lorsqu'on a tout perdu (surtout les enfants) on cherche desesperement un echo et a travers ce blog je recherche des mères qui ont trouvés des solutions pour voir ou revouer avec leurs enfants merci


Agnès le 17/02/2012
Bonjour,
j'ai été aussi victime pendant 10 ans, j'ai tout donné parce qu'il m'a tout pris, il avait dés le début "senti" mon côté vulnérable, je ne suis pas aller le chercher, il m'a eu. dix ans avec lui!!!Depuis un an j'ai cassé la relation, heureusement rien en commun ( une relation de senior) lui marié toujours marié je suppose :)
j'ai pris la décision de le quitter sans savoir quoique ce soit, une heure avant je ne savais pas, mais jamais je ne regretterai ce que j'ai fait, je ne pouvais plus comme m'a dit mon medecin j'ai sauvé ma vie
depuis j'essaye de revivre sans lui, que j'ai tant aimé ni trahie, mais sans lui il y a une vie aussi..............
un petit coucou de complaisance à celle qui m'a remplacé, pour moi c'est stop ........mais pas encore


marie-loue le 17/02/2012
Bonjours anonyme du 17/02/2012.
Si vous poser la question c'est qu'au fond de vous vous avez envie d'en parler à vos enfants .
Toutefois soyez prudente dans vos paroles ,ne dénigrez pas le père de vos enfants au risque de les détourner de vous mais posez des questions .
Si les réponses de vos enfants vont dans votre sens ,il vous sera possible d'en parler avec eux petit à petit.
Bonne chance à vous.


Jean-François le 18/02/2012
La suite de mes mésaventures : réunion prévue de plusieurs petites ONG : je sais que le président actuel et pn de mon ex-assoc ripoue doit s'y rendre. C'est ce type qui m'a sans l'air d'y toucher humilié en public, celui qui a fait courir des bruits sur ma santé mentale. Vice-président de mon association actuelle, je veux laisser mon président dans un premier temps s'y rendre tout seul, tant je redoute ne serait-ce que la présence physique du PN. Mon président me dit : "Viens, sinon il pensera que tu as peur de lui." Il finit par me persuader. Le pervers me voit rentrer dans la salle, fait évidemment comme s'il ne me connaissait pas, mais pendant toute la durée de la réunion, son langage corporel en dira long, les mains devant les yeux, la jambe nerveuse, jamais il ne croisera mon regard. C'est lui qui est manifestement déstabilisé. Ce combat, celui de la confiance en moi et de ma propre solidité, je l'ai gagné. Après bien des souffrances, des humiliations et la reconstruction nécessaire. Rien ne sera plus comme avant. Je pourrai toujours redouter les coups tordus, les intrigues, les ragots qui courent sur mon compte. Je pourrai souffrir des amitiés précieuses perdues, mais je n'ai plus peur d'eux, les pervers. Message d'espoir pour vous tous les victimes.


plancque le 18/02/2012
Bonjour
Celà fait un an que je suis avec un homme que j'aime énormément et qui nous fait beaucoup souffrir mon fils et moi.Au bout de 6 mois tellement fatiguée, lessivée de nos disputes (ça à commencé 1 à 2 fois par semaine pour finir à tous les jours, voire plusieurs fois par jour) je décide avec mon fils de 12 ans d'aller voire une psy, qui est formelle après ce que je lui est expliqué de notre relation: vous êtes avec un pervers narcissique! J'ai gardé celà avec moi et j'ai quand même continué notre relation en cherchant à l'aider! Apparemment ces comportements violents verbalement envers mon fils et moi viendrait de son enfance(Bon jusque là je comprends que rien n'arrive tous seule)En un an an il y à eu une majorité de bas, très peu de haut.Pour vous expliquer brièvement ces comportements: il peut insulter gravement du style une fois il était très énervé et à dit devant mon fils, son ami(donc 2 enfants) et moi même "tu as baisé ta mère, tu t'es faites pinée par ton fils" puis il m'à craché dessus;un cauchemar ce soir là!!il avait aussi bu (je ne sais pas si celà peut accentuer son comportement?)et puis le lendemain des excuses en me disant "je suis un pourris, un con etc.." Chaques disputes ce passe de la même façon, insultes, il me culpabilise et me jète la pierre puis le lendemain il revient tout con avec excuses, il se dénigre et c'est lui qui à l'air de se culpabiliser etc..Plusieurs fois aussi il à parlé de nos disputes à mon fils en lui disant "je ne sais pas ce qu'elle à ta mère, elle fait tout le temps la tronche, elle est jamais contente, je comprends pas ce qu'elle à" (tout ceci derrière mon dos et ensuite mon fils me répétais après que je réussit à lui tirer les vers du nez) quelques fois aussi il lui posait des questions sur mon passer, mes ex ;en lui demandant de ne pas me répéter!Il lui faisait beaucoup de cadeau,complice avec lui quand il faisais ou cachais une bêtise du collège.Enfin rien de très **** et j'ai du lui expliquer que ceci n'étais pas **** pour mon fils et qu'il fallait qu'il arrête ça!Mais en réponse j'avais: "mais ma chérie tu t'énerves pour rien, je comptais bien faire, en expliquant à ton fils tout simplement qu'on s'était disputer pour ne pas qu'il s'inquiète!Après si je lui est expliqué notre dispute c'est parcque lui m'à demandé pourquoi on s'est disputés!" Une autre fois aussi il a tenté de me faire gober qu'il était comme ça parcque son ex femme lui avait jeté un sort; je me suis retrouvée (bien que sceptique, je pensais plutôt à un problème psycho) à l'accompagner chez une sorcière qu'il connaissait qui était censée l'aider. Au lieu de celà au bout de deux jours de travaux sur nous deux (j'ai été jusqu'à bouffer des allumettes brûlées écrasées dans du miel avec lui)il s’avérait que le problème venait de moi d'après ce que lui disait la sorcière, que j'avais des présences en moi et qu'il fallait régler celà au plus vite pour que lui soi libéré! Il a du m'enduire d'une patte terreuse et humide, je devais dormir *** avec ça étalé sur tout mon corp!En commençant l'opération le soir, j'ai pété les plombs, nous nous sommes disputés et je lui ai dit d'aller se faire voire avec sa sorcière et je me suis vite douchée, j'avais froid et me sentais complètement stupide!Ce sont quelques exemples parmi d'autres car ce serait trop long de tout raconter!! Les peu de moment ou il était bien avec moi alors là c'était un vrai prince, aimant, attentionné,adorant, câlin, et aux petits soins avec nous!Aujourd'hui nous avons fait un break chacun de notre côté car ça devenait psychologiquement insurmontable et insupportable (je partais en dépression) en plus je ne travail plus, enceinte de lui, mes amis sont en France et nous vivons en tunisie; ici je n'ai pu me faire d'amis car il était trop possessif avec moi, et le mot ami lui hérisse le poil, il ne fait confiance en personne! Moi non plus du coup je ne peux lui faire confiance et j'aurais trop peur de me faire de nouveaux amis et qu'il puisse assister à une scène violente de sa part; je me sentirais honteuse!Donc du coup je me suis renfermée sur moi même; moi qui aimait communiquer et faire de nouvelles connaissance!J'ai toujours été très indépendantes, financièrement, affectivement en règle général.Pendant ce break biensûre il continu ces séances avec la psy, il vient chaques jours à la maison puisqu'il a tenu à garder les clés!C'est insupportable comme j'ai l'impression de n'avoir pas su gérer correctement cette situation, de m'être laissée faire et avoir été ******* parfois pour éviter de nouveaux conflits et surtout le pire pour moi c'est d'avoir laissé mon fils subir tout ceci!Mais encore aujourd'hui en lisant des articles sur le net, je ne suis pas tout à fait sûre que ce soit un pervers narcissique, je sais qu'il souffre aussi de ces comportements et qu'il essaye de faire un travail sur lui bien qu'il y ai beaucoup à faire et qu'il faudra compter quelques années pour que celà s'arrange! C'est juste que moi je dois trouver le moyen de vivre mieux avec lui et son problème et me remettre à vivre normalement; redevenir moi!pas facile!


ÉclatDuSoleil le 18/02/2012
@Nanou (com sur le 1er accueil) Cela fait du bien de me sentir comprise. Merci beaucoup pour tes judicieux conseils.
Tu dis que selon ton expérience, les pn vont préférer fuir, lorsqu'ils ne pensent pas pouvoir gagner. C'est exactement ce qui est en train de se produire, il agit d'une façon incorrecte et injuste, et je ne lâche pas prise pour le lui faire admettre. D'une part, je trouve son attitude lâche. D'autre part, je me sens incapable de le laisser à ses délires ! Tant pour son bien-être que pour le mien. Donc lui m'a calomniée, et je n'accepte pas son attitude déloyale et injuste, alors je le lui fais savoir et lui cherche à fuir. Quelqu'un a déjà vécu une situation similaire ?


ÉclatDuSoleil le 18/02/2012
@Jean-François Merci pour ton site, je vais allé voir ! : ) Merci de me confirmer que je suis sur la bonne voie, ça m'encourage. :)

"un pervers ressent comme danger de mort le fait qu'on lui manifeste un sentiment positif et qu'on veuille le sauver." Absolument vrai ! Au début de notre relation, il se disait être mon "phare"... mais la relation s'est intensifiée et les délires affectifs s'accumulant dans la démesure, je me rendais de plus en plus compte qu'il n'avait rien d'un guide pour moi. Au début, il avait toujours des petites critiques, n'était jamais vraiment satisfait (par exemple il me reprochait vertement d'être "floue" dans mes propos, alors j'essayais de toujours être très précise (alors qu'en fait c'est lui qui est flou ! m'enfin...) et je prenais en considération toutes les critiques qu'il m'adressait, dans une recherche sincère de m'améliorer. Et je m'améliorais. Mais au fil du temps, je me suis rendue compte qu'il ne tenait jamais compte de ces améliorations, et qu'il attaquait d'autre chose. Et surtout, ces remarques n'étaient jamais constructives...
Encore une fois tu as raison en disant que le pervers a peur lorsque les choses ou les êtres lui échappent, cela a été l'objet de beaucoup de conflits entre nous car si quelque chose n'est pas limpide pour lui, il s'imagine que ça cache du "mauvais" et du coup il se met à démiurger compulsivement...


ÉclatDuSoleil le 18/02/2012
@Anonyme (la personne qui a écrit le 14/02/2012)
Ton analyse du pn est vraiment juste ! Je me posais cette question-ci: est-ce que tu crois que si on tenait ce même propos à un pn, il serait à même de le reconnaître en son for intérieur ?
Je suis toujours intriguée/préoccupée par leur niveau de lucidité.


ÉclatDuSoleil le 18/02/2012
@Hank Si ton ex est pn, il est possible voire probable qu'elle ait dit qu'elle avait déjà emmené votre fille chez le pedopsy seulement pour te court-circuiter dans ton initiative, et de t'accuser au passage de perturber votre fille.
Si tu souhaites avoir l'avis d'un professionnel de la santé au sujet de ta fille, je t'encourage à prendre toi même un rendez-vous pour ta fille et de l'amener à son rendez-vous, ainsi tu pourras t'entretenir avec le médecin et savoir de quoi il en retourne.
Un petit détail toutefois, je ne sais pas de quelle région tu es, si tu es du Québec, et dans le réseau public, il va falloir que ta fille consulte en premier lieu un médecin généraliste, et que tu demandes une référence vers un psychologue. Avoir un rendez-vous en pédo-psychiatrie risque d'être difficile à obtenir si ta fille n'est pas médicamentée. Je ne connais pas l'origine de tes inquiétudes concernant ta fille, mais je peux te certifier que les psychologues sont très bien formés sur le développement des enfants. Je te souhaite bonne chance, donne-nous en des nouvelles !


anonyme le 19/02/2012
le pere de ma fille lui a volé son blog
il s'en sert en son nom ( à elle) pour dire des choses négatives à son sujet
que faire?


Espérance le 19/02/2012
Comme je l'ai déjà relaté j'ai vécu 28 ans sous l'emprise d'un pn, depuis longtemps je constatais que des choses n'allait pas car on a beau être dans un concept réparateur de soutien d'amour d'assistance et d’abnégation, on finit à un moment à revenir à soi.On est dans un flou intense et on se questionne beaucoup car on prend conscience que si on ne réagit pas on meurt chaque jour un peu plus. Ce soi qu'on a laissé au bord de la route pour se consacrer à la famille qu'on souhaite construire avec nos valeurs reparatrices puis se soumettre à un individu avide, cupide, egotique, mégalomaniaque, menteur, (au passage je souligne à Jean Francois que le pn est menteur par nature, il est convaincu que les autres le croient parce qu’il construit tel un prestidigitateur des scénarios, la mythomanie fait donc partie integrante du profil du manipulateur c'est une composante indissociable du pn). J'ai par instinct de survie une distance pour pouvoir partir et quitter ce personnage qui m'a juste spolié et devastée de mon ame. De toute facon on n l'arrete pas,il est construit tel un diable sans coeur et vouloir le changer est une heresie. Je sais que si j'avais réagis alors que les enfants etaient petits il m'aurait enlevé les enfants et enfermé dans un hopital psychiatrique pour moi c'est une certitude. Quand je replonge dans mon histoire avec lui il n'y a que désolation, frustration, despotisme, dépravation chez lui ( compulsif quand à la gente féminine, mais tellement perfide stratège que même lorsque je trouvais des préservatifs dans ses poches il arrivait à me convaincre par des stratégies perverses que c’était un hasard??? je le croyais et culpabilisais même d'avoir douter de lui.Comment quelqu'un de rationnel a pu se laisser berner à ce point ce n'est pas un mystère mais du lavage de cerveau. Ces capacités dans la dissimulation ,l'induction, la double contrainte et toutes les formes de detournement du langage et de sa perversion font qu'il peut convaincre de tout. Ce n'est qu'une humiliation parmi des milliers d'autres.
Le plus dur c'est d'accepter ce passé de devoir vivre avec, de concevoir que j'ai donné des perles au pourceau. Je continue à faire le bilan de ma vie une chose me sort de la dévalorisation extrême dans laquelle je pourrai sombrer au regard de son souhait de me detruire celle d’être moi et non pas d’être comme lui, même si il ne sait pas ce que veut dire la souffrance,la conscience, les scrupules, le respect, je préfère être à ma place. Je souffre, je pleure, je ressens, je compatis, j'aime et ça ça n'a pas de prix. J'aimerais des conseils j'ai 2 fils de 25 et 17 ans ils sont conscients de certaines choses mais comment aborder le sujet de la perversion narcissique qui touche leur pere avec eux pour les préserver. Merci de votre attention.


Espérance le 19/02/2012
Il y adeux semaines environ j'ai profité d'un forum sur RMC pour jetter un pavé dans la marre. Les medias ont evoqué l'histoire d'un gamin qui se faisait harceler à l'ecole est des consequences induites par cette forme de violence. Donc je suis allé sur RMC ou cette information n'etait pas du tout relayée par contre on parlait abondement de Jean Dujardin et de son film, j'ai glissé mon post sur les violences morales et évoqué la perversion narcissique de but en blanc, j'ai dis qu'au lieu de faire des pages et des pages sur the artist il fallait aussi s'interesser au fleau qu'etait la manipulation perverse et que ca ce n'etait pas du cinema mais la réalité tangible et effrayante. Bref je me suis faite traitée de folle hystérique qu'il fallait que j'aille voir un psy etc mais j’étais assez contente de moi cette rubrique m'a permis de lancer un pavé dans la marre, c'est peut etre un debut de sensibilisation. Mon pseudo ponctuelle etait the other artists.


Eustie le 19/02/2012
Bonjour à tous!
Je suis une femme de 45 avec 25 ans de
Vie commune avec un homme que je qualifierai de PN mais peut-etre aussi de borderline ou bipolaire...
À savoir que toute tentative de
Séparation le mène à des crises extrêmement violente de façon à dissuader mon départ.
Les enfants sont effectivement l'outil privilègié pour retenir.
Malgré tout, moi je n'encourage pas le combat mais la
Fuite!!!
La meilleure façon de retrouver de l'oxygène et une
Vie est de ne plus échanger le moindre moins mot verbalement et le moins
Possible par écrit de façon à consigner vos
Échanges.
Toutes ces pathologies trouvent leur existence dans leur victime.

Tourner le dos et ne plus leur donner leur nourriture!

La bagarre et la guerre est leur joie de vivre votre épuisement assuré...


Tumakacé le 19/02/2012
Bonjour (Anonyme)
Et bien vous avez tout dit sur la personnalité du PN.
C'est ainsi qu'est mon ex-mari et le "dialogue" était épuisant!
Je souris car "le dialogue"c'est un échange entre 2 personnes mais le PN n'écoute que lui même.Lors de notre divorce j'ai prit un avocat qui m'a très bien défendu.J'avais dû faire appel de la décision adverse parce que le juge du moment à trancher pour les intérêts de Monsieur. Il est certes vrai que les jdaf et les avocats ne sont pas formés ou très mal informé sur la personnalité des PN.
Nous avons eu une expertise médico-psychologique qui a révélé le coté narcissique, théâtralisme, et de dramatisation de mon ex-mari et pourtant le juge a donner raison à Monsieur.
Il faut savoir que lorsque vous faites appel de la décision il faut de nouvelles pièces ou preuves qui sont un atout essentiel pour l'aboutissement positif de votre divorce.Demander une expertise médico-psychologique si cela s'avère nécessaire car on ne dupe pas un
psy !prendre le temps de lire et d'analyser le rapport medico car c'est en partie grâce à ce dernier que j'ai retracé des faits.
Quand j'ai demandé le divorce il m'a dit que nous serions divorcés dans les 6 mois!il aura fallu quasi 3ans.
Pour s'en détacher il faut impérativement éviter de les écouter.
Si un impératif vous oblige à lui parler, ne parler que de ce que vous avez à lui demander et surtout s'il dévie vers un autre sujet,couper court la conversation!
Au début, c'est difficile mais on fini par y arriver,j'en suis la preuve!
Soyez indifférents à ces provocations car il serait trop content de vous entendre péter les plombs!
Ne pas lui laisser ce plaisir et vous gagnerez.
Je reviendrai bientôt....


Yoyowood le 19/02/2012
Bonjour Esperance,

Mes enfants (15, 19 et 23 ans) ont été utilisés par leur père PN contre moi. Cela fait peu de temps que j'ai mis un nom sur son caractère si incohèrent. J'ai vécu avec cet homme pendant 22 ans puis voici 4ans j'ai fuis avec les enfants, il nous a pratiquement tout fait.
La loi ne protége pas les enfants et elle a obligé mon plus jeune à aller voir son père. Celui ci lui a fait du charme et mon fils est parti vivre pendant 6 mois avec son père. Il en est revenu dévasté. Dernièrement, il a accepté de répondre à un appel de son père, le jour suivant, à 15ans, il voulait en finir avec la vie puisque comme son père lui a dit si gentillement "tu n'aurais jamais du naître".
Si vous ou d'autres souhaitez en parler en privé, c'est avec plaisir.
Mettre des mots sur nos douleurs et le meilleur moyen de combattre les PN.


Yoyowood le 19/02/2012
Bonjour, pour un compte ou un blog détourné, essayer de changer les codes d'accès ou meme de faire fermer le blog
http://yoyowood.centerblog.net


Espérance le 21/02/2012
Merci Yoyowood
Mes enfants ont beaucoup souuffert des agissements de leur pere Contrairement à moi qui ne suis pas de son sang ils ont beaucoup de mal à faire le deuil d'un pere idéal Je ne sais comment aborder le sujet quand je fais une tentative je me trouve tout de suite excessive alors qu'il n'en ai rien, c'est plutot une
consequence des inhibitions induites par le pn Durant les 28 ans passés avec lui, je ne l'ai jamais dénigré aux yeux des enfants alors que lui m'a completement reduite à neant, c'est comme une loyauté postum vis à vis de mes enfants, de feu mon couple et de mon propre concept de la famille vous savez assistance, sécurité, amour, soutien etc Par nature je deteste la propension à la critique negative Pourtant j'ai des arguments infaillibles.
Il y a quelques temps déja je me suis enfermée dans un mutisme volontaire, il vivait sa vie sa double vie je dirais ses doubles vies puisqu'il disait je t'aime à plusieurs femmes en meme temps quand je lui en faisait la remarque il me repondait avec un sourire carnassier mais c'est la norme ma pauvre fille tu n'eat pas moderne, regardes toi etc enfin...Ce retrait conscient et inconscient en parallèle etait une facon pour moi de me proteger de sa nuisanc. En meme temps je faisais un travail sur moi pour reprendre pied et me confronter à la réalité de la nature de l'homme avec qui je vivais
Il y a eu beaucoup de tragedies: Entre 4 ans et 12 ans mon fils ainé a été obese parceque son pere l'incitait à manger tout les restes pretextant son enfance quand lui n'avait rien à manger ( ce qui est d'ailleurs faux) il le gavait nous etions la incapables de reagir ou plutot soumis à ses diktats craignat sa hire.
Mon fils cadet à souffert de sa violence physique il dechargeait sur lui toute sa haine jusqu'au jour ou il lui a dit " si tu me frappe encore une fois je te frappe. Je me souviens qu'a cette epoque mon fils me disait " je veux partir je ne veux plus supporter cet homme" moi j'etais aneantie et sous son emprise en meme temps. Parfois le pn disait à son fils "fous le camp tu n'aurais jamais du naitre cretin "
Quand il avait 6 mois il l'a secoué la nuit parcequ'il pleurait jusqu'a ce que j'intervienne pour qu'il le lache en le griffant, il aurait pu le tuer.


Espérance le 21/02/2012
Mes enfants aussi ont été utilisés malgré eux il leur a fait du mal autant qu'a moi, il les voulait inexistant par eux meme, formatés par lui ii a usé de violences envers eux jusqu'a gaver mon fils ainé des restes de nourriture parceque soit disant il a manqué pendant sa miserable enfance ce qui est faux. Mon fils a pu controler ensuite son alimentation et s'en est sorti, mon second fils a été victime de brimades incessantes, de coups de rejet. Il est toujours revenu vers eux avec des cadeaux soufflant le chaud et le froid. Ca a été terrible de cruauté. Je m'en veux enormement encore de ne pas avoir su les proteger. Je suis pourtant rationnel et rempli de bonne volonté. Sa toxicité nous a plonger dans un silence et une aréactivité, tant qu'on ne se manifestait pas il pouvait vivre sa vie sans se soucier du reste Il n'empeche que dans notre silence il arrivait encore à nous provoquer par ce que selon lui on ne intéressait pas à lui. Il nous a enfermé dans un etat de soumission mais en meme temps ne voulait pas qu'on s'eloigne de lui. La distance n'etait admise que de son coté. Comment lui l'etre parfait pouvait il etre renié par les siens. Les mots manquent on a du mal à decrire les situations tel qu'on les a réellement vecues c'est terrifiant
Un petit exemple si j'arrive à etre explicite:
Lorsque j'etais encore sous son emprise:
Lui: Tu ne t'occupe pas assez de moi, tu me dealisse, je suis malade tu me laissera tomber si c'est grave c'est sur je mourrai seul tel un chien tu partira avec quelqu'un d'autre
Moi: mais non tu sais bien que je t'aime je serai toujours avec toi jusqu’à la fin meme si tu es malade
Lui: ah non tu ne vas pas me coller toute ma vie lache moi un peu tu es un vrai boulet.
Puis : qu'est ce que tu pense du couple?
Moi: Suite à ce dialogue je m'adapte pour ne pas le peiner je lui dis donc je pense qu'un couple n'est pas forcement lié pour toujours, on peut ne plus s'aimer et se quitter.
Lui : tu es une ******, tu veux me quitter, tu as quelqu'un d'autre etc...alors que lui a plusieurs maitresses des proies qu'il vampirise pour combler son vide abyssal.
Les pn sont d'excellents orateurs il manipulent le langage avec dextérité, ils projettent sur les autres leur propres failles en meme temps qu'ils les dépossèdent de leur qualités. Le danger est la l'induction de la confusion peut rendre fou.
Un récapitulatif: Il s'accapare nos qualités on ne sait plus qui on est réellement,
il projette ses defauts mesquins et abjects sur nous, il vehicule le doute , la confusion. Il annihile tout ce qu'on est et nous dépossède de tout, Il nous prive de estime de soi pour ne plus réfléchir, raisonner,
Tout ca rappelle étrangement la persuasion coercitive des sectes.
Comment sortir mes enfants de ses capacités encore existantes envers eux de son pouvoir manipulatoire? A bientot
La valeur d'un homme ne se mesure pas au nombre d'années qu'il a vecu mais à ce qu'il a senti de la vie. (JJ Rousseau)


Yoyowood le 21/02/2012
Bonjour Esperance,

Le mieux, c'est qu'une autre victime de PN leur en parle. Envoyez, par mail, à vos enfants la liste, qui permet de savoir si une personne est PN, mais également les reportages que l'on trouve sur internet.
Ne pouvant pas, non plus, en parler calmement, je procéde donc de la sorte. J'ai même présenté mes excuses à l'un de mes enfants de n'avoir pas pu les protéger de par mon état déplorable à l'époque.
Je fais tout par mail et je choisis toujours mes mots de façon à être neutre (exercice très difficile, pour nous victimes.
Dernièrement, j'ai été dans l'obligation d'envoyer un recommandé à mon PN et j'ai envoyé une copie à chaque enfant (même mineur)
J'y passe du temps et je fais lire par d'autres mais les courriers envoyés sont neutres et clairs. Très difficile pour mon PN d'y répondre d'une façon censée et là aussi je propose de faire entendre la réponse à mes enfants. Surtout, n'essayez pas de faire le travail seule, c'est trop lourd....Je me tiens à disposition, si besoin.
http://yoyowood.centerblog.net


Yoyowood le 21/02/2012
Bonjour Katrin,

Je réponds à votre message du 17/02.
Vous souhaitez garder un lien avec vos enfants, ont ils l'âge d'être sur msn, facebook ou autre. si oui, c'est un lien très facile. J'ai utilisé cela avec mon fils lorsqu'il était "coincé" chez son père PN. Il ne m'a jamais parlé, jusqu'au jour ou....il m'a parlé d'un groupe dont nous ne parlions jamais ensemble et j'ai compris qu'il me lancé une bouteille à la mer sans pouvoir l'exprimer. Attention, il faut être plus malin qu'un PN pour garder le contact avec son enfant. C'est aussi douloureux car vous ne devez absolument pas chercher le contact de vous même. Si besoin, je peux vous donner des astuces. A bientôt
http://yoyowood.centerblog.net


Nefertari le 22/02/2012
Bonjour, je suis une maman de 45 ans, chef d'enteprise,victime d'un Pn, cela fait + 10 ans que nous sommes divorcés, pdt des années il s'en est pris à moi, aujourd'hui, j'ai refait ma vie à l'étranger avec mon fils et mon compagnon, depuis la fin aout il a persuadé son fils de revivre avec lui, depuis je ne peux plus le voir, mon fils de 13 ans refuse de me voir, m'insulte et me reproche tout ce que son père à en réalité fait. Je vis un véritable cauchemard, je ne sais pas ce que je dois faire. Je suis inquiéte, très inquiete, j'ai peur pour mon enfant. Il est en train d'en faire à son tour un Pn...


Espérance le 22/02/2012
C'est incroyable le bien que ça me fait de pouvoir exorciser tout ce que j'ai enfouie en moi pendant des années. Le psy c'est salvateur mais les séances trop courtes. Ce petit coin qui permet de relater ses souffrances est pour moi un petit coin de paradis.
J'ai été dans le déni, quand ça allait très mal j'extirpai au fond de moi le peu d’énergie pour ne pas devenir folle. Puis j'ai démissionné, je fonctionnais par des réflexes, des automatismes, je ne pensais plus c’était trop douloureux. Je me suis réfugié dans mon travail et dans l’éducation de mes enfants l'intendance de la maison puisque tout m'incombait, le reste c’était pour lui. Isolée, je m’étiolais doucement mais surement.
Je ne répondais qu'en fonction de ce qu'il voulait entendre. Sa technique favorite était le paradoxe, en fait il me suggérait un avis si j’étais d'accord ça n'allait et si je n’était pas d'accord ça n'allait pas non plus ( cf voir le type de nos échanges plus haut). Ce qu'il faut absolument retenir dans la communication du pervers narcissique c'est la récurrence des doubles discours des doubles contraintes. Les soucis ponctuels d’incompréhension peuvent exister dans toute relation, on arrive généralement à expliciter les propos entre gens sensibles et sains. Chez le pn ce qui est destructeur c'est la redondance, la systématisation d'ou les capacités d'instaurer un climat de confusion, de doute, de provoquer chez les victimes un sentiment de flou et de désordre incommensurable étant donné la répétition au fil du temps.On ne se retrouve plus on se perd ile pn habite notre cerveau car on anticipe notre prochaine discussion, on cherche ce qui pourrait convenir pour ne créer de conflits, le pire c'est qu'on ne trouve pas puisque rien ne le satisfait, on est dans la crainte perpétuelle, pourtant on ne réagit pas dans notre intérêt on est hélas sous son emprise. Les victimes se demandent alors si elles sont saines d'esprit et progressivement chemine vers leur annulation, ce que recherche assidûment le pn, il jubile alors le vil gourou.
Encore une fois mille bravos pour ce site qui me permet de relâcher tout mon stress, c'est sur je vais mieux depuis ma séparation ( j'attends cependant la suite) mais comme pendant 28 ans j’étais ligotée, dans le mutisme total concernant mon couple maintenant en parler me libère chaque jour un petit peu plus.


Espérance le 23/02/2012
Nerfertari bonjour,
Tu t’inquiète à raison pour ton fils, tu crains que son père n'en fasse un pn.
Un pn se construit sur des fondations instables dans les 3 premières années de sa vie.
Généralement les cause sont soit un environnement carencé, soit de trop grandes attentes des parents, soit un manque de limites.
Les frustrations sont constructives. Quant on a les capacités de différer ses envies de tolérer un refus on se construit en prenant en compte les autres, leurs moyens,leurs dispositions on développe des capacités d'adaptation.
En principe un refus est mieux intégrer et accepté quand il est explicité sereinement.
L'enfant carencé ou victime de violences ou encore complice d’évènements dysfonctionnant délesté de sa candeur de son innocence est atrophié sur le plan narcissique.
L'enfant sur lequel les parents projettent les réussites qu'ils n'ont pas pu atteindre le rendent responsable de leurs échecs, ils lui demandent d’être ce qu'ils n'ont pas été.
Comment un enfant peut il s’accommoder de ce terrible héritage qui l'oblige à être ce que ses parents veulent qu’il soit.
Il apprend à renier ce qu'il veut être pour ne pas décevoir ses parents et se calque à leurs souhaits à eux.
Les parents sont des références pour leur enfants, ils sont le socle de leur construction, de leur devenir, de leur stabilité.
La loyauté de l' enfant envers ses parents est incommensurable durant ses premières années de vie. Il les voient comme des dieux, il ne conçoit pas qu'ils puissent lui vouloir du mal, puisque c'est eux qu'ils lui transmettent la notion de bien et de mal selon leur propres valeurs. Dans l'ordre naturel des concepts de la filiation même les animaux dans leur majorité éloignent leurs progéniture des sources de nuisance.
Cette sorte de parentalité est abusive, ces parents se créent des droits qu'ils n'ont pas en réalité, a contrario ils se déchargent de leurs devoirs.
L'enfant vient au monde pour exister, nous avons le devoir de perpétuer notre humanité par une descendance équilibrée, saine, heureuse, mature et capable de respect pour soi et les autres. On ne fait pas seulement des enfants pour avoir des enfants on les fait pour les amener vers le plus de bonheur possible, en leur inculquant des valeurs humaines, on les amènent surtout vers une autonomie qui leur permettra à leur tour de voler de leurs propres ailes en étant responsables et intègre.
La similitude entre ces cas est que ces enfants pour grandir au delà des manquements qu'ils subissent en matières éducative et affective malgré eux se réfugient dans un autre monde, un monde qui répond à leurs attentes,à leurs craintes etc ils souffrent en silence, ne trouvant pas d’échappatoire dans la réalité ils la manipule, la détourne à leur avantage. Ce fonctionnement est déviant car ce qui n'est au début que stratégie enfantines de réassurance finit par devenir une seconde nature. Ils délaissent alors leur primo nature pour se soumettre à ce qu'il lui semble être la meilleure des voie celle de la l’évitement de la manipulation... En grandissant ses techniques deviennent magistrales si rien n'est fait pour l'aider à sortir de ce monde factice.
En réalité un pn adulte est un enfant il est demeuré au stade de recherche de reconnaissance. Il aurait pu dire quant il était petit " eh regardez moi j'existe je veux être, sortez moi de ce trou, je ne comprends rien, aidez moi à ne plus être le joujou de mes parents" il se crée un environnement ou il peut trouver un peu de sécurité mais ce monde est faux illusoire. Il devient pn il s'est construit sur des manques et ces manques, ce vide, ce gouffre toute sa vie il va tenter de les remplir de les combler en vain en détruisant les autres. S'ancre en lui alors ce trouble de la personnalité inhumain, on ne lui a pas appris à être humain.Je suppose aussi qu'il doit y avoir queque chose d'inné chez ces enfants une forme d'autisme léger qui leur rend la compréhension du monde encore plus difficile en plus des difficultés inhérentes a leur milieu familial.
Ceci est ma propre analyse,j'essaye de comprendre pourquoi ces personnes choisissent de basculer du coté obscur, bien entendu tous les enfants ayant connu des dysfonctionnements dans leur prime enfance ne deviennent pas tous des pn. La potentialité est minime mais pas moins destructrice pour leurs victimes.
Ton a été élevé par toi Nefertari,tu étais la quant il avait besoin de toi, tu l'aimes comme une mère doit aimer son enfant. Il se peut que l'influence de son père puisse avoir des conséquences sur la gestion de ses affects, il peut être colérique, impatient, il reproduit les attitudes du père, mais il ne sera probablement pas pn, ce n'est pas transmissible, ni une maladie génétique.
Il faut impérativement que tu fasse intervenir un avocat pour revoir ton fils, tu sais rien n'est plus précieux et fragile qu'un enfant en devenir, il a certainement besoin de toi.
Dans ce contexte il n'y a que toi qui puisse faire bouger les choses nous ne pouvons que te donner des conseils.
Bien à toi courage et réagis vite.


Yoyowood le 23/02/2012
Bonjour Nefertari,
Effectivement il faut utiliser les moyens légaux mais aussi des moyens détournés pour renouer le contact avec ton enfant.
Mon exemple,
Aidé par ma fille, qui a fait des recherches sur internet pendant des jours, nous avons retrouvé un profil facebook et skype avec un faux nom. Nous avons donc créé, à notre tour, des faux profils d'adolescents pour pouvoir visiter la page sans se faire remarquer (dès fois, que le PN surveillerait). Puis j'ai réussi à lui dire que c'était moi et il m'a accepté comme ami sans que jamais personne ne devine que c'était sa mère. Ensuite, et bien, rien. Il ne m'adressait pas la parole mais un jour, il m'a parlé avec intêret d'un groupe de musique que j'aime et lui non. A partir de ce moment, j'ai compris qu'il y avait un problème. Ce fût que des petits messages mais ils étaient précieux.
Il faut savoir que mon fils de 14 ans était parti en vacances chez son père en juillet 2010 et qu'il n'est pas rentré, comme convenu, en août. J'ai donc déposé plainte pour non présentation d'enfants et écrit au juge pour enfants. Bref, beaucoup de choses légales mais qui n'avancent pas. Les écoles n'ont pas respecté la loi non plus et quand j'ai découvert et pris contact avec l'école ou son père l'avait inscrit, ils ont pris peurs car je pouvais porter préjudice à leur réputation et aussi porter plainte (bien entendu, je n'en ai rien fait). Et pendant ce temps, l'enfant s'enlise dans les mensonges et le mode de vie décalé du PN.
Son père lui avait complètement lavé le cerveau et mon fils n'avait aucune possibilité de me parler librement car vivant dans le minuscule studio de l'amie de son père et écouté à chaque appel. Mon fils se sentait surveillé et surtout plus libre. J'ai donc cessé tout contact direct pour calmer le jeu. Quelques courriers recommandées plus tard au PN (toujours sans réponses logiques à ce jour), le PN, très angoissé, a laissé son fils venir pour Noël. mais aucun mot, mon fils nous évitait. Moment très douloureux à vivre. les messages internet commence après ces vacances. Nous sentons qu'il cherche le contact mais ne forçons rien (très dur) car il coupe sans autre explication (perdu dans cette situation probablement). Il revient en février et même manège, il s'enferme dans sa chambre, pas un mot, rien. et puis arrive la fin des vacances, je suis dévastée et lui dit que si il n'est pas heureux avec nous et bien qu'il reste là bas. Après plusieurs heures, il descent et nous avoue qu'il cherche un moyen de revenir mais qu'il ne savait pas comment nous le dire.
Je lui ai dit "tu rentres chez ton père (à 7OOkms)pour rassembler tes affaires et on te rejoins puis on te réccupère le jour suivant"
Son PN de père a découvert notre stratégie, a menacé d'appeler la police (ben voyons, j'en avais encore la garde) et mon fils nous a supplié, sa soeur et moi, de venir le chercher immédiatement dans la nuit. Ce que nous avons fait.
Nous avions travaillé le matin et conduit toute l'après midi et jusqu'à minuit mais nous l'avons sauvé de son PN de père.
Bien entendu, il est revenu début Mars 2011 avec une attitude "déformée" (et oui, on efface pas des idées de PN du jour au lendemain) et le souhait de ne plus jamais revoir son père. Nous avons donc patienté, il a retrouvé un équilibre progressivement.
Nous avons fait une demande de modification de droit de garde auprès du tribunal des affaires familiales mais nous ne sommes passé que le 26 janvier 2012.
Je vous passes les incohérences que ce PN d'homme à pu dire au tribunal.
Le 28 janvier, mon ex PN ayant découvert (grâce au tribunal) notre lieu de vie et d'autres choses, et venu roder autour de la maison, puis il a appelé son fils qui a mis, sur la fin de la conversation, le haut parleur.
Le lendemain, je recevais un appel de mon fils qui était sur la plage (viens vite maman, viens vite stp). Il voulait en finir avec la vie car son père lui avait dit qu'il n'aurait jamais du naitre mais le plus terrifiant pour mon fils, c'est qu'il croit qu'il est PN aussi.
Depuis, il a était pris en charge par le service d'urgence psy et a déjà été pris en charge par un psychiatre.
Il a exprimé clairement qu'il voudrait voir son père mort et même là il n'aurait pas confiance. Qu'à donc fait ce PN à mon fils?
http://yoyowood.centerblog.net


Vic le 24/02/2012
Bonsoir à tous.
J'ai entendu parler d'une émission récente à la télévision sur les pervers narcissiques.
Mon avocat m'en a même parlé ce soir en me disant qu'elle avait pensé à moi en la voyant.
Savez vous si il est possible de la revoir et éventuellement d'en refaire une re-diffusion.
Souhaitons que les médias nous soutiennent. J'ai un ami journaliste à l'Express que je peux éventuellement solliciter pour soutenir notre cause.
A très bientôt
Vic


Chryst le 24/02/2012
Bonjour, je suis séparée depuis un an j ai une petite de trois et demie et une d un an je récupère mes
Enfants dans un état déplorable après leur visite chez leur père! Il met dans la tête de la plus grande que je ne suis pas sa mère !!!! Elle me demande tout le temps si je le suis bien ! J ai du lui montrer mes échos !! En plus je ne c pas ce qu il leur fait mais elle se plaint que le Kiki de son papa est méchant et sale !!!! G porte plainte et lui retourne tout contre moi! Je ne. C plus comment faire prouver que tous ces mensonges et ses menaces !!!!


Yoyowood le 24/02/2012
Bonjour Chryst, Il faut que les enfants et toi alliez vite en consultation psy, il faut que des pros fasses parler les enfants et que tu fasses aussi une analyse (nécessaire pour ta protection, et oui, d'après ton PN, tu as un problème). Je te conseille de faire des tests ADN (preuve que tu es leur mère) et qu'une personne, surtout pas toi ou un membre de ta famille, explique simplement aux enfants que c'est un test qui prouve que vous êtes bien de la même famille avec des mots comme "ah ben, en voilà une bien jolie famille qui à passer le test avec brio, félicitation" avec une distribution d'une copie du joli test remis à chacun des enfants comme un beau diplôme. Pour le reste, tu as besoin de protéger les enfants, eux d'abord. Surtout si tes enfants tiennent des propos bizarres à propos de **** et bien plus de visites chez le père et prends aussi contact avec le juge pour enfants très rapidement, fait comprendre qu'il y a urgence. Pas facile de donner des explications par ce biais. Besoin d'aide pour gérer le PN et pour les enfants, je peux aider. Courage, à bientôt
http://yoyowood.centerblog.net


Yoyowood le 25/02/2012
A l'intention de Chryst (suite)

Cette nuit m'a porté conseil et tu sembles être encore sous l'emprise du PN, car tu réagis probablement exactement comme il le souhaite. Je suis ennuyée de répondre cela car je ne connais pas toute l'histoire et surtout ne soit pas heurté par ma réponse. Mais ne penses tu pas qu'il serait possible que le PN n'est pas touché ta fille mais juste fait des gestes devant elle juste pour qu'elle t'en parle. Ensuite, les mécanismes que le PN a installé dans ta tête ont fait le reste du travail. J'ai vécu ce genre de situation, il simulait et moi, complètement sous l'emprise, je démarrai au quart de tour.
http://yoyowood.centerblog.net


Espérance le 25/02/2012
Bonjour Cassidile.
Ton dernier témoignage me touche il me laisse un peu triste car je te sens las d'avoir vécu tant d'horreurs sans beaucoup d'espoir d'un denouement juste et équitable.Mais de quoi parlons nous, je suis consciente que tu as beaucoup reflechi à la question de la perversion narcissique, mais ne baisse pas les bras. Tu sais parfaitement que la seule chose à sauver c'est toi et tes enfants. Ne t'attend pas à un essoufflement du pn il ne plie jamais.
Tu sais dans mon cheminement vers la raison par instinct de survie à un moment crucial j'ai fais le choix d'un retour vers la vie. Mon pn m'a fait frôlé les méandres de la folie je me suis relevée, certes en miettes mais en vie quand même. Je me suis désincarnée tout simplement.La reconstruction n'est pas immédiate il faut d'abord passé par le cheminement qui mène vers la compréhension de ce genre d'individus. Comprendre leurs mécanismes sans un but salvateur. Tu as raison de dire que toutes les victimes ne sont pas dans la possibilité de théoriser ce trouble dangereux de la personnalité, il n'est pas rare que le fait d'y avoir échappé les encourage à se battre sans qu'elles souhaitent en comprendre les causes de ces déviances destructrices.
Dans mon cas mon métier me rapproche beaucoup de cette sensibilité de recherche de quête et d'explications à un phenomene aussi diabolique soit il. J'ai voulu comprendre comment celle qui fut une jeune fille gaie, pleine de vie, heureuse vivant dans une famille equilibrée et aisée etait devenue l'ombre d'elle même ******* et en proie à une devalorisation à une culpabilité mortifere. Mes enfants etaient la pour maintenir un lien parfois sur le fil du rasoir avec la vie. Chaque jour qui passe loin de ma source toxique et nuisible, je me rend compte que sa presence son despotisme annihilait jusqu'a mes capacités de discernement.
J'etais un fantome, un automate amis qui souffrait, Dieu que cette souffance a été d'une part terrible supporter pendant de longues années mais c'est elle aussi qui m'a permit disloquée mais encore sensible de sortir de son emprise.


Espérance le 25/02/2012
Les angoisse sont la, j'ai encore peur je sais que la boucle n'est pas bouclée, je sais aussi que mon énergie ma force sont revenus vers moi, j'ai repris le contrôle de mon cerveau, je n'avais jamais perdu celui de mon coeur.
Ma recherche de compréhension m'a menée vers une meilleur perception de moi même. Le pn ne modifiera jamais sa conception de l'autre qu'il perçoit comme un objet juste capable d'assouvir ses besoins obscurs.
Le plus dur c'est la prise de conscience que rien ne viendra perturber cet etat de fait c'est une fatalité, c'est un sociopathe, un sadique, un compulsif, un dictateur, un tyran, un despote etc, etc.
Il faut se battre en ayant pour pierre angulaire dans la tète toutes les dépravations et mesquineries dont le pn est virtuose , il n'en est peut pas conscient mais ça n'est plus mon problème.
Se donner des limites dans l'acceptation c'est aussi donner à l'autre des limites dans ses excès. Continue à faire front à ton pn et n'oublie le bien l'emportera toujours sur le mal.
Je te dis tout ça en sachant que tu le sais déjà mais j'aimerais tellement que nous continuons avec toi à échanger sur nos réflexions je souhaite que tu continue à t'occuper de ton site.
Je n'ai pas tout dis ce soir mais je n'en ai plus le courage.


Nab le 25/02/2012
bonjour j'ai une mère depressive et suicidaire depuis de très nombreuses années j'amerais l'aider mais surtout m'aider mon coté mère théresa.com m'a valu un cancer du **** je souhaiterais dialoguer avec des personnes ayant connu le même shéma et comme me dise si il y a une recette pour apprendre à se préserver je suis j'avais un naturel gai et spontanné je voudrais me rertrouver enfin ! merci d'avance à ceux ou celles qui me répondront.


Anonyme le 25/02/2012
Waouh….je viens de découvrir votre site....il était 2 heures du matin.. je n’arrivais pas à dormir ..j’ai allumé mon ordinateur et mes recherches on fait le reste.
Si je peux me permettre.. J’aimerais également vous faire part de mon témoignage. Je suis née dans une famille nombreuse et pauvre . Je n’ai pas eu accès a l’éducation, encore moins à l’amour. C‘est au travers de mon parcours de vie qui j’ai appris les choses les plus élémentaires.. avec évidemment toutes les conséquences qu’on peut aisément imaginé. J’ai été longtemps la proie facile de pervers en tout genre …et il y en à la pelle, croyez moi. Se sont les gens qui compose votre pseudo famille ..vos voisins…vos collègues..vos connaissances…et même vos enfants, si vous ni prenez pas garde.
Un jour, j’ai compris qu’on m’avait manipuler et contrainte finalement à me marier avec cet homme que je connaissais indirectement et seulement depuis quatre mois…je ne saurais dire comment, mais un jour je l’ai compris. J’avais 18 ans, j’étais encore scolarisée, j’avais la vie devant moi..et du jour au lendemain, en quelque mois…je me retrouvais mariée, enceinte, abandonné. Un véritable concentré d’évènement de vie, tout ça dans en l'espace de quelque mois.
Je me souviens exactement du sentiment qui m’habitait a ce moment là. C’était l’apocalypse dans ma tête.
La cerise sur le gâteau, a ce moment là, c’était les traces d’humiliation que m’avait subir, en si peux de temps, cet individu , pourtant jeune et de mon âge. Une humiliation qui me marquera au fer rouge et me rendra définitivement introvertie et mal a l’aise avec les autres .
Je me découvrais aussi instantanément des attaques de panique, qui m’accompagnerons durant trente ans de vie..elles se manifestaient dans les magasins, aux contacte des autres. C‘était l‘enfer…et je n’y pouvais rien.
A 23 ans, j’ai atterrie dans un immeuble et logement.. que j’ai mis des années a obtenir. Entre temps je connaitrais quasi la rue, et les lieux sordides comme lieux d’habitation, avec mon enfant dans les bras.
Quand , j’ai eu ce logement ,je croyais que c’était le début d’une possible nouvelle vie, pour moi…Que nenni!!…c’était sans compter la leçon de vie que j’allais encore recevoir.

Dans cette immeuble, se trouvaient quatre individus, homme et femme confondu, qui se nourriront de mon isolement, de ma solitude et de ma fragilité, pour nourrir au quotidien leurs instinct si pervers que s’en est effrayant. Je passerais les détails…tant ils sont quasi incroyable autant qu’insoupçonnable …du moins un temps..même si ce temps ce compte en dizaine d’années. Ils ne laissait rien au hasard…tout ça d’un seule but, n’éveillé surtout aucun soupçon pour évitez de compromettre leurs habitude quasi maudite.

Impossible de tout détaillé. En gros..pendant des années…à mon insu..ils pénétraient chez moi…avec un double de clé, que l’un d’entre eux c’était fourni auprès d’un surveillant employé par l’office hlm.
Pendant de années, à mon insu, ils mettront sur le dos de mon jeune enfant timide , les successions de dégâts dans l’immeuble ( vitre brisé, porte abimé…ect) survenu dans l’immeuble causé de toute évidence par les nombreux délinquants du quartiers, mais qu’ils craignaient..conséquences: aucune de mes demandes de changement logements ne seras accepté…alors que j’étouffais littéralement dans cet environnement.

A mon insu, des années durant, ils vont volé mon courrier.. le lire..le détourner .. s’informer de ma vie, de mon quotidien.. Privé.. administrative..ect.

Ce n’est pas tout, mais la liste est trop longue.

La solitude me pesant, j’ai accepté une liaison, qui débuta par beaucoup d‘élégance….j’ai finalement baisé ma garde..il se révèlera être un pédophile.
Je vas mené un combat judiciaire pour protégé mon enfant que j’ai, très rapidement eu, avec lui.

Et là, interviennent mes voisins qui lui ouvrent quotidiennement la porte de l’immeuble pour lui permettre de se cacher dans le haut des escaliers et de me surprendre et me violenter.. à l’abri du regard extérieur. Rien n’était prouvable …rien ne m’était épargné.

J’apprendrais plus tard, qu’ils ont tout tenté pour me faire retirer la garde mon enfant.. écrivant régulièrement a la Dass et m’accusant de mauvais traitements, sur mon enfant.
Je suppose que je ne dois mon salut qu’a la bonne relation que j’entretenais régulièrement avec ses instituteurs, concernant le travail de mon fils.


Pour conclure, je serais condamnée a plusieurs reprise par la justice, au totale trois ans de prisons avec sursis …pour non représentations d’enfants.

Aujoud’hui j’ai 48 ans..et je ne referais pas le chemin en arrière.


Eprouvée le 25/02/2012
Depuis sa separation d avec sa compagne mon fils vit l enfer les enfants exiles a 700 km avec leur mere apres les vacances scolaires ont ete manipules ont menti lors d une enquete sociale accusant leur pere de violences ce qui est faux absolument. Je suis leur grand mere je n aurais jamais tolere de savoir mes petits fils maltraites. Les droits de visite chez le papa se passent tres bien,, mais des le retour chez leur mere ils ne veulent plus parler ni communiquer avec leur papa ni avec la famille paternelle. Les enfants sont informes du contenu du dossier. Mon fils vit l enfer, pour les vacances de fevrier les petits refusent de venir chez leur pere qui lors de chaque vacances doit faire2600km aller retour.....je vis aussi l enfer je n ai plus aucun conta avec mes petits fils c est inhumain et intolerable un enfant a besoin de ses deux parents pour evoluer dans la vie et se construire. La justice et ses dysfonctionnements sont a revoir


Yoyowood le 25/02/2012
A l'intention d'Eprouvée,
Bonjour,
Je comprends votre désarois mais ne nous trompons pas, pour beaucoup d'enfants, vivre avec les deux parents est impossible, dans mon cas, mes enfants comme moi d'ailleurs avons été victimes d'un pervers narcissique, celui ci a détruit ses propres enfants avec la protection de la justice malgrè que les enfants ne voulaient plus le voir (personne n'a voulu les entendre et ce n'était qu'un différent entre les parents), bien entendu aucun psy n'est intervenu pour confirmer cela et notre vie a été décidé par une jeune femme enquêtrice qui a conduit mes enfants dans la gueule du loup.
Dans votre cas, votre ex belle fille est peut être une de ces femmes qui nous ont compliqué la vie concernant des droits de garde des enfants.
Si vous ne savez pas ce qu'elle reproche à votre fils, si il est "innocent", excusez le terme, alors il faut qu'il trouve un psy pour parler de ce qu'il se passe, qu'il prenne un avocat pour l'accompagner et surtout qu'il regarde si il n'y a pas des billets d'avions en lowcost pour les enfants qui lui permettrait de souffler un peu (de plus cela amuserait les enfants)
Pas facile de savoir ou est le juste milieu.
http://yoyowood.centerblog.net


Agnès le 26/02/2012
je vous lie,et j'apporte un témoignage, j'ai épouser en 1981 un pervers narcisique, lorsque j'étais enceinte, il me disait je vais prendre ton enfant, pour son bien et pour ton bien. Il était devenu violent, a tel point qu'il a faillit me laisser sur le carreau, c'était un militaire, et je me suis très vite apperçut qu'entre eux ils se tenaient les coudes.Les témoignages ont afflués, les attestations et autres, hors je ne connaissai pas ses gens là, puisque j'était plus ou moins baricadé.
Je suis revenue dans mon pays natal, mal m'en a pris, j'ai gagné contre lui, obtenue la garde de mon fils, mais mon combat, ne faisait que commencer. Pire ma famille c'était rangée de son côté, jouant tours à tous chacun dans leur domaine, l'un allait voir le procureur, l'autre le juge des enfants.Je lui avait mit les huissiers aux ******, pension alimentaire, pas payé, puis un jour ce fut mon tour, car il m'avait trop versé d'argent je devais le rembourser, normal, l'huissier en question m'a demandé , " que lui avez vous fait, il vous haï à un point que s'il pouvait tout vous faire perdre, il le ferait", que vouliez vous que je réponde , à par rien. Puis un jour mon fils est parti, cela fait 10 ans que je ne l'ai revue.Je n'ai appris qu'en 2009 que ma famille jouait contre moi, maintenant que j'y pense, tout les signes étaient là mais je ne voulait pas les reconnaitres. J'ai interrogé ses personnes, les est enregistrés, c'est éffarant , on voulait soi disant m'aider.Pire à un moment donné c'est moi que l'on a fait passer pour perverse, et oui cela aide d'avoir une mère travallant en psychiatrie, cela permet de manipuler beaucoup de monde en jouant sur le jeu des apparences.Dernièrement j'ai appris l'hospitalisation de mon fils pour un probléme cardiaque, problème que j'avais démontré avec des cardiologues,mais la partie adverse de l'époque remettait tout en question, il n'avait soi disant pas de probléme cardiaque, la preuve, j'ai faillit le perdre. Je voudrais le voir, mais le barrage est là.Je suis en colère je voudrais me venger, mais que faire, je suis épuisée... Connaissez vous des personnes qui aurait subit la même chose que moi...


Espérance le 26/02/2012
A anonyme du 25.02.
Tu as vécu des choses déstabilisantes dans ta vie qui n'est certes pas un long fleuve tranquille. Vois tu il ne faut pas s'attendre a ce que les voisins soient forcement des gens bien, défends toi en accumulant les preuves, tu peux certainement trouver des manieres de coincer ces individus. En fait ce qui pourrait te sauver de leur désagréments c'est d'utiliser ces preuves pour demander un changement de logement. Ce que tu peux faire aussi c'est prendre de la distance vis a vis d'eux, je sais ils peuvent être collants et intrusifs mais tu peux en adoptant de l’indifférence et un détachement réel les dissuader de perpétuer leurs comportements malsains. Porter plainte est aussi une solution quand tu auras assez de preuves.
Je voulais aussi ajouter que la pire des perversions c'est celle qui est perpétrée dans le domaine privé en huis clos, famille considérée comme normale a priori mais qui vis un peu l'enfer.
Un mari, un père ou une mère est sensé aimer, protéger, partager,rire, sécuriser dans la normalité des croyances et des valeurs communes. Quand est il quand c'est tout l'inverse qui se produit. Le travail du pn est insidieux, il met toute sa famille sous son emprise par soif d’autorité et de contrôle, il ne contrôle pas ses pulsions alors il reporte ses incapables manquements à la responsabilités par un travail de sape et d’aliénation et de soumission, vous êtes la cause de tous ses malheurs et et vous devez en payer les conséquences. On est conscient que tout le monde n'est pas forcement gentil mais quand on rentre chez soi on imagine pas que la personne avec qui on vit est notre pire ennemi, son seul dessein nous détruire. On ne s'en rend compte qu'une fois sorti de l'emprise et on est complètement disloqué, on objective avec une brutalité inimaginable cette aberration contre nature et on fuit car il n'y a rien d'autre à faire pour sauver sa peau. Comment concevoir que la personne avec qui on a choisit de faire sa vie a qui on a consent beaucoup de dérapages par amour et idéal rédempteur (en général le pn parle peu de son passé mais le peu que vous percevez d’après ses bribes de confidences qui sont en réalité des mensonges pour vous culpabiliser c'est les misérables, c'est Causette en pire bien sur). Alors ou est l'issue pour sne plus penser à tout ce temps perdu a alimenter les pulsions morbides et desastreuses mentalement d'un pn eh bien il n'y a pas d'issue. Partir c'est un grand pas mais il ne se passe pas une minute sans que notre esprit torturé par tant de haine, de confusion induite, de flou, de dévalorisation de sadisme, de machiavélisme de duperie de mensonges de trahison d'avidité de cupidité etc ne vienne hanter notre mémoire qui est la garante de notre passé. La vie continue et l'espoir est peut être au bout du chemin pour toutes les victimes de ces fous dangereux crédibilisés par une société hermétique aux souffrances des uns, manipulable par les grandes qualités oratoires, manipulatoires, mensongères et les grandes qualités d'acteur du pn qui n'est qu'un personnage fallacieux sorti des méandres de l' enfer.
Bien à toi.
A bientot.


anonyme le 26/02/2012
à Esperance,
Bonjour,
Merci, pour ton message…
tu sais,aujourd’hui, j’ai un peu paix dans ma vie…il était temps, et j‘espère de tout cœur qu‘il en soit rapidement de même pour toutes celles concerné par les témoignages…..

Oui, je ne possède rien, je n’ai pas connu l’amour , je n‘ai rien du parcours de vie qui fait de nous des femmes, je n’ai rien vu de cette belle planète, le confort est un mot dont je connais la définition qu’a travers le dictionnaire,
Mais il me reste ce que je suis, ce qui m’habite et m’a toujours habité intérieurement, tout les combats que j’ai mené de front, la fierté d’avoir peu a peu relevé la tête ….et surtout l’amour et la bienveillance à mon égard, de mes grands enfants que j’ai élevé seule. C’est l’absolue essentiel pour moi.

Depuis quelques mois, j’ai l’immense chance que cette migraine et maladie qui m’a effroyablement torturé au quotidien ma vie durant, me laisse enfin tranquille….alors je vais tenter de reprendre la plainte que j’ai déposé il ya quelques années contre ces individus …et que cette maladie m’a empêché de poursuivre.

Après avoir été le jouet de tant de pervers et manipulateur a tout propos …je suis heureuse de leurs de dire. Voyez j’ai gagné. Je suis encore et toujours habité par le même sentiment de joie naturelle ….qui vous était insupportable et que vous avez essayé d’éteindre en moi .

Je voulais savoir également , espérance, si tu as quitté cet homme qui te torturait psychologiquement.




Anonyme le 27/02/2012
bonjour, j'ai 28 ans 3 enfants 10, 8, et 5 ans, séparée depuis 2008 et vivant sans mes enfants depuis cette date. Il a obtenu la garde car je suis partie du domicile et eil en a profité pour porter plainte pour enlevement d'enfant et abandon du domicile. je ne vois plus mes enfants que le 3eme week end de chaque mois et la moitié des vacances scolaires. je suis en depression depuis que je ne les ai plus. leur pere a refait sa vie et est sans cesse en train de m'injurier par telephone ou sms avec sa nouvelle femme et je ne peux rien faire contre ca a part des mains courabtes qui ne menent a rien. mes enfants veulent revenir habiter avec moi mais je n'arrive pas a les recuperer malgres les differentes audiences, je suis vraiment desemparee. je suis allée hier a la gendarmerie pour une plainte pour violence volontaire sur mon fils ainé car mon ex se defoule sur lui des que quelque chose l'énerve et mon fils ainé est sa tete de turc. je n'en peux plus de cet homme qui se donne une image de pere parfait mais qui est en realité un homme perturbé psychologiquement depuis notre separation et manipulateur. il arrive a berner tout le monde y compris la justice. certainement que demain il sera convoqué a la gendarmerie mais je dois justement rendre mes enfants demain comme c'est les vacances de fevrier, j'ai peur qu'il passe encore ses nerfs sur mon fils ainé, j'espere que je recupererai mes 3 loulou au plus vite et que l'on rattrapera le temps perdu, ma vie est sur pause depuis que je ne les ai plus, connaissez vous un avocat specialisé en alienation parentale sur pau ? en vous remerciant et en souhaitant bon courage a tout ceux qui sont dans la meme situation


Espérance le 27/02/2012
Quelques apports à partir de mes propres expériences :
A signaler:
les ouvrages de MF Hirigoyen sont à recommander elle a su décrypter consciencieusement le profil du pn et les souffrances endurées par les victimes, et criant de vérité et d'exactitudes.
On se sent moins seule, cette personne a mis le doigt sur l'essence même du problème. Fatiguée de devoir me justifier et qu'on me prenne pour une personne fragile qui ne sait pas mettre des limites, les explications de cette psychiatre est un baume au coeur qui m'aide à relativiser à rester dans le réel, le pn m'a tellement déconnectée et éloignée de la réalité de ce que je suis.Comprendre le sens est important pour dépasser le stade de la culpabilité.
Le discours du commun des mortels et de nombreux psy ne pose pas la question du contexte culturel et des inégalités, je lis des livres de sociologie sur les comportements humains sur la psychiatrie en fait sur tout ce qui me rapproche d'une compréhension crédible.
Le harceleur peut harceler parce qu' il est en position de pouvoir ( et non comme on l' entend dire à tord, parce que "la victime lui donne du pouvoir")

C' est ce pouvoir, évident et invisible que j' interroge, au delà de mes manques et névroses personnelles auxquelles pourtant on n' e la politiquea pas manqué de me renvoyer( quelle victime de harcèlement déjà bien dans le doute ne s' est-elle pas vu recommander une thérapie pour "se remettre en cause", ....et encore une louche !).

Cela me déculpabilise d' une part, de l' autre cela me permet de constater qu' une souffrance est toujours ingfligée dans une culture donnée qui peut donc changer, évoluer avec le temps. Aujourd' hui on n' admet plus qu' une femme soit traitée comme par exemple au 19 ème siècle parce que le féminisme a permis de faire évoluer la place de la femme.
Le problème de la destruction par harcèlement renvoie à celui de l' inégalité réelle.
On peut se permettre de harceler quend on est habitué à l' idée que l' on doit, que l' on peut avoir le pouvoir. le harceleur veut dominer, il est dans une vision individualiste poussée à l' extreme. En cela il est emblématique de nos sociétés qui pronent l' atomisation, l' indépendance affective, la réussite.
Le discours psy classique ( psychanalyse notamment)a tendance a voir dans la problématique "personnelle" de la victime l' origine du harcèlement. Or MF Hirigoyen constate que les victimes ne sont pas les "pauvres choses" que l' on croit. Socialement, oui, elles sont fragilisées par leur ****, leur statut d' étrangères, leur age ( proche de la retraite, ou jeune) leur situation de famille. Mis il n' y a pas que cela.

Le harceleur est aussi un séducteur et nos cultures ont tendance à les voir avec fascination ou indulgence pour "jeter la pierre" à la femme qui s' est laissé séduire ( et là on a droit aux pires clichés comme quoi elles revent du prince Charmant et autres fast food de la pensée). C' est en grande partie ces préjugés sociaux si répandusa qui rend si difficile la sortie.
Les femmes et les victimes de harcèlement ne sont pas des idiot(e)s qui revent du prince ou qui ont un problème avec leur passé, ce sont en général des gens biens. Trop intelligents pour ne pas inquiéter le harceleur.
Elles sont, d' après Marie Muller, pleine de vie, douées, socialbles, honnetes.Leurs valeurs alliées à leur énergie inquiète le harceleur qui est crispé sur une logique pessimiste, qui veut dominer. Il trouve la faille parce qu' il est vital pour lui de la trouver.Non pas parce que la victime est plsu afible ou a plus de problèmes que les autres mais parce qu' ils sentent que socialement elle ne va pas etre bien soutenue, que elle n' a pas l' habitude de se défendre, qu' elle ne "va" pas avec un monde sans pitié.

Les vistimes sont habituées par toute une culture ( dont le discours psy fait partie) à chercher en soi la responsabilité de la souffrance....alors que les harceleurs ont eux tendance à se décharger de leurs responsabilités sur les autres !
Cela renvoie à la valeur symbolique de chacun. pourquoi certains sont-ils si fermement convaincus de leur supériorité?
A mon avis les solutions psy ( psychothérapies) etc ne représentent qu' une petite partie des solutions car c' est un phénomène social plus qu' individuel ( lire à ce propos les livres de Christophe Dejours) et le réductoionnisme psychologique fait le jeu du hardeleur qui se dit lui ussi que "la victime n' a qu' à se débrouiller".

Quand on examine le type de société qui permet le développement du harcèlement, on est frappé par le taux de chomage, l' importance de la réussite et l' individualisme, accompagné d' un affaiblissement des morales traditionnelles qui mettaient une limite au mal.Dans nos sociéts, ce n' est pas "faire souffrir" qui est stigmatisé, c' est souffrir et ne pas réussir. Il y a une grande indulgence vis-à-vis des harceleurs et un mépris, une culpabilisation automatique, presque inconsciente de la victime.
Dans un autre domaine mais qui ressemble au cas du harcèleemnt ( mensonge, duperie, séduction, abus de pouvoir, relation inégalitaire), prenons l' exemple du séducteur Dom Juan ; Dans une société traditionnelle, il faisait scandale et la parentèle des jeunes filles séduites le poursuivait de sa vengeance.
Les Dom Juans d'aujourd' hui suscitent une grande indulgence et ce sont leurs victimes que l' on envoie chez le psy...
Cela donne à réfléchir.
C' est de développer ces idées, avec un combat politique et un examen des rapports socio-économiques réels qui me permet de surmonter un mal qui n' est pas seulement un "problème interpersonnel" mais une atteinte à l' humain dans sa dignité que les rapports économiques actuels permettent sans se soucier des couts humains au nom d' une certaine idée du "réalisme".


Aline le 27/02/2012
Bonjour,
je suis victime d'un PN qui est le père de mon fils de 3 ans

nous sommes séparé depuis 2 ans et je ne comprend pas sa haine envers moi.
Il veut et me domine me traite d'imbecile pour me parler ou me demander quelque chose.
Il en vient meme au tel de manipuler notre fils par des sentiments en me denigrant ou en demandant quelque chose que je refuse.
Il me menace bref je ne sais plus comment agir pour qu'il comprenne il me prend de haut et se sent supérieur a moi.que faire je n'en peux plus? il vient meme pas voir son fils.


M. le 28/02/2012
bonjour; j'ai grandis dans cette atmosphère:la manipulation sournoise,nos voisins incites nos locataires à nous faire du mal.nous avons toujours eu espoir qu'ils nous laisserons tranquille un jours mais non.aujourd"hui ma mère soufre de stress aigué et mon père est à bout de force.ma mère a dejà essayer la communication à plusieurs reprise ,mais en vain.et mon père rufuse de quité le quartier,il veux se batre jusqu'au bout en comptant sur dieu.que doit je faire pour l'aidé?


Espérance le 28/02/2012
A Anonyme, oui je suis séparée de mon pn, pas encore divorcée mais complètement détachée de lui affectivement. J’étais devenue son esclave, son double, son miroir, il me renvoyait l’image de ce qu'il était lui avec toutes ses déviances et s'appropriait mes valeurs et mes qualités, il vampirisait toute mon énergie, le pire c'est qu'il m'a persuadée que je ne valait rien que j’étais juste une pauvre fille , qu'il fallait que je lui soit reconnaissante de sa présence avec moi sinon qui voudrait de moi. Bien sur ca lui donnait donc largement le droit de vivre sa vie tel qu'il l'entendait en m'annulant d'une part et en me dépossédant d'autre part. Bien sur il refusait de me laisser tomber la pauvre fille parce que je lui servait de cadre,de contenant, de garde fou, d'ancrage par rapport aux autres, sa femme est toujours avec lui, ses enfants ont l'air heureux c'est que c'est un type bien. Alors il peut mener sa vie transversale et fallacieuse emplie de haine et de violence sans s'inquiéter sans se soucier du quand dira t'on. Nous étions son faire valoir pour dissimuler ses dépravations. Je ne pensais plus par moi même mais tel une marionnette qu'il manipulait à sa guise. Le pn est d'ailleurs un illusionniste hors pair Plus de capacités de discernement je m’étiolais.
Mon pn a toujours été très autoritaire avec nos enfants, castrateur en même temps il leur faisait des cadeaux pour qu'ils gardent l'image de lui d'un père idéal. L'apparence est si importante pour lui. Il a un enorme pouvoir de persuasion et je ne doute pas qu'il a du depeindre un tableau edifiant de sa sorciere d'epouse à ses amis. Ca me laisse completement indifferente je me fiche de qu'ils pensent de moi. Ce qui compte c'est que je me sois retrouvée c'est difficile financierement mais mon ego est en retablissement. Le bonheur de vivre sans personne pour tout noircir c'est une délectation. Mon expérience est trop longue à relater, 28 ans de mariage c'est long, du jour ou je suis sortie de son emprise cela à provoqué un cataclysme dans ma téte, je me suis retrouvée et petit à petit je chemine vers la réincarnation de mon estime de moi. Bien à toi et à bientot


Sonia le 28/02/2012
bonjour je me preseente sonia 42 ans, pas facile de se raconter surtout que personne est au courant trop honte je crois de mettre fait manipulée a mon age, je lai quitté j ai vraiment une boule au ventre, une angoisse il m'a fait valsé durant 2 ans, pas un inconnu je l ai connu plus jeune, sorti d un divorce il s est reposé sur moi je gerai son dentiste son ophtalmo son diabeto son generaliste, son divorce la liquidation judiciaire sa banque, ses emmerdes de justice Monsieur a été attrapé pour exbitionnisme sur le net avec des mineurs, tous ca en 2 ans il m appelai 100 fois par jour des 5h du mat, element declencheur aucun affect pour moi je m explique je suis tombée malade operation sortie du bloc un coup de fil pas pour savoir comment j allais mais pour son compte bancaire, il n est jamais venu me voir alors qu il bosse a 5 m de lhopital, j ai decouvert sa vie parallele sur le net et notament la liaison qu il entretien avec une des victimes avec laquel il est en justice il a 50 ans et elle 15 ans je suis tombée des *** quand la morveuse m a ecris en me disant que c etait elle la compagne officielle et qu ils attendaient tous les 2 quel est 18 ans. humiliation aucune explication je suis moche vieille et que je trouverai personne crise insultes acalmie et rebelotte je suis epuisée il menace d aller raconter des horreurs a ma famille je lui ai envoyé une lettre en lui disant que j avais refait ma vie, et qu il soit heureux avec son ado, va til me laisser tranquille?


yoyowood le 28/02/2012
Bonjour Sonia,
Dans un premier temps, cessez de l'informer de vos projets, ne répondez plus à rien. Laissez le délirer et pensez à vous.
Vous avez êtes agressé verbalement par une ado sans expérience de la vie, vous ne pouvez pas lui reprocher des propos dont elle ne réalise pas encore la teneur car elle aussi aura 42 ans, du moins je l'espère pour elle, vu le chemin qu'elle a choisi.
Coupez les ponts complètement et si il vous ennuit ou vous demande de l'aide, ne lui répondez plus du tout, il n'existe plus, il est transparent.
Vous y gagnerez en quiétude.
Courage


Anonyme.. Alice le 28/02/2012
Bonjour espérance…
je prends désormais le speudo... d’Alice

Comme je l’ai dit dans mon précédent message …
Je n’ai reçu aucune éducation, sinon celle d’être obéissante et respectueuse. Mon naturel et ma personnalité faite de douceur et de gentillesse, feras hélas,le reste…. et le reste , en ce qui me concerne ..sera fatalement de devenir le jouet de pervers et manipulateur a tout propos.

Si cela peut aidé quelqu’un...J’ai eux deux « irréversibles  déclic » » dans ma vie.

Le premier déclic..
C’est le jour ou j’ai vu ce pédophile et pseudo mari, que je ne connaissais que depuis quelque mois, en plein geste d’attouchement sur une fillette…..
j’ai réalisé que j’étais peut-être entrain d’être mangé vivante par un tas de pervers….environnant, et cela depuis longtemps déjà...
Cette vision d’horreur a pour l’effet d’arracher de mon cœur cette innocence qui me collait a l’âme, et contre laquelle je ne savais pas qu’il fallait lutter.
Ce jour là , je suis définitivement devenue une adulte.

Le deuxième déclic…
c’est au moyen d’un appel anonyme que j’adressais a un service national de protection de l’enfance, en plein combat pour protégé mon propre enfant.. et pour parler un peu ..et là, au bout du fil, une dame formidable me dit.
«  vous savez,… c’est votre détermination qui feras la différence ! »….moi je croyais que ce serait la justice qui ferais la différence.

Cette phrase m’a insufflé une énergie….qui ne m’a plus jamais quitté

Elle m’a dit autre chose également… « elle m’a dit, vous savez… quand vous rentrez du tribunal …et que vous êtes chez vous….. Oublié!!! …oublié tout !!! …..ne pensez plus ça …!!!!!

A chaque fois….a chaque convocation….vous rentrez et vous mettez ça de coté…!!!

J’ai mis en application ses conseils…..et çà a marché….je ne connais pas cette dame qui était au bout du fil….mais elle m’a sauvé la vie et celle de mon enfant…..je ne l’ai jamais oublié et je lui merci!!!





Va le 29/02/2012
bonjour, a tous je comprend tres bien les pn mon ex mari y été, il ma enfermer pendant 9 an de vie commune en me disant se que je met est demoder, se que je fais est deguelasse, mes enfant et moi meme n'y avait meme pas le droit de rire rearder la tv, d'aller chez la famille meme demander de l'aide car sa lui fesait honte, que je coucher avec tout le monde et que je prenait mon bon temps avec els reparateur de la chaudière parcequ'ils venait souvent,( on habiter un immeuble hlm de plus de 20 allocataire dont une tour dont pour moi norlmal qu'il y vienne pour la reparer car cette chaudiere alimenter le quartier), que je draguer ses collègue de bureau alors qu eje ne les connnai memem pas, que c ma faute que personne ne venait chez nous car je fesait mal le menage , je peu vous dire que meme là je me bat pour mes enfants maintenant, je refais ma vie avec mefiance mais l'homme avec qui je vin et marier est formidable, les enfant l'aime et moi aussi mais parfois retour au passer cause souffrance, dont pour vous dire fau se battre et tjs car c 'est dur de faire comprendre celà au autre personne meme aller voir un psy pour en parler, meme aussi ecrire sur un cahier se que l'on ressent et vecu, c'est se que je fais et sa m'aide a me battre pour survivre et proteger mes enfant e tmes enfant connaisse tres bien leur pere.donc courage


Espérance le 29/02/2012
à R. du 28.02
Effectivement il est très difficile de relater ses souffrances via un blog, j'ai été cloîtrée dans le mutisme , le silence, la honte, la peur de raconter ce que vivais, ça me taraudait. Je n'en ai même pas parler à ma famille qui se rendait compte à distance et les rares fois ou on se voyait ( mon pn a bien élaborer son travail de sape pour m’éloigner de ma famille et de mes amis sournoisement l'air de rien) que quelque chose n'allait pas que j’étais malmenée ainsi que meses enfants.
Je suis quelqu'un de discret de responsable, la tendance à culpabiliser à endosser tous les dysfonctionnements n'a fait que renforcer mon isolement. Lui s'en servait et c'est d'ailleurs pour ça que j'ai été choisit.
Le jour ou son pouvoir anesthésiant son endoctrinement,le jour pu je suis sortie de son emprise, j'ai commencé progressivement par cheminer vers la compréhension de ce qui m'arrivait puis ensuite j'ai parlé.
La parole est un outil de réconfort, chaque fois que j’écris un post je me départis d'un peu de ma souffrance.
Le refoulement inhibe.
Dire les choses pour partager son expérience peut être salvateur. La communication n'est pas une tare elle permet l'expression.
L' oppression vient souvent d'un manque de droit d'expression. L'emprise nous ligote et nous enferme dans le silence.
Mettre un frein à la liberté d'expression c'et assujettir l'autre.
Parler c'est en quelque sorte une catharsis.
Parler c'est se libérer, pouvoir penser et exprimer son ressenti peut être parfois est une issue.
Je ne fais pas de diffamation, je raconte mes turpitudes, je mets en garde contre leur nocivité, je n'ai rien inventé, c'est ma vérité.
Je suis quelqu'un qui à un grand sens du bien et du mal, une propension naturelle mise en exergue par mon pn qui m'a tout simplement conduite à ignorer mes besoins jusqu’à l’abnégation l'annulation.
Je transmet mon expérience parce que ça me soulage.
Je n'ai plus honte, je n'ai rien fais de répréhensible, la honte n'est plus de mon coté.
Quel mal doit on encore expier quand on écrit?
J'ai choisis de parler pour ne plus vivre dans l'ombre de mon pn.
Me reconnaîtra t-il? et alors que se passera t-il? En tout état de cause je prends le risque.
Je termine en disant que j'ai toujours été adepte de la retenu dans le discours pour moi c'est plutôt le silence est d'or la parole est d'argent ( me référant de surcroît aux capacités oratoires, aux facilités de persuasion du pn, à ses capacités de manipuler de pervertir de détourner le langage à son avantage? Parler peut etre une arme redoutable,c'est aussi un bon moyen pour flatter son ego).
Je suis aussi adepte du proverbe chinois qui dit " si ce que tu as à dire est moins intéressant que le silence, alors tais toi...)
Dans ce blog il s'agit de relater son parcours sans faux semblants sans fioritures, dans la vérité et l'authenticité de s'aider mutuellement pour ne plus avoir à souffrir d'un isolement imposé par le pn.
C'est dépasser les préjuges les a priori qui font croire que les victimes sont des personnes fragiles, instables,pourquoi pas paranoiaques etc etc, messages bien rodés que font passer les pn.
Comparé au mal et aux horreurs qu'ils infligent a leur entourage, je dirais il n'y a pas de commune mesure.
Alors vive la liberté de penser, de parler et d’écrire.
N'ayons plus peur.
Je ne sais pas qui vous êtes et vous ne savez pas qui je suis mais Dieu que c'est bon d'exorciser,d'exulter de ne plus refouler.
L’intérêt et le sens commun de ce blog est que nous savons de quoi nous parlons et je suis persuadée que seules les personnes qui ont eu la malchance de croiser la route d'un pn et de vivre avec lui savent de quoi il s'agit, les autres ne l'entendent pas toujours.
Alors si la parole peut mettre à jour leur exactions j'en use et j'en abuse ou est le mal.
Se livrer aussi facilement n'est pas dans ma nature profonde mais si ça me fait du bien et si ça peut servir, mieux comprendre ce phénomène alors pourquoi pas.
La parole n'est pas l’apanage de ceux qui pensent être les plus forts.
Tu étais un être innocent, etc etc ( voir un de mes précédents post pour redécouvri ce poème.
Merci de m'avoir lu, à bientôt.


Polly le 29/02/2012
bonjour, je m'appelle polly j'ai 29 ans et j'attends mon 2eme enfant. Mon mari a 2 enfants d'un Premier mariage et son ex et ne PN. Depuis 7 ans ils sont divorcé, je suis avec mon mari depuis 3 ans et on vit un calvaire. SMS injurieux, ingerence permanente lorsqu'on a les enfants ( garde chez nous),depot de plainte, usurpation d'identité a la caf et CPAM, monte le cadet contre nous; lui dit qu'on est des fous qu'on les veux que pour recevoir la caf


Pauvre idiote le 29/02/2012
Reviendra-t-il à la charge?

Cela faisait 7 mois que j'avais quitté un bipolaire alcoolodépendant après 9 ans de vie commune et voilà que je m'enlise comme une idiote avec un pervers narcissique, encore plus fou que l'autre. Son charme, sa générosité, ses compliments ont eu raison de mes doutes. Cela a duré 4 mois. On s'était connu il y a 16 ans et perdu de vue. Mes souvenirs de lui étaient vagues. J'ai l'impression qu'il m'a suivie pendant tout ce temps à travers les réseaux sociaux, les blogs, forums et autre. Jusqu'à choisir le moment propice. Il était tellement généreux que je l'ai cru réellement amoureux. Il m'accuse de plein de trucs que je ne comprends pas. Il est violent. Il ressasse sans arrêt qu'il travaille pour 10, qu'il est toujours là pour tous, qu'il est épuisé, qu'il est malade, que personne ne lui le rend... Il me met dans le lot des ingrats. Je le suis comme une chienne, j'accepte tout et n'importe quoi au lit et ailleurs. Il dit que je passe ma vie à mater les autres. J'ai des scènes de jalousie constantes. Je ne regarde personne. Il me dit que je suis une douche écossaise. Je rampe devant lui. Je passe ma vie dans ses bras. Je ne lui lève jamais le ton. Je ne lui manque jamais le respect. Je suis d'une douceur, d'une tendresse et d'une gentillesse hors normes. Il crie dès que j'ouvre la bouche. Je n'ai plus le droit de parler.

Après il me dit que c'est moi qui le met dans ces états de nerfs. Soit il ne manque pas d'éloges sur mon intelligence suivies d'insultes sur ma bêtise et ma naïveté. De même avec ma "beauté". Je précise que j'aurais 53 ans bientôt. Comment ai-je pu être aussi naïve?

Je lui ai dit Stop il y a 8 jours. Il a disparu sans donner de nouvelles et voilà que je reçois une lettre de 29 pages par mail. Un tissu de mensonges et d'inepties, pleine de paradoxes, de contradictions, incompréhensible pour un profane. Je découvre cette pathologie. Va t-il réapparaître? J'ai peur. J'ai changé la serrure. Je dors mal. Je fais des cauchemars. Je passe mon temps sur Internet à lire des textes sur ce sujet. Que dois-je faire? Je ne veux plus de lui. Il est dangereux pour mon équilibre.


yoyowood le 29/02/2012
Bonjour Pauvre Idiote,
Je regrette que vous ayez choisi un tel pseudo car vous êtes loin d'être dans ce cas ou alors toutes les personnes qui témoignent le sont aussi.
Surtout gardez bien tous les écrits qu'il vous envoie (n'y répondez pas, çà ne sert à rien), vous avez la possibilité de ne plus répondre ou de bloquer les numéros inconnus et de bloquer ses numéros de téléphones sur votre fixe et portable afin de ne plus recevoir ses appels, il sera dans l'obligation de laisser des messages (dans ce cas, pensez à les enregistrer car les messageries ne conservent les communications qu'un temps limité). Si, il cherche à vous voir, ne répondez à aucune provocation, controlez vous et gardez votre calme tout en cherchant à rejoindre un lieu public fréquenté, un commissariat de police, mairie etc....
Bref, investissez dans un dictaphone si vous n'en n'avez pas sur votre téléphone portable et regarder la notice de votre portable pour les blocages et consulter les informations sur l'utilisation de votre ligne fixe pour les blocages aussi.
Difficile à mettre en pratique non, mais beaucoup de volonté à l'appliquer oui.
Bon courage et changez de pseudo, celui-là ne vous va pas LOL


Tino le 01/03/2012
Je suis victime d'une pn depuis bien trop d'années, elle régente ma vie, et je n'est aucun moyen de m'extirper de ses griffes. J'ai des preuves impressionnantes de son comportements, mais tous le monde s'en fout,surtout la justice dans laquelle je travaille, lol. Ma vie a été dirigée par cette personne, et aujourd'hui, c'est foutu.... A+


Pat le 01/03/2012
Bonjour à toutes et à tous,

Je suis ne femme de 46 ans, mariée depuis 21 ans, une fille de bientôt 20 ans. Je voudrais savoir si je vis avec un PN. Mon mari m'a trompée pendant 6 mois. Il est parti une première fois de la maison du jour au lendemain, puis 1 jour plus tard est revenu me disant qu'il m'aimait, puis une semaine plus tard, ça recommence il repart 4 jours et revient en disant qu'il nous aimait et que plus jamais il nous quitterai! Je lui ai pardonné son infidèlité et à chaque fois je le reprennais, car je l'aime. Mais moins d'une année après, ça recommence. Il veut partir pour se reconstruire, car son passé lui pose des problèmes actuels. Mais il ne sait pas quand il veut partir et ne sait pas s'il veut revenir. En bref, avec ma fille, on doit attendre qu'il se décide à nous donner une réponse. Entre-temps, il voit une coach de vie, car il dit souffrir de dépression et qu'il doit régler ses problèmes. Quand je lui dit que ma fille et moi-même souffrons de cette situation, car vivre dans cette insécurité, c'est absolument invivable. Certains jours il est tout souriant, m'embrasse, me donne la main quand on va se promener, me dit des je t'aime long comme le bras et le lendemain, il est complètement indifférent, froid, distant et n'est pas sensible pour un sous à ma détresse quand je lui exprime que je souffre de cette situation. D'après lui, c'est lui qui souffre et je ne comprends rien à ce qu'il ressent. C'est tout moi je, moi je et nous avec ma fille, on doit se mettre de côté et comprendre, attendre.
J'en peux plus, car au fond de moi, je l'aime mais je ne sais pas s'il est vraiment malade (il me dit qu'il souffre d'une dépression) ou s'il s'amuse de cette situation, car quand je pleure, il s'énerve et m'ordonne d'arrêter de pleurer. Merci pour vos réponses, car je suis en train de m'enfoncer jour après jour et ma fille est aussi sur la pente descendante.


yoyowood le 01/03/2012
A tino,
peu importe l'âge, c'est jamais foutu.

A Pat,
Peu importe ce qu'il vit, ce qui compte, c'est vous et votre fille, si vous n'étez pas heureuse de cette situation. Dites stop et reconstruisez vous. Vous l'aimez mais vous souffrez déjà beaucoup de cette situation, seule, vous aurez ce même sentiment pendant encore quelques temps, alors à choisir. Il n'a pas à faire des écarts puis se plaindre pour vous empêcher d'exprimer votre propre souffrance. Il fait des faux pas et vous lui pardonnez mais il n'a aucune tolèrance avec vous, n'insistez pas, il vous utilise. Et oui, nous sommes "utiles".
Bon courage à votre fille et vous


Pauvre-idiote le 01/03/2012
Bonjour yoyowood,
Merci de me répondre. Je suis suffisamment éclairée sur le profil de cet homme, grâce à Internet, que je n'ai plus aucune intention de le laisser s'approcher de moi. Par contre, psychologiquement parlant, je me sens lasse. 20 ans de vie commune avec un névrosé obsessionnel, connu alors que je n'avais que 16 ans. Le 1er homme de ma vie qui m'a fait toucher les bas-fonds. 3 enfants sont nés de ce couple partagé avec un sadique, 3 toxicomanes. L'aîné cumule 9 ans de prison, le second, handicapé à la suite d'un accident, lutte pour garder la tête hors de l'eau et le 3ème vit avec moi, après 2 TS. Ils sont tous les 3 suivis par des psy et sous produits de substitution, entrecoupés de périodes de rechute. Je commençais à me reconstruire, 9 ans après avoir quitté leur père, dont ils étaient devenus l'enjeu (voilà le résultat, des adultes brisés)que je me mets en couple avec un amour d'homme. Une gentillesse et une douceur hors normes. Quelques semaines après avoir laissé mon appart, je découvre la vraie personnalité de cet être avec qui j'allais contraindre mes 2 derniers enfants, alors ados, à partager leur vie, l'aîné purgeant sa 1ère peine de prison (4 ans alors qu'il n'en avait que 19). Un homme qui souffrait d'un syndrome bi-polaire, avec des crises violentes, un alcoolisme secret, et le déni total de sa maladie. Je venais de perdre mon emploi. Je me piégeais toute seule pour 9 ans de plus. Je le quitte début 2011 dans une scène de violence terrible alors qu'il tente d'étrangler le plus jeune de mes enfants. Ma mère nous recueille. Nous refaisons surface lorsque le dernier homme, le PN entre en contact avec moi par le biais d'un des réseaux sociaux connus. Je suis informaticienne. J'aime Internet et je suis incrite sur de nombreux sites et forums.
Cela fait 9 mois que je vis avec ma mère, ma soeur lourdement handicapée et mon dernier fils, qui oscille entre bonheur et chagrin ( fini d'élever par un bi-polaire, il en présente les symptômes lui aussi). J'ai connu le PN lors d'un stage, il y a 16 ans. Je me souvenais d'un caractère fort, sans plus. Il arrive dans ma vie à un moment où je perds pied. 52 ans d'échecs, je dors avec ma mère, mon fils sur un clic-clac depuis plusieurs mois. Il représente à mes yeux "le Sauveur". Une générosité, une motivation, une douceur, une tendresse, que des qualités! Nous commençons à échanger des mails, des coups de fil, un premier rendez-vous galant dans mon département, puis je vais chez lui pour un week-end. Il vit à 200km. Je mens à ma mère car je sais très bien ce qu'elle pense de mes relations avec les hommes et je veux lui éviter tout souci supplémentaire (84 ans, un AVC il y a 2 ans). Il commence à me faire des reproches curieux sur mon attitude ou mon comportement. Je doute tellement de moi et je culpabilise si facilement que je pense qu'il a forcément raison. Tout va très vite. Il n'y a pas un jour où nous nous voyons sans que j'ai droit à des accès de violence. Je me fâche avec ma mère de laquelle je comprends par la suite qu'il est l'instigateur de notre séparation. Il commence à détourner de moi mon fils (26 ans, le plus jeune). Mon fils est aussi fragile que moi. Il lui dit que je suis possessive, qu'il ne pourra jamais avoir de vie de couple car je l'en empêcherai, que je ne me résoudrai jamais à couper le cordon...
Ses propos sur les liens qui m'unissent à ma famille de laquelle je suis très proche sont de plus en plus explicites. Il veut que je m'éloigne de tous.
Il se porte caution solidaire pour la location de mon appart. Il m'envoie des virements conséquents tous les mois. J'ai encore perdu mon emploi en novembre 2011. Toujours ce fichu chômage! Il me rend rapidement dépendante financièrement.
Il se vante de richesses, d'un salaire mirobolant. Moi, à vrai dire, avec le recul, j'ai des doutes. Il loge dans la maison de sa mère comme il y a 16 ans. Il dit avoir déménagé 100 fois et être revenu là pour des raisons professionnelles.
Il ment.
J'ai informé ma famille du problème que j'ai avec lui et je leur ai montré la lettre de 29 pages, malgré les cochonneries qui y sont écrites. Pour le moment, il n'a pas essayé de me téléphoner. Je sais qu'il ne va pas laisser tomber comme ça. Je bats les records de la bêtise, la proie idéale pour ce genre de vampire. Je ne peux pas porter plainte, la police va me prendre pour une folle, avec tout ce qu'il a fait pour moi, tout comme son ex avec laquelle il a déclaré une guerre terrible. Il a eu 2 filles avec elle. Des enfants éteintes qui souffrent un calvaire. La justice ne mesure pas ce personnage. Il les a tous mis en boite, des juges aux éducateurs en passant par les avocats. Il présente bien, il a soi-disant une bonne position sociale et professionnelle. Son ex, une pauvre chômeuse comme moi. Je voulais dire aussi que je prépare un concours pour entrer à l'université. J'ai un Bac +2, je vais tenter un Bac +4. Avec tout ça, j'ai du mal à me concentrer, mon esprit s'évade sans arrêt.
il va me faire rater cet exam. C'est leul atout qui lui reste.
Merci de m'avoir lue. Ca me fait un bien fou de mettre des mots sur mes maux.
A bientôt


R. le 02/03/2012
Bonjour à toutes et tous, je suis bouleversée par vos témoignages notamment celui d'une femme "anonyme" du 25/02/12!!! Quelles souffrances c'est indicible ce que tu as vécu et ce que vous avez vécu toutes et tous. A côté, avec l'histoire de ma belle-mère qui m'agresse parce que j'ai eu un enfant avec son fils et qui me calomnie allègrement depuis me paraît dérisoire et ridicule (même si ma souffrance est réelle et affecte ma santé). J'espère que vous ne m'en voudrez pas de partager avec vous cette histoire tandis que vous vivez de véritables drames dans vos familles et dans vos vies. Pardon de vouloir néanmoins communiquer avec vous car (et j'espère que vous comprendrez) je me sens seule face à cette belle-mère et mon conjoint qui laisse dire et faire tout en prétendant m'aimer. Je ne sais vers qui me tourner et j'ai trouvé en vous une épaule pour m'épancher et des conseils avisés pour continuer d'avancer. J'admire votre courage et votre force à vous tous car il en faut énormément pour affronter ces atrocités et pourtant continuer à vivre!!! BRAVO ET MERCI MILLE FOIS D'ETRE SOLIDAIRE !!!!


Espérance le 02/03/2012
Bonjour Pat
Dans ton cas il est difficile de transiger en arguant que ton mari est pn.
La perversion narcissique ne s'improvise pas, elle existe depuis le début de la relation.
Si ton mari à toujours été probe, honnête, si tu as toujours été heureuse, si tu ne t'ai jamais sentie abusée? trahie, ni dévalorisée ni humiliée, si ton mari ne t'a jamais vampirisée, profité de toi, chosifiée,menti ( sauf des petits mensonges par omission comme il nous arrive à tous plus ou moins) ou endoctriné, si tu t"es senti existé dans ton couple si tu as construit sans qu'il ne déconstruise s'il ne t'a pas mis sous emprise telle que tu sois sa chose son objet si tu as pensé par toi même sans qu'il ne t'oblige à etre ce qu'il voulait que tu sois si tu n'as pas subi de violences morales ou parfois physiques ( la liste est longue et non exaustive) eh bien il faut réfléchir à ta situation.
Il se peut que ton mari traverse une période instable, se cherche ou fasse le bilan de sa vie. Il n'est donc probablement pas pn, je te conseille dans ce cas de lire les ouvrages s'y afférents.
Il ne sait pas comment te l'expliquer.
Il a peut être envie de vivre autre chose mais ne veut pas te faire du mal en même temps il le fait mais il est incapable de le reconnaître. En fait il veut vivre des choses en dehors de son couple tout en gardant votre affection et cette entité familiale qui lui est indispensable comme un recours pour se prouver qu'il a quand meme une alternative à ses besoins d'errances? d'independance ou d'aventure.
Te dire qu'il est depressife qu'il a besoin d'un coach à mon humble avis c'est pour amortir l'impact de cette vie extra conjugale qui le tente d'une part de l'autre pour te culpabiliser et empecher des réactions.
Il n'y a pas assez d'elements dans ton temoignage pour definir explicitement les choses et il est difficile de se pronocer pour des attitudes propres au pn.
Plonge toi dans ton histoire et surtout verifie que tu n'es pas sous emprise par rapport à la liste sus citée et par rapport à la grille d'evaluation des pn.
Il n'est peut etre pas pn dans ce cas à toi d'evaluer ce qui est de l'ordre de l'acceptable.
Te sens tu capable de consentir des escapades amoureuses à ton mari en jouant le rôle de Pénélope, en vivant dans l'attente et l'incertitude d'un retour probable ou peut être improbable.
Es tu en mesure de vivre entre parenthésés.
Tu l'aimes mais lui t'aime t-il assez pour t'imposer des contraintes tout de meme humiliantes vis à vis de toi et de ta fille.
Quel regard aura sur toi ta fille sur son père et aussi sur les hommes en général.
On ne vit qu'une fois Pat, si ton estime de soi survit à ces incartades alors continue ainsi, tu peux t'etioler doucement alors réagi avant. Parle lu et montre lui que tu n'est pas un tableau, un meuble, une voiture etc qu'il peut reprendre quand bon lui semble.
Tu as une âme, un coeur, un esprit et tu ne veux pas souffrir ni tomber dans la dépression, ta fille non plus.
Ton mari n'est pas un adolescent et tu n'es pas sa mère.
Si il attend ton assentiment pour le libérer sans déclencher le premier pas soit parce qu’il ne veut pas te faire souffrir soit parcequ'il te faire porter la responsabilté c'est son choix.
Toi tu as le choix de lui poser des limites, ces limites à lui lui appartiennet mais lorsqu'elles debordent sur les tiennes alors que tu n'es pas constante ca devient de la manipulation.
Chère Pat je comprends parfaitement ta confusion elle est patente,elle transpire dans ton message, a contrario ne te laisse pas aller à la déliquescence il faut que tu te sorte de cet imbroglio avant d'en payer le prix.
Que pense tu du couple que tu forme en ce moment avec ton mari?
C'est en toi que tu dois trouver les réponses, personne ne peut le faire à ta place.
L'acceptation oui quand elle ne plonge pas l'autre dans le mortifère,l'amertume, les ruminations et la déstabilisation.
En quelque sorte il a le beau rôle désolée c'est ton époux mais j'essaye juste de t'indiquer des orientations explicatives.Le sentiment de la peur d'abandon et de tristesse sont prégnants dans ton post.
Tu as peut developpé une dependance affective sans qu'elle ne soit pathologique et tu as peur de la vie sans lui. Mais avec lui par intermittence comment te sens tu? es tu heureuse? Quel reves sont les tiens? Te complaire dans une relation ou tu rejette une partie de toi même est ce bien pour ton équilibrE.
C'est sur il y a beaucoup de femmes qui acceptent de vivre des situations similaires et ne quittent pas leur compagnon mais toi quel est ton raisonnement?
A contrario pour ce qui est de la composante pn, il faut étayer et en savoir davantage.
Bien à toi.


yvyl le 02/03/2012
hank mon ex a fait pareil, j'ai fait appeller l'hopital, , pour avoir le dossier,il faut passer par un magistrat!!! mon avocate ne veut pas poursuivre, ma demande, comment trouver un avocat qui veulent prendrent, une affaire, contre un manipulateur, menteur, etc
est-ce qu'un avocat lis nos lignes et nos souffrances?.
j'ai perdue la parole, suite à un choc, il m'avait pris notre fille,et durant 4 jours, je ne sais ou ils ètaient, j'ai du mal a ècrire ce qu'il m'a fait endurer durant 21 ans
aidons nous, prenons la parole pas juste sur un site, bien sur nos temoignages nous soulagent, mais j'aimerais plus, et, vous?


ÉclatDuSoleil le 02/03/2012
Bonjour, j'ai écris récemment, mais mes messages ne sont pas apparus, je ne sais pas s'ils sont bien arrivés à destination..m'enfin.
A la lecture de cette longue liste de commentaires, où nous, victimes de pn se rejoignons pour témoigner et s'entraider, et sachant que les pn mentent, mènent souvent des doubles vie, je me demande s'il y a ici des victimes de même pn...
Je dois me choisir un sujet de doctorat pour l'année prochaine. Je suis tellement bouleversée par ma relation avec un pn et j'ai tant besoin de COMPRENDRE que j'envisage de faire une thèse traitant du sujet. Si vous avez des suggestions de questions que je pourrais aborder, celles-ci sont toutes les bienvenues.
Enfin je constate en lisant vos témoignages que les recours pour les victimes au **** de la justice sont plus que limiter face aux pn. Il y a vraiment quelque chose à faire avec ça, il faut que ça change. Envoyez-moi vos idées, questions à creuser dans le cadre d'une thèse sur les pn (ou leurs victimes), si vous voulez.
A bientôt,


Entraideapn le 02/03/2012
@ Eclat du soleil … les coms sont classés dans nouvel accueil (http://entraideapn.centerblog.net/6577757-pour-vos-coms-attention-a-lire ), la rubrique « entraide pour se protéger des pn » ne pouvant plus valider de coms.


Marie le 03/03/2012
Bonjour a tous.
Très intéressant ce blog.
Pour ma part je suis confronté a une femme PN depuis 3 ans il s'agit l'ex de mon compagnon et je peu vous dire que ce genre de personnage ne lâche jamais prise,ce sont des personnes démoniaque sans scrupule qui vont faire semblant d'ètre ami avec vous pour satisfaire leurs besoin de dominer les gens et si on ne leurs obeit pas alors c'est la grosse guerre quoi que méme si tout semble bien il chercherons quand mème a vous nuire de quelques façon que ce sois,ça fait partie de leurs personnalité,ils vont cherchez a fouiller votre vie passé et presente pour trouvé quelque chose pour vous nuire et il ne se gene pas pour prendre contacts avec des personnes de votre entourage pour trouvé une faille,rien ne les arretents mème s'il doivent ce servir d'enfants pour attiendre leurs but.Je pense qu'il faut trouvé leurs faille également pour les calmer un peu ils n'aiment pas ça du tout.Bon courage a tous.


Espérance le 06/03/2012
Quand je me retourne vers mes souvenirs, je vois un désert un grand désert aride, brûlant et oh combien dangereux.Ce etait parfois traversé par des îlots de fraîcheur ou je me ressourçais je reprenais mon souffle pour faire face à mon pn.
Mes enfants, mes proches avec qui je m’étais éloignée persuadée par le pn qu'ils m’étaient néfastes m'ont aidés à maintenir le fil avec la vie.
Le prédateur lui ne s’essouffle jamais il est épuisant, pourvu d'un affectogramme plat il n'a de cesse de détruire, de saborder, d'avilir tout ce qui est vie, bonheur, rire, optimisme.
Il est misanthrope et ne rêve que d'une chose la mise à mort d'une vie bonne et heureuse.
Confrontée à un pn domestique, je suis aussi la cible d'une collègue avatar de ce trouble de la personnalité.
Je suis sidérée devant les nombreuses similitudes, on penserait à des clones.
La différence étant seulement liée à la teneur de la relation.
Ce qui me parait important de souligner c'est que dans la spére public le manipulateur pervers par des prouesses et detournement du langage arrive à retourner les situations à son avantage, il arrive meme à induire chez ceux qui sont en réalité ses complices(la j'emploirais volontiers cet adjectif) par crainte par soumission etc des attitudes limite perverses.
Ils suivent son rythme car il à su les manipuler, ils font donc son lit morbide.
Ils sont enrôles par le pervers pour détruire psychologiquement l'autre, ils ne s’embrassent pas de valeurs morales comme si le pn avait détruit en eux toute velléités empathique.
Ils sont soumis à la logique pn.
Les polémiques, le travail de sape, les injonctions les dénigrements et surtout j'insiste la dessus les rumeurs, les ragots, les imbroglios crées de toutes pièces par des prouesses techniques d'une grande maîtrise qui créent une confusion un malaise palpable) les manipulations vont bon train et la proie devient l'ennemi à abattre.
Les complices vont alors travailler pour le pn et avec lui jusqu'a ce qu'un élément les fasse reprendre leurs conscience.
Heureusement tous les collègues ne se laissent pas embrigader dans cette aventure funeste.
Il impose par des méthodes de persuasion coercitive une vision de sa proie aux autres tel qu'il voudrait qu'elle soit perçue.
L’étrangeté vient du fait qu'ils oublient ce qu'elle était avant d’être choisie pour proie.
A ce stade on peut considérer que le pn à des aptitudes colossales pour déstabiliser les autres par rapport à leurs certitudes. Ils sont utilisés par le pn pour arriver à ses fins, peu importe les dommages collatéraux. Le plus troublant et destructeur pour la victime c'est qu'elle est accusée d'affabulatrice, de menteuse de paranoïaque (sana commentaire quand à son équilibre mental).
Eiguier et d'autre ont évoqué la victime comme étant la complice.
J'en doute fort la proie est sous emprise,les complices sont ceux qui jouent le jeu du pn, ceux qui perçoivent sa perversité mais n'osent pas le dénoncer, peu importe les raisons on les devine.
- La peur des représailles 5le pervers assoit son autorité par des parades séductrices à but utilitaires et aveugle le libre arbitre).
- Elles n'ont pas encore démasqué le pn.
- Elles ne mesurent pas l'impact de ses diaboliques manipulations.
- Elles préfèrent se préserver en jouant l’indifférence.
- Elles ne connaissent pas ce trouble de la personnalité.
- Elles préfèrent garder l'estime du pn car il leur fait croire qu'il est quelqu'un d’influent.
- Elles craignent d'y perdre des plumes et de devenir sa prochaine proie ( il sait tellement de choses sur les uns et les autres il s'en servira pour démolir n'importe qui en détournant les confidences).
Apres mon pn domestique que j'ai quitté depuis 4 mois, je suis confrontée à un pn sur mon lieu de travail, dans un premier temps j'ai demandé une mutation qui m'a d'ailleurs été accordée.
J'ai changé d'avis je reste, la fuite n'est pas toujours la meilleure solution quand on à pris conscience de la nature de leurs méfaits psychologique quand on ne se sent plus en danger alors on devient capable de se défendre de se faire respecter.
Je reste car j'ai envie de me confronter à elle, je veux savoir si j'ai développé les résistances nécessaires.
Je veux lui tenir téte, je me suis a peu prés reconcilier ave moi meme, j'ai retrouvé mes capacités de discernement.
Je veux lui faire comprendre que si quelqu'un doit partir ce n'est pas moi.
J'espere ne pas m'epuiser dans cette quete de sens.
Battons nous contre ces personnalités deviantes.
Protegeons nous en denoncant ce que nous remarquons d'anormall autour de nous.
Ne fermons plus les yeux.
Soyons responsable et éradiquons ces personnages cruels et morbides.
Les pn n'ont aucune chance d'exister si ils n'avaient pas le miroir en face d'eux qui leur renvoie ce qu'ils veulent voir en leur faisant oublier ce qu'ils sont en réalité.
Protégeons les victimes de leur emprise moribonde.
Créons une barrière contre leurs exactions e pensons à nos enfants.
Je ne suis pas naïve jusqu’à croire qu'ils vont tous disparaître mais au moins ceux que nous connaissons, c'est déja ca en moins.
Une petite chose encore le pn est tellement diabolique que souvent quand il met en place une tentative de démolition il profite que sa victime soit dans une situation personnelle instable, pour une collègue ça à été une grave maladie, pour moi un divorce et pour d'autres...
C'est la qu'on se rend compte que la misère, la souffrance dans laquelle sont plongés les autres est un facteur qui décuple ses desseins machiavéliques et son besoin de nuire.
Que dire d'autre ça fait froid dans le dos.
"Souviens pas d'oublier" a dit Nietzsche, moi je dis on peut oublier ce que l'on a pas réglé. Alors avant d'oublier fais la paix avec toi même, réconcilie toi avec ton passé par la quête de la compréhension et regardes l'avenir avec des acquis qui te serviront à ne plus retomber dedans.


Vanessa le 06/03/2012
bonjour je sui dans le pkus grand desaroi jai 31ans 2beau garcon de 6et 13 ans je vit depuis mes 16ans avec leur pere qui et un pervers narcissique du type 3 il ma battue manger le cerveau manipuler dirigeer et modeler a sa facon pendans 15ans je vien davoirun tel declic et une telle prisede conscience que cest destabilisant et jai tres peur car jai tout compris tout cet mis en place dans ma tete tout et devenu clair je sui manipuler dirigee gerrer par cette homme qui et un "bon"pere meme si il se sert de cest enfant comme de "pion"qui deplace il et clair que cette homme et nefaste pour ma santer mentale
il ne me bat plus depuis la naissance de notre dernier fils cela fera 7ans car il a faillit tout perdre car la justice sen et meler, ,,,javai une aide on ma tendu une perche que je nai pa su attraper avec le recul je me dit quon a voulu maider mai quil a reussi a tout reprendre en main malgres moi evidament je peu pa resumer 15ans de doueur de souffrance de joie aussi car un pn sait tres bien doser se quil donne et se quil reprend il alterne la gentillese les declaration et les crise lew manipulation etc etc bref je vie encore sou le meme toi car il refuse la separation il nie et refuse toute negociation il se comporte etrangemen depuis quil se sai demasquer je lui ai tout balancer la privation de liberter le fait que monsieur refuse que je travaille refuse que je prenne soin de moi refuse mes amie refuse que je sorte sans les enfant et triste et jaloux quand je vait mieu et que je repren confiance en moi il refuse que je fasse du sport que je prenne soin de moi une chose ma fai tenir mon fort carectere (enfant battues en etant jeune avec une mere alcolique)bref blindee de chez blindee mais apres 15ans de vie avec un pn jdit stopppp ok jai pas de travaille pas dargent un domicile commun (mais a mon nom )jai eu le permis ya 2ans mais je conduit son vehicule bref je nai rien a part ma luciditer ma force meme si il men reste peu et deux bo garcons il fo que je reste impasible fermee et lisse face a cette homme mai cette homme partage mon quotidien et cela et tres dur a vivre je nai ni pere ni mere ni famille ni ami ni connaisance je nai personne et je nai rien a moi quoi faire rester et mourrir ou partir et se retrouver a la rue?besoin daide besoin de savoir quel attitude adopter au quotidien il sit que je sait tout que je lai demasquer il se la joue bon pere et present et genereux je reste impassible fermer et resignier a se que lon se separe lui refuse et ignore mes demande fait comme si rien ne cetai jamai pqsez si il a simuler un debut dinfarctus quand je lui ait tou deballer tout de A a Z et a dit quil se turait mai devant mon impermeabiliter il et parti ce coucher bref jpourai ecrire durant des moi etdes moi pour exposer 15ans de vie mai le souci actuel ses koi faire pour pas sombrer psycologiquement car je fai de crise dangoisse de plu en plu forte


pauvre idiote le 06/03/2012
@ eclat du soleil
Bonjour,
4 mois lui ont suffi pour me destabiliser. 15 jours que je n'ai plus de ses nouvelles et j'y pense 24h/24. Non pas qu'il me manque, bien au contraire, je l'abomine ! Comment ai-je pu me faire piéger ? A mon âge... J'éprouve une honte...
Une envie de vengeance me dévore. Non, je n'en ferai rien. Je n'en ai pas les capacités et je ne veux plus l'affronter. J'ai peur parce que je me demande ce qu'il va entreprendre contre moi.
Par contre, si mon témoignage peut t'aider pour ton projet de thèse, aucun souci. Ce sera avec plaisir.


Anonyme le 06/03/2012
je suis très touchée par ses témoignages et sur celui de alladineo car je vis exactement la même chose aujourd'hui et on se sent très très impuissant face aux pervers et surtout incompris et pas écoutés


Cécile le 07/03/2012
bonjour c'est cécile j'ai écrit il y a quelque temps mais je reviens vers vous car j'ai un logement ca y est le souci c'est que jai essaye de reprendre une vie sereine avec le pere des enfants qui est un pn et ca n'a pas marché je l'ai mis à la porte il m'a redonné mes clefs ce matin l'audience du 19 mars approche ca m'angoisse on m'a dit d'appeler le 17 et de ne plus lui ouvrir la porte est ce que cette fois-ci je serai capable de ne plus lui céder j'ai peur de ne pas tenir car j'ai des faiblesses en plus il y a les enfants au milieu et vu l'erreur que j'ai faite de lui ouvrir la porte mon entourage se sent trahie et j'ai peur que tout me retonbe dessus le 19 mars et qu'il soit acquitté et dehors aidez moi svp est ce quelqu'un d'entre vous pourrait me répondre


Espérance le 07/03/2012
à Vanessa .... Désolée j'ai mal orthographié la citation de Nietzsche qui est "souviens toi d'oublier".
L'oubli ne peut se faire que si on fait le deuil de sa relation déstructurante avec le pn. Le deuil c'est reconnaître qu'on ne peut aller au delà de ce qu'on peut donner et que le reste ne dépend pas de nous.
Il faut reconnaître qu'on ne peut amener un pn quelque soit son histoire à modifier son comportement c'est tout simplement impossible
Il faut aussi avoir le courage de reconnaître que nous avons nos limites et nos défaillances. Tu t’accroche à un idéal réparateur irréalisable et moribond.
Tu as été utilisée il faut conceptualiser cette douloureuse réalité.
Le pn puisera en nous jusqu'à la fin il ne peut rien remplir, il n'a pas une substance émotionnelle pour pouvoir accrocher et faire naître un semblant de sentiment ou de remord.
Tu te tue à vouloir maintenir un équilibre mais à présent que tu lui a avouer ton ressenti le concernant soit il redoublera de traîtrise soit il t'ignorera sournoisement.
Il tentera de te retenir par tous les moyens mais en vérité c'est un lâche.
Dans les deux cas tu es perdante, tu n'as rien à attendre d'un pn.
Il ne conçoit pas la relation à l'autre comme toi.
N'attends pas trop longtemps tu t’étiole, a un moment tu n'auras plus l’énergie pour réagir.
Le plus terrible est que après avoir consenti à un pn tu partira sans rien et surtout sans aucune compassion ni empathie de sa part sauf le doute la confusion de ce qui c'est réellement passé avec lui, le doute par les stratégies d'induction est très difficile à dépasser, sauf peut être avec le temps.
Vanessa ce n'est pas toi qui a un problème c'est indéniable. C'est lui.
Fais toi aider, mais part avant de perdre ce qui subsiste.
Tu ne peux rien espérer du pn et tant que tu es debout il n’hésitera pas à te descendre encore plus bas.
Il ne peut ressentir les sentiments de regrets de scrupules. La conscience il n'en connait pas le sens.
Prend soin de toi de tes enfants.
Informe toi, il y à des aides autour de toi.
Il existe des aides juridiques.
Tu vis dans un état de droit, les violences et le harcèlement sont des délits.
Courage il faut te sortir de ta léthargie ça sera difficile je ne te le cache pas mais ça en vaut la peine crois moi.
Tu n'es pas seule.
Einstein à dit "Le monde est dangereux à vivre, non à cause de ceux qui font le mal mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire."
Il faut accepter que ses idéaux s’écroulent, c'est aussi un peu ça le deuil.

Bien à toi.


Anonyme le 07/03/2012
merci d'avoir créé ce lieu où je me reconnais.
Demain, journée de la femme, j'ai décidée voilà une semaine, de lancer ma procédure de divorce pour enfin me battre et ne plus subir.
Mais cette nuit, je me suis souvenue de cette gynécologue qui me disait que la fuite était la seule solution pour s'en sortir contre un pn...et là aujourd'hui, devant vous,je me demande si elle n'avait pas raison...je suis si affaiblie que je me demande si ça ne serait pas plus simple d'aller loin refaire ma vie sans passer par la case divorce à n'en plus finir....


Alice le 07/03/2012
Bonsoir à toutes.
Je suis l’anonyme du 25.2.…depuis alice.j’ai dernièrement relaté mon parcours avec des voisins pervers et autres drame de ma vie….depuis je reviens régulièrement vous lire….et je suis touché par les témoignages…je voudrais dire que je suis de tout cœur avec toutes celles qui souffrent. En ce qui me concerne j’ai repris ma plainte …que mon effroyable maladie m’avait empêché de poursuivre. Je vous tiendrais au courant, au cas cela puise servir….tout ce que je peux dire pour l’instant c’est que l’on m'a accordé l’aide juridictionnelle…le problème c’est que j’ai contacté plusieurs avocats et l’un après l’autre semble interessé au début , mais quand je leur par le L‘AJ …payé 290 euros …ils refusent tous…..enfin on verra ….. Bon courage à toutes! Alice..


Yoyowood le 07/03/2012
Bonjour Cecile,
Je ne connais pas toute ton histoire, mais il est vrai qu'il te faut du soutien qui ne juge pas tes erreurs. Je l'ai aussi laisser me manipuler de cette façon à 3 reprises, la 4eme fut la bonne. Si tu veux de mon soutien, un petit coup de fil ne fait de mal à personne, tu peux toujours demander à l'administrateur de ce site mon adresse mail. A bientôt, je l'espère
http://yoyowood.centerblog.net


Vanessa le 12/03/2012
TELLEMENT PERDU TELLEMENT DESTABILISEE;mais decidee a le quittez jai annoncer a mon conjoint le vendredi 25fevrierpn et ancien alcolique et ancien hommes violent (en sommeil depuis 7ans......)que jvoyai clair dans son jeu et quil etait demasquer quil etait malade manipulateur pervers etc.......jai balancer 15ans de silence "monsieur" a simuler un infarctus.........ha ha ha bref....depuis mon annonce et mon envie de mettre fin a 15ans de relation il et adorable ;gentil;prevenant;moi :impasible;froide;lisse;hermethique;sans coeur face a cette homme qui pleure ;se mais a genou dvan moi;me propose un commerce;un voyage me declare avoir compris la lecons me jure quil se sait malade quil sait quil veu trop me diriger mais que cela et uniquement par amour il me suplie de lui octroyer une millieme chance moi tjour impasible bref il travaille plus depuis que je lui ai annoncer mon desir de tout arreter ;ne dort quasi plus ;passe ses nuit a me regarder dormir;mange quasi plus couvre de cadeau nos deux garcons de six et treize ans ..........ecran plat console argent etc;;;;;;;;;;;;moi idem cadeau a gogo je lui ai dit que ca ne changera rien et quil devai mettre son argent de coter pour trouver un logement et reprendre sa vie seul.....lui mais cherie jtravaille pour vous !!!!!!!!!!!! jprecise que jgagne 700euro par mois et jai tjour tout payer loyer edf gaz factures portable des enfant car monsieur etait genereux que quand notre couple allez pas bien et na jamais rien payer alors quil et chef dentreprise et gagne 4fois mon revenu mensuel il ne payait que les course car sinon a partir du 15 on mangait plus vu que jetai deja sur mon autorisation de decouvert bref il sait tres bien alternee gentillesse generausiter et agresivitee et haine un pro!!!!!!!!!!!!une vie dure pendant plus de 15ANS a 31ans a peine je suis usee;fatiguee;aigrie;amer;bref jdevien comme lui a croire;;;;;;;;;;;;;IL ma videe;manger de linterieur se nourissai de ma gentillesse jai plus de famille ni amie ni travaille monsieur ma fait demissionner dun cdi pour eduquer nos garcons car monsieur rigolait de mon pauvre salaire minable bref jarive a bout il arrive a me faire douter quand jle voit pleurer et smettre a genoue en demandant pitier....MAIS lui il a eu pitier de moi? 8ans de maltraitance physique grave quasi quotiddienne qui a prit fin car lhopital a porter plainte contre monsieur pn..........SUIVIE DE 7ans de violence verbale mentale de privation de modelage bref lui a eu pitier hey non alors moi je devrait avoir aucune culpailiter aucune compasion je sui impermeable mais une faille sinstalle de jour en jour car il redouble deffort il se leve avec moi et se couche avec moi je nen peu plus dhabitude il travaille beaucoup de 12h A 00H JAI PLUS lhabitude de le voir et la depuis quil se sait demasquer cet la merde totale une glue le mec ce soir jprofite de recuperer mon grand o foot et je part 3 jour a lhotel sans lui donner de nouvelle je ne rentrerai que si lui part dernier ultimatum derniere force derniere chance quil puisse enfin reagir et partir je lui ai encore dit hier je ten suplit sort de ma vie il il va de ma santer mentale mais meme un break de une semaine lui et imposible car en plus de 15ans de vie commune on ne sait jamais jamais jamais separee plus dune journee !!!! jespere ne pas cedee et tenir tenir tenir


A. le 12/03/2012
bonjour,je viens de me séparer d'un pervers narcissique. Nous avons un bébé de 15 mois et j'ai très peur qu'il le manipule plus tard contre moi. Je ne sais pas comment faire pour que cela n'arrive pas. Je viens seulement de découvrir qu'il était p n. Durant 11 ans il m'a éloigné de ma famille (je ne pouvais pas aller chez mes parents), il ne voulait pas que je sorte de la maison sans lui sauf pour aller travailler, m'a constamment menti, me faisait culpabiliser, me dénigrait... Depuis notre séparation, j'ai l'impression qu'il a même une double personnalité^. Je suis allée rechercher mes meubles quand il n'était pas là et depuis il dit que j'ai tout pris, même ses vetements! En fait, je pense qu'il les a jetés dans une crise de folie et ne s'en souvient plus. Cela me fait très peur. Je veux me battre pour qu'il est le moins possible mon enfant mais cela est très difficile car comment prouver qu'il est pervers narcissique?


yoyowood le 12/03/2012
Bonjour Vanessa,

Penses à prévenir la gendarmerie ou le commissariat de l'endroit ou tu te trouves et des raisons pour lesquels tu y es. Ton PN n'arrêtera pas, il sera "gentil" le temps qu'il faut puis insidieusement il recommencera mais çà, tu le sais. Tiens bon,Trouves des personnes à qui en discuter, qui pourront te soutenir.
Courage, tu entames un long chemin, le chemin de la liberté.


yoyowood le 12/03/2012
Bonjour A.,
Il faut que tu vois un Psy pour qu'il détermine ton état, ensuite vois une assistante sociale, un avocat, le CIDF pour savoir si tu peux faire quelque chose, selon ta situation, auprès d'un juge pour enfant ou un juge des affaires familiales. Ton enfant est en danger moral effectivement. Dans tout les cas, il faut que ton ex PN soit vu par un Psy. Cherches une solution dans ce sens.


Isabelle+ le 12/03/2012
A, bonsoir. Je ne veux pas te décourager mais je crains que la justice ne puisse t'aider en ce qui concerne la perversité de ton mari. Je viens également de quitter mon mari, pervers narcissique et manipulateur, au bout de 26 ans de vie commune. J'ai deux enfants de 15 et 20 ans. Je ne vais pas là raconter la vie aux cotés de mon "PN" mais ce que je peux te dire c'est ce que j'ai entendu de la bouche de mon avocate et de celle de ma psychiatre. La justice n'est pas au fait de la perversion narcissique. Cette pathologie est connue depuis longtemps des professionnels de la psychiatrie mais non traitée par leurs soins puisqu'un PN ne va pas les consulter ; ce sont les victimes qui ont à faire avec eux. Les psy ne peuvent que les repérer lorsqu'ils sont appelés à les rencontrer en tant que conjoint ou membre de la famille du patient.
Bref, il m'a été clairement dit qu'il ne faut pas parler de cette pathologie aux juges car cela peut se retourner contre nous. On parle beaucoup en ce moment des pervers narcissiques. Tant mieux pour nous mais c'est considéré comme un phénomène de mode dont les média se saisissent. La justice n'aime pas les média et les sujets à la mode. Donc, soit courageuse, forte et patiente ! Ton enfant n'a que 15 mois. Avant qu'il devienne "manipulable" par son père, tu en as pour quelques années. D'ici là, peut-etre que les juges auront intégré cette psychopathologie et que les victimes seront enfin entendues et comprises.
Pour l'instant, soit vigilante. Ne commets pas d'erreurs qui puissent laisser le champ libre à ton conjoint pour la garde de l'enfant. Les juges aux affaires familiales privilégient, me semble-t'il, la garde maternelle pour des enfants en bas âge.
Les deux mots à ne pas oublier : espoir et vigilance !!!!

PS : merci de pardonner les fautes mais j'ecris sur un écran minuscule....


N. le 13/03/2012
bonjour.je suis pére de trois enfants. trois ans de bataille juridique.18000euros avocat,et je ne voie pas les enfants .sans fondement.qui peut m'aider SVP.....


espérance le 15/03/2012
Sortie des griffes malveillantes d'un pn avéré et en instance de divorce je me retrouve confrontée à une manipulatrice sur mon lieu de travail.
Ce que j'ai pu constater c'est qu'ils ont une manière d'interagir qui les met à l'abri de tout soupçon.
Vous passez vous pour affabulateur ou paranoïaque mais eux restent blancs comme neige.
Et pourtant que d’éléments a leur charge mais voila on occulte le coté malveillant et on ne retient que le coté seducteur sournois, altruiste interessé, grande geule mais parcequ'il dit tout haut ce que les autres pensent tout bas, alors bien sur c'est au contraire le bienfaiteur du service.
La perversion narcissique n'est pas une pathologie psychiatrique au sens clinique du terme, elle n’apparaît pas dans la classification internationale.
C'est un faisceau de présomptions sur ce qui peut être un trouble de la personnalité, pas encore répertoriée car la subjectivité des troubles peut altérer les capacités de designer une clinique appropriée.
C'est un état limite, sur le fil du rasoir entre névrose et psychose, on ne peut donc pas la designer comme une pathologie. D'autant que les pn sont bien intégrés dans la vie sociale.
Les victimes sont peut être les seules à pouvoir définir leur toxicité.
Des psychiatres ont évoque ces déviances narcissiques mais au niveau de la reconnaissance et de la prise en charge il y a beaucoup de frilosité. Simplement parce que ce n'est pas possible de classer comme une maladie ce qui reste de l'ordre du ressenti évoqué par les victimes alors qu'on a à faire à des personnes qui ont l'apparence normale.
Autant concernant mon pn domestique je ne m’étonnais pas du regard des gens bienveillant sur lui (sauf ceux qui l'ont démasqué) parce que la violence se déroulait dans le secret des alcôves. Autant j'ai du mal à comprendre comment on peut permettre à un individu qui travaille dans une grande équipe d’éliminer ses collegues chaque fois qu'il se sent menacé par leur professionnalisme et leur integrité. Il commence sa joute macabre quand il se rend compte que sa proie lui echappe ou quand il y a de nouveaux recrutés.
Alors débute les assauts insidieux et empoisonnés, les dévalorisations sur les qualités professionnelles de sa proie. Tout est contrôlé et construit tel un scénario machiavélique de sorte qu'on ne puisse recoller les morceaux. Les calomnies, les rumeurs instillés ca et la, puis interprétés et encore transmis coups bas rien ne les arrête. Ils ont une force incroyable au service du diable. Tout se construit autour d'une rhétorique bien rodée et nul n'y comprend rien. Il fait passer des messages subliminaux selon ses pulsions morbides, il intimide par une trop grande proximité physique, il incorpore les autres dans ses compulsions malsaines et beaucoup suivent. Mais tout est fait à la limite de tout donc pas de preuves tangibles, sinon le temoignage de certains qui ont compris son jeu.
La femme dont j'evoque le narcissime defaillant n'est pas à son coup d'essai, son passif est largement connu, beaucoup ont préféré jeté l'eponge et partir sous ses coups destructeurs. Seulement on en parle pas et même si elle dit dis par exemple "oh j'ai rencontré telle collegue (qui a préféré fuir) quand elle m'a vu elle a failli se casser la geule dans l'escalier" on s'associe pour éclater de rire, un rire qui me semble quand même automatique plutôt que consenti. Mue par un besoin de pouvoir inconsidéré elle st persuadé de la soumission des autres. Ca ne lui vient pas meme à l'esprit qu'on puisse prendre conscience de ses strategies manipulatoires.
Cette femme est le noyau dur du service, la plus ancienne donc elle a tous les droits même celui de detruire les autres en catimini.
Elle n'a pas de soucis à se faire elle est dans sa toute puissance La peur inhibe les réactions.
Moi j'ai décidé de rester et de me battre.
Depuis que j'ai quitté mon pn domestique j'ai retrouvé une estime
de moi, avant j’étais un mouton de Panurge qui dévalorisée à la maison acceptait certaines choses pour être reconnue au travail, discrète tolérante, je temporisais sur tout à présent je sais ce qui est de l'ordre du supportable et ce qui ne l'est pas, surtout j'ai appris les techniques pour déjouer les manipulateurs.
Elle a tissé sa toile pour que je m’éclipse de son paysage m’écarter tel un objet qui obstrue sa vie eh bien je me charge de lui faire comprendre que ca ne se passe pas comme ça entre humains qui se respectent.
Je n'attands l'aide de personne mais j'ai le soutien de quelques indéfectibles collègues ca me suffit à me resituer dans le réel, elle est tellement forte pour les embrouilles, pour créer le flou et la confusion et stratégies de detournement. L'enfer c'est les autres.
Je ne vais pas relater les situations vécues cela serait trop long mais elles se ressemblent toutes c'est une certitude.
Dans ce contexte comment voulez vous que soit reconnus par les psychiatres ces individus déviants, coriaces et peu scrupuleux, on, leur donnerait même le bon Dieu sans confessions.
J'en sais quelque chose je travaille en psychiatrie, vivier de ce type de personnalité.
Bis repetitas: Einstein à dit: " Le monde est dangereux à vivre, non à cause de ceux qui font le mal mais à cause de ceux qui regardent et laissent". Malheureusement on en est encore la avec les pn.
Les pn n'existent que parcequ' on leur donne la possibilité d'exister si chacun de nous assumé son narcissisme base notre personnalité ( encore faut il qu'on nous l'inculque enfant) le pn prédateur et pourvoyeur de violences s’autodétruirait de lui même ne trouvant aucune nourriture narcissique à pillé pour gonfler son ego déliquescent..
Ce que je ressent comme étant le pire c'est que les proies ont beaucoup de mal à se faire entendre, leurs discours n'est pas pris en compte, c'est une réelle souffrance qui peut générer des troubles physique et mentaux importants.
Je dirais il faut se battre et sortir de notre conditionnement crédule, naïf, idéaliste sur le genre humain et trop tolérant, commençons et continuons le combat.


N. le 17/03/2012
bonjour, l horreur je viens de lire ces lignes est je subi la même chose.et lundi dernier l avocate de mon ex a employé le même thème aliénation parental.je vie et vécu la même situation.comment vais-je m en sortir avec mes enfants.


Yoyowood le 17/03/2012
Bonjour N,
Je connais très bien ce sentiment de grande impuissance. Si vous souhaitez, dans un premier temps, un soutien téléphonique, je suis à votre disposition. Vous n'aurez qu'à demander mon email auprès de notre hôte afin de ne pas rester seule et d'être, au moins, comprise par une personne. Tenez bon.
http://yoyowood.centerblog.net


ogre le 18/03/2012
voila mon cas est grave besoin d aide .mon ex mari m accuse d aliénation parentale car sa fille adoptive ne veut pas dormir chez lui.ils se voient tous lesquinze jours et a déja un suivi par un sessd et une psychothérapeuteque faire ?il boit ,il ment et a fait croire que sa fille mentait puisqu elle a un handicap .il lui a fait une promesse de ne pas la forcé celle n a pas été tenu .j ai peur pour ma fille et je demande de l aide


Willow le 21/03/2012
j'ai 29 ans, je suis willow. J'ai vécu 8 ans avec un PN. Nous avons un fils de 6 ans. Pendant toutes ces années, j'étais malheureuse et je ne comprenais pas pourquoi. Je m'évertuais à me dire qu'il y avait plus malheureux que moi, que je n'avais pas le droit de me plaindre. On avait construit, on avait un enfant, le boulot c'était pas toujours ça mais on arrivait à joindre les deux bouts, on avait un jardin, un chien, un potager, bref...de quel droit pouvais-je me plaindre? Mais parfois quelques éclairs de lucidité me faisaient entrevoir que le problème ne venait pas que de moi. Pourtant, il avait des argument tellement imparables. Il savait très bien y faire pour m'enfoncer, me culpabiliser, me persuader que c'était moi qui était en tort, tout le temps, me descendre aux enfers. Même si je m'excusais, il en profitais encore après pour continuer de m'enfoncer. Je ne faisais jamais rien de bien, et quand je me cassais le c... à faire le mieux possible (course, ménage, linge, repassage, jardin...)aussi bien que sa mère, il ne me disait rien: c'était normal. Ou alors il ne voyait que le détail qui n'allait pas. Ce sont des personnages qui vous détruisent à petit feu, à petits coups de méchancetés quotidiennes, de petites phrases assassines,entre deux mots gentils, de petites humiliations, de mots qui blessent, puis un regard de chien battu, de victime à choyer, puis un regard de tueur, de haine et vous vous sentez rejetée, dépréciée, nulle, inutile, imparfaite. Leurs humiliations,sur le coup on n'a pas de réponse, alors on ne dit rien.Et plus tard on regrette, on se dit: j'aurais dû lui répondre ça! puis on réfléchi, et on se dit: bah oui mais mais il m'aurait répondu ça, et il aurait raison en plus. Alors on se met à réfléchir à chaque phrase à chaque mot à chaque tournure, pour anticiper, pour éviter le conflit le plus possible. On prend des pincettes pour lui parler, en espérant qu'il ne va pas encore pousser une gueulante. On a peur de sa réaction, on a une peur viscérale de comment il va le prendre, qu'est-ce qu'il va faire? de quoi il va me menacer, encore? Est-ce qu'il mettra ses menaces à exécution cette fois? Il est impulsif, n'a aucune stabilité, parfois il dit qu'il va le faire et il le fait, parfois il ne le fait pas. Comment savoir s'il le fera, cette fois? Et quand vous mettes ces petits mal-être bout à bout après plusieurs jours, plusieurs mois, plusieurs années, vous vous rendez compte que ça fait déjà longtemps que vous n'êtes plus en accord avec vous-même. Alors pourquoi on reste? Notre raison nous dit qu'on n'a pas fait tout ce chemin, passé toutes ces épreuves pour tout fiche en l'air, alors, on reste. Pour notre enfant. Parce qu'il est heureux d'avoir avec lui ses deux parents. Puis un jour, un déclic. ça suffit. j'ai demandé le divorce. J'avais cru vivre l'enfer jusque là, mais à cet instant, j'ai commencer à voir vraiment ce que c'était, "grâce" à lui. j'ai cherché un travail ( que moi j'aime, cette fois, pas qui l'arrange, lui), un CDI dans le département voisin, je n'avais ni logement, ni école, ni stabilité, ni lieu pour emmener mon fils avec moi. Il était en grande section et je ne voulait pas le priver de sa scolarité, ni le perturber davantage avec notre séparation. Mais je culpabilisais terriblement de ne pas pouvoir l'emmener avec moi, je prouvais que j'étais une mauvaise mère, comme il me l'avait toujours dit. Dès la fin de l'année scolaire, son père, qui avait monté tous nos amis (et toute sa famille) contre moi, est parti dans une autre région pendant 2 mois et demi!!! prétextant que je les avais abandonnés! alors que depuis mon départ,je redescendais TOUS les dimanches uniquement pour voir mon fils et que je continuais à payer le prêt, l'eau, le gaz, l'EDF d'une maison où je ne vivais plus, sans compter l'argent que je mettais tous les mois sur notre compte-joind pour subvenir aux besoins de mon fils. Moi j'avais une chambre chez ma tante, mais mon CDI n'était pas validé. J'avais très peur pour fils, mais son père se servait de lui pour lui bourrer le mou, le convaincre que je les avait abandonnés, alors que j'ai préféré le laissé avec son père, dans sa maison, avec son école, sa chambre, ses jouets, plutôt que de l'emmener en cours d'année, dans l'inconnu avec moi.
C'était il y a un an...
Le JAF à laissé la garde à son père...parce qu'il fallait laisser les chose en l'état...
Ce n'est pas la justice qu'on applique, c'est la loi.
Je continue de me battre. Je recherche des gens qui vivent ces choses là, pour qu'on s'entraident, qu'on se battent à coup de justice, qu'on s'encouragent, qu'on ne lâche rien, qu'on ne baisse pas les bras. Mon fils le voit, et me dit, à chaque fois qu'on se voit, qu'il veut rester habiter chez moi, qu'il a peur de son père. Pour le divorce je renouvelle ma demande de garde. Je me battrai jusqu'au bout, pour l'amour de mon fils...que je n'ai jamais abandonné, et jamais son PN de père ne pourra plus tenter de me persuader du contraire.
merci à tous de m'avoir lue.
Je vais créer un blog et aller voir tous les vôtre, car chacun de vous a le droit à la considération qu'il mérite, parce que vous êtes tous des gens formidables.


Zephine le 21/03/2012
Bonjour à tous,
Je viens de découvrir ce blog super intéressant, mon ami de 42 ans a vécu avec sa femme qu'il a connu alors qu'elle avait 15 ans, lui en avait 19 ans ils ont eu ensemble deux enfants une fille agée de 17 ans et un garçon àgé de 14 ans.

Il ne connaissait pas sa femme, elle a fait 13 crédits révolving, alors qu'ils venaient de construire une maison, un prêt à taux 0% et un petit prêt pour leur cuisine.
Un jour sa banque l'a appelé, pour lui demander des explications il est tombé de haut ! au début elle a nié puis après lui a dit mais sans plus d'explications, il fallait qu'il trouve quelque chose à faire pour protéger ses enfants, sa maison donc crédit de surendettement, puis demande de divorce. Il était anéanti, vidé, tué.
En effet sa femme étant gardienne d'enfants au domicile, lui ne revenant pas le midi, elle avait le courrier à sa disposition, et ne lui montrait que ce qu'elle voulait. Lui, il lui faisait confiance totalement confiance c'était sa femme il l'aimait.
Il se bat tout les jours depuis qu'il nous a rencontré, une bande d'amis, qui l'aidons tant bien que mal, les lois sont bizarres.
Elle est toujours aussi pervers, sa fille ne vit plus avec elle, et ne veut plus vivre avec elle, elle a acheté une moto à leur fils 1600 € d'où vient l'argent ? d'ailleurs il ne sait même pas où à transiter l'argent des crédits révolving quant n'a t elle fait ?

voilà je pourrais écrire un roman de cette histoire; QUE FAIRE CONTRE CES PERSONNES ?
merci d'avoir lu ce témoignage. BON COURAGE A TOUTES ET TOUS


alice le 21/03/2012
Ça y est, j’ai prochainement rdv avec un avocat qui accepte l’aide juridictionnelle…je précise que je porte plainte contre mes voisins qui ont volé mon courrier pendant plus de vingt ans et qui pénétraient chez moi,en mon absence et à mon insu. Bon maintenant je ne sais pas comment je vais présenter la chose..je n’ai quasiment aucune preuve. Mais je ne me voie pas continué a vivre sans cherche à réclamé justice. Histoire de retrouver ma dignité. J’en ai besoin. Je vous tiendrais au courant de la suite. Bonne soirée à toutes !


Michelle le 22/03/2012
Bonjour,

je suis séparée de mon mari , j'ai découvert depuis très longtemps un problème psy chez lui . sans pouvoir y mettre un nom.
Je suis restée 35 ans avec ce monstre, incapable d'oser partir. Tellement rabaissée, anéantie, dévalorisée, manipulée,à devenir folle ( son but),jusqu'à essayer de me supprimer à trois reprise .A la suite de ma demande de divorce. J'ai découvert un menteur..etc etc etc
Je cherche des personnes pour pouvoir en parler, je sais que c'est notre unique salut!!pour se des intoxiquer et revivre normalement ??
Merci à vous et à bientôt j'espère vraiment
Cordialement


Kynou le 22/03/2012
bonjour, cela fait deux ans que mon compagnon se bat pour continuer à voir ses enfants de 7 et 10 ans, nous sommes traînés dans la boue ! nous ne supportons plus toutes les manipulations de leur mère et les ignominies dites contre nous. Nous sommes en cour d'appel car elle a fait appel n'ayant pas eu gain de cause au JAF et la enquêtes sociale et psycho catastrophique pour nous car les pauvres petits sont complètements aliénés par leur mère !!! une honte et une catastrophe pour leur équilibre ! Nous ne savons plus quoi faire, nous somme désespérés et le psy n'est allé que chez la mère et nous ne l'avons jamais rencontré... nous considérons avoir été lésés mais difficile de démontrer tout ça et l'enquêtrice sociale souligne que nous nous entons faussement persécutés... ironique en plus !


D. le 22/03/2012
bonjour dia 38 ans , petite question ? je vais vous decrire des faits et vous pouvez me dire a qui j'ai a faire ?
-il vit chez moi , des qu'il y a conflit ce n'ai jamais de sa faute tjs de la mienne ou de mes enfants , sa fille est un ange alors qu'elle manque souvent de respect aux adultes ,d'aprés lui je n'ai aucunes autorité , pas un seuls coup de main a la maison , c'est mon fils de 14 ans qui m'aide la plupart du temps, en plus j'ai une fille diabetique qui est orpheline de pere , et son bp n'as aucunes demonstration d'affection , c'est toujours des reproches et cie.il ne se remets pas en question et vie sa vie tout en étant en couple , je souffre de ça mais n'arrive pas a l'exprimer quand je lui en parle ,il me dis que je suis une insatisfaite permanente.je l'aime , lui aussi que faire sos


Isabelle+ le 23/03/2012
Bonjour Michelle.
Il est vrai que parler fait partie notre reconstruction. Une vie avec un pervers narcissique, manipulateur nous détruit, nous vide de notre énergie, de notre joie de vivre. C'est une relation toxique, surtout lorsque nous décidons de le quitter. Il est alors humilié et ne peut réparer cette humiliation que par notre "destruction". J'utilise volontairement les guillemets car nous avons déjà vécu la descente aux enfers, la dépression, les tentatives de suicide et tout cela nous a renforcées même si, après la séparation, le quotidien nous semble insupportable.
Dés que je dois m'adresser à mon mari (je suis séparée depuis trois mois mais sans separation de corps prononcée car il a demandé le renvoi de l'audience de conciliation), et ce uniquement par mail, je fais l'objet d'un déversement de haine, d'indultes plus blessantes les unes que les autres, qui me font l'effet d'un coup de poignard.
Les gens ont des difficultés à comprendre cela. On me dit sans cesse que c'est classique dans les divorces, que je n'ai qu'à pas lire des mails ou SMS (cela peut aller jusqu'à 40 dans une soirée). Il n'y a que très peu de personnes capables de nous comprendre. Et puis, on a l'impression de passer notre temps à parler de cela... Pourtant, c'est vital de parler. Cela nous empêche de sombrer vers la dépression, vers la mort.
Je vous recommande la lecture du Nouvel obs du 15 mars dernier. Il y a un excellent dossier sur les ravages des PN. Ce sujet avait abordé dans un article paru en janvier. Cela est encourageant. Deux fois le sujet traité en trois mois.
Pour moi, le meilleur échappatoire est la parole. Je suis en analyse depuis un peu plus de deux ans. Lorsque je suis mal, comme en ce moment, le nombre de séances est augmenté. Sinon, j'ai la chance d'avoir des amies et des parents très à l'écoute.
Il faut savoir profiter des petits moments où nous sommes capables de prendre du recul par rapport au vitriol que nos maris nous jettent à la figure.
Je me dis que c'est lui qui est à plaindre car il n'est que haine, rancœur, il est obsessionnel et ne se rendra jamais compte de cela ; il n'accèdera jamais à une thérapie car il pense qu'il n'en a pas besoin. La malade, c'est moi....
Parfois, au lieu de ses écrits ou paroles, je préfèrerais recevoir des coups. Mes propos peuvent paraitre choquants mais je vais m'en expliquer. Une femme battue va faire constater les coups par un médecin et peut déposer plainte pour coups et blessures. Une femme harcelée (malgré la loi de 2010), avilie, salie, ne peut rien faire. Il nous est même conseillé de ne pas parler des comportements de nos maris PN. Cela ne fait pas sérieux et peut se retourner contre nous dans le cadre de la procédure de divorce.
Alors, il nous reste ces espaces de discussions comme Entraideapn.
Voilà, Michelle, je ne sais si mes écrits t'auront aidée. Le fait de les écrire m'ont fait du bien. Alors, s'il faut retenir une leçon de cela : ne pas rester dans le silence. Le silence conduit vers une "mort " certaine. La parole, c'est la vie !


Espérance le 24/03/2012
A Dia,
La question est te sens tu heureuse, aimée, comprise, soutenue apparemment non.
Tu dis l'aimer et tu pense qu'il t'aime.
Quand tu démasque un pn en général tu le fuis parce que tu te rends compte que plus rien n'est possible, que la fuite est une question de survie.
Il vit chez toi, mais il vit aussi à l’extérieur du couple apparemment, est tu capable d'accepter cela.
Le tout Dia est de savoir se donner des limites dans l'acceptation.
Dans un couple on fait des compromis réciproques, on arrive généralement à trouver des solutions pour qu'aucun ne soit lésé. Si ton compagnon fait les courses et le jardin normal que toi tu fasses le ménage. Il faut raisonner en conceptualisant le fait que quand on aime on ne profite pas de l'autre, dans ce contexte chacun y compris les enfants doit se sentir en harmonie et en sécurité.
Ton discours n'est pas assez fourni on ne peut pas dire que ton ami est pn par contre on sent de la souffrance. Essaye d'avoir une discussion avec lui et mets le devant ses responsabilités, essaye d’être catégorique et intransigeante, tu verra d'une part son comportement et de l'autre tu provoquera une situation qui va faire bouger les choses. Nous attendons de toi que tu nous donnes plus d’éléments pour te conseiller.
Bien à toi.


Isabelle+ le 24/03/2012
Bonjour.
Je viens de lire votre analyse sur le cas de Dia.
Je crois que le conseil essentiel est qu'elle mette son mari face à ses responsabilités.
Je crois que ce mot ne fait pas partie du vocabulaire des PN. Ils sont tout sauf responsables.
La seule responsabilité que mon mari ait endossé était non fondée : un accident de voiture dans lequel sa précédente compagne est décédée. Il n'était pas en tord mais s'est senti responsable. Depuis (26 années), il a sorti cette notion de sa vie. Mais par contre, ils sont très forts pour rendre les autres responsables et coupables...


Yoyowood le 25/03/2012
Bonjour D,
Ce genre de relation est toxique pour les enfants, pour les votres ainsi que pour sa fille. Prennez votre courage à deux mains et arrêtez cette relation qui ne semble pas épanouie du tout. Une relation doit être faite de partages dans tout les sens. Bon courage.
http://yoyowood.centerblog.net


Yoyowood le 25/03/2012
Bonjour Michèle,

Si vous êtes seule face à cette situation, je vous propose de demander mon adresse mail au site et de m'envoyer un simple coucou pour facilité la mise en relation. Ayant connu votre calvaire, je me ferai un plaisir de vous épauler..... Bon courage
http://yoyowood.centerblog.net


Corinne le 29/03/2012
Bonjour, ma soeur était sous l'emprise de son "chéri", elle ne pensait plus par elle même, ce n'était que ses choix à lui qui comptaient. Je trouvais ça étrange, surtout venant de ma soeur, qui avait toujours été qqn d'indépendant, d'entier. Elle devenait irascible, plus moyen de discuter avec elle, et fallait surtout pas émettre la moindre critique vis à vis de son conjoint, même (surtout!) quand il avait des conduites limites. Je voyais ma soeur s'éloinger de moi, de nous, et je ne comprenais pas. Nous étions si proches, pourquoi semblais je être devenue son "ennemie"? J'en ai passé des nuits et des nuits à me poser des questions, à essayer de trouver des solutions pour pouvoir parler avec elle. Je n'arrivais même plus à avoir des moments seule avec elle; dès que je commençais de parler avec elle, son "chéri" rappliquait, l'air de rien, et ça faisait comme un poids de non discussion. J'ai baissé les bras à un moment, je lui faisais sûrement du mal à vouloir lui ouvrir les yeux sur des choses qu'elle ne voulait, ou pouvait, pas voir, et je me faisais du mal à moi aussi. Ce fut une période très douloureuse, où je n'ai pratiquement plus vu ma soeur. Nous voir était devenu douloureux ! Mais un jour elle est arrivée chez moi pour discuter et seule ! Elle s'était rendue compte de certains comportements négatifs de son conjoint, elle avait besoin d'aide. Elle avait décidé de rompre depuis qqs mois et il lui faisiat vivre un enfer. Je me suis fortement retenue de lui dire que j'avais essayé de la prévenir, elle n'avait pas besoin de ces mots là, mais besoin de mon soutien de soeur, et c'était la priorité. La rupture a été très difficile et on en a tous pris plein la figure, mais elle a tenu le coup, et j'ai été là quand elle avait besoin de parler, d'évacuer. Elle s'en est sortie ! Pourquoi je témoigne ? Parce que les manipulateurs pn isolent leur victime, et créent des rancoeurs, comme une sorte de prévention pour si au cas où après leur victime veut s'échapper, elle n'ait plus de soutien. je ne voulais pas que ce mec réussisse à détruire nos relations de soeur; j'ai été patiente, parce qu'avec ce genre de lascar ça finit tjs par éclater, et je n'ai jamais renié ma soeur, même quand elle semblait être contre moi. Heureusement ils n'ont pas eu d'enfant ensemble, je ne sais pas si ça se serait déroulé ainsi autrement. Courage à toutes les personnes qui sont face à ces pn; faut pas les laisser détruire ce que vous aviez construit.


Fanny le 02/04/2012
Bonjour,
je m'appelle Fanny, j'ai 40 ans. j'ai vecu avec un manipulateur pendant 7 ans, quand je l'ai quitté, il faisait des tentatives de suicide pour que j'aille le retrouver et ceder ensuite, un jour je n'ai pas cedé et dans sa betise, il ne s'est pas loupé donc remord, remise en question... ensuite j'ai connu un pervers narcissiques pendant 8 mois. il m'a demoli ainsi que mon fils de 10 ans, il en etait extremement jaloux alors que j'ai un adorable garcon. Il m'a sali envers mes amies et je les ai perdu. il me surveillait par mon ordi avec un espion installé dessus, idem avec mon portable. j'ai perdu confiance en moi, il en a beaucoup joué là dessus. je n'avais pas le droit de sourire aux gens et d'etre agreable. Je n'avais plus le droit de telephoner à certaine personne de ma famille, masculin en particulier comme mon cousin par exemple. Interdit de rire avec autre que lui. comme je l'ai quitté, il m'a detruit mon scooter avec de la glue tres forte dans les neimans des clés et reservoir, crevé mes pneus... sinon il est si charmant avec ses amis et sa famille!! hier je l'ai rencontré dans la rue avec une nouvelle femme, il s'est retourné 3 fois en me regardant et en me provoquant avec un sourire narquois, il m'est monté l'angoisse dans tout le corps.


Espérance le 05/04/2012
La réalité dépasse la fiction, je n'aurais jamais pensé qu'un jour je prendrais conscience de ce mal à ce point contre nature.
Etre confronté à des pn relève d'une galère, d'un voyage en enfer.
Le but du pn peut s'assimiler à celui du diable sauf que le diable vous le reconnaissez et n'attendez rien de bon de sa part.
Il sait qu'il ne pourra jamais créer de vrais liens, il est une coquille vide d'affects, il utilise les autres pour remplir ce vide abyssal qu'il ne comblera jamais. L'autre est perçu comme un objet, il ne conceptualise pas la souffrance puisqu'il ne souffre pas. Alors il ne l'envisage pas chez l'autre, il chosifie les autres comme il se perçoit lui même. Il dépossède les autres de leur humanité pour exister. Pour se faire valoir il est persuadé que tout est possible dans l'appropriation. Il ne conçoit pas les notions de respect, de la différenciation, de l'individualité de l'autre. Il l'incorpore en lui.
En quelques sortes étant donné que l'autre c'est aussi lui ou son prolongement il n'admet pas qu'il puisse lui résister ou ne pas accepter d’être vampirisé.
Il n'y a pas d'autres lois que les siennes, il est alors assuré que tout ce qu'il provoque de malheur n'est pas de son fait mais de l'ordre du hasard ou de la coïncidence.
Toutes les stratégies malveillantes qu'il fait subir sont juste des nécessités à sa survie.
Pour ces raisons on ne peut l'extirper de son raisonnement démoniaque, il n'a pas la structure mentale pour le comprendre.
Il patauge dans un maelström moribond qui l'a éloigné de toute considération humaine.
Il prend mais ne donne rien, mais il prend avec perte et fracas peu lui importe les méthodes de dépossession car l'important c'est toujours lui.
Peu lui importe le chaos, l'ambiance depressive et negative qu'il crée il n'en a pas conscience.
Dans sa vie il n'y a rien de constant il n'est qu'un corps dépourvu du moindre sentiment.
Son besoin de nourriture egotique le pousse a commettre des actes immoraux pour les mortels conscients mais pour lui c'est juste sa conception de l'autre.
Factuellement on a du mal à prouver ses malveillances et son désir de pouvoir absolu par les mensonges les intrigues, les maltraitances, le harcèlement tout simplement parce qu’il prend un malin plaisir à tout pervertir à tout retourner contre les autres. Lui est un être innocent victime des abus des autres.
Sur le long terme son penchant pour le pouvoir illégitime le ligotage, les clivages qu'il crée entre les uns et les autres par des commerages, des insultes, des disqualifications des embrouilles, peut amener ses collegues à percevoir son coté malsain et destructeur.
Cela prend du temps car du fait meme qu'il clive qu'il disperse qu'il désolidarise, qu'il divise,qu'il devise, qu'il deprecie, qu'il colporte, qu'il construit des situations embroglios macabres battit sur le mensonge qu'il sème la suspicion et la confusion autour de lui avec maestria on ne peut recouper ses objectifs.
Comme nous sommes des etres normaux on ne peut imaginer tant de cruautés on choisit de s'isoler et de garder ses impressions terrifiantes pour soi de peur d’être considérer comme fou.
On n'imagine que tant de pulsions destructrices peuvent habiter un etre humain.
Il est vrai que si on osait en parler pour desamorcer le marasme, la souffrance et la dépression qu'il instaure on pourrait au moins le pousser dans ses retranchements jusqu’à ce qu'il capitule ou qu'il disparaisse de l'entreprise
Malheureusement la face qu'il donne à a voir et le chaud et le froid qu'il instille déroute et nage dans l’incohérence.
C'est la que réside sa force.
Si il n'avait pas de public pour regonfler son ego l'encourager dans cette voie destructrice du psychisme des autres il disparaîtrait comme neige au soleil.
Seul le temps et ses multiples meurtres psychologiques peuvent le conduire un jour à ce qu'il soit démasqué, il se retrouvera seul peut être en attendant il fait souffrir et détruit ceux qui n'ont rien demandé ceux qui aiment la vie, l'amour et le bien.


Espérance le 05/04/2012
Au final le pn deviendra son propre bourreau il s’autodétruira, il s'en ira sec et sans le souvenir d'avoir aimé n'est ce pas la pire des fins? Peut être aussi avec la joie d'avoir détruit la source même de la vie de s’être gonflé à bloc du narcissisme des autres.
En attendant il abîme sans impunité, le pouvoir illégitime qu'il s’octroie. il a pour lui l'immunité car peu de gens le voit tel qu'il est réellement, personne ne devine sa noirceur, sa tyrannie, son sens des manipulations qui tirent vers le bas, son pouvoir rhétorique, ses capacités à tout retourner à son avantages, ses mensonges outranciers mais tellement bien maîtrisés. Il contrôle mais sa vie n'est qu'illusions de domination et d’anéantissement, de désert affectif et manipulations malsaines.
J'ai beau me triturer la cervelle je ne vois pas comment expliquer de tels comportements à ceux qui n'ont jamais eu affaire à lui ou à ceux qui sont sous son joug fasciné par tant de maîtrise. C'est surréaliste.


Espérance le 05/04/2012
On ne peut pas guérir le mal par le mal, sinon on rentre dans les mêmes dispositions que le pn. La solution c'est de fuir mais oui c'est l'ultime sursaut car sinon on y perd son âme. Pourquoi parce que devant les allégations fausses et diaboliques du pn on ne peut rien.
Ne rien pouvoir faire admettre aux autres sur les déviances du pn parce qu’il a des capacités de rebond insoupçonnables, parce qu’il ment et invente des scénarios perfides, parcequ’il délire tout simplement, le pire c'est que c'est un délire cautionné par les autres, c'est de l'ordre de la psychose ou de la schizophrénie. Il est tellement persuadé et convaincu par la construction de son délire par son raisonnement qu'(il convainc les autres.
Alors vous vous retrouver seul face à un virtuose de la falsification et de la conviction. Le pouvoir illégitime qu'il a instauré au fil du temps cautionne ses attitudes malveillantes et destructrices.
Côtoyer son environnement est depresseur, tout devient mauvais.
Il éloigne sa proie de la vie et des autres pour pouvoir la soumettre et l’éliminer en toute quiétude, il a tous les atouts dans les mains.
Cette structuration est diabolique et malfaisante elle n'a d'objectif que celui de détruire pour se donner un semblant d'existence de consistance de sens un souffle de vie l'espace d'un instant. La récurrence de ses attaques prouve que ses besoins de nourriture narcissiques sont insatiables.
Le prédateur vampire terroriste appelez le comme vous voulez n'a pas de ressenti, il perçoit l'autre comme un objet, en fait il décide que l'autre à toutes les qualités qu'il ne possède pas , fantasme ou réalité? alors il se les approprie et renvoie toutes ses tares chez l'autre comme un effet miroir.
C'est troublant et terrifiant.
La grande souffrance induite chez la proie n'a d’égale que son incapacité à polémiquer de ce fait elle ne peut se résoudre à adopter les stratégies de celui qui veut lui voler son âme.
Alors elle doit partir et garder son secret sur le pn.
Pas de probleme pour lui il trouvera d'autres proies à ravager.
Mais elle qu'adviendra t'il d'elle elle portera en elle ce terrible fardeau elle ne sera peut jamais entendue, jamais reconsidérée jamais reconnue et elle s’éteindra à petit feu avec la nette impression que l'enfer elle l'a vécue sur terre.
Le mal il est dans l'humain.
Je parle du pn au masculin mais c'est juste pour une facilité d’écriture les deux se valent dans l’anéantissement de ceux qui considèrent le mal par destruction psychique comme étant la pire des calamités.
Je tente de me reconstruire mais j'ai mal d'avoir pris conscience un jour qu'ils existent, ils ont forme humaine mais ne ressentent rien, leur cerveau des affect est desertée par tout sentiment sauf celui de la haine, leur coeur est sec comme une pierre.
Je devrais ne plus y penser mais je suis confrontée à ma collègue qui est la pire des pn.
Je dois fuir à tout prix....


Espérance le 05/04/2012
Le pire dans ses histoires de pn c'est que quand on comprend enfin qu'il a un grain et qu'il nous a juste spolié de notre confiance en la vie, de nos repères, de notre histoire on se heurte à l'illogisme de la situation. On peut donner du sens à un fait quand il y a une logique mais le pn lui n'en a pas. On reste la le coeur en larmes de sang et on ne peut rien expliquer, on ne trouve pas la matière qui peut nous aider à faire le deuil Quand on possède une propension à la quête du sens on est meurtrie devant tant de désaffection et de cruauté on se perd. C'est un peu comme pour les personnes disparus ou les morts dont on ne retrouve pas le corps on ne peut pas faire le deuil tant que ce n'est pas matérialisé. Dans la relation avec un pn c'est pareil on ne peut pas faire le deuil parce qu’il vous a tout prit et ne vous laisse rien pour construire votre deuil. Tout est manigancé de façon à ce que vous n'ayez aucune chance de vous en sortir, vous avez été une marionnette aux mains d'un illusionniste macabre.
C'est ma théorie je dérive, je tangue, je chavire par moment car la confrontation simultanée avec deux pervers narcissique m'a transformé à jamais. Heureusement j'ai mes deux enfants.


Anonyme le 05/04/2012
Dans Espérance,il y a espoir si c'est votre prénom ou le pseudo choisi vous devez croire en l espoir d'une autre vie. A présent,cessez de regarder en arrière,concentrez vous ,projetez vous dans le présent et l avenir.N'emconbrez plus votre cerveau de pensées LE concernant passées ou futures,c'est ce qu'il espère, c'est encore une façon de vous tenir.Pour ma part j en ai fait totalement abstraction,nous habitons encore la même ville,nous nous croisons,mais je ne le reconnais pas ,je l'ai effacé ,nous n'en parlons plus avec mes enfants majeurs ou très peu,parfois je me crois déjà divorcée ,je vis une nouvelle vie avec de nouveaux amis un nouvel horizon.je rebâtis certes j'ai des cicatrices mais qui n'en a pas .;C'est ma force ,je suis toujours qq un de gentil pleine d'empathie,tolérante et en même temps je sais poser mes limites,je ne me laisse plus manipuler,je ne suis et ne serai plus jamais celle qui a accepté d'être sa victime ,c'est grâce aussi à ce que j'ai vécu que je suis autre!
Il faut fermer ce livre et son histoire et passer à autre chose ,le deuil se fera dans les projets,dans la paix retrouvée ..et croyez moi j'en ai bavé pendant 28 ans un mari brillant avocat qui a bousillé deux de nos enfants et a failli me mener au suicide.Aujourd'hui,avec le temps nous reconstruisons,tout n'est pas parfait mais c'est le cas aussi pour d'autres familles qui n'ont pas eu affaire à ce genre d'individus ,il faut relativiser,les choses rentrent dans un semblant d'ordre et cela se fera d'autant plus aisément si vous allez bien et lâchait prise ( je ne parle pas de lacher le combat du divorce mais votre avocat est payé pour être en première ligne) .Vous verrez que vous franchirez ces étapes ,j'étais comme vous rage,desespoir,...toute la palette des émotions y est passée,je communiquais avec une amie qui avait vécu cela quelques années avant moi et parfois je ne comprenais pas son attitude, ses réponses ,j'étais décalée ,elle avait de l'avance dans le processus de réssurection!elle m'a servi de guide mais j'avance toute seule aujourd'hui et lorsque je l'appelle nous ne parlons plus d'eux !Bonne route!
Sybille


Espérance le 05/04/2012
A Frank,
J'avoue que je n'aime pas trop le mot victime, pour moi les victimes des pn sont ceux qui cautionnent ce qu'il est et légitiment ces violences.
Ceux qui assistent à ses diatribes, calomnies et autres démolitions identitaires pour se glorifier et ne réagissent pas, ne le contredisent pas.
Il a su les manipuler mais pour certains ils sont conscients de sa malveillance et gardent le silence. C'est ce qu'on désigne comme des manipulations de masse. J’évoque ici le pn en milieu professionnel.
Ils sont sous son joug , ils participent à l'exclusion de l'autre parce qu’il voit dans le pn une personnalité forte en tout cas le caméléon qu'il est sait s'y prendre pour donner de lui l'image qu'il souhaite dans l'instant.
Les violences psychologiques sont une imposture totale, elle sont intentionnelles et sous couvert de sentiments bienveillants.
Elles sont présentées comme étant une nécessite, une conséquence de l'attitude de l'autre.
Comme ces maltraitances ne sont pas recoupés et aidés par les stéréotypes que la société véhicule le pn endort toute velléité de réactions chez ses victimes ou associés inconscients, ou complices. Pourtant il y a beaucoup d’éléments qui plaident en sa défaveur trop peut être car il n'a de cesse de calomnier,insecuriser, contrôler, contraindre,incorporer, confondre, isoler, inférioriser,culpabiliser, faire douter, il méprise les valeurs qui véhiculent le bon sens mais s'en sert pour défendre sa soif de pouvoir totalitaire.
Ses comportements troubles et malsains sont noyés dans un climat de séduction, de soi disant protection, ça lui laisse toute liberté pour cautionner ses actes destructeurs.
Pour moi la personne désignée par le pn pour être démolie est une proie, puisque pour tous elle devient celle qu'il faut faire partir dépourvue de sa dignité par les actes de prédations du pn.
On oublie alors ce qu'elle a été pour n'entrevoir que ce que le pn laisse entrevoir d'elle.
Il peut alors continuer ses tyrannies abjectes avec d'autres en toute impunité.
C'est très inquiétant comme comportement, imaginez ces attitudes auprès d'un public plus consistant plus important ça horrifie.
Tout ca pour vous dire Frank par rapport à votre post que nous ne façonnons pas les pn, rien n'est plus faux, ils sont structurés ainsi depuis toujours et pour toujours.
Leur dessein démoniaque n'est pas de notre ressort, ne portons pas en plus de toutes nos souffrances cette douloureuse culpabilité. Ils sont ce qu'ils sont nous ne sommes en rien responsables, chaque être humain est responsable de ses actes pas de ceux des autres.
Pour les éradiquer, il faut mettre à jour et aux yeux des sceptiques la réalité de leur terrorisme psychologique.
A bientôt.


kime le 06/04/2012
Bonjour,

Je lis régulièrement les commentaires du site sur ma boîte mail, et j'avoue, Espérance, que vos derniers articles sont extrèmement édifiants. Ce que vous décrivez correspond exactement à ce qu'à vécu mon ami durant 35 ans, et à ce que nous vivons maintenant à deux, au cours d'un divorce qui n'en finit pas !!!!!
Mais comment sortir une bonne fois pour toutes de cet enfer ?????

Merci d'avoir créé ce site, et merci à vous tous de témoigner, pour qu'ensemble, nous nous en sortions !


Espérance le 06/04/2012
Merci Sybille pour votre message.
C'est étrange comme les chemins de vie avec les pn se ressemblent et s'assemblent ce sont des sortes de clones.
Pour ce qui est de mon mari pn je l'ai effacé de ma vie comme vous, je suis passée par les mêmes étapes que vous.
Il y a parfois quelques réminiscences mais rien d'envahissant.
Mes enfants comme les vôtres se reconstruisent doucement, la chape de cet homme n'est plus et nous respirons pleinement.
Les blessures se cicatrisent dans l'amour l'espoir et le respect des attentes de chacun. Bien qu'il voit encore les enfants de temps en temps il n'y a aucune allusion à lui dans nos discussions, peut être encore beaucoup de souffrance chez mon fils adolescent qui a assisté à des scènes terrifiantes.
Quand je suis partie de la maison avec les enfants j'ai ressenti un tel souffle de renaissance que pour rien au monde je n’échangerai ce sentiment d’être revenue à moi, de m’être réapproprier cette douceur de vivre cette estime de soi inestimable, j’étais bien et presque heureuse malgré une douloureuse reconstruction.
Ma malchance est que je rencontre une pn dans mon milieu professionnel elle est dans cette construction diabolique, le pire est que je suis sa proie. Elle a profité de mes moments de fragilité pour tenter de me démolir. Je travaille encore avec elle et tente de me défendre contre elle.
Ce qui me taraude c'est ce terrifiant constat que les pn obligent les gens intègres à partir et eux restent.
Evidemment je sais pourquoi mais ca me bouleverse encore ne ne pas pouvoir démontre leur insalubre moralité.
J'aime la vie, je suis encore une inconditionnelle des beautés de la nature des choses simples de la musique de la peinture etc je ne me sens nullement blasée par la vie. J'ai des valeurs et des croyances qui me portent encore et toujours vers le bien, la joie la gaité.
J'ai juste envie de me battre pour prévenir contre ces terroristes psychologiques. Que ces troubles de la personnalité soient enfin identifiés et reconnus.
Pour ce qui est d'analyser mes aptitudes à attirer les pn, j'y travaille avec mon psy.
Quand je parle de mon changement à jamais c'est uniquement par rapport à la prise de conscience de ce type de personnalité. Avant je n'imaginais ps qu'ils puissent exister. La notion de mal je la conceptualisais mais ce mal qui consiste à priver l'autre de son identité pour nourrir son ego défaillant je n'en avais pas conscience. Maintenant je sais.
Je n'ai pas de haine contre eux, ils me font plutôt pitié mais il est je pense impératif de faire réagir contre leurs agissements morbides c'est une nécessité pour preserver certains principes de base de la condition humaine.
Merci à vous.


anonyme le 06/04/2012
Bonjour,

Je pense avoir été la victime d'un pervers narcissique. Il y a environ deux ans, j'ai été amenée à côtoyer quelqu'un. De prime abord très avenant, souriant, voire même parfois exubérant, charmeur, semblant également parfois timide. Il a tout de suite cherché à m'approcher et je me suis défilée, sentant sans comprendre vraiment pourquoi que quelque chose clochait chez lui. Bref... sur ce plus de nouvelles pendant quelques temps. Suite à ça, je me mets à chercher un appartement et lui très obligeamment me propose l'appartement que son "cousin" et lui ont mis en location. Je le visite, il me plait, je le prends. Suite à ça, il se rapproche de moi, m'explique que ma réaction précédente l'avait profondément blessé, tellement blessé que dégouté des femmes par ma faute, il est allé voir des mecs et a attrapé le VIH. Moi évidemment je me sens coupable... Il dit qu'il ne m'en veut pas, qu'il ne veut pas qu'on parle de ça, mais ramène toujours tout à sa maladie. Il dit qu'à cause d'elle, il ne peut pas fréquenter qui que ce soit, qu'il a besoin d'indépendance, qu'il n'arrive plus à s'attacher etc etc. Moi je tombe amoureuse. Bêtement. Je me suis toujours sentie un besoin de "sauver" les gens fragiles. Lui un soir, décide de m'embrasser sur la terrasse de mon appartement, puis revient à la charge par sms. Moi je suis attachée, je lui dis. Dès lors notre relation prend une tournure curieuse, il est présent tout en étant distant. J'ai l'impression d'être au bout d'un élastique qu'il ramène à lui quand il le désire et qu'il renvoie loin quand ça le saoule. Il est là quand il a besoin de moi, que je l'écoute, que je l'aide ou que je le plaigne. Mais me rejette loin de lui quand la réciproque est vraie. Pas à chaque fois, mais de plus en plus. Jusqu'au jour où il me dit sans explication autre que sa "maladie", que je "lui rappelle à chaque fois qu'il me voit", qu'on se sépare, qu'il comprend si je ne veux pas qu'on reste amis, qu'il ne sait pas ce qu'il veut, que peut être qu'il le saura un jour mais que jusque là il ne le sait pas donc ne peut rien me promettre etc. Moi je reste, je suis trop attachée. Je commence à souffrir. S'ensuivent des mois où quand il en a envie il me "saute" dessus (tout est relatif, n'oublions pas qu'il est malade), m'embrasse, et le lendemain m'ignore comme si je n'existais pas. Il me présente sa mère, ses amis, mais dit vouloir absolument de son indépendance.
Ca me détruit lentement. Je pense que ça aurait continué longtemps si je n'avais pas appris :
- il a commencé à aller voir les mecs environ sept mois avant de me connaitre
- il n'a jamais été malade
- le fameux "cousin" n'était autre que son ami, à qui il était tellement attaché qu'il était incapable de supporter une quelconque distance entre eux. Il avait donc fait en sorte de m'installer chez son ami...
- il a fêté son année de relation avec ce même "ami" une semaine après avoir jugé utile de m'embrasser
- il draguait ouvertement tout un tas de filles en parallèle sur des sites de rencontre.
Etait-ce vraiment un pervers narcissique ou est ce moi qui me fais des idées ?


Isabelle+ le 06/04/2012
Merci Espérance pour votre message....d'espoir. Je ne cesse de dire que si mon mari est devenu tel qu'il est c'est du fait de traumatismes qu'il a vécu durant toute sa phase de construction mais je me dis également que ses comportements envers ces dernières années sont dus au fait que je l'ai laissé faire pendant plus de 20 ans. J'aurais du taper du poing sur la table, j'aurais du partir lorsque je me rendais compte que ses agissements étaient "anormaux". Mais non, j'ai laissé faire pendant tant d'années pour ensuite découvrir l'enfer. La culpabilité, c'est mon quotidien. La culpabilité, c'est l'air que je respire. Afin de permettre de vivre, il m'a mise sous assistance respiratoire durant tant d'années. Il m'a insufflé cette culpabilité !
Alors quand je vous lis, je me dit que vous avez peut-etre raison...
Par contre, je ne suis pas d'accord avec vous sur ce que nous sommes. Nous sommes les proies des PN mais nous en sommes les victimes. Si on regarde la définition du mot "victime" dans un dictionnaire, voilà ce qu'il est ecrit : personne qui subit les injustices de quelqu'un ou qui souffre ; personne tuée ou blessée. Il y a tout ce que nous ressentons dans cette définition : souffrance, blessure, mort. Alors oui, nous sommes des victimes.


Anonyme le 07/04/2012
De Sybille à Espérance:Bonjour,
Je rebondis sur le dernier post, Il y a, mais vous le savez peut être, des méthodes pour contrer les pervers manipulateurs elles sont efficaces .J'ai travaillé avec mon psy là dessus avant de quitter mon mari pour pouvoir tenir les dernières années.Je les ai mises en application avec une collègue perverse ,et ça fonctionne,bien sûr cela demande de notre part un effort car ne nous paraît pas naturel, cela ne correspond pas à notre façon de fonctionner,mais on apprend vite ,il y a parfois des moments de relâchement certes,cependant au final le pervers change d'attitude avec nous .Quelques livres en parle"les manipulateurs sont parmi nous"etc il y en a certainement d'autres!pour ce qui est de lutter ou faire découvrir le profil du manipulateur,on peut se joindre à des prises de parole lors de réunions d'associations et certaines d'entre elles sont très actives,leurs membres sont reçus par des députés,sénateurs,commissions.. pour essayer de protéger ,faire reconnaître les souffrances..j'ai déjà été contactée par l'une d'elles pour me joindre à un groupe de femmes et d' hommes ayant rencontré et souffert de pervers qui devait être reçu par une personnalité d'un ministère.Peut être pourriez vous œuvrer dans ce sens également,on est plus fort à plusieurs.Pour ma part à présent les pervers ne m approchent plus ou s’ils s'approchent,ils s'éloignent aussitôt,le regard que je porte sur eux est rempli de commisération, ironie ,mépris,ils le sentent sans doute.je me demande comment j'ai pu en avoir peur, y prêter attention,intérêt...( même si j'ai recherché et trouvé l'explication liée à l enfance)ils sont si" petits" ils ont en fait si peu d'importance qu'ils sont à balayer d'une chiquenaude.Je crois aussi que l'on se reconnaît instinctivement dans les épreuves traversées avec ce type d'individu,ce qui nous permet à travers des contacts de nouer des liens enrichissants, de se faire de nouveaux amis !pour finir sur une note positive et constructive ! Joyeux week de Pâques à vous


Nati le 08/04/2012
bonjour ,je me permets de vous repondre et vous conseiller de fuir sans plus tarder cette personne bizzare ,qui ne vous attirera que des ennuis dans votre vie ,je ne sais pas quel age vous avez ,mais je suis sure que vous encore tres jeune et sans experience ...si non comment est ce que vous envisagez encore faire une relation durable [
,et qui pourra finir par un mariage peut etre ,c eat ce que vous souhaitez a ce qui me parait]avec un homo ****** ,un menteur qui ne vous aime pas et qui vous fuit tout le temps et fuit tout engagement ..et qui est en plus de tout ca malade .ccomment est ce que vous voyez l enfer devant vous a deux pas et malgre ca vous voulez avancer ..comment est ce que vous n avez pas encore compris ou vous ne voulez pas comprendre que vous jouez avec du feu ..risque de contamination ,risque de donner des enfants malades ..croyez moi .ce monsieur n est pas un pn ,il vous fuit ,et change de fecette a chaque fois car il n ose pas vous le dire franchement qu il ne veut pas de relation serieuse avec vous ,car il est homo et sa vrai femme c est son pretendu cousin ,c est ca la verite qui blesse .alors pour l amour de dieu fuiez tant qu il est temps ,..ne gachez pas votre vie et souffrez apres eternellement ,..il ya beaucoup d homme qui souhaiteront etre aimes par une femme sincere et honnete comme vous . vos sentiments ?????????? meme si vous l aimez ,etouffez les ,fuillez ..voila je vous aurai prevenu comme si je l aurai fait avec ma fille .informez moi si nouveau si vous voulez ,je vous repondrai . bon courage


Espérance le 09/04/2012
Esperance pour Isabelle,
Désolée mais je pense m’être mal exprimée dans la désignation de mes adjectifs.
Evidemment que nous avons été des victimes après avoir été des proies bien conditionnées pour l’obéissance et l'asservissement robotisés et sous controle absolu du pn.
Mon raisonnement partait du fait que nous n’étions plus leurs victimes après les avoir démasques, conscient du mal qu'ils véhiculent nous devenions leurs ennemis.
La notion de prédation ne vaut que si il y a un déséquilibre dans le combat ce combat est donc inégal, il est à sens unique avec l'objectif d'asservir l'autre.
La force du pn se construit autour de l'illusion perfide, sa construction lui permet de ronger les bases de l'dentité de l'autre sans laisser de traces et surtout sans que l'autre en prenne conscience.
L'autre ne met pas en place ses mécanismes de défenses dans un premier temps parce qu’il est séduit dans un second temps parce qu’il est sous emprise donc anesthésié sans capacité de jugement ni de discernement.
Le jour ou ce pouvoir totalitaire cet acharnement de dépossession de l'autre le jour ou nous pointons du doigt cette imposture machiavélique, le jour ou nous sortons de cette transe aveuglante et hypnotisante nous ne sommes plus des victimes.
La réalité des stratégies macabres mises en place nous submerge , cette fois de façon définitive, nous nous préparons alors pour le combattre.
Du fait même de ce réveil subi après un long cauchemar scénarisé par le pn et des soubresauts infructueux vite étouffés par la grande maîtrise et la clairvoyance morbide du pn, notre aliénation prend fin dans notre conscient. Nous mettons en place nos mécanismes de défenses pour contrer le pn.
Malgré la fragilité psychologique induite par le pn, nous ne sommes normalement plus vulnérable aux attaques du pn même si il subsiste des automatismes lié aux conditionnement instaurés par lui nous reprenons possession de notre pensée. A partir du moment ou nous sommes sorti de son emprise, nous ne sommes plus sa victime.
C'est donc dans ce sens Isabelle que je voulais me départir de cet adjectif réducteur qui nous ampute de nos capacités de réagir après la prise de conscience pour ne plus sombrer dans l'aspect mortifere de ce concept.
On peut évoquer le terme de personnes en reconstruction après un lourd traumatisme psychologique.Bien entendu ca reste mon avis.
J'ai aussi parlé des personnes qui gravitent autour du pn dans le milieu professionnel qui constatent son dessein destructeur mais qui optent pour le silence pour des raisons que j'ai déjà soumis, ceux la je les nomerais les complices car ils assistent aux velleités destructrices du pn ils en connaissent les objectis et les cautionnent.
Et puis parmi ces personnes il y a ceux qui sont sous son emprise qui n'ont pas pris conscience de ses troubles déviants ceux la sont encore sous son emprise et restent ses victimes car complètement sous son joug et son autoritarisme malveillant.
Voila Isabelle j'espere avoir été explicite, encore une fois ce n'est que mon analyse, toutes les autres sont recevables.
Pour toutes ces raisons je ne veux pas m'enfermer dans mon malheur et veux aider celles qui sont encore des victimes à sortir de cet envoûtement pour retrouver leur liberté de penser.
La séparation d'avec le pn est une rupture totale avec son environnement depresseur, destructurant et criminel, aprés il faut reconsiderer son moi profond le retrouver et se reconcilier avec la vie sans oublier de combattre le pn comme n'importe quel ami qui vous a fait croire qu'il vous voulait du bien mais vous a consumé à petit feu sans aucun scrupule.
Il n'est pas Dieu, Une des lois fondamentales est tu ne tueras point, je rajouterais ni physiquement ni mentalement.
Bien à vous.


Folie le 19/04/2012
Bonjour à tous et toutes, victime de pervers narcissique, je souhaite une aide d’urgence ! Voilà il y a 2 ans mon conjoint (pas mariés) m’a poussée à une forte dépression, mise à la porte en me disant « c’est moi les enfants ou rien ». Depuis remise de cette dépression, je tente de récupérer mes enfants qui veulent et réclament leur maman. Il a constitué un dossier pour m’ôter mon autorité parentale avec des courriers de personnes qu’il a manipulées ! Je vivais en outre mer et à la rue pendant un an sans le sou car il ne souhaitait pas que je travaille pour élever les enfants. Il a tenté de me faire interner de force, grâce à l’aide de ma famille en métropole où 8 000 kms nous séparent ! Il a fait croire aux enfants que je les avais abandonnés et par la suite chantage affectif avec les enfants si je voulais les revoir avec un tiers garant pour justifier de mon irresponsabilité. C’est blessant sachant que j’ai élevé mes enfants seule pendant 20 ans. 30 ans de manipulation que je ne voyais pas, je m’en veux car j’ai perdu ce qui m’était le plus cher ma confiance en moi, l’utilité d’être en vie sans mes enfants. Je viens de constituer un dossier de demande de garde auprès du tribunal des affaires familiales et je sens mes enfants en grand danger psychologique. Ils me téléphonent en cachette dès qu’ils le peuvent et c’est un déchirement innommable !!! Je suis désespérée et les ai vus à noël dernier pour une semaine, encore un déchirement… aidez moi, je ne sais plus quoi faire


Entraideapn le 19/04/2012
@ Folie : ce n’est pas parce que votre ex conjoint a fait une demande pour vous enlever votre autorité parentale que çà sera le cas, ce n’est pas lui qui est décideur, mais la justice… pour qu’on vous enlève l’autorité parentale, il faudrait des preuves de faits graves contre vos enfants. Je ne sais pas quels âges ont vos enfants, mais si vous les avez élevés pdt 20 ans, il y en a qui sont majeurs, voir cert qui ont dépassé l’âge de 13 ans : ils ont leur mot à dire en justice.
Vous avez constitué un dossier de demande de garde, là aussi c’est le tribunal qui décidera. Plus votre dossier sera préparé avec une chrono des faits, une synthèse des faits et ttes les preuves en votre possession mieux ça sera. Faites vous aider, accompagner par 1 avocat/e compétent dans ce domaine. Maintenez le contact avec vos enfants, téléphone, mails (en faisant attention tt de même à ce que vous écrivez, votre ex a peut être accès aux écrits si il exerce une surveillance) … en les rassurant sur votre amour pour eux, en vous montrant forte pour eux… le tribunal examinera sûrement dans quelles conditions matérielles vous pourrez accueillir vos enfants, si vous pensez que les conditions matérielles peuvent être contestables, vous pouvez demander de l’aide auprès d’une assistante sociale, ou d’assoc … mettez toutes les chances de votre côté pour montrer que vous avez les capacités de mettre en œuvre le choix que vous faites, courage


Goliane le 20/04/2012
bonjour, voilà un moment, que je ne suis pasvenue, je voulais, vous dire, que j'ai pris contact, avec le ministre de la justice, la procureuse, qui s'interresse à nos cas, je pourrais dire tumatuer, mais je continuerais le combat, pour vous et les suivants. je veux retroucer ma dignitèe de femme. si il le faut je ferais la greve de la faim, il y a des loie, que les juges n'applique pas, trop de travail pour eux je suppose, à plusieurs reprises, j'ai demande une entraide entre nous, personne ne m'as repondu, il y a l'assoiciation ni **** ni *******,et pourquoi pas nous, à faire une association, ils demollissent nos enfants, et eux, refont, leurs vie,et nous n'existons plus, ni nos enfants, si ce n'est que pour nous mettre encore et encore, plus bas que terre, il faut que l'on se reveille.
bonne soirèe, j'attend vos reponses


Espérance le 20/04/2012
Le calvaire avec le pn c'est qu'avant que vous ne réalisiez sa toxicité diabolique et que vous vous décidiez à le quitter par instinct de survie il vous a déjà tout pris.
Vous êtes vidé sans capacité de discernement ni de décision, assailli par le doute et la confusion vous êtes telle une marionnette qu'il veut encore et toujours manipulée.
Peu importe qu'il ait une autre proie, il s'acharne encore sur vous car il veut vous anéantir.
Vous lui appartenez et en aucune manière vous ne devez échapper à son scénario machiavélique sa jouissance extrême viendra de votre dissolution complète.
Peu importe les méthodes il n’hésite pas à utiliser ses enfants qu'il détruit également sans aucun scrupule, non ce qui compte pour lui c'est lui et son acharnement pour arriver à ses fins n'a d"égal que son délire pathologique et criminel.
Surtout n'attendez rien de lui jamais il est tel le diable et ne changera jamais, il est la quintessence de l’égoïsme de l’égotisme de la haine et de la cruauté.
Quand vous sous réveillez de l'effet endoctrinant, du conditionnement mortifère qu'il a mit en place sournoisement eh bien il considère que vous êtes encore sa chose et en aucune manière vous ne devez ne serait ce que pensez à le quitter.
Mais justement la pensée et l'ennemi du pn, quand on sort de son emprise et qu'on commence à penser par soi meme il est en danger.
Il a toujours procédé de façon à ce que vous ne pensiez plus par vous même alors quand vous sortez de ce marasme sectaire despotique et autoritaire, vous revenez à la vie vous pensez et de la va commencer votre libération.
" Je pense donc je suis".
Alors commence le parcours de la réflexion et du retour vers soi.
Ce qu'on a consenti au pourceau c'est notre âme et notre esprit en plus des bleus énormes au coeur et au corps.
Alors que faire?
Eh bien mettre une croix définitive sur ce vampire abject dénué d'affect et penser en thermes de réappropriation de son estime de soi que ce malade nous a subtilisé tel un escroc.
Il faut préserver ce qui subsiste c'est a dire presque rien et s'armer de courage. La distance, l’indifférence, l’hermétisme à ses attaques fallacieuses sont indispensables pour echapper à son emprise macabre et continuer poursuivre son chemein de croix droit devant vers la vie...
Il attaquera encore et encore à travers les enfants ou autres mais moins vous lui donnerez de substance pour s'accrocher et plus il s’excitera tel Satan rêvant de revanche et de vengeance. Alors soit il vous laisse tranquille pendant un temps soit il commettra des fautes qui pourront être utilisées contre lui.
Dans tous les cas il ne vous oubliera jamais et il resurgira un jour surtout si vous avez des enfants en commun.
Le fait qu'il ait une autre proie ne change rien à son désir de détruire tout ceux qui ont décidé de le quitter sans son approbation.
Les conséquences inquiétantes c'est son pouvoir sur les enfants et c'est la que la justice doit intervenir et surtout prendre conscience des impacts du pn sur eux.
Je pense qu'il faut malgré toutes les embuches et strategies malsaines du pn continuer à se battre, pas pour gagner mais pour sauver son identité, sa foi et sa confiance en la vie. Puiser dans dans nos tréfonds parfois seule mais continuer coute que coute, ne pas sombrer.
Le pn est un diable qui projette la douleur qu'il ne peut ressentir sur les autres.
Il ne souffre pas pour ces raisons, quoiqu'il fasse il n'a pas de remords partant de ce constat il faut aller aussi loin que lui en restant soi mais en mettant en éveil ses propres mécanismes de défense.
Quand on a à faire à un être pervers diabolique il devient notre adversaire, il faut le combattre même si c'est le père de nos enfants ça restera celui qui nous a volé notre identité notre intégrité et qui a faillit nous exterminer.
Ses ruses et ses tactiques ne pourront être viables indéfiniment.
Un jour il s’autodétruira car il n'aura plus personne autour de lui à vampiriser et il disparaîtra parcequ'il naura plus d'energie de vie à vampiriser.
Je n'ai pas beaucoup de certitudes celle dont je suis sure absolument c'est que les pn sont de dangereux psychopathes sans vergogne et sans l'ombre d'un scrupule.
Si on leur donne un pouvoir plus élargi il mèneraient le monde non pas à sa perfection mais à sa destruction.
Me pencher sur leurs manques, leurs frustrations leurs failles, leurs lacunes éducatives et affectives? Non je ne veux plus plus jamais, j'ai par l’idéal d'un amour rédempteur faillit y perdre la vie je ne suis pas coupable je veux reprendre mon integrité.
Et puis les pn ne sont pas que domestiques alors à force de se faire vampiriser on a plus le choix que de penser que le mal est en l'humain.
A bientot


Isabelle+ le 20/04/2012
A Espérance.
Je prends toujours un immense plaisir à lire vos publications. D'une part, vous maniez parfaitement la plume (le clavier !). Ensuite, votre analyse des PN est très fine, réaliste. Enfin, vous avez une capacité à vous analyser qui est impressionnante. Et puis, il y a tellement de similitudes avec ma vie ou du moins mon ressenti (je pense que c'est le cas pour grand nombre d'entre nous).
Là où vos propos me dérangent, c'est que je n'arrive pas à percevoir s'il s'agit pour d'une auto suggestion durant une période de grande souffrance intérieure ou bien si vous êtes arrivée à cette phase de reconstruction dont nous rêvons tous et toutes. A savoir retrouver l'estime de soi, la confiance en soi. Ne pas etre dans l'attente d'un signe des autres pour penser que nous sommes des personnes aimables, dans le sens "dignes d'être aimées". Pouvoir mener jusqu'a son terme une action sans douter de ses capacités, pouvoir aller vers les autres sans avoir la crainte de déranger. Maintenant, je me dis que cela ne fait que 4 mois que je suis séparée de mon mari, que cela ne fait que 2 ans et demi que je suis en analyse... Mais j'ai tellement besoin d'être confortée, sécurisée par mon entourage alors que j'aimerais tant voler de mes propres ailes. Je suis encore dans une relation toxique avec mon mari. Je suis arrivée à mettre un terme à son harcèlement par mails et SMS en lui annonçant que je les avais édités et envoyés à mon avocate. Cependant, je suis amenée à le voir de temps à autres lorsqu'il vient chercher ou ramener mon fils à la maison. Comme il s'y considère encore chez (il a aménagé à plus de 500 km), il rentre et vient continuer ses comportements pervers.,. Il me connait tellement bien depuis 26 ans et puis, il m'a tellement amenée à me dévoiler afin que je n'ai AUCUN jardin secret, qu'il sait appuyer là où ça fait. Et quand ça fait mal, je perds tous mes repères et en arrive à perdre la raison ; j'ai alors un comportement violent, frôlant la crise d'hystérie. Il en ressort "vainqueur", j'en ressors coupable, diminuée et honteuse (pour info, j'ai eu une dépression diagnostiquée comme majeure il y a trois ans et ai été hospitalise en psychiatrie durant 4 mois). Dans un bon sentiment (pervers) il adresse alors un SMS aux enfants leur faisant disant qu'il se fait du soucis à mon sujet. Heureusement, mes enfants de 15 et 20 ans sont en capacité d'entendre que leur père m'a détruite, qu'il m'est toxique mais il est leur père avant d'être un pervers narcissique manipulateur.
Je sais bien que dans quelques années je serais en capacité d'avoir votre analyse, votre recul mais dans l'immédiat, je rame, je m'épuise à ramer et n'ai qu'une seule envie : arrêter de ramer et me laisser tout doucement couler... Mais non, je ne peux pas me laisser couler car ce serait un trop belle victoire pour lui. Alors, je continue de ramer, je continue de m'épuiser et, lorsque je n'en peux plus, je viens me régénérer en lisant vos écrits.
Merci Espérance. Vous méritez bien votre pseudo.


lania le 23/04/2012
je reponda 17/12/2011
c'est lania désolé du retard je ne retrouver plus mes codes

oui je me sacrifie mais j essaye de les protégers de par mar présence, il n y a pas de bon choix partir et qu il manipule a distance eux directement sans que je puisse intervenir ou un divorce autant dire une guerre, malmenée pour malmenée je reste je subis j absorbe comme je peux


Espérance le 24/04/2012
Isabelle,
Loin de vouloir faire passer le message que je me suis totalement sortie de l’anéantissement perpétré par le pn, je tente plutôt chaque jour de trouver les raisons qui m'ont poussées a cautionner une vie de privations de mensonges de trahisons, de frustrations, de cruautés, de violences de mépris etc.
J'essaye de comprendre avec raison avec du recul, sans culpabilité et en me reconsidérant, en me repositionnant comme un être capable de discernement.
je déroule le fil de ma vie avec toute la sincérité possible et je sais que j'aurais pu le quitter avant. Avant qu'il ne me dépossède de presque tout mon potentiel de vie.
Je suis resté la peur aux entrailles, le croyant quand il me susurrait sournoisement tel un démon tu ne pourra pas t'en sortir, tu es nulle etc...
C'est cette peur que je tente d'exorciser de depasser.
Les reminiscences, les souffrances sont encore tapies en moi mais loin de lui je respire, je vis je fait la paix avec moi meme.
J'ai quitté la maison, j'ai fais le choix d'un divorce amiable car je ne veux plus ne serait ce que voir son visage monstrueux de cynisme, mon avocat s'occupe des formalités, j'attends la suite. Je ne cherche aucune réparation, c'et en moi que je dois trouver la force de panser mes peines et mes blessures.
De lui je n'attends rien sinon la désolation, la mesquinerie et la cupidité.
Lorsque j'ai quitté la maison il en était à sa énième maîtresse, encore une proie qui va le consoler.
Je tente également de m'informer sur les troubles comportementaux du pn pas pour l'excuser ou lui pardonner mais pour comprendre les fondements de ce type de personnalité et leur conception de la relation à l'autre.
Cette quête du savoir me permet de ne pas me considérer que comme victime mais aussi comme actrice de mon passé.
J'ai souffert atrocement de cette relation et me questionnant sans cesse sur son sens, le relâchement de mes capacités de discernement m'a permit de tenir le coup pour mes enfants. Le choix était cornélien extrêmement douloureux mais j'ai opté pour rester malgré moi, exposée aux aptitudes manipulatoires cyniques de mon pn de tout détourner à son avantage.
Il aurait pu me faire passer pour une dépressive majeure incapable d'assumer ses enfants, alors même que c'est lui qui se dopait aux antidépresseurs et qui n'assumait aucune responsabilité.
Cela a été un choc sismique. Après le déni, les doutes,vient la culpabilité, mais pourquoi m'a t-il choisi moi ?, suis-je complice, en partie responsable ? Puis,c'est la prise de conscience de n'avoir été que le jouet d'une manipulation des plus cruelle dont l'objectif final était une démolition psychologique.
Je suis tombée de très haut.L' arme de prédilection du pervers narcissique c'est notre morale, notre vision de l'homme. Pourquoi la personne sensée vous aimer s'acharnerait tant à vous détruire?

Je ne vais pas réitérer mon histoire mais c'est juste pour preciser qu'à un moment de ma vie j’étais consciente de l'irrespect dans lequel je vivais, mais j'ai mis mon cerveau en mode automatique, cela m'a donné l’énergie toute relative en tout cas aveugle et sans perspective à supporter mais m'a conduit à me perdre aussi.
Moi la jeune femme qui à 20 ans éclatait de joie de vivre, de projet, de générosité, de partage je m’étiolais inexorablement.
J'ai attendu, mes fils ont 24 et 17 ans, il ne pouvait plus me les arracher, alors j'ai repris petit a petit le contrôle de ma vie parce que toujours exposée à des horreurs de plus en plus paroxystiques, c’était par instinct de survie, sinon je mourrais, mes enfants auraient été orphelins et lui se serait fait passer sans vergogne pour un veuf éploré.
Il avait droit de vie ou de mort sur moi eh bien tant qu'a faire j'ai fais le choix de vivre, c'est le meilleur pied de nez que je puisse lui adresser à distance.
Pour moi il n'est plus rien que l'ombre de mon passé obscur et le géniteur de mes deux enfants. Ce n'est pas du sarcasme mais une manière de nommer l’indicible.
Mes souvenirs avec lui je n'en ai pas c'est plutôt d'horribles cauchemars alors j'essaye de les évacuer coûte que coûte.
Ce n'est qu'un homme inhumain certes mais un homme quand meme.
De candide, naïve, généreuse, un peu trop sensible aux attentes des autres je perçois mieux mes besoins et mes désirs je me reconstruis doucement mais surement je l’espère.
Je suis actuellement exposée à une pn sur mon lieu professionnel et croyez moi c'est aussi très compliqué.
C'est justement ce constat que nous attirons les pn qui me fait aussi prendre conscience qu'il est impératif de se donner des limites dans l'acceptation pour imposer des limites aux autres et se faire respecter.
La discrétion , la gentillesse et tout ce type de qualités sont désormais à dispenser avec modération et à bon escient...à méditer.
"Il était hier aujourd'hui et demain un être pitoyable alors que toi tu étais hier un être innocent, aujourd'hui un être conscient et demain un être sublimé par la sagesse de la vie".
D’après certaines statistiques scientifiques et contrairement aux idées reçues les personnes qui attirent les pn sont des personnes brillantes d'une intelligence supérieure de par leur sensibilité. Je ne vais pas me gêner je prends sans modestie et j’arrête de me déprécier.
D’après vous que recherche le pn? des qualités, des savoirs des valeurs pour se renarcissiser il va donc les vampiriser la ou il peut les trouver et croyez moi il a un flair indéfectible. C'est cette énergie la qu’il recherchera toute sa vie sans se remplir jamais de la moindre essence affective.
Je tiens à preciser aussi que j'ai eu une enfance épanouie et heureuse peut être juste un peu protégée mais emplie d'amour donc pas trop de failles de ce coté la.
La grande difficulté qui persiste et qui me conduit à continuer le combat pour mettre à jour les dégâts psychologiques que provoquent ces détraqués c'est l’incompréhension le scepticisme ou l’indifférence des autres. C'est un long travail il faut continuer...
Merçi Isabelle pour vos encouragements.Tenez le coup la honte et la culpabilité ne sont plus de votre coté, reprenez confiance en vous c'est une nécessité absolue.
Il y aura encore des embûches des coups bas et autres stratégies perverses mais reprenez la barre et naviguez en maintenant le cap vers des eaux moins troubles, moins marécageuses.
Le chemin sera long et difficile pour nous tous mais ce voyage en vaut largement la chandelle.
A bientôt


Espérance le 24/04/2012
A Isabelle,
Je voudrais juste rajouter qu'il ne faut jamais se départir de notre soi profond, rester probe, intègre authentique et toujours dans la vérité enfin ne jamais jouer sur le terrain du pn.
Par contre il ne faut pas se laisser dicter ses propres décisions par les autres, assumer ses opinions et son libre arbitre et dire les choses comme on les ressent ne pas refouler. Se percevoir et se ressentir comme capable de recevoir des critiques qu'elles soient justifiées ou non sans que cela n'ait un grand impact sur nous et ne plus avoir absolument besoin de passer pour la gentille.
Parfois je sens un peu de froideur dans mes propos mais je suis pétrie de sensibilité et d’émotions, c'est juste une carapace pour me protéger et sortir de ce cauchemar mortifère.
Merci de me lire.


c le 26/04/2012
Bonjour,
je reviens poster un petit com après une longue abscence, j'avais découvert le blog cet été.choc et sulagement: enfin je comprenais ce que je vivais et je pouvais définir la personne qui vampirisait ma vie, j'ai mis des mots sur ses attitudes, ça à été le premier pas.

une fois identifié la chose j'ai pu commencer à me déculpabiliser, à prendre du recul, à plus me justifier des heures, à moins pleurer, et surtout à envisager de le quitter.
le quitter à mis du temps, je passerai rapidement sur le chapitre "rupture moche",en effet quand un pn se rends compte que sa victime fiche le camps sans retour, il jette toutes ses forces dans la bataille, l'objectif: faire le plus de mal possible, détruire, pietiner... bref il est enfin parti, je ne saurai décrire le soulagement, cette impression profonde et saine d'avoir pris la bonne décision.
par contre j'ai sous estimé l'effet "constat amer", et c'est assez dur de se dire que cette personne a qui on à tant donné, qu'on à aimé avec les tripes,avec qui on avait tant de projets au début,cette personne formidable qu'on a rencontré, he bien cette personne n'existe pas, la réalité est rude à regarder en face: oui oui il s'agissait de manipulation,oui j'y ai mis du mien en voulant éviter trop de conflit je me suis oubliée, oui j'ai passé tant de temps à me justifier qu'aujourd'hui je ne me fais plus confiance, oui cela va prendre du temps pour me "reconstruire".

mais ce petit mots juste pour dire, oui pas évident, mais bon sang,je sens que je peux revivre ,et ça c'est une sensation euphorique: j'ai pris la bonne décision, pas de regrets, pour ceux et celles qui hésitent encore , doutent d'eux, sont malheureux chaque jour:

courage, on peut les quitter, sortir de ma vie ce personnage c'est un véritable renouveau pour moi .

C


chantalou le 28/04/2012
Pour C... Tout à fait d'accord avec toi! Le plus dur, c'est de se rendre compte qu'on doit revoir tout son passé avec d'autres yeux! Dans une séparation "normale", je crois qu'on peut se dire qu'on a réellement vécu une histoire avec quelqu'un, même si cette histoire s'est terminée un jour... Pour nous, ce n'est pas possible...parce que rien chez les pn n'est vrai. Tu as un gros avantage sur moi : c'est que tu as su avant de le quitter qu'il s'agissait d'un pn! Moi, pauvre idiote, je l'ai quitté pour un tas de raisons et il m'a fallu presque 3 ans, le fait de refaire ma vie avec quelqu'un de formidable, un harcélement de mon ex et des révélations de mes amis qui savaient des choses mais ne voulaient pas me faire de peine, pour mettre enfin un nom sur sa pathologie et cesser de culpabiliser.... Je te rassure, on peut se reconstruire....mais c'est long, c'est dur, on fait 3 pas en avant puis 2 en arrière, mais on avance! Et tant que tu auras un lien, même ténu, avec lui (enfants, maison, chien et chat...)il essayera de te démolir grâce à ça! Pour moi, cela signifie que je parle au téléphone à mon fils presque tous les jours mais que je le vois rarement car il a choisi de rester vivre dans la maison (il avait 17 ans à l'époque, 21 maintenant) et qu'il aurait peur que son père apprenne qu'il me voit. Il fait traîner les choses en longueur concernant la maison car il n'admet pas que j'en soit propriétaire pour moitié, il a gardé mon vieux chien et penser que je ne le reverrai sans doute jamais est un crève coeur. Par contre, ma grande fille de 26 ans est de mon côté, maintenant, mais je l'ai récupérée dans un état psychologique lamentable... Elle qui était pleine de promesses vit du chômage, dans un petit studio, avec une vie privée chaotique...Elle semble vouloir remonter la pente, mais le chemin est encore bien long.... Mais j'ai bon espoir, et j'espère aussi qu'un jour mon fils ne subira plus aucune influence de son père et ouvrira enfin les yeux. Un dernier conseil : même s'il t'énerve, t'injurie, te déprécie, se moque de toi ou même recommence à être gentil, ne réagis jamais devant lui, ni en paroles, ni en actes, ni même par lettre! Le pire pour eux, c'est de se rendre compte qu'il n'ont plus de prise sur nous. Bien sûr, s'il devenait menaçant, il ne faut pas hésiter à porter plainte...je l'ai fait plusieurs fois! Je te félicite pour la décision que tu as prise et te souhaite beaucoup de courage pour la suite...comme à tous ceux et celles qui vivent cette situation.


c le 29/04/2012
merci chantalou, certes j'ai "du bol" , j'ai identifié la bête, quoiqu'il m'a fallu un temps infini pour y croire vraiment, je n'ai pas d'enfants avec lui, la maison m'appartient (j'ai acheté ma ruine avant de le rencontrer), donc il à nettement moins de leviers sur moi , j'ai eu droit aux appels à répétitions, aux textos larmoyant, il est venu ici sans prevenir, sur le thème "je t'aime tant, je ne peux vivre sans toi etc", mais contre il à juste oublié que je possede son mot de passe de méssagerie, et donc j'ai pu vérifier que sa douleur à une limite: le lendemain de la séparation il était inscrit sur une dizaine de sites de rencontres dont certains payant......

ca recadre direct sur ses mensonges sans fin, non je ne craquerais pas.; je n'ai plus de nouvelles depuis quelques jours, je pense qu'il à du faire une touche et je plains de tout coeur sa future victime.

moi je suis dans une phase montagnes russes: un jour je me sens bien et libérée, prete à mordre dans la vie à pleine dents, le lendemain j'ai les larmes aux yeux et je me sens "sale", j'ai des flash back et je me demande comment j'ai pu etre à ce point cruche et aveugle, je repense a toute l'energie que j'ai mise pour que la relation fonctionne et j'en suis éffrayée.

comme tu dis chantalou, le deuil d'une relation normale, c'est dur, mais il reste les bons souvenirs, le deuil d'une relation avec un pn.... rude rude, tout etait mensonges, on à aimé un leurre,chaque actions de sa part était un calcul pour blésser, rabaisser. Jamais les sentimemts n'ont été partagés, au contraire.

je sais que je ne devrais pas me torturer avec ça, mais c'est plus fort que moi, je me demande comment j'ai pu etre aussi stupide et j'en souffre affreusement. Ma confiance en moi à pris un énorme coup,sans parler du désert social dans lequel je me retrouve grace à ses manoeuvres.

Cela ne remet pas en question ma décision de le quitter, je suis persuadée d'avoir fait enfin ce qu'il fallait,je le ressent profondement,mieux vaux tard que jamais !!!

C


marie-loue le 30/04/2012
BONJOUR A TOUS,
Demain 1 Mai 2012 sur fr 5 une émission " d' allô docteur " SUR LES PERVERS NARCISSIQUES


anonyme le 01/05/2012
merci pour l'info de l'émission de demain. j'en attends beaucoup , comme il se doit


C. le 03/05/2012
13 ans de vie commune dont 6 ans de mariage ... 2 enfants humiliations coups ... je l'ai fait partir et maintenant c'est dur je ne sais pas pourquoi mais c'est le grand vide ... mon mari me mq enfin ses bons côtés, je gère tout toute seule alors qu'il s'occupait de tout je me sens perdue ... je l'ai detesté, j'étais soulagée de l'avoir fait partir de la maison, il est revenu en pleurant en suppliant en me disant qu'on ne pouvait pas tout mettre en l'aire notre famille, la maison etc ... j'ai craqué et depuis il m'évite,... et puis je m'y fait et je recommence à vivre retour de situation appel desespérer, je suis son seul amour, la femme de sa vie, il me fait endosser le rôle de méchante, sa violence c'est ma faute, l'alcool, c'est ma faute, la séparation c'est ma faute, les gendarmes c'est ma faute .... il me gache mon week end, il veut revenir ... on l'attend il ne vient pas , ne répond plus au téléphone , envoi un message pour dire que mes paroles lui font mal, qu'il a peur de moi ... Comment vais-je m'en sortir... J'ai peur, il me manque, il nous *******, je n'arrive pas à suivre une ligne de conduite ... Comment faire ??


Solinata le 05/05/2012
Bonjour,
J'ai posté un message le 24/4 à la rubrique "la justice face aux PN". Je ne sais pas si cette rubrique est beaucoup lue. Merci pour vos messages de réponse. Mon ami et moi en avons bien besoin... Cela fait 2 ans bientôt que la persécution morale est omniprésente à cause de la mère de ses filles. C'est très rude pour lui comme pour moi. Les hommes ont plus de mal à rechercher de l'aide, pour ne pas avouer qu'ils sont persécutés par une femme ! Mais il souffre et je ne sais plus comment l'aider. Mille mercis à vous


Geneviève le 05/05/2012
C. Bravo. Il te fait du chantge, rien d'autre il était tellement habitué à avoir un souffre douleur que ce souffre douleur lui manque... pour pouvoir mieux continuer. Bravo pour ton courage, bravo pour les forces que tu développes, bravo pour toutes ces souffrances que tu va et que tu transformes en "mieux pour toi, pour ta vie, pour ta liberté, pour enfin un peu de paix et le début d'un vrai bonheur". Bravo, surtout ne cède pas au chantage. Ce n'est pas toi qui lui manque, c'est le morceau de bois qu'il avait fait de toi dans son coeur et sa vie et sur lequel il ne peut plus taper, bûcher ! Bravo, continue à développer tes forces... encore, Bravo.


Pépin le 05/05/2012
Bonjour,
Je suis la compagne d'un homme qui a une ex-femme PN. Depuis près de deux ans la vie est devenue un enfer. Piratage boite mail, écoutes téléphoniques, contact avec mon ex mari, mes ami(e)s, détective privé, etc etc. Je pense sans cesse à une rupture car la vie n'est plus possible. Nous avons chacun nos difficultés, et je ne vois plus comment m'en sortir. Lui, mon compagnon est sous emprise, nous avons beaucoup de disputes à cause de cette situation. Moi même j'ai quitté le père de mon fils il y a 7 ans qui était lui même PN. Je suis en formation de psychanalyste parce que j'ai voulu comprendre et apprendre et je retombe dans une situation similaire mais avec une plus grande emprise. Je ne sais plus quoi faire, on se sent très seule pourtant on connaît les mécanismes, on repère plus facilement, mais l'autre est encore malvoyant.
je serais heureuse de lire vos conseils et témoignages.


Nat le 10/05/2012
Pour avoir connu la même situation, ce que je peux te dire c’est qu’il faut bcp d’amour et de dialogue dans le couple… et se rappeler aussi que soi même on a mis du temps à comprendre ce qui se passait dans son histoire, une maturation, une évolution avec le temps et les événements… ton compagnon a peut être besoin du même temps.


Anonyme le 23/05/2012
Voilà , le verdict est tombé 25/30 . Au plus profond de moi je le savait ... Mon histoire avec un PN n'a pas duré longtemps 1 an et demi , mais je peux simplement vous dire que cette année et demi aura été" concentrée " en horreurs... je suis tombée enceinte et ma grossesse a été évidemment difficile ( heureusement ma fille est en très bonne santé ) elle a 7 mois .
Le PN dont je vous parle est absolument inhumain , il m'a mise dehors a plusieurs reprises avec mon bébé lorsqu'elle avait 3 semaines ,( "il" a envoyé un sms a ma maman se faisant passer pour moi) , lui ordonnant : viens me chercher c'est fini avec ... Moi en larmes avec mon bébé qui dormait , me demandant dans quoi je nous embarquait toute les deux , me retrouvant chez mes parents , jeune maman exténuée , en dépression tellement j'en avait bavé ... j'étais désespérée mais le pire c'est que je suis retournée vivre avec lui , tout cela a recommencé , a la moindre contrariété ils nous jetais dehors tout ceci en plein hiver et a minuit le soir tant qu'a faire ... j'ai vécu en enfer pendant un an . Il ne faisait que me" jetter"(excusez moi du terme mais c'est vraiment ça ) et me reprendre , et moi je le reprenais car j'étais a ses pieds, j'ose me l'avouer maintenant en revanche ce que je n'ai pas compris c'est pourquoi j'ai réagit comme ça étant donné qu'a l'origine j'ai" un caractère " . Je ne vais pas étaler mon "parcours" aux côtés de cette chose infâme car ce serait d'aller d'horreurs en horreurs ... Mais le plus beau c'est qu'aujourd'hui je l'ai définitivement quitté et bien entendu "il" est la victime et je suis le montre . Voilà ceci n'est qu'un petit morceau de mon histoire , de toutes façons l'objectif n'est pas d'être impudique , et de tout étaler, j'ai simplement ressenti l'envie et le besoin de vous rejoindre , afin de partager avec vous , ce fragment de vie qui, je le pense,m'a transformée pour toujours ... Je suis actuellement en train de me reconstruire , ma fille est a" l'abri " et heureuse .
Je pense aussi aux personnes qui vivent actuellement cet enfer , a celles et ceux qui s'interrogent je veux leur dire ,que je les soutient, qu'ils ne se découragent pas .


Quefaire le 26/05/2012
merci à tous, la meilleure solution de se débarrasser d'un PN est la fuite. Comment faire pour que les enfants se débarrasse d'un parent PN quand ils sont mineurs? je suis séparée de mon mari j'ai eu la garde des enfants, un week-end sur 2 il a les enfants. A chaque retour ou depart de chez leur père,les enfants sont très mal, elle dise tout ce qu'elles subissent à leur psy qui se sent impuissant face à la situation. Comment faire pour que la justice reconnaisse la souffrance de ces enfants et prenne des mesures, étant donné qu'il a fait plein d'autres victimes autour de lui? Il a été marie et séparé 4 fois et à chaque fois il réussi à séparer les mères de leurs enfants en les renvoyant en Afrique sous prétexte qu'elles sont des sorcières.Les enfants grandissent avec lui sans connaitre leurs mères. Heureusement pour les derniers enfants, leur mère a tenu tête ce qui met le PN en colère, il se se sert des enfants pour faire souffrir la maman.Comment faire pour protéger ces enfants? Aide s'il vous plaìt.


Christine le 29/05/2012
bonjour j'avais écris un message le 21.12.2011 je sais ça fait loin j'ai touché le fond dépression .... j'ouvre enfin mon ordi et je reçois sur ma messagerie une adresse que je tente d'entrer je n'y arrive pas ça commence par (nade et puis un chiffre) j'ai besoin de cette amitié même si c'est loin je me sentirais moins seule dans cette épreuve merci de tout coeur.ps je ne suis pas très


Christine le 29/05/2012
bonjour j'ai deux questions pour commencer. Comment se comportent deux PN quand ils sont ensemble jusqu’à quand se lient t'ils ensemble pour détruire la même personne aidez moi je vis cette situation, mon ex mari et ma mère. s'ils sont si tordu avec moi est ce qu'un jour ça pourait leur arriver de se retourner l'un contre l'autre?????????????


Ninita le 05/06/2012
Bonjour a tous,
je me suis rendue compte en regardant une emission que le pere de mon fils dont je suis séparée depuis deux ans maintenant est un pervers narcissique, j'entame procédures sur procédures, pour minimiser les effets de son coportement sur mon fils de 3 ans et pour que les personnes voient son vrai visage, mais je passe pour une folle qui lui veut du mal.
je ne vois pas d'issue, je ne sais pas comment prouver tout ca face au juges et aux éducateurs.
Je suis suivie par une psychiatre. Une investigation pour une mesure éducative a débuté récemment, mais il passe tellement bien auprès des autres que je suis dépassée.
Je ne veux pas baisser les bras, mais j'ai l'impression d'être Don Quichotte contre les moulins à vent.
Dans tout les cas ces temoignages me font du bien, je ne suis pas la seule et je me rends compte que Non je ne suis pas folle.


Yoyowood le 05/06/2012
Bonjour, pour que çà change, il faudrait changer les lois, informer sur cette "pathologie" les personnes devant cotoyer des victimes. Il faudrait réformer la procédure de divorce actuelle qui n'est en rien adapté à des personnes en difficultés de plus avec des enfants. Lorsque nous demandons le divorce, nous devrions, nous et les enfants, pouvoir expliquer à un ou des psy notre vécu et ainsi, il pourrait donner son avis et prendre, avec un juge,une décision immédiate (48h) de protection pour les victimes et pour les enfants. Je sais, c'est trop simple, trop uthopique......Continuons à regarder nos PN détruire nos enfants avec l'accord de tout le système censé nous protéger......Peut être devrions nous porter plainte pour non assistance à personnes en danger contre ces institutions qui fonctionnent trop lentement et de travers. Courage, faites le nécessaire pour que votre PN ne puisse plus vous atteindre moralement surtout et fuyez mais loin. Pour Ninita, saches que j'emploie la même image de Don Quichotte en ce qui me concerne. Nous sommes tous et toutes des Don Quichotte.
http://yoyowood.centerblog.net


Margelle le 10/06/2012
Je poursuis ma réflexion... le pn est-il un monstre ? ou un être humain ? même monstrueux ???? il me semble que la victime, j'en fais partie, a l'occasion grâce (j'insiste sur le mot) à cette relation, de plonger un peu plus avant dans son moi profond.... en se faisant aider, d'accord... j'avoue que j'ai plus découvert de moi, grâce à mon pn, même si pas rose, et quelque fois gris foncé, qu'avec n'importe qui d'à peu-près "norme mal".... mais je reconnais que je ne dois pas être totalement "norme mal" !! je reconnais que j'en chie un peu, mais de toutes façons, vu ma présence sur terre, il me semble que c'est sans doute ce que je cherchais, même si j'aspire au bonheur, mais de toutes façons, il est là !! quoi qu'il arrive... mes chemins m'y amènent, et ce n'est pas triste....
http://entraideapn.centerblog.net


Loutre le 06/07/2012
bonjour, je reviens vers vous pour vous donner quelques nouvelles. j'ai vécu et donné de ma personne durant des années pour seconder mon PN dans sa vie professionnelle (voir témoignage loutre) aujourd'hui je viens d'avoir le délibéré du jugement de divorce, il m'est favorable, mais comme il y a toujours un mais il me faut attendre encore car rien n'est gagné mon PN peut faire appel...si il fait appel et que celui ci reste confirmé en l'état actuel, j'aurai matériellement gagné..sauf que pour ne pas déroger aux règles mon PN c'est savamment employer à manipuler mon fils lui faisant miroiter dans des promesses qui ne seront pas je le sais ni tenues ni durables dans le temps ; quoiqu'il en soit cet enfant qui en janvier 2010 avait fait une TS et dont j'ai été la seule a m'occuper durant son hospitalisation en hopital psychiatrique a subitement changé et s'est rallié à la cause de son père (forcement chez lui aucune règles, sorties nocturnes, et fêtes sans limites) alors qu'a la maison et au regard de sa fragilité j'imposais des règles de vie et de bonnes conduites..pour un ado en perdition psychologique le choix a été vite tranché...ce qui revient à dire que les PN savent frapper et toucher la ou cela fait mal, et lorsqu'ils ne peuvent pas nous atteindre directement, ils ont toujours la ressource d'opérer insidieusement par la voie des enfants..aujourd'hui je paye les frais d'université de mon fils (loyer-eau-électricité-gaz) et lorsqu'il m'arrive de le croiser j'ai juste droit à un bonjour...Alors même si la justice me donne raison concernant les point matériels le fait que mon fils soit majeur ne me permet plus juridiquement d'avoir sur lui une quelconque possibilité de le ramener à la raison afin de lui faire comprendre que la vie ne s'articule pas au gré des soirées étudiantes et autres mais autour d'une vie avec des règles..il a choisi la facilité, maman paye les études et je vis mes WE chez papa pour pouvoir sortir sans retenues aucune...


Espérance le 06/07/2012
Bonjour a tous,
Cela fait 6 mois que mon pn me verse une pension alimentaire qui ne représente pratiquement que la moitié de la somme que j'avais demandée lors de la NC à quelques jours prés de la date signifiée par la juge mais sans trop de difficultés.
Je présume qu'il considérait payé un lourd tribut, ce sacrifice il devait le ressentir comme une amputation.
Cet argent ce n'est que pour contribuer petitement à l’éducation de nos enfants.
Connaissant sa cupidité et sa pingrerie je n'ai jamais sombré dans l’angélisme qui était mon lot mais ça c’était avant.J'ai pressenti qu'il y avait anguille sous roche, que venant de mon pn ces dispositions n’étaient pas corrélées avec le personnage avec qui j'ai vécu pendant 30 ans.Je savais au fond de moi que ce comportement plutôt correct pendant 6 mois était instrumentalisé afin de se faire passer pour quelqu'un de bien aux yeux de la juge pour mieux s'engager encore une fois dans une stratégie de spoliation pour mieux rebondir, un non sens pour moi qui ait vécu les pires souffrances avec lui.
Bref voila qu'aujourd'hui je reçois un courrier de mon avocate qui me transmet par l’intermédiaire de son avocat a lui un courrier stipulant que dans 2 mois il verra son salaire ponctionné de plus de la moitié alors même qu’il est en constante augmentation depuis des années.
Evidemment je pense que l'année du divorce et la meilleure année pour voir ses revenus à la baisse? C'est surement une constante chez tous les pn.
Je présume qu'il prépare le terrain pour ne pas avoir à me payer une prestation compensatoire dont bien évidemment j'ai fais la demande et de voir peut être la pension alimentaire diminuer.
Je m'attendais à ce genre de retournement et j'ai l'impression que le cauchemar continu.
Je suis persuadée que c'est encore des manigances comment lui l’être parfait j'ai osé le quitter, moi le boulet, la sorciére, la bourrique.
Cela fait partie de leurs stratégies communes à toutes les situations de ce blog.
Pour lui je ne mérite rien sinon son mépris, il m'a destituée de tout même de mon argent et je m'attends au pire.
Pouvez vous me donner des conseils à ce sujet que dois je faire?
J'ai pour l'instant rédigé un courrier à mon avocate l'informant que cela doit cette baisse de revenus doit être prouvé.
Juste pour info j'ai reçu une copie de sa déclaration fiscale 2011 il a déclaré 70000 euros de revenus. Sans commentaire.
Que dois je faire?
Ce qu'il allègue comme des nouvelles dispositions peuvent elles impacter sur la suite de la procédure? La juge peut elle demander plus de précisions ?
Comment prouver que tout ce jeu macabre n'est que manipulation?
Comment faire pour trouver enfin le repos?
Merci pour votre aide.


esperance le 06/07/2012
J'aimerai réellement qu'on me donne des conseils sur ma situation.
Dois je dire à mon avocat des vérités sur mon pn, peut il m'attaquer pour diffamations. Il est capable de faire usage de faux ou compromettre d'autres personnes en leur racontant des mensonges. Mais comment prouver tout cela?
Le courriel en question n'a pas valeur légale ni dans le fond ni dans la forme puisqu'il est plutôt probabiliste et encore je dirais plutôt flou.
D'autre part comment peut il envisager duper les juges de cette façon? Les juges le croiront ils? Est il possible qu'il puisse alléguer ce genre de remaniement salariale de moitié sans qu'on ne lui demande des preuves plus tangibles plus concrètes?
Lorsque je lis vos postes cela me renvoie indubitablement à une justice instrumentalisée par les manipulations des pn.
Je lui ai tout laissé je suis partie avec les enfants et quelques affaires, j'y ai tout dans cette relation, ma santé mes illusions mes croyances le sens de mon existence. J'ai entamé un semblant de reconstruction et voila qu'il réapparaît tel un guignol sordide. Décidément on n'en a jamais fini avec eux. Puis je espérer que mon avocate défende mes intérêts et que la juge m'accorde la PC.
C'est un petit défi que je me suis fixé et je n'y dérogerai pas, connaissant sa pingrerie et sa cupidité. Son comportement ne me surprend absolument pas. Comment puis je le pousser dans ses retranchements?
Il est tellement persuadé de sa supériorité et de son intelligence qu'il pense convaincre tout le monde même les juges.Son courriel est flou et laisse une ouverture de telle sorte que cela peut lui permettre si il y a vice de forme de détourner la chose à son avantage. Il n'a pas compris que je connais à présent toutes ses stratégies.
Concrètement puis je si le divorce est prononcé sans l'attribution prestation compensatoire demander un droit de regard sur ses déclarations fiscales étant donné la révision de la pension alimentaire?
Toutes ces questions me taraudent ce n'est pas tant a cause de l'argent même si j'en ai besoin mais ses élaborations frauduleuses parfois inconscientes car si elle sont détectées ^peuvent lui coûter chères mais la réalité implacable qu'il peut encore se jouer de moi.
Quel constat navrant! aurons nous jamais fini avec ces vampires ou y a t'-il encore une lueur d'espoir?
Merci mille fois de me répondre.
http://chrysalide.centerblog.net


Entraideapn le 07/07/2012
@Espérance
pour diminuer (mais comme pour une demande d’augmentation) de P.A, le juge demandera des justificatifs. Comment votre époux peut il voir son salaire ponctionné de la moitié ? C’est son employeur qui a diminué son salaire, de la moitié en plus ? Aurait il des retenues sur salaires ? Quel que soit le motif, le juge ne peut que demander des explications… parce que plus de la moitié en moins, ça fait qd même bcp (quel salarié accepterait de voir son salaire diminuer de moitié sans rien faire et garderait le même boulot dans ces conditions ?). Je vous mets 2 liens http://www.uniondesfamilles.org/pension_alimentaire.htm (calculs de 2003, mais pour donner un ordre d’idées) http://www.elledivorce.com/html/juridique/La-prestation-compensatoire.php5 mais votre avocate défendra votre dossier (c’est son boulot), sans forcément parler de pn, là la ficelle fait trop grosse… les pros voient passer pas mal de cas et ne sont pas nés de la dernière pluie. La P.A est faite pour participer financièrement au quotidien des enfants (et non de l’argent de poche pour les enfants comme cert parents essayent de leur mettre en tête)… trouver des combines pour en payer moins, alors qu’il s’agit de ses enfants est plus que limite… la PC est un droit (aussi bien pour l’ex épouse que l’ex époux) et ce n’est pas 1 des parties qui fait sa loi


Isabelle+ le 07/07/2012
Bonjour Espérance. Cela fait très longtemps que je n'ai pas écris sur le blog. Je reçois régulièrement les messages postés ; je les lis mais n'interviens plus. Pourquoi ? Je me suis séparée du père de mes enfants depuis janvier. Je suis dans la phase de sortie de l'emprise et en reconstruction "narcissique" (c'est lui qui avait jusqu'alors le monopole du narcissisme !).
Mais à la lecture de vos deux publications, je n'ai pu m'empêcher d'ecrire ces lignes...
Malheureusement, je suis dans l'incapacité de vous apporter une aide. Ce qu'il vous arrive est un copier-coller de ce que je vis actuellement. L'audience de NC, la pension alimentaire réduite de moitié par le JAF, les documents "bidons" judtifiant le salaire, etc. La seule différence est le JAF a rendu son ordonnance de non concilation début juin et que Monsieur PN ne m'a pas versé un centime depuis.

Je crois que nous ne pouvons rien faire si ce n'est subir leur perversité, leur manipulation. Ils sont pernicieux, tords, humiliés et se victimisent en permance.
Mon avocate n'est pas "procédurière" alors que PN l'est.
Hier, je me suis mise en colère contre mon avocate car elle n'entend mes propos sur mon mari PN. Cela dépasse son entendement ; elle pense qu'il s'agit d'un divorce conflictuel mais classique. Et bien, non ! Cependant, nous ne sommes pas entendues, écoutées, comprises. Nous sommes des emmerdeuses, nous pourrions passer même pour des hystériques.... Il nous faut nous taire , etre dociles et ne surtout pas faire de vagues car cela risque de nous retomber dessus. L'effet boomerang comme dans "Le diner de con". Nous les "cons" de l'histoire. On peut nous faire sombrer, nous détruire, nous ruinée, nous mettre sur la paille, nous menacer, nous harceler, nous insulter, nous conduire aux portes de la mort mais nous n'avons aucun droit... Ah, si, j'oubliais : le droit de nous taire, de nous laisser anéantir ! Nous avons également des devoirs : rester en vie, ne pas sombrer à nouveau en dépression. Ils n'attendent que cela nos PN ; "vous voyez, je vous l'avais bien dit les enfants que votre mère était fragile, instable, déséquilibrée...." ;-)
Il ne faut rien attendre des juges et avocats. Ils ne sont pas au fait de cette psycho-pathologie. Et puis, les PN sont tellement forts, tellement pugnaces, prêts à tout quite à entraîner les enfants dans leur chute, quite à les détruire....
La seule chose qui est en notre pouvoir, c'est attendre... Attendre la chute, leur chute. Mettre à profit cette attente pour la reconstruction sur des fondations antisismiques. Et, surtout, ne pas oublier de protéger nos enfants car ils vont tomber de très haut et ça risque d'être très douloureux pour eux.

Voilà, Espérance, je n'ai rien dautre à dire. Je ne baisse pas les bras mais je ne me fais aucune illusion. Je pense qu'il doit en etre de même pour vous.
Je me souviens de bribes de SMS envoyés par mon PN "Prépare les paquets de lessive car ça va éclabousser partout, même sur les enfants", "je vais sortir l'artillerie lourde", et pas plus tard que cet apres-midi "la suite ne va pas trainer avant saisine d'instances plus hautes et bcp plus radicales" sachant qu'il vient de m'assigner devant le JEX du TGI et va sûrement tenter me coller un divorce pour faute apres avoir refusé ma demande en divorce.
Alors oui, je m'attends au pire, je m'attends à perdre le peu qu'il me reste, à perdre peut-etre l'estime de mes enfants (surtout du plus jeune qui a 15 ans), mais j'attends surtout qu'il se PLANTE ! Et là, je serai peut-etre ruinée, seule, mais je jubilerai !!!!!!
Bon courage, Espérance. Et comme le dit une grande dame "prenez soin de vous" ;-)


Yoyowood le 07/07/2012
Bonjour Esperance et tous les intervenants,

Concernant les documents: peu importe le salaire de votre ex PN, si il annonce une baisse de revenus, demandez, sur internet, les 3 ou 4 derniers bilans de la société ou il occupe un emploi pour voir si l'activité de l'entreprise justifie la baisse de salaire. Attention ces documents sont payant mais peuvent être d'un grand soutien si il s'avève que votre PN prétend à une baisse d'activité imaginaire.

N'acceptez jamais de passer devant le juge avant d'avoir étudié, à fond, toutes les pièces (mon ex PN a présenté juste une fiche de paie de sa compagne, soi disant licencié par son patron. En recherchant l'extrait Kbis, j'ai découvert qu'elle était, bien après l'audience, toujours son propre patron.....par contre aucun bilan déposé, mais comme je n'ai pas pris le temps de contrer les pièces, la juge a cru le PN) Attention, certains juges acceptent tout et n'importe quoi comme pièces et il est très facile de les "rouler".

Pour vos charges : justifiez tout mais ne vous inquiétez pas, votre PN aura des charges bien plus importantes, elles auront tendances probablement à vous faire rire ( moi, après 4 ans de séparation, il venait de contracter un crédit à la consommation pour un réfrigérateur car j'avais pris le "très vieux" réfrigérateur en partant????? Et bien la juge a marché.....Le plus amusant est qu'il a distribué à sa famille et ses amis les meubles, jouets, souvenirs qu'il avait réccupèré. Vous comprendrez que pour mes enfants cela a été très douloureux de voir leurs affaires dans les mains d'autres enfants ou personnes.

Tout cela pour dire que la juge a cru les inventions du PN et qu'elle n'a pas pris en compte la souffrance de mon fils qui deux jours après l'audience à reçu un appel de son père qui l'a conduit a menacer d'une TS (attention ici aussi, il a vu une psychiatre qui lui expliquait qu'il pourrait revoir son père car finalement c'était moi qui avait un problème avec son cher papa PN). Mon fils a cessé de voir la psy et il a réussi à se prendre en charge et à se resaisir, il va beaucoup mieux mais il a décidé, pour sa survie mentale, de considérer son père comme "mort".

Pour votre survie, ne vous perdez pas trop dans un combat financier, pensez à vous et aux vôtres. Votre PN sera heureux de vous avoir "rouler", vous ne pouvez pas payer les factures concernant vos enfants (école, sport etc...) : rappelez donc aux créanciers que vos enfants ont une maman mais aussi un papa. essayez un peu de donner l'adresse de votre ex PN à l'école et autre pour que ces organismes lui réclament aussi à lui. Si il ne paie pas la pension, dites le haut et fort.

Pour la pension non payée à la date prévue :

faites faire une signification de jugement par un huissier (moi j'ai payé 90 euros), pour cette action, l'huissier doit se trouver dans la région de votre ex PN.
Après cette signification de jugement, vous allez voir un huissier bien de chez vous pour qu'il puisse mettre en place un prélèvement direct (normalement en place jusqu'au 18 ans de l'enfant)
En faisant cela, vous faciliterez la vie de votre ex PN qui ne devra plus "se rappeler" de vous payer une pension alimentaire. Et oui, c'est bien connu, un enfant ne coute rien, l'argent, c'est pour notre confort perso LOL.

Je vous conseille, dans tous les cas, de faire lire les documents par des tierces personnes qui ne connaissent pas votre ex PN. Un oeil neuf voit souvent des choses que nous ne voyons plus.

N'envoyez jamais un courrier sous le coup de la colère, je peux mettre plus d'un mois à répondre. Attendez de peaufiner votre écrit toujours recommandée, possible par mail pour 2 euros, génial, moins cher que la poste et pas besoin de se déplacer. J'ai dû apprendre à répondre différemment.

Si vous devez avoir un contact verbal : enregistrez la conversation voir même filmer en ayant pris soin auparavent de l'informer par écrit recommandé que vous avez l'intention de procéder de la sorte à chaque conversation ou RDV. Oui, c'est contraignant et alors! votre PN est une grosse source d'ennuis à lui tout seul.

Vous voulez qu'il arrête, faites ce qu'il faut et ne comptez pas sur la justice, ni sur les organismes sociaux. Perso, je n'ai pas eu la chance de cotoyer des professionnelles formés à ce genre de situation et je n'ai jamais pu me faire entendre.

Si besoin, je peux vous apporter ma petite aide voir soutien.

Même si je garde des séquelles psychologiques après 22 ans de vie commune, je considère que je m'en suis pas mal sortie. Par contre, je ne suis pas sûr que se soit le cas pour mes deux enfants majeurs (Et çà, çà fait mal). J'espère pouvoir apporter à mon petit dernier de 16 ans sécurité, paix et équilibre.

Cà s'arrête un jour, il faut juste que vous compreniez que c'est vous qui décidiez le "quand".

Tenez bon, et courage à tous et toutes


marie-loue le 07/07/2012
BONJOUR A tous ,
Les pn sont tous les même ,l'argent toujours l'argent ....
Le pn de ma fille vient de saisir le JAF , il ne veut plus payer la pension alimentaire qui est vraiment dérisoire car son salaire a été diminué , veut changer les congés pour avoir les enfants de sa ********* en même temps que les siens , mais précise qu'il ne vit pas avec elle....PN a 17 semaines de congés ma fille 5 et en appel la justice lui a donnée 3 semaines consécutives avec ses enfants...
Dans le courrier adressé au JAF quelques phrases mensongères , pn veut modifier tout du jugement en appel à son avantage sans se préoccuper du bien des enfants encore moins de celui de la mère .
Plus d'argent ....Et voilà qu'il vient de faire un très gros achat ,le connaissant il va mentir à ce sujet comme il l'a déjà fait pour autre chose ,c'est là que l'avocate devrait lui demander de prouver que ce bien ne lui appartient pas.
Pour Espérance ,le juge doit demander les revenues de chaque partie , il faut aussi faire la liste de toutes vos dépenses.
Vous pouvez tout dire à votre avocate en apportant des preuves ,après, c'est à votre avocate de dire ce qui est assez pertinent pour vous défendre.
Devant un juge il ne faut pas dénigrer l'autre partie pas toujours facile face à un pervers ,je pense qu'il faut dire la vérité et être honnête avec soi même,ce que vous êtes assurément.
Pour Isabelle+ ,les juges parlent de divorce conflictuel, ils ne reconnaissent pas la perversité manipulatrice ,ou ne le veulent
pas mais les avocats peuvent parler d'une action perverse .
Le JAF ,c'est pour bientôt aussi je souhaites à vous toutes et tous bon courage .


Espérance le 08/07/2012
Merci à Entraideapn Isabelle à Yoyowood et à tous.
Mon pn à un poste temps plein en CDI mais il est dans une branche ou il peut effectuer des vacations et des heures supplémentaires. Il a toujours organisé son métier autour de contrats renouvelables mais reconduits depuis 20 ans.
La il prétexte une baisse du quota horaires et un manque de possibilités d'arrangements des amplitudes sur les journées pour pouvoir effectuer ses vacations (courriel à l'appui mais courriel irrecevable à mon sens).
Depuis 30 ans il nous ressort le même leitmotiv "attention, cette année je vais avoir moins d'heures "donne moi plus" chaque rentrée il avait encore plus d'heures à effectuer. Son but nous stresser pour les vacances et surtout m'amener à me serrer davantage la ceinture pour lui permettre de continuer à dépenser toujours plus, pallier ses compulsions et entretenir ses conquêtes.Et bien entendu je n'avais aucun droit de regard sur ses dépenses.
Je ne fais que transposer les éléments factuels mais ne peut les prouver sinon par les relevés bancaire.
Vous comprenez je n'ai ni l'envie ni l’énergie ni le temps pour me consacrer au déballage de qu'a été ma vie.
La seule chose que je souhaite c'est de ne plus entendre parler de lui.
Est ce un mythe ou une réalité.
Comment prouver au monde l'existence de ces êtres perfides, les juges sont ils aveugles.
Ils veulent bâcler les procédures pour en finir rapidement.
Sont ils conscient du chaos qu'ils provoquent chez des victimes qui de surcroît ne demandent même pas réparation mais juste ce qui est prévu par la loi c'est à dire PA et PC pour lesquelles le pn ne peut se soumettre "non mais faut pas pousser donner mon argent à une femme qui m'a juste servie de faire valoir et de boniche à exploiter et de machine à vampiriser et une progéniture qui ne me sert plus à rien mais qui me ruine" cela ne peut être que sa pensée en mode édulcorée.
Je ne suis pas adepte de la polémique, j'ai besoin que tout s’arrête que ce vampire me fiche la paix à tout jamais.
Il faut que j'arrive à me retrouver maintenant sous peine de sombrer.
J'ai encore parfois honte d'avoir accepter endurer de ne pas m’être respectée et faite respecter, peu importe les raisons emprise, pn, amour rédempteur, don de soi, abnégation et j'en passe. Ce qui importe c'est ce que je suis devenue, ce qu'il a réussi à faire de moi. Je culpabilise sur mon laisser aller, ma naïveté, ma confiance en lui, mon sens des responsabilités. Mon déni de moi jusqu'à accepter 2 avortements sous prétexte que pn ne voulait pas d'autres enfants, si je les avait gardés il m'aurait mise à la rue menaces et chantages s'alternaient pour mieux me ferrer et puis je me disais que comme il a faillit en tuer un le mieux c’est qu'ils ne viennent pas au monde.
Je sais que mon éducation était basée sur des principes de générosité d'amour de son prochain, mais rien ne me console.
Comment ai je pu me laisser entraîner dans cette vie sordide. On devrait toujours apprendre aux enfants à dire "non" même si cela doit blesser ou faire mal il faut apprendre et savoir le dire, à force de dire oui on ne prend plus en compte ses propres attentes et on se perd sans se rendre compte si tant est qu'on se lie avec des pervers du lien.
Je ne me victime pas je suis assez responsable pour assumer ma vie et celle de mes enfants ce qui me perturbe c'est le constat d'impuissance devant ces malades de la relation.
Pourquoi doit on encore avoir à prouver des choses, pourquoi la justice ne nous croit pas, pourquoi la justice les considèrent plus que nous peut être grâce à leur manipulation de la rhétorique ou peut être que les gens malsains sont tout compte fait mieux acceptés par notre société.
En tout cas je vais faire ce que je peux pour contraindre mon pn par l’intermédiaire de mon avocat ( je préfère ne pas avoir à faire directement à lui )à la présentation de courriers formalisés et formels. Peut être ne pourra t'_il pas en présenter et du coup profitera du flou du courriel pour dire que ce n'est qu'un prévisionnel En fait avec le pn le flou et confusion sont partout c'est en ça qu'il est fort les juges devraient desceller cette constante chez les pn sous peine de nous pousser à la dépression.
Cette prétendue soudaine baisse de salaire entraînera une baisse de la PA c'est ce qu'il combine dans son esprit retors qui ne pense qu'en termes de profit et de destitution.Je serai alors dans l'obligation de déménager car je ne pourrais plus payer le loyer actuel. Mon fil aîné à 26 ans il fait de très longues études et refait cette année donc son salaire est reporté d'une année, mon fils cadet rentre en faculté en Septembre, bien évidement j'ai demandé des bourses pour eux deux mais cela sera alloué à leurs dépenses universitaires.
Espérer qu'il imagine un instant la quiétude et la tranquillité pour ses enfants est une pure hérésie.

J’hésite à lui faire un courrier pour lui demander de bien réfléchir à ses intentions.
J'ai introduit un divorce amiable et je ne vexu pas autre choose je préfère attendre que lui s'enfonce.
J'ai lu quelque part qu'il ne servait à rien de demander un divorce par consentement mutuel avec un pn mais je le crains qu'il ne dévie vers un autre procédé comme il est procédurier cela sera de son fait alors que c'est moi qui ai tout perdu.
Ou est la justice?
Honte à lui j'essaierai de me battre jusqu'au bout.
Il se croit invincible mais la mort est une finalité pour tout le monde je veux espérer qu'il tombera dans son propre piège avant sa fin.
Vos conseils seront les bienvenus j'avoue que malgré tout je doute. Merci à tous.


Samira le 24/07/2012
comment se reconstruire après avoir été victime d'u PN ?


Anton le 04/08/2012
Sois la bienvenue Samira !

Accroche-toi, tu y arriveras. C'est ta volonté qui te fera gagner et revivre.

Dans la mesure où tu es définitivement déterminée à ne pas retomber dans son piège, ta reconstruction viendra tout naturellement. Peu importe la vitesse, ce qui compte c'est ton envie de vivre, ta maturité qui se développe avec ton indépendance.

En effet, tu goûteras l'estime de toi, cette nouvelle sensation qui coule comme du miel. Tu seras seule à juger. L'unique.

La reconstruction que tu souhaites tant, elle a déjà commencé puisque tu la demandes. Tu as fait le premier pas, le reste arrive. Fais gaffe à tes émotions, c'est tout. Tu es libre !

À bientôt,
Anton


Isabelle+ le 05/08/2012
Bonjour à vous toutes et tous.
Dans plusieurs post est utilisé le mot "abnégation", notamment dans le dernier post d'Esperance.
Plus j'y pense et plus ce mot caractérise ma vie passée....
Je me suis oubliée tout en pensant exister. Je ne vivais qu'à travers mon mari, mon couple, mon rôle de mère. Et je croyais être une femme à part entière. Je n'étais que l'ombre de moi-même !
Ce qui est difficile à vivre maintenant, après 7 mois de séparation, c'est cette sensation de vide. Ce n'est pas le vide laissé par l'autre mais le vide qu'il y a en moi... Je me suis oubliée durant tant d'années que je ne suis pas. Pourtant, je pense beaucoup !!!!!
Ils ont bcp de reproches à se faire, leur conduite est inacceptable, ils veulent nous détruire coûte que coûte ("j'irai jusqu'au bout, jusqu'à ton agonie" m'a t-il aimablement écrit). Mais je me suis tellement oubliée, effacée, applatie, *******....qu'il a pu opérer pendant toutes ces années en toute impunité.
Je ne lui donne pas mon absolution, loin de là, mais je me dis que j'ai ma part de responsabilité. C'est un PN mais nous savons très bien que les PN ne peuvent agir de la sorte que s'ils ont la "cible" idéale face à eux.
S'ils ont une forte résistance face à eux, ils s'épuisent.
Et bien, j'ai laissé faire.... Il y a même de nombreuses fois où je culpabilisais de ma "rébellion" et le suppliais de bien vouloir me pardonner. Il faut comprendre que je ne pouvais pas vivre sans lui ; nous nous aimions tant, nous étions tellement fusionnes ! Cest ce qu'il me répétait à longueur de temps afin de mieux m'asservir. Et puis un jour, l'enfer a commencé : je venais de découvrir mon altérité. A partir de ce jour-là, il a tenté de me tuer psychologiquement.


anonyme le 07/08/2012
j ai eu une relation avec un homme qui m'a caché sa vraie personnalité jusqu'a ce que nous ayons une fille en commun en effet attentif attentionné il est devenu odieux me dévalorisant sans cesse(pourquoi je suis avec toi alors qu'il y a tant de belles femmes à coté) tu es agressive c 'est pour ça que tu n as jamais pu garder un homme moi j ai été marié 25 ans après avoir tout quitter pour l'aider dans son magasin qu'il venait juste d'acheter je suis entrée dans l'antre du diable rien ne lui convenait il ne supoortait pas mes enfants d'une première union alors que quand il vivait chez moi il était tout miel mais là nous étions chez lui il était le patron alors qu'il ne faisait rien au magasin si ce n'est les courses il me reprochait en rentrant que j avais mal fait que je devait faire comme ça. au bout de 6 mois je suis rentrée chez moi avec mes enfants les rescolarisant dans leur ancienne école devant reprendre mon travail car en congés parental pour suivre monsieur. partie depuis décembre dernier la guerre judiciaire est entamée pour la garde de la petite il prétexte que je suis dépressive que je n 'aurais pas la garde de ma fille m'a envoyer les services sociaux car je frappe selon lui mes enfants nous sommes passés devant le jaf qui ne m'a meme pas écouter car préssée. j'ai peur qu'il obtienne la garde de ma fille (j ai un travail, une maison, j'élève seule mes 2 premiers enfants) mais il a su tellement me menacer de me prendre la petite que maintenant je le croit tant que le résultat du procès n'aura pas lieu je ne vivrais pas j'ai peur de la perdre aider moi


terry le 20/08/2012
Bonjour c'est extrêmement dur personne n'est dans le même cas que moi je me sens si seule avec un tel poids à porter celui de l'indifférence et de l'incompréhension car je suis dans une situation à nulle autre pareille, ici je peux m'épancher un peu vous comprenez même si vous n'êtes pas dans une situation aussi dramatique que la mienne vous avez des gens comme vous vous êtes des pères et des mères privés de leurs enfants par l'autre ex épouse ou ex époux mais vous voyez vos enfants de temps en temps en ce qui me concerne c'est mon cousin qui me fait vivre en enfer en gagnant toutes les procédures d'un enfant qui n'est même pas le sien puisqu'il n'a pas d'enfant il m'arrache mon enfant car sa vie d'homosexuel est tellement triste sans enfant et la justice lui donne raison le fait gagner les procès pour la garde de mon fils parce qu'il est avocat. 5 ans que je n'ai pas vu ni eu de nouvelles de mon fils et le 22 août il fêtera ses 14 ans avec son parrain et son compagnon pendant que je serai seule dans ma tristesse de maman privée injustement de tous ses droits sur son fils unique.


Nina le 20/08/2012
Bonjout à toutes, tous,

Je suis dans le tourment, je l'aime l'homme, voilà je suis avec lui depuis quelques mois, et je suis très accroc ! En effet, j'ai lue vos courriers. Je voudrai savoir si il n'y a pas moyen de contourner le caractère narcissique pour vivre mieux avec lui. Effectivement, il est tantôt chaleureux, tantôt froid, glacial, mort même. Quelque fois, je ne sais pas pourquoi, il se fâche ! pour un oui et un non.Il est très accroc pour la danse, et je ne suis jamais à la hauteur,quant à lui, c'est de top de top, admiration de toutes ses dames...
Je ne veux pas me séparer de lui, il est ma drogue...
Comment peut-on vivre avec ses personnnes sans trop de dégâts : moralement, physiquements ...?


Espérance le 20/08/2012
Chère Isabelle+
Il est des jours ou l'horizon s’éclaircit et des jours ou le socle se dérobe et nous replonge dans le chaos.Ce que nous avons vécu est une leçon de vie qui doit nous aider à rebondir.
Le plus dur est d'accepter qu'une partie de notre vie n'a pas été réelle car le pn nous a juste joué des simulacres de scénarios pourris énergivores et humiliants.
Plus dur encore est le sentiment de s’être fait avoir tel une souris sous les pattes d'un chat.
Plus dur encore la confusion et le flou prégnants au sortir de cette relation.
Plus dur encore le choix entre se taire ou en parler pour exorciser nos souffrances mais au risque potentiel d’être considérée comme paranoïaque ou hystérique et autre pathologies psychiatriques.
La dure réalité est qu'on en sort meurtri, blessé, mutilé, trahi,amputé, désorienté peut être sans le sou sans un toit pour certains.
J'ai lu sur des publications que les victimes sont brillantes dans le sens ou leur sensibilité est exacerbée avec une constante recherche de vérité ou de sens.
Nous avons tendance à trop excuser de ce fait les autres pensent que c'est de la faiblesse, un manque de personnalité et d'assurance, ils abusent de nous en nous asservissant et pensent que nous sommes trop bêtes pour nous rendre compte de quoi que ce soit.
En fait leur affectogramme plat ne les enclins jamais à penser que si nous acceptons ce qu'il nous font vivre c'est parce que nous ne comprenons pas et non pas parce que nous acceptons de subir. Comme les pn excellent dans le mensonge la vérité nous ne la percevons, pas tant que nous ne savons pas nous persistons dans la quête de vérité mais le jour ou elle devient explicite nous fuyons l'insurmontable, l'insupportable.
Nous manquons d'impulsivité, nous préférons la réflexion, quitte à souffrir juste pour ne pas faire de mal à l'autre parce que nous pensons que ce n'est pas humain de faire du mal.
Alors la réalité s"impose est nous avons la réponse à nos questionnements. Nous vivions avec un monstre que notre inconscient a détecté très vite mais notre conscient a refusé d'en tenir compte parce que je pense que nous avons de grandes capacités d’abnégation. Nous pensons aux autres avant de penser à soi.
Ce qui est important c'est de se rendre compte que les limites doivent être posées pour préserver son intégrité. Il faut dépasser cette candeur qui est en nous , qui peut faire penser que nous sommes programmés pour subir ou la garder au fond de nous tel un jardin secret pour croire toujours.
"La confiance se gagne en gouttes et se perd en litres".
Bien à vous tous.


Espérance le 20/08/2012
La part de responsabilité qui est en nous est celle de vouloir bien faire pour ne pas créer de souffrance.
Nous mesurons nos actes d'autant plus quand on vit avec un pn. Puisque tout ce que véhicule le pn doit être équilibré dans l'autre sens alors nous acceptons de porter ce poids pour éviter l’anéantissement de notre famille de notre entourage etc... J’étais comme une sorte de tampon, pas un médiateur non un tampon qui absorbe tout, temporise, rassure, concilie, accepte les tares des autres etc jusqu'au jour on je me suis aperçu que non l'autre n'est pas dans les mêmes dispositions, que l'autre avide ne cessera de me prendre, si lui ne change pas c'est à moi de changer.
Je pense que j'ai évité les conflits aussi pour me protéger du pn sans le savoir réellement, je devinais son besoin de prédation mais trop tard à mon sens.
Je me sens vidée comme en phase post traumatique, sonnée. 30 ans c'est beaucoup trop de temps a se faire détruire, c'est trop de temps à se faire déposséder, le réveil a été d'autant plus difficile. Je sais que j’étais sous emprise,, mais pourquoi me suis je laissé prendre dans ses filets sans jamais me défendre.
Aujourd'hui je tente de me reconstruire ce n'est pas facile car cela remue beaucoup de choses.
Je ne doute pas de ma bonté mais hélas je doute de ma façon d’appréhender les situations.
Tout est difficile car pourquoi aurai je raison de croire que c'est ma façon d’être qui même si elle est ancrée dans l'empathie est la meilleure façon d’être.
Même quand vous dénoncez de la violence dans un milieu professionnel vous devenez celui qui sort du moule. Vous êtes carrément accusé de manquer de tolérance alors que Dieu seul connait nos capacités à accepter a absoudre à prendre du recul.
L'altruisme ne correspond peut être qu'a un idéal caduque.
Je pense que l'harmonie la plénitude la quiétude que nous recherchons est effectivement en perte de vitesse.
Je sais aussi que le monde est ce qu'il est tout et son contraire, les opposés, les pôles, l'attraction qui attire vers le bien ou le mal. Donc je'arrive à concevoir la notion du mal avec plus de précisions qu'avant mais je refuse que cela devienne une systématisation.
Evidemment je ne généralise pas il existe des gens bien. Par contre je pense que dés qu'il s'agit d'un groupe il y a conflit d’intérêts. Une recherche de pouvoir de prédation pour asseoir sa puissance et se démarquer comme la référence.
Chez le pn cette construction est amplifiée, faire du mal à sa famille ne le dérange pas, au contraire cette position lui donne le sentiment de posséder sa famille, de la diriger comme un chef. Un idéal moribond de soumettre pour valoriser son ego.
Alors l'humain n'est t-il pas toujours en recherche avide de pouvoir pour masquer son vide et pour se donner l'impression d’être le plus fort à des degrés moindres.
Mon sentiment est que cette recherche d'ascendant sur les autres par besoin d'admiration absolue par des méthodes persuasives est une fragilité même si elle est chez le pn monstrueusement destructrice.
Le pn fuit le vide abyssal qui se trouve sous ses pieds par prédations psychologiques des valeurs qu'il pense exister chez l'autre en vain ce vide reste vide.
Moi victime de pn je pense que mon vide moi était rempli de don de soi, j'ai vidé ce trop plein d'amour en donnant, en acceptant l'insupportable, en me niant en privilégiant les autres avant moi etc mais ce vide je me confronte à lui maintenant, je sais que contrairement au pn il est encore plein d'amour autrement qu'avant différend, clairvoyant pour apprendre aussi à m'aimer et à m'accepter tel que je suis au lieu d'attendre des autres un pardon pour une culpabilité qui est tapie en moi dont je ne connait pas l'origine ( peut un mauvais karma dans une vie antérieure).
Je me rends compte que cette effervescence cérébrale est parfois douloureuse. Cet envahissement, ses ruminations perpétuelles qui ne cessent de réapparaître doivent me mener vers une recherche de soi sincère.
Accepter de mourir un peu symboliquement pour mieux renaître peut être.
Il ne s'agit pas de se nier encore une fois non il s'agit pour moi de concevoir les autres tels qu'ils sont de dépasser cet état de croyance en l'homme pur et bienveillant pour justement adapter mes systèmes de défenses et réagir quand je ressent une effraction. Réagir juste pour faire comprendre à l'autre que je ne suis plus naïve mais bien dans ma peau, il faut évidement aussi accepter les critiques lorsqu'elles se justifient et toujours prendre de la distance en sachant ce que l'on vaut, en étant conscient que si l'autre ne connait pas les notions de respect, on n'est pas dans l'obligation de le respecte, adapter sa dynamique d’interaction. L’altérité c'est cela aussi c'est l’équité des forces l’équité de l’échange, il ne s'agit pas de sombrer dans le contrôle, au début cela sera difficile mais tout s'apprend. Par contre je pense que je ne pourrais jamais être la provocatrice cela n'est pas dans ma nature.
Bien sur mon moi moi profond persistera mais avec un peu plus de lucidité de vigilance et de clairvoyance. Une homéostasie en fait un équilibre nécessaire à toute vie.
Bien à vous et à Isabelle+.


Espérance le 20/08/2012
Je pense que l'isolement social et le conditionnement qu'a crée le pn dans mon esprit m'a éloigné de moi incontestablement, après la sortie de l'emprise il faut comme réapprendre à marcher.
Je travaille donc j'ai la possibilité de côtoyer des gens, je me rend compte que depuis ma séparation d'avec mon psychopathe de jardin eh bien j'ose beaucoup de choses au niveau verbal que je n'aurais jamais osé durant ma relation.
Coincée dans les dévalorisations et humiliations constantes. Aujourd'hui j'arrive tout doucement à mettre des limites aux autres et peut m'importe ce qu'ils penseront de moi.
Mon pn m'a tellement fait croire que je ne valais rien que j’étais insignifiante, inculte, inintéressante, nulle que je laissais aux autres prendre le pouvoir sur moi malgré mes compétences professionnelles.
En fait je me rend compte que je me redécouvre crescendo comme à 18 ans avant que le pn ne prenne possession de mon âme.
J'ai 53 ans, je me projette dans l'avenir avec des doutes mais avec la certitude que je suis passé à coté du pire. Il ne pollue pratiquement plus mes pensées le jour sinon par l’intermédiaire de mon avocat mais encore mes nuits.
Une métaphore me vient à l'esprit je pense à la petite fille candide aux mains d'un monstre tel l'ogre ou le loup de nos contes d'antan qui attend du secours mais n'ose bouger car totalement sous emprise. La peur du monstre c'est ça, mon esprit peu méfiant a consenti à la dépossession sans mot dire, a accepté l’anesthésie, l’anéantissement.
En fait c'est une pale figure du monstre.
Je me rend compte à posteriori que même avec les autres je n’étais pas moi puisque ******* au pn et à ses diktats. J’étais celle qu'il avait fait de moi.
Difficile à croire.
Voila j’écris beaucoup j’espère ne pas trop vous saturer avec mes propos en tout cas pour moi c'est cathartique de pouvoir m'exprimer, si mon raisonnement est faux tant pis je recommencerai l'important est que j'ai cette liberté de penser par moi et donc d’être moi.
Ce qui me trouble encore c'est que j'arrive encore à lui trouver des circonstances atténuantes.
A bientôt.


Sabrina le 22/08/2012
!!!MESSAGE POUR NINA !!!
le 20/08/2012 Tu as posté un commentaire, juste en le survolant, cela m'a fait de suite penser à plusieurs commentaires d'une autre victime sur un autre blog!!
Alors BIEN ÉVIDEMMENT il n' y a pas qu'1 danseur sur terre, et malheureusement il n' y a pas non plus qu'1 pn... ;-( Donc pas trop de paranoia mais..
je réagis seulement parce que tu as été assez floue sur ton histoire mais qu'en tout cas, moi j'ai lu sur un autre blog , (lequel je m'en souviens pas là de suite car j'en ai tellement parcouru), qu'une jeune femme avait vécu une relation avec un pn qui était dans la danse également donc d'une part par rapport à ton récit je me permets juste de te conseiller de bien de documenter sur ce type de phénomène et tu saisiras de toi-même toute la dimension dangereuse qu'il y a à croire, espérer que tu peux le "soigner avec ton amour" ou attendre vainement une prise de conscience de sa part ou quelque rédemption que ce soit, qui ne serait que STRATÉGIQUE!
Ils sont très très "forts" pour t 'adoucir ou te faire croire qu'ils vont changer, mais que dal, je t'assure Nina, que plus tôt tu couperas les ponts, moins gros seront les dégâts, car pour ma part ce que je n'ai jamais autant versé de larmes qu'après l'avoir quitté, et pourtant il ne me manque en Rien mais il a entrepris des stratégies de destruction une fois qu'il était sur que je ne lui reviendrai pas, qu'aujourd'hui je peux dire que la relation à côté de l'après rupture , était avec le recul moins "difficile" MAIS ATTENTION : jamais je ne pense 1 instant à revenir ou abdiquer pour "moins" souffrir",je sais justement que ce qu'il cherche de part son entreprise de destruction c'est que je renonce à ma liberté, revienne vers lui pour pourvoir mieux m'asservir ou alors que je douille dans mon coin car isolée de tous; et pourtant il s'est déjà mis en couple prétendument stable avec quelqu'un d'autre à peine 2 semaines après la rupture!!
Donc on comprend d’avantage que leur seul but est juste d'avoir un jouet , et que s'ils ne peuvent plus l'avoir , s’en servir, s'amuser avec et bien PERSONNE ne l'aura, alors ils le détruiront!! C'est pas de l'amour Nina, ni un signe de pseudo possessivité romantique tout droit sortir d'un film!! Non non ces personnes sont très dangereuses ALORS SI TU ES SURE que ton ami en est un : fuis, coupe les ponts, et essaye de le faire sans affront ou sans tenter l'ultime explication ; c'est inutile face à eux, ils utilisent TOUT contre toi, donc pose-toi, réfléchis, et arme toi de courage pour faire face à cette emprise mais ne renonce pas à tes qualités sous couvert d’être "accroc" donc de préférer souffrir plutôt que d'être sans lui!! Ma belle, je t'assure qu'assez tôt tu comprendras que chaque minute passée à son profit a été 60 secondes de trop!!
COURAGE!! Et essayes de surfer sur d'autres blogs, peut être que tu reconnaitras ton compagnon dans l'histoire de la jeune femme qui parlait de son danseur de pn!!
Amitiés.


Chantalou le 27/08/2012
Sabrina a entièrement raison, Nina!! L'amour est un sentiment inconnu des PN!! Crois-moi, l'amour est un sentiment qui épanouit et rend plus fort...la relation avec un PN est tout le contraire! Tu es juste un jouet à ses yeux. Crois moi, j'ai vécu la même chose durant presque 30 ans...ils ont tellement l'art de se faire plaindre et nous, pauvres c....., on pense que grâce à notre amour, on va réparer toutes les vacheries que la vie leur a fait subir...et comme on n'y arrive évidemment pas, c'est de notre faute, du moins c'est ce qu'ils disent....et on culpabilise, et on en rajoute une couche dans l'abnégation....et eux, ils jubilent.... Dernièrement, ma fille de 26 ans m'a demandé ce qui m'avait pris de faire des enfants avec un homme pareil...c'est dur à entendre. Alors, fuis tant que tu le peux! Ce ne sera pas facile, car rien n'est pire qu'un PN qui voit sa proie lui échapper, à part un PN qui voit sa proie lui échapper et refaire sa vie en étant heureuse... Mais tu verras, tu te retrouveras et c'est ça le plus important!


Carine le 11/09/2012
bonjour à tous ...
et bien je ne pensais vraiment pas qu'il y est autant de victime de pervers narcissique . je suis une maman de 3 enfants et j'ai 33 ans . j'ai vecu 13 ans avec mon ex pn et père des enfants . j'ai fuit en pleine nuit il y a 4 ans avec mes ti bouts parce que mon ex etait aussi violent et alcoolique .nous avons fait un arrangement a l'amiable pour qu'il voit les enfants ( grosse erreur ) puisqu'il les a garder me privant de les voir pendant deux mois tout en demandant la garde en disant que je m'etait evaporée dans la nature . depuis je n'ai de cesse de me battre pour les récupérer puisque je ne les voit que tous les 15 jours . à préciser que je ne comprend pas le jaf,,, puisque aprés enquete sociale il est marqué noir sur blanc qu'il boit ,consomme des drogues a fait de l'hospital psychiatrique et qu'il a était condamné a du sursis pour coups et blessures a mon encontre . les enfants ont meme était entendu a ma demande par un éducateur puisqu'il a frapper mes enfants .et que j'ai etait a deux doigts de ne pas les ramener le dimanche soir .franchement c abérant je continue le combat rv juge des enfants et re saisie du jaf . il faut surtout que je reste calme devant lui parce qu'il me fait passer tout le temps pour une folle.manipule tout le monde .il m'a coupé de tout mes amis , ma famille, mais mes enfants je ferai tout pour les protèger. en tout cas ne baissons pas les bras . courage a tous .ils feront bien un faux pas


Espérance le 12/09/2012
Le faux pas ils le feront mais quand et à quel prix?
Je continue de décrypter la personnalité de mon pn dont je suis pourtant séparée.
Mon salut ne viendra que lorsque j'aurai tout compris. Il ne s'agit pas pour moi de sombrer dans les réminiscences mortifères non au contraire.
Ma réflexion est lucide. Cette analyse je me la doit pour terminer de façon définitive mon histoire avec lui.
J'ai eu je ne sais si c'est du courage ou de la lâcheté refusé de partir en ayant conscience de certains dysfonctionnements cruels redondants.
Je suis restée pour les enfants à contrario je pense qu'ils auraient été détruits par une séparation car ils les auraient embrigadés dans je ne sais quel avenir sinistre.
Je voulais avoir un oeil sur lui quand il était en présence des enfants toujours... quitte à souffrir moi seule de ses comportements avide cupide intolérant aux frustrations, rejetant, malveillant, menteur, arrogant, tyrannique, fourbe, calculateur misogyne, misanthrope énergivore, peresseux, escroc, destructeur....
Pour moi il n’était pas question qu'il soit seul avec eux je savais ses capacités destructrices au fond de moi dans un coin de mon âme de ma conscience alors j'ai espéré que le temps passe vite que mes enfants deviennent assez matures pour concevoir la personnalité de leur père. J'attendais en fait leur assentiment comme une absolution car pour moi rien ne m'aurait jamais séparée de mes enfants sauf la mort.Je sais c'est naïf, mais je suis ainsi.
Même s'il n’était pas souvent la, sa présence était vécu par eux comme une chape qui les empêchait de s’épanouir. Comment aurai je pu penser divorcer et lui laisser la garde des enfants?
Je ressentais aussi à travers ses capacités diaboliques qu'il aurait détourner tout à son profit, les juges auraient été complètement subjugué par cet homme si attentif et affectueux si...bon acteur pétrit de machiavélisme... sauf que personne ne le connait comme moi je le connais.
Ses enfants ne sont pour lui que des trophées à exhiber, comme il se perçoit lui même sans sentiments et sans coeur il pense que les autres le sont aussi.
La souffrance n'a pas valeur chez lui, les faibles sont les seuls qui souffrent et les faibles il faut les éradiquer. Il ne s'encombre pas de règles morales, l'innocence d'un enfant qui vient au monde vierge de tout sentiment malsain qui ne demande qu'a être aimé et guider vers la vie la vraie dans le respect des autres et de soi est une image complètement abstraite pour lui pour ne pas dire inconcevable.
Alors je suis restée certes j'ai beaucoup perdue de moi dans cette cavalcade unilatérale, cette recherche d'une rédemption moribonde qu'il n'aura eu de cesse de mettre en exergue pour m’anéantir sans que mon épuisement ne le touche. Cela me projette dans le mythe de Sisyphe,sauf que dans mon cas nous étions deux, le quotidien c’était ça je remontais ce qu'il descendait avec grande jouissance, je reconstruisais ce qu'il déconstruisait inlassablement et sournoisement.Je me suis oubliée, l’abnégation à été ma bouée de sauvetage, comme une sorte de sacerdoce, rentré en religion pour sauver son âme. je le percevais ainsi c’était sauver l'homme que je pensais aimer des affreux manquements et traumatismes de son enfance. Il a trouvé en moi celle qui survivrait à toutes ses trahisons et autres ignominies qui comblerai ce vide abyssal sauf qu'il savait que ce vide ne se remplirait jamais mais moi je l'ignorait. J'ai mis mon esprit et mes capacités de discernement en mode automatique pour éviter les conflits le chaos et protéger les enfants, mon estime de soi anesthésiée au plus bas.
Aujourd'hui il garde un silence qui ne me rassure pas, il pense pouvoir me spolier encore et toujours par des allégations saugrenues via son avocat pour ne pas avoir à me verser la PA et PC.
Je pense que vis à vis des gens que nous connaissons ma réputation en a prit un coup mais je n'en ai cure. Ma famille qu'il a tenté de s'approprier me faisant passer pour une femme amère, lui toujours souriant et avenant (normal il me substituait toute mon énergie) n'a absolument pas marché dans son jeu et bien d'autres personnes encore.
De mon coté je ne recherche pas la polémique j'aurais pu par exemple dire à un de ses copains qu'il avait eu une aventure avec son épouse (preuve à l'appui) et il n'est pas le seul, mon pn convoitait tout ce qui ne lui appartenait pas en particulier les femmes et l'argent( peut être une recherche d'une mère idéale pour ce qui est des femmes et de la symbolique phallique pour ce qui est de l'argent.
Mon pn ne conçoit la vie qu'en termes d'appropriation de gains de toutes sortes c'est un cupide chronique insatiable.


Chantalou le 12/09/2012
Mon Dieu, Espérance....j'ai l'impression qu'on a été mariée au même homme tant nos histoires sont similaires!!! J'espère pour toi que cela se passe bien avec tes enfants .... Pour moi, c'est pas trop ça. Je leur ai sacrifié tant d'années, à supporter les humiliations et les méchancetés et parfois, je me demande si cela valait le peine. Ma fille (26 ans)voit, bien sûr, très clair dans le jeu de son père mais, parfois, je le retrouve très fort en elle (narcissisme, problème de boisson, sentiment de supériorité...etc, etc...) et j'ai peur... Mon fils (21 ans) a, lui, choisi de rester dans la maison..et c'est son père qui l'occupe! Bien sûr, il a bien compris que ce n'est pas quelqu'un de fiable, ils vivent en parallèle et il ne lui demande jamais rien... Par contre, au début de notre séparation, il a à plusieurs reprises pris la défense de son père et j'ai peur qu'il ne se laisse influencer.... Pourtant, j'avais vraiment l'impression qu'il comprenait la situation, avant la séparation, lui et son père se parlaient à peine! J'ai vraiment été prise de court lorsqu'il a pris la décision de rester. Il lui reste deux ans d'études. Deux ans durant lesquels je ne peux rien faire, et surtout pas faire vendre la maison, puisque c'est une promesse faite à mon fils.... Alors, vous pensez bien que mon cher ex en profite bien et qu'il n'a pas envie de le voir partir, son fils!! Comme toi, j'essaie d'analyser toutes ces années, de comprendre pourquoi.... Comme je l'ai déjà dit ici, je crois que la base de tout cela, c'est d'abord une éducation qui ne m'a pas appris à être fière de moi, à me faire respecter....encore maintenant (j'ai 53 ans!!) ma mère me critique sans arrêt...et je ne sais toujours pas réagir. Je vois aussi une grande sensibilité, un besoin d'aimer et d'être aimée qui n'ont pas été reconnus durant l'enfance et qui m'ont fait tomber dans le piège du premier manipulateur venu...et ensuite certainement un trop plein d'orgueil qui m'a empéché de me sauver quand il était encore temps, car je ne voulais pas m'avouer (ni aux autres) que je m'étais trompée. Et puis, les enfants sont arrivés...et j'ai vécu par eux et pour eux, j'ai mis mes rêves, ma fierté et ma vie personnelle entre parenthèses pour qu'ils aient une belle enfance, malgré les manques de leur père. Il n'était plus question de partir tant qu'il pouvait obtenir la garde, même alternée, alors je suis restée.... Et maintenant? Je revis! J'aime et je suis aimée d'un homme formidable, tout le contraire d'un PN, gentil, empathique, attentif, présent... En vivant une vraie relation, une relation dans laquelle les deux partenaires donnent et reçoivent, les dysfonctionnements de mon premier mariage m'aparaissent encore plus. Bien sûr, on n'est pas chez Disney et je ne vis pas dans de petits nuages roses. Il reste le partage des biens que mon ex bloque, l'absence de mon fils, les comportements parfois Borderline de ma fille, la fille de mon compagnon qui s'incruste à la maison et n'a aucun respect pour les autres, et là non plus, je n'arrive pas à me faire respecter...dur de se changer :-((...mais j'ai compris que je devais vivre pour moi, que chacun était responsable de sa vie et que je ne saurais ni sauver le monde, ni faire le bonheur des autres malgré eux... C'est pas toujours facile, mais j'essaie. Je souhaite à toutes les victimes de PN que nous sommes de trouver un jour la paix et la sérénité, loin des années d'enfer qu'ils nous ont fait vivre.


Espérance le 13/09/2012
A chantalou, bonjour,
Ce n'est pas le même homme certes mais les pn sont des clones. Leurs caractéristiques sont identiques, leurs modes de fonctionnements quasi exactes à peu de choses prés.
Ce qui me semble different et en même temps prévisible c'est que mon pn ne me harcèle pas au téléphone, ni devant chez moi.
Les rares fois ou il voit les enfants je ne leur pose aucune question à son sujet je met de la distance, je ne veux pas que son ombre plane au dessus de nous. Cette ombre nous a trop étouffé, intoxiqué je la refoule que dis je je l'expulse de notre environnement.
Mon pn est autrement plus sournois, c'est un calculateur machiavélique, il sait ce qu'il peut perdre en s'adressant directement à moi. Il est d'une intelligence diabolique. Par contre il fomente des situations financières qui l'arrangent et qu'il me fait parvenir via mon avocat. Il passe toujours pour quelqu'un de bien mais si ça peut lui faire plaisir pourquoi pas. Son image ne doit pas être écornée alors il se contrôle pour ne pas se retrouver dans une situation délicate. Mon pn a ceci de particulier c'est qu'il est d'un grand cynisme d'une fourberie grandiose. Il doit penser que je vais le laisser faire et ne rien réclamer comme cela a toujours été. Je le pousse dans ses retranchements et j'attends aussi qu'il commette le faux pas.J'avoue que ce n'est pas évident je suis tellement pressée que tout cela cesse et puis je crains aussi que son avocat le défende les yeux fermés comme l'homme absolument parfait qu'il laisse faire croire
Il peut jouer le rôle qu'il veut en revanche, je suis déterminée à me battre selon mes valeurs pour que plus jamais il ne passe avant moi jamais.
A bientôt


Anton le 13/09/2012
Chantalou, permets-moi de revenir sur une partie du 12/09, sur plusieurs passages, car je me rends compte que je partage tes analyses.

D'abord, je connais la stupeur quand je vois que ma fille est capable d'adopter les réactions de sa mère lorsqu'elle est en stress. Certes, elle a été proche d'elle jusqu'à l'adolescence, mais depuis cinq ans que j'ai la garde des enfants, elle est sous l'emprise de sa mère qui a réalisé qu'elle pouvait l'utiliser comme une munition contre moi. La mise en œuvre de l'aliénation de sa fille a reposé sur le fait qu'elle avait refusé sa fille dès sa naissance. Elle a pu donc ensuite se présenter sous les traits d'une mère attentionnée. Attentionnée et intentionnée.

J'ai moi aussi entamé un travail de compréhension pour analyser toutes ces années, de comprendre pourquoi. Avec un seul axe valable : comprendre comment j'avais pu laisser cette situation s'installer ainsi.
Et je suis arrivé à la même conclusion, à la même racine : l'éducation reçue, subie, assenée, humiliée. Le manque de réactions "sensées" à l'époque s'est donc poursuivi à ce qu'on appelle l'âge adulte.
Porter ma sensibilité en la cachant, résister aux piétinements, ... une foule d'exercices comme ligne d'échappements.
Il est toujours temps de sortir de l'enfance. Surtout celle-là.


Isabelle+ le 13/09/2012
A Espérance
Bonsoir,
Cela fait plusieurs de vos posts que je lis, avec une grande envie de réagir mais un manque de temps.
Je suis d'accord avec Chantalou. Il y a beaucoup de similitudes entre les PN...
Espérance, lorsque je lis votre dernier post, je reste....bouche béée !
Le vôtre est le mien, et le mien est sûrement le vôtre. Du coup, nous avons des réactions similaires.
Il y a tellement d'evenements que nous ne sommes pas en capacité de "maitriser". Par contre, nous avons une grande maitrise de nous même.
Nous sommes en difficultés financières, nous sommes asphyxiées par le père de nos enfants. Nous ne pouvons qu'en faire le constat, nous ne pouvons que constater les dégâts qu'ils tentent de causer.
Et bien non ! Nous détenons la Pierre "philosophale". Cette Pierre nous permet de transformer le négatif en positif. Ils n'en sont pas capables.....
Tous les coups bas qu'ils nous assènent nous rendent plus fortes. Plus nous sommes fortes, plus nous sommes heureuses et plus notre bonheur irradie.
Cela, Ils en sont incapables....
Ils donnent l'illusion de... mais, justement, ils ne s'agit que d'illusion.
Nous renaissons de nos cendres, nous sommes des Phénix !
C'est ce que je me dis chaque jour. Il cherche à me détruire ; il m'a ecrit : "J'irai jusqu'au bout, jusqu'à l'agonie". Il s'agira de son agonie. La mort est derrière. C'est lui qui est mortifère. Moi, je vis une renaissance depuis la séparation. Il peut, peut-etre, arriver à manipuler son avocat... Mais, il ne me manipulera plus ; il ne manipulera plus les enfants qui, à 15 et 20 ans, ont compris son jeu. J'ai même le soutien, sans l'avoir sollicité, de son meilleur ami...
Alors, Messieurs les maris ou ex-maris PN, vous êtes démasqués. Continuez à vouloir détruire. Ce que vous ne savez pas c'est que, certes, vos tentatives nous déstabilisent mais elles rendent plus fortes.
Vous allez finir seuls ; nous sommes aimées, entourées.
What else ?

(écrit d'un seul trait, sans relecture. Je n'ai pas envie de me relire car j'ai ecrit avec mon cœur)


marie-loue le 18/09/2012
BONJOURS A TOUS .
le 18/09/2012 revoir sur google une émission de RTL avec Jean-Charles Bouchoux sur les pervers narcissiques


Espérance le 19/09/2012
A Chantalou et Isabelle,
Dans mon précédent post j'ai dis " personne ne le connait comme je le connais" J'ai oublié d'ajouter comme je le connais depuis que je l'ai démasqué car en réalité je vivais avec un inconnu.
C'est clair que ces individus se sont construits sur leurs propres codes sociaux, sans références, ils ont quitté sciemment ou pas le chemin de la sociabilité pour se construire un monde ou ils sont les maîtres.Pas de loi pas d'obligations donc tout est faisable a condition que leur ego soit non disculpé mais aussi valorisé. Tout est fait à la limite de tout pour renforcer leur besoin de pouvoir sans avoir à en payer les conséquences.
Leur immaturité n'a d’égale que leur machiavélisme en réalité ils sont des enfants dans des corps d'adultes. Je pense aussi qu'ils sont intrigants par leur façon de manipuler et de tromper les autres. Ils ont des capacités d'installer des échanges qui vous place comme devant un objecteur de conscience, vous vous sentez petit presque redevable de son écoute et vous parlez.En fait il n'a rien entendu de ce que vous avez dit sinon ce qu'il l'arrange pour s'en servir contre vous. C'est trés difficile parfois de revenir vers des situations vécues concises et cohérentes souvent c'est le brouillard sur notre passé. Même nos souvenirs nous échappent. C'est la mémoire traumatique. Beaucoup de personnes sont loin d'imaginer que ces vampires existent.
Pour moi la seule personne à pouvoir expliciter les dérèglements de la personnalité du pn c'est sa proie quant elle se sort de son emprise, qu'elle le démasque. C'est un voyage en solitaire jonché des pires turpitudes donc plutôt un voyage cauchemardesque. On en sort plus conscient du coté très obscur de la nature humaine avec un gout amer tenace, glacé d'effroi d'avoir tant donné à un être sans âme compulsif et insatiable. On en sort plongé dans une confusion extrême envahi d'un grand sentiment d'imposture et de désarroi. Le sentiment d'avoir été dépossédé d'une partie de sa vie, pour ma part 30 ans. Le pire dans ce type de relation c'est la rhétorique fallacieuse et manipulatoire du pn, un discours de double contrainte associé à du mensonge jusqu'au boutiste dans un but de persuasion coercitive. En plus du reste c'est la porte ouverte à la folie.
Concernant le profil de la victime je n’adhère pas du tout à certaines analyse.
Que recherche le pn en réalité? Une personne pour pallier ses manques, ses travers, ses vides qui l’empêchent de s'autonomiser de se responsabiliser d'assumer. Toutes ses valeurs qu'il ne possède pas il va les vampiriser chez une proie qui en a le potentiel, sinon ou est l’intérêt pour lui? Croyez moi il n'y a pas pire cupide que le pn, la vie pour lui ne se conçoit qu'en terme d’appât du gain de toutes sortes pour flatter son ego déliquescent.
Preuve en est, lorsque nous prenons conscience que rien ne sauvera cet homme de sa détestation de l'autre, lorsque nous prenons conscience que les limites sont atteintes, que nous valons quelque chose que nous avons tout essayé pour le sortir de son marasme chronique nous reprenons gout à la vie. Evidemment ce que nous avons consenti et sacrifié n'a existé que par notre propension à l'altruisme. Quand je me rememore le passé j'ai toujours cette impression de devoir ou de mission " rendre heureux cet homme malgré tout". Je ne voyais pas ses défauts je les refoulais parce que sous totale emprise. Et je persistais dans une voie qui me conduisait vers sa vie contre la mienne. De plus il ne me voyait pas, j'existait en tant qu'objet mais surtout il me percevait comme étant lui. Il s'attribuait mes qualités sans mes défauts me renvoyait ses défauts, je devenais donc pour lui une sorte de sorcière abjecte qu'il fallait disqualifier (le lien à la mère). Je chemine, je chemine.....
A très bientôt merci de me lire, c'est pour moi un plaisir et un grand bol d'air salutaire que d’écrire malgré un manque de temps.


Espérance le 19/09/2012
Isabelle j'aime beaucoup votre dernier post il est empli de positif et je me réjouie de vous savoir avancer.
Moi j’écris sans relire aussi comme vous avec mon coeur.
Parfois je me réveille dans la nuit j’écris sur une page blanche pour oublier mes cauchemars, je me relis me corrige je fais copié collé puis j'envoie le lendemain ou quand j'ai plus de temps.
Je suis en rémission, je me reconstruis aussi, je me rends compte que j'aime la vie, ce qui m'avait échappé pendant longtemps.Je suis joyeuse et gaie tel un pinson, un morceau de musique, une belle figue dégustée sur mon balcon ensoleillé un bon bouquin à la main et c'est le bonheur mes enfants riant avec leurs copains, un nid d'amour ça me comble. C'est étrange cette renaissance je me retrouve exactement comme j’étais avant.
Je chemine vers le bout du tunnel et même à 53 ans je n'ai aucun doute quant à la fin de ce tortueux parcours.
Rien n'est simple, le plus dur à concevoir c'est l'enfermement dans le silence, pourquoi n'avoir jamais rien dis et pourquoi avoir pris la défense du pn quand certaines personnes ont tenté de m’ouvrir les yeux refusant de voir la réalité.
Ce sentiment de honte d'avouer, ou peut être était ce un déni de réalité, je ne sais pas.
En tout cas c'est en ça que je travaille en ce moment.
Je travaille sur moi pour faire émerger certaines choses.
Je suis convaincue que ma peur de lui à structurée mon silence.
Mais pourquoi avoir construit ma relation avec lui sur un sentiment de peur?
Parce que j'avais affaire à un monstre.
J'avance aussi dans ma procédure péniblement mais ça c'est une autre histoire.

Je vous souhaite une excellente soirée.


Mirabelle le 19/09/2012
je viens juste de me rendre compte que mon mari est un pervers narcissique,j'aurais besoin de vos conseils,pour le moment je préfère l'anonymat,vous comprendrez j'espère.Merci d'informer les victimes comme moi,car vous m'aidez a comprendre l'impensable.


Mirabelle le 19/09/2012
je vis avec un pn depuis trop longtemps mais je veux mettre fin a ce semblant de couple,isolée j'aurais besoin de votre soutien,je vous remercie d'avance.Mirabelle


Mirabelle le 06/10/2012
bonsoir,j'ai prisconscience il y a peu de temps,que je vis avec un pn,tout ne venait pas de moi donc,je me suis culpabilisée et j'ai accepter tant d'humiliations.Je voudrais remercier entraidpn pour ce qu'ils font car c'est une grande aide pour moi qui suis isolée.


Espérance le 06/10/2012
Mirabelle, notre soutien moral tu l'as, sauf que fuir ton pn c'est toi seule qui doit en prendre l'initiative et faire les démarches qui s'imposent. Nous ne savons pas assez de choses sur toi pour pouvoir étayer ta situation mais si tu souffres si tu te sens oppressée, exploitée, spoliée, humiliée, vampirisée, mutilée sans énergie et inexistante alors réfléchis à ta situation et prends la décision qui te semble la plus bienveillante pour sauver ton âme de la destruction finale. Quand tu ne saura plus qui tu es quand il aura prit le monopole de ta vie quand tout lui est permis quand tu te sens dépossédée et sans capacités de discernement devant ses discours culpabilisants de double contrainte et paradoxaux c'est le début de ta délivrance, tu es sortie de l'emprise. Ta conscience va te guider réagis vite parce que à trop différer pardonner, plier, se soumettre, espérer,s'asservir, se perdre un jour tu ne trouvera même plus la force de le quitter pour assurer ta survie.
Écris nous plus longuement.


Isabelle+ le 06/10/2012
Mirabelle, quitter un conjoint PN est quelque chose qui se murit.
Il y a tout d'abord les prémices d'une prise de conscience. On sent des choses sans pouvoir y mettre un nom. Nos sens sont en alerte mais nous sommes incapables d'exprimer nos ressentis, de mettre des mots sur nos maux. Sans compter qu'ils sont de très fins limiers.... Si nous n'avons pas pleinement conscience de nos alerte, eux ont pleinement conscience qu'ils commencent à nous perdre. Ils redoublent alors de gentillesse, ils nous "shootent" à l'amour fusionnel, à la dépendance. Et nous voilà reparties pour un tour !
La seule façon de s'en sortir est d'avoir recours à une tierce personne, neutre, objective. Pour moi, ça a été un psy dans le cadre d'une psychanalyse débutée aprés une depression. Là, dans le cabinet, tu commences à poser de manière éparse des pièces du puzzle de ta vie. Plus tu poses ces pièces, plus tu t'aperçois qu'il y a un lien entre elles. Et puis, un jour, le soleil se lève d'une autre manière.... Tu prends enfin conscience. Tu as reconstitué, morceau aprés morceau, le puzzle de ta vie passée.
C'est ce qu'il s'est passé pour moi. Aprés une depression, aprés un an de psychothérapie (sous traitement : antidépresseurs, anxiolytiques, neuroleptiques, etc.) dont sans trop de conscience et un an d'analyse, je suis rentrée chez moi à l'issue d'une séance et j'ai dit à mon mari : je veux divorcer. L'enfer a commencé car on ne quitte pas un PN ! Mais j'ai tenu bon. J'ai été aidée par le psy, soutenue et aimée par ma famille et mes amis, je suis allée puiser de la force sur ce blog (où j'y ai "rencontré" de merveilleuses personnes). 5 mois plus tard, l'homme quittait le foyer.... Quelle libération !
Je ne suis pas encore divorcée car il a refusé le divorce. Il continue à vouloir m'anéantir ("j'irai jusqu'au bout, jusqu'à l'agonie"), je suis dans une situation matérielle qui pourrait aller jusqu'à la précarité si je n'avais l'entraide familiale car il fait tout pour m'asphyxier.... Mais tout cela, plus le travail que je mène en analyse, me rend plus forte.
J'ai aimé cet homme, nous avons eu deux enfants, j'ai passé 26 ans de ma vie avec lui mais depuis la séparation, je REVIS !
Je n'ai pas refais ma vie, pas de rencontres masculines, je vis seule avec mes enfants mais je me sens libérée, équilibrée. Je suis redevenue moi-même ; c'est essentiel pour moi et pour mon entourage.
J'ai beaucoup perdu et je pense que je vais encore beaucoup perdre sur le plan financier, la justice n'est pas toujours du "bon" coté mais la vie n'a pas de prix....

Alors, Mirabelle, donne-toi les moyens de prendre du recul par rapport à ta situation et à ton couple. Ne reste pas en huis-clos pour analyser ta situation car s'il sent qu'il te perd un peu plus chaque jour, il déploiera tous ses charmes et utilisera ses belles paroles pour, sans cesse, te ramener à lui, encore lui et toujours lui.
Tourne-toi vers une personne neutre et objective qui saura te faire prendre de la distance, de la hauteur pour mieux comprendre et analyser ta vie.
Ne te laisse surtout submergée par la peur d'un avenir sans lui, seule (avec ou sans enfants). Cette peur est anxiogène, voire paralysante, même destructrice. Avance pas à pas mais avance vers ta nouvelle vie.
Tu n'as aucune capacité à pouvoir changer ton conjoint ; de toutes façons, il ne le souhaite pas. La seule personne sur qui tu as un pouvoir de changement, c'est toi.
Alors, au boulot ! Et puis, tu verras dans quelques temps, que tu en valais la peine et que lui ne te méritait pas.
Il te faut faire le distingo (je ne sais pas depuis combien de temps vous êtes ensemble et quelle a été votre relation) entre celui que tu as aimé et celui qu'il est devenu. Du moins, c'est ce que je fais : en 26 ans, il y a eu des années merveilleuses de bonheur, d'amour sincère et beau. Il y a des événements isolés de PN manipulateur qui auraient du m'alerter mais sans plus. Et puis, il y a eu les trois dernières années qui ont été un enfer. Je fais donc la différence entre mon mari durant 23 ans et mon tortionnaire durant 3 ans. Pas d'amalgames ! Pas de regrets sur les 23 années. Les regrets ne font pas avancer, bien au contraire.
Et maintenant, mon regard est tourné vers l'avenir mais pas trop lointain car, comme je l'ecris plus haut, ce peut être anxiogène.

Bon courage à toi !


cend le 07/10/2012
bonjour à toutes et à tous,
je reviens ponctuellement poster un petit com sur mon évolution perso suite à mes "aventures pn ",et je suis toujours le blog avec attention.

En effet c'est grâce à lui que le déclic final salvateur c'est fait,enfin j'ai pu mettre des mots sur ce que je vivais : nommer la bête.Point crucial pour mettre en œuvre mon sauvetage.

je l'ai donc quitté (avec pertes et fracas), cette petite phrase anodine cache des mois de haute lutte,ne nous y trompons pas. Car oui ,constat malheureux, les quitter et avoir la paix après c'est limite mission impossible.

le mien revient périodiquement à l'attaque avec un panel impressionnant de diverse conneries: il culpabilise,il joue sur le côte amical, il fait semblant de vouloir se rendre utile,à besoin d'un conseil etc....
a chaque fin de non-recevoir que je lui signifie, cependant le naturel revient à la charge : je suis méchante, je ne lui ai pas laissé de chances, c'est une victime,puis, comme cela ne fonctionne plus, passage aux insultes et aux menaces.


Schéma habituel, qui bien heureusement ne marche plus du tout, quoique j'avoue, une fois ça a bien failli faire, la brave quiche en moi à eu pitié de ce pauvre homme dévasté...

ceci pour dire qu'il faut tout de même se méfier de notre corde sensible et ne pas sous estimer l'état relativement fragile dont on sort de ce type de relation.
couper les ponts et refuser toute forme de contact, comme il est dit ici (quand c'est possible) parai en effet la seule et unique solution, sinon leur toxicité n'en fini jamais.

pour ma part j'ai fais ma thérapie perso en menant enquête pour mettre à jour ses mensonges, j'avais besoin de savoir jusqu’où il à été,j'ai aujourd'hui mes réponses et je peux enfin déculpabiliser complètement: non rien n'aurai pu sauver cette relation,d'ailleurs ce n’était pas une relation ,c’était une guerre sournoise contre ce que je suis, et l'objectif était ma destruction, elle n'aurait d'ailleurs pas suffi, rien n'aurais suffit, je le sais clairement aujourd'hui.
Et , oui bizarrement, apprendre qu'il m'a été infidèle, qu'il me présente aujourd'hui à ses conquêtes comme une femme vénale et invivable, qu'il continue honteusement à mentir sur tout et n'importe quoi, hé bien oui, CA ME SOULAGE !!!!
Non je ne suis pas masochiste, loin de là, j'ouvre juste les yeux totalement, je constate qu'il reprends avec d'autres les mêmes schémas qu'avec moi, c'est un parasite tout simplement...
j'ai chercher en moi des nuits entière ma part de responsabilités dans tout ce bourbier,j'ai souffert de l'échec de notre couple en me remettant en question,je ne m'étale pas, chacun ici connais bien trop ce genre de moments ....
et là,enfin aujourd'hui,je m’autorise à me dire: victoire!!!!! (bon je rêve pas trop toute éveillée ,j'ai conscience que certaines blessures laisseront des traces)

ce petit mot pour donner un poil de courage à tous ceux qui se débattent dans ces sables mouvant ,à chacun sa méthode, la mienne fut de gratter chaque plaie pour faire sortir enfin tout le pus, afin qu'elle puissent se refermer sans me gangrener, c'est l'image de moi que j'ai aujourd'hui: je suis saine et je me suis débarrassée de ce poison.
cend


Mirabelle le 15/10/2012
bonsoir,tout d'abord merci pour vos messages,ça fait 30ans que je vis avec un pn,j'ai 2enfants ils sont grand a présent,mais ça ne fait pas très longtemps que j'ai eu une réelle prise de conscience,je sais que je n'ai rien a perdre en divorçant meme si cela est dur je veux ma LIBERTE,réapprendre a penser par moi-meme,j'ai subi un vrai conditionnement,je suis en psychotérapie actuellement,j'ai tellement a dire,je réapprends a faire attention a moi,je me sent très fatiguée,je prends soin de moi j'aurais besoin de toutes mes forces pour divorcer d'un pn qui m'a trahi sans aucune honte,je ne crois plus en lui,c'est un menteur,enfin tout ce qu'est un pn,je pense a me LIBERER pour moi et mes enfants que j'aime


Mirabelle le 15/10/2012
rebonsoir,je voulais simplement dire que c'est incroyable ce que l'on peut accepter lorsque l'on est sous emprise comme je l'ai été!j'acceptais et je croyais que tout était de ma faute,je me suis réveillée il était temps.Je préfère devenir trop méfiante que pas assez a présent.Merci pour vos conseils,liens,vidéos, ils me sont très utiles.


libellule le 16/10/2012
Quitter n est pas tout ,il faut savoir que le combat continue après.c est pourquoi,il faut avant de partir photocopier tous documents,faire faire des attestations...un départ ça se murit dans la tête et cela se prépare matériellement et psychologiquement aussi.Car il continue à nous poursuivre à travers toutes les procédures qu il lance à notre encontre et à travers les enfants, aussi la question que vous devez vous poser lors de votre départ est " est ce que je suis prête au combat et à aller jusqu au bout " mais croyez moi cela en vaut la peine,bien défendu et vous devez aussi être acteur de votre défense ,la justice vous suit. Et si le Pn vous voit déterminé et sans peur ,il finit par faire des erreurs et perdre.
Libellule


Eva le 17/10/2012
je suis ce blog depuis 2 ans et demi mais je n'ai jamais laissée de commentaire. En juin 2010 mon pn m'a jeté des hauts, très hauts escaliers ! N’acceptant pas ma décision de le quitter , il a jugé que je serais mieux dans un trou ! Dommage pour lui j'ai les os durs ! J'a dis stop ! j'ai filée de l’hôpital chez ma soeur et j'ai enfin osée porter plainte ! 28 jours DITT pénals 10 mois d’arrêts de travail ! La correctionnel pour ce monsieur
...normalement ..... Mais en octobre 2010 ne voyant toujours rien venir à propos de cette plainte il m'a fallut alerter le procureur .Il a faillit classer la plainte sans suite !! et pour cause tous les certificats médicaux avaient disparus !! J'ai refais mon dossier et renvoyé tout ca .Il faut dire que Monsieur fils de … que dans sa famille on ne côtoie que des gens de la haute société.
Cela donne une plainte qui dort des mois dans un tiroir … des certificats qui disparaissent , un passage en correctionnel de monsieur 2 ans après les faits , un procureur qui ne dit qu'une phrase : monsieur n'a jamais eu affaire à la justice , faut pas recommencer monsieur !( mon procureur initial a été muté entre temps ) Résultat , 10 mois de prison avec sursis simple! La juge accepte m'a demande d'expertise médicale ( deux opérations suites aux blessures )
Courrier de l'expert qui me demande un rapport de mon médecin traitant sur mon état de santé actuel.
Surprise quand mon médecin me dit: Je connais cet expert c'est un ami de mon père , il faut que je te dise , cette expertise ne donnera rien , l'expert a déjà fait son rapport .C'est mort pour toi ton ex connait trop de monde !
Fais attention à ce que tu dis à l'expert , il a déjà le papier pour t'envoyer à l'asile , prêt à signer !!
Voila ! 25 ans à subir des violences morales verbales et physiques pour s'entendre dire que de victime on devient une simple folle à enfermer !!
Faire quoi fasse aux passes droits de monsieur ?? il m’avait prévenu : tu portes plaintes je te crève moralement financièrement et physiquement !!
Depuis juin 2010 avec l'aide d'une psychothérapeute et d'un groupe de parole j’avance mais face à une justice qui joue au passe droit je reste impuissante !
Je fais quoi ? J'attend qu'il termine ce qu'il m'a prédit ?
Lutter contre un pn avec un bon soutient c'est pénible mais ca le fait !! mais lutter contre un pn qui a tout pouvoir sur les décisions de justice .....................
HELPPPPPP pour moi et les enfants


tchoupi le 22/10/2012
bonjour
je suis victime d'un PN avec ses mensonges je suis privée de mes enfants depuis 1 an............j'ai plus le moral
besoin de vos conseil
je repasse devant le JAF pour recupérer mes enfants son vrai visage s'est révélé grace à une mesure éducative ordonée par le JAF lui meme ....au départ s'était pour montrer que s'était moi la mauvaise mais là Surprise .......on repasse devant le JAF avec le rapport de l'éducateur.


Anonyme le 27/10/2012
Bonsoir, si le JAF s'est aperçu de ce qu'il était c'est le principal car derrière tout thérapeute sait dire que le seul remède c'est l'éloignement du malade pour se reconstruire, donc vous et vos enfants.
Courage.
L.H


Anonyme le 27/10/2012
bonsoir, gardez courage, le JAF de Tchoupi a reconnu la maladie de son mari. ne perdez pas espoir, vous être déjà arrivée à vous séparer de lui c'est un grand pas.


Espérance le 30/10/2012
Je reviens rapidement sur le forum pour vous faire part des derniers rebondissements de ma procédure de divorce. Le pn a frappé encore une fois.
Naïvement je suis allé sur un site gratuit de vente immobilières aujourd'hui bien ou mal m'en a pris, je tombe sur une annonce de la vente de notre maison.
Des photos très moyennes dans un état de délabrement, le jardin ne ressemblant à rien puisque non entretenue.
Cette maison que j'ai du fuir avec mes enfants car le pn ne voulait pas en partir alors que quelques jours à peine après notre départ il l'a déserté pour vivre chez son actuelle maîtresse. Depuis un an elle est vouée à la dégradation étant inhabitée à ce titre je l'avais signalé à mon avocat.
Cette maison que j'ai décorée peint, embellie j'en suis partie presque sans rien et surtout sans argent. Eh bien elle est en vente sans mon assentiment et surtout sans que mon avocat ne m'en ai fait part.
Bien sur le prix proposée est à perte pn ne veut surtout pas que je bénéficie d'aucun capital et vu l’état des photos à mon avis elle ne vaut pas plus d’après la description faite, elle n'a absolument pas été mise en valeur bien au contraire l'objectif est de l'enlaidir.On n'a l'impression que c'est une maison abandonnée depuis longtemps comme un fait exprès.
Quelle n'a été ma surprise complètement interloquée et quasi choquée bien que je m'attends à toutes les manigances possibles de ce prédateur déloyal et dépourvu de scrupules ou de sens de l'honneur ou de l’honnêteté.
Je décide donc de joindre le lien proposée via un mobile pour étayer la situation et pensait réellement avoir à faire à un agent immobilier qui porte un joli prénom féminin. Je contacte donc cette personne à qui j'explicite la situation en la confrontant à l’illégalité de l'annonce puisque la maison est en indivision et qu'elle doit donc retenir l'accord des deux propriétaires pour le mise en vente, je tombe des nues quand je reconnais la personne au bout du fil qui n’est autre que la maîtresse actuelle ou la proie c'est selon de mon pn. Cette femme que je n'avais pas reconnue au début et qui a falsifiée son prénom me dit que c'est mon avocat qui est incompétent et qu'il fallait que je m'adresse à lui que eux ils sont dans leur bon droit. je lui ai alors dis ne vous en faites pas je le ferais dés demain bonne soirée.
En fait elle avait fait paraître l'annonce avec un prénom d'emprunt mais le même numéro de téléphone avec lequel elle envoyait des mots doux au pn quand j'occupais encore le domicile conjugale s'est permis de m'appeler par mon prénom pour me traiter d'incapable j'ai alors raccroché après un bonsoir madame agacé étant donné que ma démarche absolue est la distance avec le pn et tout ce qui l'entoure je n'ai pas été plus loin dans l'echange. Alors soit il est en train de la manipuler et je la plaint soit je ne comprends plus rien. De plus elle à osé m’appeler par mon prénom me disant je vous ai reconnue ...Bien entendu mon pn me la présentée un jour en tant qu'amie et ils n'ont pas eu de cesse de m'humilier tout les deux me prenant pour une gourde.
De mon coté son numéro de téléphone était passé complètement aux oubliettes et je ne l'ai pas reconnu de prime abord ce n'est qu'à posteriori une fois le téléphone raccroché que j'ai pu effectivement faire le parallèle avec ce numéro de téléphone a qui le pn adressait des sms enflammés comme " je t'aime mon cher trésor etc... alors que c’était juste une amie de plus elle faisait concurrence à d'autres puisqu'il le disait à plusieurs femmes en même temps et même à moi.
Bref tout ça c'est du passé, je veux être pragmatique et perdre de ma crédulité de ma naïveté en deux mots que dois je faire, je suis juste déstabilisée sans plus, je n'ai plus peur et pour moi c'est une grande victoire. Il voulait me mettre à la rue du temps de notre vie commune je pense qu'il n'en démordra jamais.
De plus j'ai tout de suite imprimé l'annonce et j'ai bien fait car quand j'y suis retourné une heure après ils l'avaient supprimée.
De sa part je n'attends rien de bien, j'ai vécu le pire alors j'ai décidé de ne pas me laisser vampiriser, détruire, anéantir je suis encore au début de ma reconstruction encore dans la confusion d'un vécu cruel et traumatisant et douloureux.
Changer de mode de procédure qu'en pensez vous?
J’hésite pour le coté énergivore et coûteux et en deux mots je n'ai aucune envie de le voir ou de sentir son aura diabolique.
J'ai envie de paix j'en ai besoin pour sortir de ce maelström nauséabond.
Merci des conseils que vous pourriez m'apporter juridiques ou de soutien merci pour tout.
J’espère vous lire très vite
Bonne soirée.


Anton le 30/10/2012
Mon meilleur conseil, Espérance, sera celui-là :

Traite-le comme un chien, ne laisse rien passer.
Il en va du bon cheminement de ta reconstruction. Le pn est trouillard, en perdant le contrôle il tombe. Attaque. Nous sommes trop mauvais sur la défensive, ce n'est pas notre terrain. Attaque, cela renforce la distance.


Isabelle+ le 31/10/2012
A Espérance
Combien je comprends votre stupeur et vos interrogations sur la conduite à avoir.
La plus grande victoire, votre plus grande victoire est d'avoir fui ce faiseur de mal. Le reste n'est que matériel, procédures....
Je me souviens avoir lu quelque part que se séparer d'un PN amène la victime à tout perdre sur le plan matériel ; la seule chose "gagnée" étant la VIE.
Vous êtes en vie Espérance. Et bien en vie !
Lorsque j'avais lu ce texte, c'était peu de temps après ma separation. J'étais alors outrée, scandalisée. Dix mois plus tard, je comprends le sens de ces écrits
Certains peuvent nous dire : "Il ne faut pas baisser les bras. Comment peux-tu te laisser faire comme ça ? ". Mais ils ne savent pas, ils ne connaissent pas le monstre que nous avons quitté. Nous sommes à savoir ce qui il est et de quoi il est capable. Il est prêt à tout pour assouvir son désir de vengeance, pour réparer son humiliation. Prêt à nous anéantir, même s'il doit passer sur le corps de ses enfants pour parvenir jusqu'à nous.

Ce que vous pouvez faire ? Contacter votre avocat en lui fournissant l'édition de l'annonce. Avez-vous noté les coordonnées du site sur laquelle elle figurait ? Vous savez que face à leur perversité, il nous fournir dix fois plus d'éléments que dans un cas normal. Même si leur avocat n'est un ténor du barreau, eux sont des ténors de la perversité et sont très persuasif... Alors, il nous faut redoubler de vigilance dans le cadre d'une procédure énergivore.

Ce matin, je suis allée voir mon nouvel avocat (je me suis défaite du 1er qui n'a commis que des erreurs depuis le début de la procédure). J'ai été effrayée de constater tout ce que je vais être obligée de fournir comme pièces pour attester de ma bonne foi. Il est en tord car il ne respecte pas les mesures prises par le JAF dans l'ONC mais je dois prouver, prouver et encore prouver...
Ces gens-là se croient au-dessus des lois, au-dessus de l'honnêteté, au-dessus de tout. Ils agissent en toute impunité.

Courage et espoir sont nos les deux mamelles des victimes des PN !
Pour vous, Espérance, l'espoir ne doit pas être un mot vain... ;-)


Anonyme le 31/10/2012
Bonjour Espérance.
Je ne sais pas sous quel régime matrimonial vous êtes mariée, si vous êtes propriétaire d'une partie du bien, il ne pourra se vendre sans votre accord, le notaire étant le garant. En outre si la personne occupant le bien le laisse aller au délabrement, vous pouvez vous retournez contre elle au moment du divorce et du partage.
Mais le principal c'est de ne pas vous focaliser sur le, les biens matériels aussi dur que cela soit-il.
C'est par là même qu'il pourra encore vous faire souffrir, pour le jardin de même, il cherche à détruire toute trace de votre passage. restez en dehors et vous vous sauverez. ne croyez pas être seule dans cette situation, compte-tenu de ces personnages, les femmes se retrouvent démunies de tout et bien souvent sans travail, donc sans ressources. ouvrez vous à autre chose, regardez devant.
et la jeune femme, ce n'est pas votre souci, compte-tenu de la relation qu'elle s'est permis d'avoir avec vous, soit dure, c'est qu'elle ne mérite pas d'attention de votre part. Occupez-vous de vous!
Très sincèrement bon courage car il en faut, mais vous vous êtes déjà sauvée de son empreinte et c'est Bravo.


Entraideapn le 31/10/2012
@ Espérance, un bien immobilier ne peut être vendu sans LES accords des propriétaires. Quand un/e agent immobilier met en vente une maison, il/elle a besoin de l’accord DES vendeurs pour la mise en vente, pour une promesse de vente etc… quand il y a vente, le notaire a aussi besoin de la signature DES vendeurs. Si la personne qui met en vente un bien commun seul/e sans en informer son/sa ex conjoint/e, si l’agent immobilier ne s’assure pas d’avoir l’accord des 2 personnes, ce sont eux qui se mettent hors la loi. Et un notaire ne peut pas officialiser une vente dans de telles conditions (autrement lui aussi se met hors la loi). Informez votre avocat de cette annonce (il vaut mieux faire des copies d’écran, que des copiers collers). La plupart des tribunaux préfèrent que le partage des biens soit réglé avant l’officialisation du divorce. Votre ex peut se planquer derrière cette agent immobilier, en prétendant n’être pas au courant (c’est son nom à elle et ses coordonnées qui apparaît sur cette annonce, pas les siennes), voir que vous faites des histoires « gratuitement » puisque l’annonce a été enlevée. Il vaut peut être mieux voir avec votre avocat comment vendre cette maison dans les moins mauvaises conditions possibles, et quand vous trouvez des éléments (comme cette annonce) ne les communiquer qu’à lui pour réagir dans le meilleur cadre juridique possible.
A titre personnel, je pense qu’il vaut mieux « miser » sur le règlement des problèmes en faisant respecter ses droits prioritairement à un allongement de procédure (sans parler du coût, comme vous l’écrivez c’est énergivore, et plus la procédure est longue plus l’agresseur/sseuse psy vous use et maintient un lien qu’il/elle pense être une emprise).


Espérance le 02/11/2012
Merci à tous pour vos témoignages cela me réconforte et me fait un bien fou de savoir que d'autres personnes vivent le même calvaire et qu'elles se soucient du malheur des autres.
Merci pour vos com, Anton, Isabelle, Anonyme et Entraideapn, je vous tiens informés de la suite de ce triste scénario.
Quelques précisions cependant, je suis mariée sous le régime de la communauté de bien. La personne que j'ai eu au téléphone par le biais du lien téléphonique de l'annonce est l'actuelle maîtresse de mon mari, ce n'est pas un agent immobilier.Effectivement quand j'ai appelé j’étais loin d'imaginer que c’était ses coordonnées à elle.
La communication a duré 2 minutes, a partir du moment ou j'ai su que c’était elle j’étais sonnée comment peut elle mettre en vente ma maison? Quel culot! Je suis persuadée qu'il doit se faire passer à ses yeux pour la victime, elle n'y voit que du feu aveuglée par son amour pour un homme qu'elle vénère, elle lui a avoué que pour elle il est Dieu eh oui rien que ça. Elle peut se compromettre pour lui.Il est tellement dans le rôle du petit poussin malheureux qui n'a jamais eu de chance qui a été marié à une femme tyrannique. L'effet miroir, tous ses défauts me sont attribués et mes qualités ils les possèdent. Sa force de conviction va encore jouer en sa faveur.

A Anonyme depuis ma séparation je n'ai jamais contacté le pn ni sa maîtresse, j'aimerais si c’était possible partir loin très loin malheureusement mes enfants font des études supérieures ils son encore à ma charge. Je suis complètement détachée de lui et regrette juste d'avoir croisé sa route un jour il y a 30 ans. Les dégâts sont la et le traumatisme est immense mais je suis une battante et j'aime la vie. Je me reconstruit lentement mais suis encore déstabilisée par ses desseins obscurs, j'avoue que cela me surprend encore tant de malveillance. J e pense aussi que mon détachement absolu, ma distance sans faille aucune attisent son sentiment de vengeance. C'est en cela qu'est ma force j'en suis assez fière.
Concernant ma procédure j'ai contacté la secrétaire de mon avocat qui était absent lui ai communiqué les dernières nouvelles, j' attends un RDV.
La secrétaire était outrée lorsque je lui ai fait part de l'accusation d’incompétence de mon avocat par la partie adverse et peut être que cela va le faire réagir un peu plus "il ne faut pas écorcher l' ego des avocats". C'est ce qui m'a été dit par la maîtresse du pn,c'est la vérité, je m'en suis servie sans ressentir la moindre gène alors qu'avant je n'osais pas dire du mal des autres ou faire de la délation si c'est pour avoir un peu de réactivité de la part de mon avocat pourquoi pas! A présent il faut que j’apprenne à me défendre coûte que coûte, c'est une certitude qui s'impose à moi comme une vérité que je n'avais pas intégrée. C'est lui ou moi.
Je suis un peu lasse en perte de vitesse et d’énergie, ça allait pourtant bien mais voila c'est reparti pour un tour.
Je vais y arriver.
Je ne pense pas changer de mode de procédure je n'en ai pas la force ni les moyens mais je vais essayer de défendre mes droits le mieux possible.
Je vous tiens au courant et me permets de vous embrasser tous.
Merci pour tout vous ne pouvez pas savoir combien c'est réconfortant de vous lire et combien cela me prouve qu'on ne doit pas perdre confiance en le genre humain.


Espérance le 02/11/2012
C'est aussi que mon corps à trop subi, physiquement je suis épuisée par 30 ans d'exploitation et de souffrances.
Mon corps réagit à présent et je manque d’énergie, celle qui me reste mais parfois au prix d'efforts considérables à contrario dont je tire satisfaction parfois j'opte pour la préserver pour mes enfants et mon travail.
Je ne suis pas de celles dont les pn ont obligés leurs proies à ne pas travailler non moi mon pn avait trop besoin de m'exploiter financièrement .
Usée par des années de responsabilités domestiques sans jamais être à la hauteur niée et acculée à faire toujours plus à la maison mon métier a était un havre ou je me ressourçais.
Sournoisement coupée de ma famille de mes amis je ne vivais qu'à travers ses besoins sa domination insidieuse ses comportements dégradants et psychopathologiques.
Pendant ce temps je n’écoutais pas mon corps je l'ignorais je ne sais pas par quel miracle je n’étais jamais malade, lui étant hypocondriaque je m'interdisais d’être malade je lui laissais le monopole de la médecine.
Inconsciemment je refusais le lâcher prise pour protéger mes enfants
Les rares fois ou j’ai été malade il me disait tu n'as pas le droit d’être malade, tu le fais exprès c'est de la comédie.
J'ai eu quelques crise de panique confrontés à son machiavélisme malsain comme des signaux d'alarme mes mécanismes de protection en éveil mais à l’époque je ne pouvais pas conceptualiser l'origine du problème, il disait alors que j’étais fragile et pourquoi pas folle.
Je me souviens de quelques courriers reçus de ses admiratrices dont une lui disait je te tiens la main pendant ton sommeil si tu es anxieux et une autre ce n'est pas l’allégresse chez toi mais je suis la..... j'ai su par la suite que c'est parce qu'il leur racontait que c’était moi la responsable de ses tracas.
Avec du recul je suis juste heureuse d'avoir sauvé ma peau, d'avoir survécu à toute cette dépossession, cette sournoise destruction. Je suis convaincue qu'il est réellement malade et potentiellement dangereux.
Aujourd'hui ma vie à un sens, je tente aussi de donner un sens à ce j'ai vécu car ce sens me permettra d'aborder une résilience durable et salutaire.
Voila je tenais à rajouter cela je ne rumine plus je raconte sans trop souffrir sans pleurer avec juste au fond de mon âme l'impression d'avoir connu l'enfer et d'en être revenue.
A présent je veux vivre exister, en aucune manière il a le pouvoir sur ma vie ça je saurais le lui faire comprendre en l'ignorant totalement.
Quand son image revient à ma mémoire il est représente comme un prestidigitateur horrible tirant les ficelles de mon être de mon âme seulement j'ai coupé ces ficelles définitivement je lui ai échappée quel tragédie pour lui. Je ne suis pas tombée mais lui tombera un jour au fond d'un trou, ce gouffre abyssal qui l'a éloigné de toute affectivité de tout respect de l'autre de tout sens de l’altérité de la considération de l’autre il y tombera et comme nous le savons il est sans fond.

A bientôt.


Espérance le 02/11/2012
Il existe des personnes qui sans avoir vécu la douloureuse violence destructrice du pervers narcissique ne se noient aucunement dans les scrupules ou atermoiements, attaquent leur conjoint les assignent en divorce pour adultère par exemple ou parce qu’elles estiment avoir été lésées et ne faiblissent pas dans leur projet de sauver leur estime de soi par orgueil amour propre et bienveillante considération de leur personne.
Moi victime de pn dois je faire absolument profil bas, taire ma douleur, mettre en berne mes propres attentes, pour qui pourquoi?
Sans aborder les conséquences de l'emprise de la déchéance de la spoliation des souffrances et de tant d'autres dysfonctionnement liés à la structure du pn. Ne puis faire valoir mes droits en tant que personne?
- Usage de faux pour minimiser les revenus dans le but de ne pas verser de prestation compensatoire et de diminuer la pension alimentaire. Il vit chez sa maîtresse donc ses revenus son niveau de vie est supérieure puisqu'ils sont deux et sans enfants de surcroît.
Dégradation d'un bien commun, mise en vente à la baisse dans un but d’appauvrissement du conjoint
Mise en vente illégale du bien commun sans autorisation de l'autre propriétaire.
Vie commune avec sa maîtresse dont la relation est antérieur de 2 ans à la demande de divorce.
N'est ce pas suffisant pour faire plaider les juges en ma faveur.
Je peux demander un constat d'huissier pour corroborer l’adultère, peut être faire appel à un détective privé pour faire une enquête sur ses revenus que sais je?
Demander un prêt pour pallier les honoraires.
Pourquoi serai je encore dans l'incapacité de discerner ce qui est bon pour moi?
Je dis ça car je suis dépitée, comme le dit Anton pourquoi n'osons nous pas attaquer, pourquoi avons nous peur pourquoi nous laissons nous gruger, nerner par des personnages abjectes? Est ce la peur de leur réactions fantôme de notre lien passé? Est elle indissoluble cette peur?
Je rêve de pouvoir le confronter à ses travers, je rêve de le voir payer ne serait ce que son ignoble sens des intriques et manigances. En aucune manière cela ne cicatrisera les blessures profondes qui sont en moi mais cela me confortera dans ma démarche de réappropriation de mon estime de soi.
Je veux le voir en difficulté face au juge pas par sadisme mais juste pour une minute de satisfaction fugace. Le voir mentir et être démenti par le juge, le voir soumis à ses failles ignobles. Le voir obligé de se plier à la loi et non pas faire plier et soumettre les autres à ses propres lois
Puis je espérer cela ? Je suppute, je suppose mais puis je y arriver?
Anton, ton message est empli de lucidité, vois tu souvent il me disait " je ne suis pas un chien pour éviter ou éluder mes questionnements, plus ******* et plus docile que je n’étais cela n'existe pas, pourtant pour appuyer mon sentiment de culpabilité, pour m'avilir davantage il se comparait à un chien, il fallait que je lui en donne toujours plus.
Eh bien ce mot chien à fait comme un électrochoc dans mon esprit et pourquoi pas au lieu de le traiter comme un chien je lui faisais juste comprendre que je ne suis plus son esclave corvéable et exploitable à merci? Via mon avocat bien sur.
Pourquoi si je fais la moindre entorse, je pousse le moindre cri, je fais la moindre critique la moindre contrariété à son égard devrai je me sentir responsable d'un crime de lèse majesté? Pourquoi serai je considérée comme une femme à histoire si j'osai contrecarré ses plans malsains et egotiques alors que pendant 33 ans j'ai subit l'enfer de sa pathologie sans oser réagir?
Dois je indéfiniment me taire et enfouir en moi à jamais ses coups, ses bosses ses bleus qu'il m'a asséné sans aucun remord? Sous quel prétexte? pour protéger qui? lui mais je l'ai protégé de ses démons pendant 30 ans j'y ai presque perdu la vie et en tout cas l'espoir.
Alors que faire? ce n'est pas une question d'argent ni un désir de vengeance mais un besoin de prouver que je peux le défier lui, lui qui à voulu me déposséder de tout je peux l'affronter.
Qu'en pensez- vous? Je suis perplexe il me faut de la force de l'endurance mais il me semble que cela sera mon plus beau challenge.
Je ne veux rien gagner mais me donner la certitude que ce pantin grotesque qui se réjouissait de mon anéantissement et jubilait autour de ma tombe qui m'a menée jusqu'aux portes de l'enfer, prenne conscience que je me suis relevée,qu'il n'a pas réussi son oeuvre macabre.
Je veux pouvoir me regarder dans le miroir et me dire que j'ai quand même pu mobiliser chez lui une espèce de gène ou de crainte de l'effondrement de son moi grandiose.
C'est peut être un état d' optimiste furtif, juste passager, ce regain d’énergie et de retour vers un besoin de se reconsidérer comme un quelqu'un capable de faire respecter ses attentes et son intégrité. Retrouver le pouvoir de dire NON tout n'est pas comme tu l'as décidé, fixé et imposé, tout ne t'est pas dû, "tu ne sais ce qu'est la frustration eh bien en voila juste un petit préambule." Je suis bien évidement consciente qu'il ne changera jamais d'un iota mais sur le moment face à la loi il sera dans l'obligation de s'y soumettre pour une fois moi je me fiche de son respect je sais qu'il en est incapable depuis toujours et à jamais.
Quelles en seront les conséquences imprévisibles? la est la question.
Mais demain est un autre jour la nuit porte conseil et vous aussi.
A bientôt.


Isabelle+ le 02/11/2012
Espérance, votre dernier post me dérange, me choque. Pourquoi ? Parce qu'il me renvoie à mes propres ressentis, à mes questionnements, à mes peurs. Vous avez écrit noir sur blanc tout ce que je pense.
L'une des thématiques de ce blog n'est-elle pas "le justice face au pervers". C'est d'ailleurs ce thème-là qui amenée à Entraideapn.
En lisant vos ecrits, j'ai une décharge au creu du ventre....
Pourquoi avons-nous peur ? Nous sommes parties, ils sont loin de nous. Que peuvent-ils nous faire ? Ont-ils autant de pouvoir ou bien ils ont le pouvoir que nous seules leur accordons ?
Je ne sais pas....
Lorsque j'en parle autour de moi, mes amis, ma famille ne comprennent pas ma réaction. Mais ils ne savent pas de quoi ces êtres sont capables. Ils n'ont pas conscience de leur dangerosité, de leur pouvoir mortifère.
Mon mari m'a conduite à la ruine, il m'a poussée au suicide par deux fois mais il continue à vivre comme si de rien était. Bien au contraire ! Il a rebondi en me laissant avec des dettes (à mon nom et pour le compte du foyer). Je me refuse à croire que, depuis 15 ans, tout cela a été prémédité mais en attendant, le JAF lui a imposé le paiement des 2/3 et Monsieur n'en fait rien. Je paye régulièrement mon 1/3, je suis dans une situation financière très difficile et lui mène la belle vie. Mais bon, c'est normal puisque j'ai décidé de le quitter...
Il allait percevoir un petit héritage qui aurait permis de solder les dettes. J'aurais pu attendre et demander le divorce que par la suite. Mais, ma vie était en jeu ; je n'aurais pas pu tenir quelques mois de plus. Je vivais avec un homme qui était devenu mon bourreau (pas de coups mais de la violence psychologique).
J'ai alors décidé d'abréger ma souffrance et l'ai exclu de ma vie. Croyez-moi, j'en paye le prix !
Alors, que pouvons-nous face à ces malades, à ces psychopathes (main non, c'edt nous les déséquilibrées, les hystériques, les harceleuses, .....) ?
Est-ce nous qui nous mettons des freins ou bien sont-ils réels ?
Vous voyez, Espérance, j'ai les mêmes interrogations que vous et que tant d'autres. Et comme vous le dites, demain sera un autre jour.....


cend le 02/11/2012
@ Espérance,

je comprends tout à fait ton état d'esprit actuel: parfois on voudrai viscéralement que la "vérité" éclate au grand jour:
ne pas réagir face à leurs multiples travaux de destruction,laisser dire des horreurs sur notre compte,se sentir encore et encore ramené à moins que rien alors qu'on a enfin réussi à les quitter, c'est juste invivable...
Ca nous empêche d'avancer, de se soigner en paix, de passer à autre chose.
triste constat de mon côte: il sera toujours au détour d'un chemin dans ma vie ,il saisira chaque occasion pour tenter de me blesser.
Ils n’acceptent jamais d'avoir "perdu" ,je suis intimement convaincue que son désir de vengeance ne s’éteindra jamais, et je prend conscience depuis quelques temps qu'il va falloir vivre avec un œil dans le retro.

Comme toi je ressent aussi cette envie de me battre,ce besoin de justice,envie qu'il sache que j'existe et qu'il à raté son travail de destruction, envie qu'il respecte un minimum ce que je suis....
mais en même temps je sais aussi que cela est juste impossible,leur manière d’être est profondément différente de la notre, ils ne savent juste pas aimer et respecter les autres, je sais que avec notre esprit normal cela nous parait juste inconcevable... mais les faits sont là, je compare le mien à un parasite qui se nourri de la vie de l'autre. Voilà le genre de sentiments qu'ils ont, pas plus ....
le parasite peut tuer son hôte, et s'en chercher un nouveau, sans le moindre état d’âme.
alors oui tu as raison de te battre pour ta maison,a mon sens tout leur laisser pour avoir la paix ce n'est pas la solution.
D'une parceque ça ne leur suffira pas, de deux parce que nous avons besoin de gagner certaines batailles pour pouvoir revivre sereinement.

le mien prétends que la moitié de MA maison lui appartient,sa nouvelle compagne que j'ai croisé récemment me hais de tout son coeur, la pauvre je la comprends...méchante que je suis d'avoir mis a la rue une telle perle,grace a moi il est endetté jusqu'au coup, bien sur... (la partie ou je l'ai sponsorisé pendant des années à du etre gommée).Quand il est parti il a lacéré toutes mes affaires a coups de cutter. j'ai une baie vitrée qui ferme mal, je suis persuadée qu'il est déjà revenu ici fouiller,ma voiture à été totalement rayée,certaines choses ont été déplacées.
je n'ai aucune preuves bien sur ,hormis mon intime conviction..
j’espérais bêtement qu'une nouvelle proie lui occuperais tout son temps.... apparemment non.
Dans ton cas il a été assez stupide pour laisser des traces sur internet, c'est rare qu'ils nous offrent ce type de cadeau dans leurs coups tordus, alors oui tu as le droit de te battre, si tu en a besoin et envie, fais le,aidée d'un bon avocat et de preuves solides.
mais n’espère pas qu'il te prendra en considération pour autant, ça lui est impossible , les autres n'existent pas à ces yeux, il faut le faire pour toi.

cend


ANONYME le 02/11/2012
Espérance ,
Vous êtes une belle personne très honnête ,votre pn le sait il vous connaît s'est ce qui fait sa force.
La victime se bat avec la justice et souvent la justice croit aux mensonges des pervers .
Je me pose la question ;Si les victimes agissent avec les armes du pn aurait-elles gain de cause ?
Bien à vous .


Marie-Elise le 04/11/2012
Bonjour Espérance.
Je ne sais pas sous quel régime matrimonial vous êtes mariée, si vous êtes propriétaire d'une partie du bien, il ne pourra se vendre sans votre accord, le notaire étant le garant. En outre si la personne occupant le bien le laisse aller au délabrement, vous pouvez vous retournez contre elle au moment du divorce et du partage.
Mais le principal c'est de ne pas vous focaliser sur le, les biens matériels aussi dur que cela soit-il.
C'est par là même qu'il pourra encore vous faire souffrir, pour le jardin de même, il cherche à détruire toute trace de votre passage. restez en dehors et vous vous sauverez. ne croyez pas être seule dans cette situation, compte-tenu de ces personnages, les femmes se retrouvent démunies de tout et bien souvent sans travail, donc sans ressources. ouvrez vous à autre chose, regardez devant.
et la jeune femme, ce n'est pas votre souci, compte-tenu de la relation qu'elle s'est permis d'avoir avec vous, soit dure, c'est qu'elle ne mérite pas d'attention de votre part. Occupez-vous de vous!
Très sincèrement bon courage car il en faut, mais vous vous êtes déjà sauvée de son empreinte et c'est Bravo.


Entraideapn le 04/11/2012
@Marie-Elise: j'ai re publié votre com du 31.10 avec le pseudo que vous m'avez transmis


Pauvre Idiote le 05/11/2012
Bonjour à tous,
9 mois ont passé. Je n'ai plus jamais eu de nouvelles de mon pn. Le seul conseil que je pourrais donner aux victimes peut paraître absurde. En effet, il n'y a qu'une solution, c'est l'indifférence. C'est très dur parce que les victimes sont régies par les sentiments et c'est ce qui les a transformées en proies des pn. Il faut se montrer totalement indifférent et fuir tout contact, téléphone, mail, courrier ou par personne interposée. Il ne faut jamais répondre, ni aux attaques, ni au pardon, ni aux regrets, ni aux sollicitations. Tout est faux chez ces êtres, incapables d'empathie. Il faut tenir bon car le temps apaise et le recul permet de relativiser. J'avoue ressentir encore de la honte mais ma thérapie a été d'en parler, de ne rien cacher à mon entourage. Il faut que tous sachent que ces mauvaises personnes existent pour apprendre à se méfier des "trop gentils".
A toutes les victimes de pn, n'essayez pas de convaincre juges et avocats, le pn excelle dans l'art de la manipulation. Entourez-vous plutôt d'êtres proches, parents et amis et ne combattez pas le pn. Laissez son fiel glisser sur vous. S'il y a des enfants, ne leur parlez jamais de l'autre parent, ni en bien, ni en mal. Cette indifférence vis-à-vis de l'autre parent doit régner dans vos relations avec les enfants. S'il représente un danger pour eux, assemblez toutes les preuves objectives pour faire poids lors d'un jugement. Plus vous serez maître de vos actes, plus vous aurez de chance de le démolir. Du sang-froid !
Merci à tous de m'avoir écouté.


Marie-Elise le 08/11/2012
Pour Espérance, le message de "pauvre idiote" est tellement clair, en réagissant à votre mari ou à sa compagne actuelle, vous vous faîtes manipuler et vous entrez dans son jeu, il continue à vous tenir et à vous plonger la tête dans l'eau en vous donnant juste la possibilité de respirer au minimum avant de vous y remettre toute entière. Ils incarnent le Déni, répondez par l'indifférence
Un animal dont la patte est pris dans un piège préfère sa liberté et se rogne sa patte lui même plutôt de se laisser prendre.
Oui on perd toutes quelque chose d'important en quittant ces êtres, mais heureusement nous regagnons notre liberté et notre vie.

Et puis un message à "pauvre idiote", changez de nom, pour vous, pour nous. Ce n'est pas vous, c'est lui ici qui vous signe.

Bonne soirée à toutes et merci, car l'échange même de lecture, permet comme nous invite TETE de ce site à nous reconstruire
Témoigner Entraide Temps Evacuer


C. le 08/11/2012
Je suis en ce moment avec ma fille victime d'une pn. dois-je en informer des personnes qui nous fréquentent sans risquer de passer moi même pour le fauteur de trouble?


Espérance le 08/11/2012
comment peut on imaginer que la justice se range du coté des pervers, je ne pense pas qu'elle soit pervertie. C'est les aptitudes manipulatoires rhétorique et victimaires des pn qui l'oriente vers des jugements eronnés.
La justice peut elle être manipulée, mise sous emprise par des personnages fallacieux, fourbes, calculateurs, tyranniques, qui détruisent des vies sans vergogne?

Ne peut elle être équitable, magnanime et ne pas se laisser berner par des pervers narcissique odieux et diaboliques dans leur conception de la condition de l'autre de leur lien aux autres.

Il y a des situations ou la vérité peut sauter aux yeux non?

Le fait de tergiverser, de prétendre tout à coup des changements subis, tendancieux, bizarres par rapport à ses revenus par exemple peut plus ou moins l' amener à se poser des questions, à demander des preuves tangibles concrètes vis à vis de l'autre conjoint.

Je pense sincèrement que la justice est dépassée, préférant accélérer les procédures amiables conseillées par les avocats pour éviter l'engorgement des tribunaux qui est déjà de fait au détriment de gens honnêtes qui ne demandent que sa compréhension et la sauvegarde de ce qui peut encore l’être.
C'est triste de savoir que nous vivons dans un pays de droits et de ne pas pouvoir se faire entendre.
Retrouver sa dignité au travers d'une reconnaissance de la justice me parait de l'ordre du fantasme que de la réalité.

Adopter des comportements pervers pour contrer le pn est une solution plausible mais encore faut il en avoir les aptitudes.
Je n'excellerai jamais dans ces comportements abjects dégradants humiliants dénués d'humanité, même si je le voulais je ne le pourrais pas tout simplement parce que je suis nauséeuse ne serait ce que d'y penser.
Ce que j'aurais aimé c'est qu'on me croit qu' on croit en ma vérité sans avoir à passer par la case perversité. Comment peut on l’être d'ailleurs si on ne l'est pas par nature par construction fixe et immuable.
J'ai conscience que nous pouvons tous manipuler quand c'est à des fins positives pour tirer vers le haut mais autrement je doute que les stratégies perverses puissent être une issue. Quoique.
Tirer vers le haut ça me plait assez si c'est pour me tirer moi vers le haut, alors comment doit on faire pour utiliser une logique perverse.
Si je fais un raisonnement cohérent le pervers à dés le début de la relation mis en place un objectif de destruction de mon intégrité, tel un prédateur il m'a dépossédée si je n'avais pas réagit à un moment crucial par instinct de survie il aurait été jusqu'au final de son scénario macabre, j'en suis absolument convaincue et vous passe la cruauté de ce lien toxique tel un poison mortel. Je peux donc supposer que l’utilisation des mêmes armes que lui peuvent le déstabiliser dans sa logique malsaine, ma délivrance, viendra de ce moment ou je le verrais juste gêné (c'est le plus que je puisse espérer étant donné ma connaissance du personnage) avec je le sais cependant chez lui un cerveau en ébullition orienté sur de nouvelles stratégies de prédation.
Cela s'appelle la vengeance, la loi du Talion pour me réparer? Ce n'est d'ailleurs pas exact la loi du talion c'est est oeil pour oeil dent pour dent, il y a plus ou moins une notion d’équité on est loin du compte dans la relation avec le pn très loin du compte.
Alors peut être sauver ce qui subsiste parce que face à un pn on peut juste espérer s'en sortir indemne dans le meilleur des cas me concernant je n'ai pas eu cette chance.

Pourquoi devrai t'on utiliser des stratégies perverses pour se défendre contre un pn?
La justice il est vrai est sourde et aveugle devant les manipulateurs. Elle aurait même tendance à favoriser ce genre de comportements et faire des ponts en or pour ces psychopathes subjugués par leur prestance séductrice et fallacieuse et leur pouvoir persuasif. La justice est elle du coté des manipulateur?
Je pense plutôt qu'elle se fait manipulée par ces personnalités dépourvus d' affects mais oh combien virtuose en fausseté, mensonges et esbroufes. Personnalités grandiloquentes mais vides de vie et de sens comme nous l'avons été aussi pris au piège dans une toile d'araignée tisée à notre insu pour nous dominer, nous aneantir.
Leurs pouvoirs hypnotisant et paralysant annule toute subjectivité on est sous le charme...d'un individu malsain qui connait toutes les gammes de la perversité mais aucune octave d’affect ou de comment parasiter les autres en restant dans le contrôle parce que pas d’etats d’âme pas de sentiments pas de remords, pas de distinguo entre le bien et le mal.
Il enrobe, subjugue, étonne, vous met en situation d’infériorité et vous perdez peu à peu le fil de la cohérence, vous entrez dans une dimension qui est d’ailleurs.
Je pense que se défendre contre un pn est de l’ordre de la légitime défense, nous n’avons pas besoin de faire acte de perversité non la légitime défense implique un préjudice subi et une réponse à ce préjudice par au contraire un code d’honneur s’appuyant sur les valeurs humaines et les lois qui régissent notre justice.
Mais la question est , la justice peut elle protéger les victimes des pn ou en tout cas les défend elle contre leur stratégies tyranniques uniquement en leur concédant ce à quoi elles ont droit sur le plan matériel. Ou est elle au service de ceux qui savent la manipuler et l’utiliser ? En plus des dommages psychologiques et physiques les victimes doivent se retrouver assécher de tout. N’était ce pas le dessein prévu par le pn pour sa proie « je l’exploite je la vole je l’humilie, je la dévalorise, je la nie, je la harcèle, je la trahie, je la bat, je la tue …….Elle réagit, elle bouge je l’abat ? En ça il aura gagné.
Le pire après la déchéance subie par le pn est de consentir d'accepter de se retrouver sans rien matériellement et on doit se battre pour récolter des miettes. J'ai mes enfants et je suis encore en vie je dois être contente de m'en être sortie. Triste sort que celui la! Mais c'est vrai il y a toujours pire.
Je crois que je vais arrêter de réfléchir je suis exténuée par tant de questionnements pour me sortir de ses griffes crochues.
Bonne soirée à tous.Merci de me lire.


Espérance le 08/11/2012
Ne vous inquiétez pas je vais bien, je ne suis pas en train de décompenser non je crois bien que je n'ai jamais été aussi lucide, je ne frise pas la paranoïa. Toutes les années pendant lesquelles j'ai vécu comme hypnotisée endoctrinée par le pervers narcissique sans oser réagir ou me poser de questions font que tout mes refoulements s'expriment sans honte et sans tabous.
Merci à vous tous.


Marie-Elise le 09/11/2012
Pour C et son message du 8 novembre 2012.
TETE = Témoigner Entraide Temps Évacuer. je trouve que ces simples mots du site entraiapn forment un sigle de poids. http://www.youtube.com/watch?v=7B_KHYjq_z0
Votre fille est-elle consciente? Souhait-elle faire une démarche pour se séparer de son mari? La fuite est la seule issue salvatrice. Reste qu'elle peut la préparer suivant la force qu'elle a.
Le soutien est primordial pour elle, mais les pn manipulent aussi l'entourage. Donc votre fille veut-elle partir ou c'est vous qui voyez cela de l'extérieur? Les amis sont-ils les vôtres, les siens, les leurs? Votre action ne doit pas enfermer plus votre fille si elle est encore liée à son mari. Autrement j'en reviens à TETE.
Bon courage.


Espérance le 09/11/2012
Bonjour à tous
Je suis indifférente au pn et encore plus à sa maîtresse, pour moi ils n'existent pas je ne les contacte pas je n'en parle pas.
Je ne réagit à ses prouesses malsaines qu'au travers de ce forum. Il n'a pas d'emprise réelle sur moi.
Il est vrai cependant que je suis convaincue qu'il utilise le divorce pour m’anéantir encore un peu, me souvenir qu'il existe bel et bien.
Donc si je comprends bien vos messages je dois rester distante même sans avoir de contact avec lui même si il continu de me destituer. Rester en retrait et le laisser décider comme il l'a toujours fait pour ne pas avoir à en souffrir. Car l'objectif de chaque attaque de sa part est résolument calculée pour me déstabiliser, me démolir.
Le fait est qu'il y arrive d'une manière ou d'une autre ce qui voudrait dire que je suis encore sous son emprise?
Ce n'est pas exactement mon raisonnement car autant avant je lui donnais tout sans me poser de questions, autant maintenant mon souhait est de ne rien lui concéder après que lui m'ait déposséder de tout.
La différence est de taille non?
Je sens bien sur que cela me dépasse, quelque part il a encore le pouvoir de me faire souffrir. Il tente de m'atteindre par ses stratégies malsaines et déloyales sachant mon honnêteté, en fait il m'agresse en investissant ma fibre sensible.
Il sait encore mobiliser chez moi mes valeurs et mes croyances pour m'atteindre au plus intime.
Je tiens à préciser encore une fois que je ne l'ai pas contacté du tout donc il ne peut pas savoir mes réactions mais je pense qu'à travers la connaissance qu'il a de moi sachant que je ne supporte pas les injustices il appuie alors la ou ça fait mal.
Je vais donc le laisser à ses manigances macabres dont la virtuosité pour moi n'est plus à démontrer, et continuer ma vie sereinement, pas facile tout de même de concevoir cela comme étant de l'ordre de l'immuable presque de la normalité.
Il m'a tout prit sauf mes enfants ce qui je pense est ma plus grande victoire.
Je les laisse tout les deux à leurs combines malveillantes faire en sorte que le divorce se prononce le plus vite possible.
Même si j'y perd beaucoup le principal est que je sois encore en vie. Quand je suis partie c’était par instinct de survie, la mort rodait autour de moi à présent je dois concevoir la réalité autrement.L'espoir de me défendre est nulle et non avenue, c'est le diable et on ne pactise pas avec le diable le mieux qu'on puisse faire c’est de l’ignorer absolument de passer son chemin.
C'est bien de cela dont il s'agit il faut le laisser gagner pour ne pas y perdre la vie ou en tout cas son équilibre psychique.
Mes phases de colère m'ont tout de même enrichies mais je pensais qu'on pouvait peut être mais sans beaucoup de conviction à travers la justice espérer le contraindre à respecter les lois.
Force est de constater qu'il est au dessus. En revanche j'ai un espoir celui d'en parler le plus possible. Ne pas se complaire dans un statut de victime, dénoncer les exactions des pn pour qu'un jour d'autres personnes soumises à leur domination sournoise puissent enfin être reconnues comme victimes destituer enfin les pn de leur piédestal moribond.
Dans mon for intérieur je sais qu'il fallait que je passe par ces mouvements de colère, c'est légitime pour atteindre la phase supérieure c'est à dire le renoncement pour tendre à plus de sérénité.
M’éloigner des sources perturbatrices génératrices de souffrance et d' émotions négatives pour plus de paix intérieure.
Se convaincre que posséder n'est pas un sentiment porteur. Le matériel n'est pas une fin mais plutôt un moyen ce qui se cache derrière pour arriver à ses fins n'est pas toujours soupçonnable en particulier chez les pn.
Je suis persuadée que ces réflexions je dirais même cette méditation me conduisent forcément vers une meilleur connaissance de moi en revanche j'aimerai pouvoir me connaitre assez pour ne plus jamais avoir à croiser le chemin d'un pn ou encore mieux le croiser et le reconnaître d'emblée.
" l'important n'est pas ce que l'on a fait de nous, mais ce que nous faisons nous mêmes de ce que l'on a fait de nous" JP Sartre.
Merci à tous.
A bientôt.


anonyme le 10/11/2012
Espérance ,
Il est évident qu'un pervers tape ou cela fait mal; Par le biais des enfants et par personnes interposées ,tout et bon pour lui.
Mais pour la maison ,il faut en parler à votre avocate ,il faut laisser une trace .La juge lors du divorce tranchera .
La juge peut aussi nommer un notaire pour le partage des biens en commun si elle voit que la situation est conflictuelle .
Cela prendra un certain temps ,un pn ne lâche pas d'argent facilement .


Espérance le 13/11/2012
A C,
Bonjour
C'est effectivement une bonne démarche d'en parler mais dans un premier temps qu'aux personnes en qui vous avez réellement confiance.
Demandez leur ce qu'ils pensent de la relation qui lie votre fille à son amie
Vous savez je me souviens que quand ma mère essayait de m'ouvrir les yeux sur le pn, je ne la croyais elle n'insistait pas voyant ma réaction de déni réel et de désarroi alternant.
En fait le problème c'est que la proie est dans une sorte de prison ou elle ne peut plus réfléchir pour son bien mais pour le bien du pn.
Elle s'exclue de la relation sa relation se résume à l'autre encore l'autre et toujours l'autre. Comme l’altérité n'existe pas et que l'autre la nie eh bien elle s'efface elle même pour ne laisser de place qu'au pn.
C'est très délicat de conceptualiser le fait que la relation n'est pas normale, inscrite dans l'irrespect à une personne sous la domination du pn.
Ce que je peux vous dire c'est qu'il faut l'entourer, l’éloigner du pn l'inviter pour qu'elle voit d'autres types de relations qui vont peut être lui ouvrir les yeux, la mettre face à un questionnement.
A mon avis il ne sert à rien d'opposer une victime à son bourreau subitement quand elle est encore sous emprise.
L'amener peut être peu a peu à plus de perceptions des choses, rassurez la, faites lui des compliments.
La renarcissisation est le début de la rédemption. Le pn fait croire à sa victime qu'elle est nulle que sans lui elle n'est rien discours dévalorisant qui tend à submerger la victime qui finit par y croire et la tétanise.
Le mieux c'est de l'amener tout doucement et avec beaucoup de tact à une réflexion sur sa situation. Car quand on se questionne c'est le début de la prise de conscience.
Le pn fait en sorte que notre pensée soit ******* à son contrôle nous n'avons donc même plus les capacités de raisonner pour étayer ou entrevoir la réalité de cette relation.
Soyez la quand elle aura besoin de vous pour la soutenir.
Vous pouvez aussi joindre une association qui va vous conseiller.
Bien à vous et à bientot


Isabelle+ le 23/11/2012
Ces amours qui nous font mal.... Livre passionnant de Patricia Delahaie qui m'a été offert par une amie. (E., si tu te reconnais, un petit bonjour ! ).
Et oui, je l'ai tant aimé mon PN ! Et avec toutes mes tripes. Le couple parfait : la dépendante affective (pathologique ? ), un peu réparatrice sur les bords et le pervers narcissique manipulateur et vampire à temps perdu... Nous étions faits pour nous rencontrer ! Et dire que lorsque je l'ai connu, je me suis aventurée à dire "le malheur des uns fait le bonheur des autres" car sa compagne venait de décéder....

Hier, je parlais avec ma sœur qui a été victime d'une PN dans le cadre professionnel. Je lui racontais quel est le dernier coup que m'avait porté mon cher PN (je vais vous épargner les détails sordides). Ce cher "ange" m'avait pourtant prévenue, quelques mois auparavant "je vais sortir l'artillerie lourde". Croyez-moi, pour du lourd, c'est du lourd !
Je disais donc que je parlais avec ma sœur.... Elle était abasourdie par la nature de la dernière attaque de Monsieur sachant qu'il passe sur le corps des enfants afin de m'atteindre. A la fin de notre conversation, elle a prononcé une phrase, un message d'espoir : ça de retournera un jour ou l'autre contre lui ; ils (les PN) ne sont pas invincibles.
Hourra ! Enfin quelqu'un qui me comprend et qui me fait entrevoir un rayon de soleil ! 
Ou bien, c'est que je suis on ne peut plus positive en ce moment. Que, après plus de dix mois de séparation, de libération, j'entrevois enfin le bout du tunnel. Pourtant, je ne suis pas encore divorcée (il a refusé ma demande de divorce), mes problèmes sont loin d'être résolus (nous avons un surendettement en commun et il ne paye pas sa part des remboursements), mes enfants ont tendance à se faire manipuler par leur père (je songe à mettre en place une thérapie familiale pour me, nous sortir de ce cercle infernal).... mais je revis, je renais, je respire enfin.
Le rire fait de plus en plus partie de mon quotidien. Je ne peux pas dire que je suis heureuse mais je me sens de plus en plus équilibrée.
Lorsque je suis déstabilisée par les attaques de Monsieur PN, je pleure un bon coup, je me soulage en envoyant un mail à mon psy (et à quelques amies, que je prie de bien vouloir m'excuser ! ) et je retrouve le sourire. Chose inimaginable quelques mois auparavant....

Tout cela me rappelle le titre d'un livre dont le sujet n'a rien avoir avec le nôtre : "La vie après la vie". Mais peu importe le contenu de ce livre. Ce qui est essentiel, c'est que j'ai consacré la moitié de ma vie à cet homme. Jamais je n'aurais pu imaginer pouvoir vivre sans lui et, en fait, je VIS sans lui. Alors qu'avec lui, je crois que je ne serais plus de ce monde.....

Je ne suis pas dupe, je sais que je vais encore souffrir mais il ne parvient quasiment plus à refaire saigner mes plaies. Je sens qu'il s'essouffle. Peut-être parce que je sors, tous les jours un peu plus, de son emprise.
Je répète donc : La VIE après la vie.


Espérance le 28/11/2012
Je reviens pour ce post et espère sincèrement que vous sous en sortez tous et toutes. Quand je me suis sortie de l'emprise du pn je n’étais plus que l'ombre de moi même.
J'ai fuit ma maison avec mes enfants. Avant de partir j'ai mis quelques années ans à me sortir totalement de l'emprise. J'avais peur très peur pour moi et mes enfants.
Je me souviens que chaque soir je m'enfermais dans la petite chambre d'amis avec le velux ouvert même en plein hiver, ma voisine savait qu'elle devait intervenir si il arrivait quelque chose, ce n'est qu'a cette condition que je pouvais dormir un peu. J'ai préparé mon départ en secret, le pn me substituait tout mon argent. Ma famille ma aidé. Devant sa violence aussi bien psychique que verbale je ne me suis jamais confronté à lui, je savais qui il était. Je n'avais rien à lui dire de ses travers ni a le mettre devant ses dysfonctionnements le pn ne conçoit pas la réalité comme elle se présente mais comme il l'a décidé lui.
Je n'ai pas l’âme d'une guerrière quoique le combat ne me fasse pas peur quand il s'agit d'un combat symétrique et surtout je voulais protéger mes enfants leur équilibre, même si ils étaient déjà assez grands. Je l'ai quitté comme on quitte le pn, par la suite je ne l'ai jamais cherché, je ne suis pas masochiste. Cette prise de conscience tardive m'a permis de sauver ce qui subsistait, la mort rodait autour de moi à chaque instant ma destruction était son but. Ma sortie de l'esclavage dans lequel je vivais à été certes tardive cela dénote la sournoise perfection du machiavélisme du pn. Ma prise de conscience a été brutale et totale. Ma vie était un champ de ruines. J'ai fuit mais j'ai aussi décidé de ne plus jamais le revoir sa proximité m'est tout simplement insupportable. J'ai eu des crises de panique, des crises d’asthme, des alertes physiques de toutes sortes durant ma vie avec lui, mes mécanismes de défenses se rendaient compte du danger mais ma conscience refoulait. Mon divorce se passe par nos avocats interposés, et la aussi son projet de me destituer de tout par des manigances de toutes sortes me renvoie l'image abjecte que j'ai de lui. Je ne réagit jamais à ses tentatives de déstabilisation ou de harcèlement, mon avocat se charge de cela si j'y perd matériellement je m'en fiche complètement. Ce qu'il m'a pris était ce que j'avais de plus cher mon espoir en la vie, ma joie, mes illusions, mon équilibre, mon âme. De manière définitive je me suis éloigné de lui. Comment pourrai je me retourner sur mon bourreau, ce qu'il a voulu c’était m’éloigner de toute vie de tout bonheur. Avec lui mon dessein était tracé c’était une mort lente sans aucune concession. Le meilleur que l'on puisse espérer quand on sort de l'emprise d'un pn c'est de s'en sortir vivant. Je suis vivante et le meilleur pied de nez que je puisse lui faire est d’être heureuse. Je tiens trop à mes valeurs pour plonger dans les travers du pn, de plus il ne lâche rien. La recherche de vengeance ou des réponses à ses attaques ne feront qu'attiser son besoin destructeur.
Non seulement je n'ai plus envie de cela dans ma vie actuelle mais de plus je n'ai pas la même force que lui dans ce domaine alors je veux bien lui donner l'impression qu'il a gagner.
Rien n'est facile, chaque jour est un jour de moins vécu avec lui , rien que ça c'est positif pour moi.
Je me dis souvent que je renais de mes cendres le pn lui s'enfonce chaque jour malgré lui dans le chaos, ce qu'il avait prévu pour moi sera pour lui.

Je poste également cet article intéressant de la relation ambiguë entre le pn et sa proie.
Paul-Claude Racamier dit du pervers : « Tuez-le, il s’en fout. Humiliez-le, il en crève [1] ! » Si vous vous emportez face à un pervers narcissique, surtout en public, il y a fort à parier qu’il profitera du contexte qu’il a mis en place et qu’il retournera votre agressivité contre vous : « Enfin, tu te révèles… Nous te savions méchant, mais pas à ce point… » Mais si vous le blessez, l’humiliez ou si vous révélez sa faille narcissique en démontrant que c’est lui qui est mauvais, Paul-Claude Racamier explique qu’il pourrait entrer en suicide, c’est-à-dire, retourner sa rage contre lui-même et s’autodétruire.

Le pervers narcissique a une grande faille narcissique, c’est son image qu’il protège… C’est donc quelqu’un d’extrêmement fragile, derrière une apparence de toute-puissance. Cette voie n’est donc pas la panacée. L’idéal est encore de couper court à toute relation avec lui. C’est le plus beau cadeau que l’on puisse se faire à soi-même, parce que se protéger soi-même est la première chose à faire dans la vie… C’est aussi le plus beau cadeau que vous puissiez lui faire parce qu’il sera obligé soit de se trouver une nouvelle victime, soit de se remettre en question. Cela pose par ailleurs la question de nos propres aspects pervers. Il est normal, quand on a subi trop d’attaques dénarcissisantes, de vouloir expulser sa rancune vers l’autre, de lui rappeler ses torts et sa responsabilité. Mais n’oublions pas que le pervers est un être humain particulièrement fragile.
Esperance

Pour en savoir plus : Vos réactions à : Pervers narcissique : comment sortir d'une relation toxique? - Marie Claire


Chantalou le 28/11/2012
Ma mère est décédée début de ce mois.... J'en ai déjà parlé dans d'autres posts. Lorsque j'ai quitté mon Pn il y a 4 ans, j'ignorais qu'il était PN. Ce n'est qu'au fil du temps que je l'ai découvert. J'ai donc vu durant plus d'un an une psychologue pour m'aider à m'en sortir...cela m'a évidemment amené à me poser des questions sur le pourquoi de cette emprise sur moi. Comment ai-je pû accepter si longtemps ses critiques, ses reproches, ses humiliations? Comme je l'ai déjà dit ici, j'ai vite compris que la source de tout cela venait du regard critique que mes parents ont toujours porté sur moi. Ils ne m'ont jamais appris à m'aimer. Sous leur regard, j'ai toujours eu l'impression d'être nulle....mon Pn n'a donc été que la suite de ça. En analysant tout, je me suis rendue compte que ma mére ne savait pas me voir sans me lancer une critique ou une remarque blessante... Quand j'ai découvert cela, ma mère était déjà malade, alors j'ai serré les dents et j'ai continué à encaisser...on ne fait pas le procès de quelqu'un qui est sous chimio.... Jusqu'au bout, j'ai eu droit à des petites méchancetés(deux jours avant sa mort, j'étais venue la voir à l'hôpital, elle m'a demandé ce que j'attendais pour partir...la facture, sans doute...). Durant ses derniers moments, avant que le reste de la famille n'arrive, j'étais seule avec elle et ma fille et j'avais l'impression qu'elle nous repoussait, encore et encore... Maintenant, je reste seule avec tous mes pourquoi... Je ne crois pas qu'elle ne m'aimait pas, mais elle a été super nocive pour moi, c'est un fait. Mon oncle m'a dit "Elle visait l'excellence"...mais on est où, là? Dans des concours de chiens? Et encore....chacun sait que pour obtenir le meilleur d'un chien ou d'un cheval, rien ne vaut le renforcement positif...alors pour SON enfant.... Et elle n'était pas mieux qu'une autre, elle.... Maintenant que je suis mieux dans ma tête, que j'arrive à me reconstruire, je me dis qu'objectivement j'étais une brave gamine et une ado pas trop difficile..il aurait juste fallu m'accepter telle que j'étais...littéraire et imaginative et non forte en math et en sciences comme ils le souhaitaient...et combler un peu cet immense besoin d'amour qui était en moi...Je me suis trouvé mes guides et mes maîtres à penser dans mes lectures ou dans la musique que j'aimais... Je suis sans doute plus la fille de Zola, de Brel ou de Ferrat que de mes propres parents... J'ai 53 ans, j'ai survécu à 30 ans avec un PN, j'ai deux beaux enfants, pas parfaits, mais bien assez bons pour moi, qui cherche juste à en faire des adultes épanouis, sans viser l'excellence, et je me reconstruis dans une superbe relation avec un homme merveilleux. Je crois qu'après ce que j'ai vécu, j'ai prouvé que j'étais forte...ça aurait peut être mérité un petit mot gentil, ça, n'est ce pas, maman??? Je suis mal car je me sens complètement déphasée par rapport à la situation... J'ai tellement envie de dire à tous MA vérité et je sais que je ne le ferai jamais... Heureusement que mon compagnon est là et qu'il connaissait la situation. Je pense qu'il n'y a qu'ici que je peux un peu parler, même si je crains quand même de me faire lyncher par certains car une maman, c'est sacré.... Merci d'être là....


Anton le 29/11/2012
Sois rassurée, Chantalou, tu ne te feras pas lyncher ici, et encore moins pas par moi vu les délires de ma mère et de la mère de mes enfants. 2 exemples de PN à la mode féminine ... mais dépourvue de féminité tant la première est obsédée par la perfection (surtout chez les autres, en imposant la sienne supposée et mise en scène), et tant la seconde est violente et dépourvue d'amour filial.

Tu ne te feras pas lyncher car nous sommes dans un espace de confiance où l'expression est libre et respectée, à la recherche de notre identité trop souvent bafouée et méprisée. À ma connaissance, la recherche de chacun, avec sa manière propre de se confier et d'avancer en écrivant (et en lisant) n'a jamais été entravée ici. J'en remercie encore Nathalie !

Qui objecterait à tes propos et témoignages se positionnerait alors en complice et successeur de ta mère. Quand on sait ce que tu as vécu pour l'avoir également subit, on rentre alors facilement en compassion et empathie. On peut également mettre en perspective tes ressentis avec son expérience personnelle, et outre le fait de se sentir moins isolé(e), être motivé(e) pour avancer.

Il se trouve que dans mon cas la première PN a fait le lit de la seconde (et d'autres dans le milieu professionnel). Les deux vivent encore, je dois faire le deuil de deux entités qui n'ont pas perdu leur pouvoir de nuisance et de toxicité.

Marcel Rufo, Boris Cyrulnik et d'autres âmes inspirées expliquent très bien comment une mère peut pourrir son enfant en le vexant de ne pas être sa chose quand le père est absent, quand le père ne prend pas le relai. Et qui désigne le père, sinon la mère. Un père faible ou ne se croyant pas digne d'exister laissera l'enfant dans les griffes de la mère en le préparant alors à un trajet où les PN se régaleront, instrumentalisant dépendance affective et culpabilités.

Les mères qui ne veulent pas imaginer que leur enfant puisse se détacher d'elle dépassent leur attribution temporelle. L'enfant se ferme et ne se croit pas aimable. Ni par elle, ni par quelqu'un d'autre. Il a l'intuition de la corruption, mais croit qu'il en est responsable. C'est cette croyance que nous devons faire crever. En quittant les figures toxiques de l'enfance et celles rencontrées par la suite.

La vérité, lorsqu'elle nous apparaît, devient la clé qui nous permet de trouver l'équilibre. Cependant, il est vain de l'imposer aux autres, surtout s'ils ont été complices du ou de la PN. Ce serait comme leur demander d'avouer leur bassesse relationnelle.
Notre vérité ne peut empiéter sur les arrangements de l'autre. Ne perdons pas notre temps. Nous sommes seuls juges ... et partie. Laissons-les dans l'ignorance, ils ne peuvent effectuer ce travail. Laissons-les là où ils végètent, ils ne nous serviraient à rien, de toute façon. Notre auto-réhabilitation suffit. Et si elle est appuyée par quelqu'un de bonne compagnie, tant mieux ! Quelqu'un qui nous aime avec nos failles et nos faiblesse et ne cherche pas en nous un moyen d'exister.


Merci à toi aussi d'être là Chantalou, et de nous aider à nous ouvrir à nous-même.



Marie-Elise le 30/11/2012
A Chantalou qui a écrit ce 28/11/2012.
Je suis arrivée à la même réflexion que vous hier. Si nous tombons dans les mains d'un pervers c'est probablement parce que nous avons déjà du accepter une certaine forme de soumission sans possibilité de s'en soustraire. Pour ma part j'avais suivi une psychothérapie en amont suite à incident grave survenu à mon ex-mari et qui entraînait des conséquences sur le bien être de mes enfants. Lui n'était pas PN. Grâce à la psychothérapie, la perversion de ma mère m'a été un jour évidente. Reste que cela n'a pas servi de prévention et que je suis tombée quelques années plus trad dans les bras ouverts largement et sereinement par un pervers dangereux. Je viens juste de fuir au début de l'été et au début de cet automne je suis arrivée, sans prévenir, pour récupérer le maximum de mes affaires. J'ai réussi à faire cela parce que pendant les trois mois qui ont précédés cette venue je ne lui avais jamais dit que je le quittais. Et de plus je suis arrivée accompagnée de personnes pouvant témoigner dans son milieu professionnel et dans mon milieu familial. je les remercie encore tous. Vous êtes accompagnée et soutenue par votre compagnon, réchauffez votre cœur avec lui et vos enfants. Et n'attendez rien de votre mère, elle ne vous a jamais répondu à vos attentes jusqu'à ce jour. Elle ne le voulait pas et certainement tirait une satisfaction de vous repousser. Ne lui donnez pas encore le pouvoir de vous faire du mal au-delà de sa mort. Elle ne vous a pas méritée car malgré ces blessures infligées vous êtes à présent heureuse et savez donner. Alors épanouissez vous, vous n'êtes en rien responsable de ce qu'elle voulait vous faire subir, c'était son choix qu'elle vous a fait subir en s'appuyant sur votre amour d'enfant qui donne tout et en premier lieu sa confiance aveugle. Témoignez encore et encore tant que vous en ressentirez le besoin, pleurez pour vous soulager afin de regarder les yeux ouverts vers le futur.


Ex Pauvre+Idiote- Candide le 30/11/2012
Bonjour à tous,
Il est certain que ce n'est pas le hasard qui nous fasse croiser la route d'un certain type de personne. Notre personnalité s'est formée sous l'influence de notre entourage, parents ou autres. J'ai découvert ma mère, il y a peu. Elle a 85 ans, j'en ai 53, il était temps... Mais c'est ma mère, et bien qu'elle ne m'ait jamais donné le moindre baiser, et bien qu'elle ne m'ait jamais pris sur ses genoux ou serré contre son coeur, je lui pardonne. Elle ne sait pas faire. Elle-même a été très malheureuse, quand elle était enfant. Son père, qu'elle adorait, est mort alors qu'elle n'avait que 6 ans et sa mère a eu beaucoup de difficultés pour élever ses 3 filles. Il y a eu la guerre et toute la misère qui va avec. Elle s'est construite sous les bombes et dans la souffrance. Un profil un peu semblable pour mon père dont la mère s'est suicidée alors qu'il était enfant. Mes parents ont été amputés d'amour dans leur enfance. Comment pouvait-ils nous en donner?
J'ai lu Fritna de Gisèle Halimi, et j'ai reconnu ma mère dans ce portrait. Je suis mère de 3 fils et je pense que c'est le rôle le plus dur qui soit. Moi-même, j'ai échoué.
Et dans ma vie de couple, j'accumule les compagnons boiteux. Il suffit qu'ils me disent que je suis belle et je suis à leur merci. 1 névrosé obsessionnel pendant 20 ans, 1 bipolaire-borderline pendant 9 ans, 1 manipulateur pervers-narcissique, pendant 4 mois et le dernier depuis 3 mois que je n'arrive pas encore à définir, mais qui, je le pressens va encore transformer ma vie en un champ de mines. Je réagis un peu plus vite. C'est la seule chose qui a changé.
Par contre, mon expérience me permet de venir en aide aux personnes qui se trouvent à la merci de personnes toxiques. Je me permets de leur dire ce que je pense et de les ouvrir à la réflexion.
Au moins, je sers à quelque chose.
Bon courage à tous et ne vous laissez pas détruire. Vous êtes tous des êtres uniques et vous méritez le meilleur du monde.
A bientôt.


Anton le 30/11/2012
Bravo Marie-Élise ! Je ne pourrais dire mieux ! Merci.


Marie-Elise le 01/12/2012
En réponse à Anton et à tous/toutes les autres,
Merci.
Chaque fois que j'ouvre ce blog, je m'apaise car je retrouve tellement de points communs que cela me permet de me vider la tête et de regarder devant. D'arrêter de courir après une chose inconnue. je commence à prendre le temps d'être même si je n'ai pas de travail, même si je suis en sous-location et que je dépense l'argent de la vente de mon bien. Même si j'ai dépassé la cinquantaine.
Avec vous je viens de comprendre que je courrais comme une folle après l'amour d'une mère, après l'amour tout court grâce à ces mots de toi Anton du 29. Les mères qui empêchent le détachement de l'enfant, enfant qui ne se croit pas aimable.
Oui, merci et merci aussi de souligner que l'on ne peut forcer personne à comprendre. Le travail de sape a été tellement long et présent qu'il faut bien souvent des années pour arriver à le comprendre dans sa chair et à s'en défaire.
je pleure et je respire tout à la fois. Etre soi sans honte, quel bonheur et soulagement.


Anonyme le 15/12/2012
Je viens à mon tour sur ce forum témoigner de ce que j'ai vécu. Je suis un homme de 31 ans et je me suis fait manipuler par une jeune femme de 23 ans. C'est dire si je me sens humilié.
Avec du recul et ce que j'ai pu lire sur les forums, je me rends compte que j'étais la proie idéale. Je suis quelqu'un qui a eu des problèmes dans ma vie qui ont fait que j'ai été quelqu'un d'effacé, de déprimé jusqu'à un passé récent (jusqu'à mes 26-27 ans environ). Je n'allais pas vers les gens, vers les filles, j'avais une mauvaise image de moi, pas de confiance en moi. J'ai eu un déclic un jour en me disant que cela ne pouvait plus durer, que je méritais autre chose. J'ai consulté mon médecin de famille. A partir de ce moment, je me suis persuadé que j'avais le droit d'être heureux. J'ai pris confiance petit à petit, me suis convaincu que j'avais des bonnes valeurs humaines.
Je n'ai jamais véritablement eu de relations suivies avec une femme jusqu'à ma rencontre avec une PN.
J'avais 30 ans, je l'ai rencontré en discothèque. Elle avait 23 ans, avait un visage d'ange, paraissait fragile, sans défense. On a discuté et le contact est très bien passé. J'avais envie de la protéger, de la prendre sous mon aile. Très rapidement, elle m'a fait beaucoup de compliments du style "t'es quelqu'un de formidable et j'ai beaucoup de chance de t'avoir rencontré", "t'as un super beau corps, t'es sympa et trop beau"... Des choses que je n'avais jamais entendu dans ma vie car j'étais quelqu'un de recroquevillé sur moi. Ça m'a fait un bien immense pour mon égo, je me sentais bien, désiré. Cette fille sortait d'une rupture, paraissait malheureuse, nostalgique. On se voyait assez peu car elle n'habitait pas tout près. Elle venait chez moi le we passer la soirée et la nuit. Et puis elle s'est fait distante assez rapidement. Elle ne répondait pas ou très peu à mes coups de fil. On ne communiquait que par sms. Ses messages étaient souvent lapidaires, comme si elle souhaitait maintenir une distance entre nous. Elle me disait être dispo pour le we puis à la dernière minute trouvait des excuses pour ne pas se voir (ma voiture est en panne, j'ai une soirée de prévue, j'ai eu un accident, je suis malade, j'ai pas trop le moral...) Je lui trouvais des excuses, je pensais qu'elle n'était pas prête à s'engager et qu'il lui fallait du temps car elle sortait d'une rupture récente. Puis on s'est revu après un bon mois de silence. 2 fois en l'espace de quelques jours. Elle m'annonce qu'elle est enceinte. Que le petit est de son ex, que c'est un accident qui date d'avant le début de notre relation. Elle me dit qu'elle va avorter. Deux jours après, je reçois un sms : "j'ai bien réfléchi, je vais le garder. Bonne journée je t'aime". Autant dire que j'ai été très déstabilisé. Je me suis dit qu'elle était immature qu'elle ne se rendait pas compte de la situation. Elle n'avait plus de boulot, était revenu vivre chez ses parents après sa rupture. J'ai essayé de la raisonner de lui faire réfléchir mais sans jamais vouloir l'influencer dans sa décision en lui disant que c'est elle qui portait le bébé et que c'est elle qui déciderait. Je lui ai dit qu'on ne se connaissait que depuis 2 mois qu'on ne s'était vu qu'entre 5 et 10 fois et que je ne pouvais pas prendre le risque d'accepter un bébé qui en plus n'est pas de moi car je ne pouvais pas savoir à l'avance ce qu'allait devenir notre relation. Elle a essayé de m'avoir sur les sentiments, me disait "c'est toi que j'aime et pas un autre et avec qui j'ai envie de vivre ça". On s'est revu pour ce que je pensais être la dernière fois. J'avais le cœur brisé, je lui ai dit que je voulais bien qu'on reste amis. Une semaine après, elle me dit qu'elle a bien réfléchi et qu'elle allait finalement avorter et me dit à bientôt. Elle me recontacte ensuite en me disant vouloir me revoir. Je me dis qu'on va pouvoir poursuivre notre relation amoureuse. Et là elle me dit : "c'est ambigu ce que tu me dis je croyais que tu ne voulais rester qu'amis. Tu me reprends parce que j'ai avorté, c'est ça ?". On se remet finalement ensemble, me dit qu'elle m'aime à la folie, qu'elle n'aurait pas pu vivre sans moi... Petit à petit, elle me montre ce que je crois être des sentiments. J'entends pour la première fois de ma vie "je t'aime, je pense à toi chaque seconde qui passe". Je suis sur un nuage (je précise que tous ces compliments étaient dits systématiquement par sms). Nos rapports quand on était ensemble étaient tendres mais on ne communiquait pas énormément. Elle m'offre du parfum... Et puis je vais vivre une soirée de cauchemar, un soir de 14 juillet. Je vais en discothèque avec elle. Elle boit verres sur verres, se met minable et finit par embrasser un mec sur la piste devant moi. Je viens les séparer. Je la prends à part en lui demandant si elle se rend compte de ce qu'elle vient de faire. Là, elle me répond "viens danser, tu ne veux pas danser..." Je lui dis qu'elle vient d'embrasser un mec devant moi. Elle me répond "je m'en fous". Je lui dis que je pars. Je me dis sur l'instant quel cauchemar, je mets son comportement sur le fait de l'alcool. Je pars de la boite mais l'attend à la sortie. Malgré ce qu'elle venait de me faire je me sentais responsable de ce qui pouvait lui arriver car j'étais avec elle et que je l'avais vu se saouler devant moi. Je la vois sortir de boîte avec un gars. Elle me voit moi avec son sac à main (j'étais allé le chercher au vestiaire). Le gars avec qui elle est sortie me regarde et comprend très vite que je suis son mec. Il part. Je rentre chez moi avec ma copine. On fait lit à part. Le lendemain matin elle voit que je suis contrarié. Elle vient me rejoindre dans le lit au petit matin en ne niant pas ce qu'elle m'a fait, en s'excusant. Je luis dit que c'est fini, que je m'étais trompé sur elle. S'en suit un silence radio de ma part de 2 semaines. Elle tente de me rappeler plusieurs fois, me supplie de revenir, qu'elle a besoin de moi, qu'elle m'aime et qu'elle regrette. Me dit d'écouter "still loving you", que c'est exactement ce qu'elle ressent pour moi. Je finis par craquer et lui redonne une chance. Vous allez dire que je suis naïf mais j'avais tellement besoin d'affection et d'amour, j'en avais tant manqué pendant ma vie que je voulais croire à un accident de sa part. D'autant plus qu'elle me dit qu'elle m'aime, que ça ne se reproduira plus jamais, qu'elle me le jure. On se remet ensemble. On se revoit deux semaines de suite. Puis silence pendant deux semaines. Elle trouve des excuses à nouveau pour ne pas me voir (désolé ma voiture est en panne) Elle ne décroche pas quand je l'appelle. Elle m'invente des énormités, que son portable était en panne de batterie (alors qu'elle recevait mes sms par contre... J'essaie de la rappeler encore et encore. Elle me dit ne pas être en forme. Puis, excédé, je finis par lui dire une nouvelle fois que je préfère en rester là, que si elle a quelqu'un qu'elle me le dise franchement, qu'elle a joué avec moi... Puis elle me soutient qu'elle n'a personne. Qu'elle a juste besoin de réfléchir sur notre relation (tout ça après que lui ai pardonné l'impardonnable...) Je me sentais vraiment humilié. Je la recontacte au bout d'une semaine, en m'excusant, que j'allais la laisser réfléchir (sur quoi je n'en sais rien on ne communiquait pas autrement que par des sms lapidaires...) Puis elle me m'envoie le sms suivant : "laisse-moi tranquille. Je te souhaite d'être heureux car tu le mérites". Je lui demande de me donner des explications si elle me respecte. Elle me dit qu'elle s'est aperçu au fil du temps que quelque chose n'allait pas entre nous, qu'elle avait du mal à s'extérioriser avec moi, qu'à la fin c'était plus de l'amitié... Elle me dit qu'elle m'apprécie et que ça ne la dérange pas de rester amis. Je suis très malheureux, après ce que je lui ai pardonné. Mais je n'arrive pas à rompre tout contact avec elle, je me berce d'illusions en maintenant l'amitié. On s'échange un sms par semaine pendant 1 mois et demi. Puis elle me demande si elle peut passer chez moi. J’accepte de se voir en amis. Je la vois comme je ne l'ai jamais vu. Epanouie, souriante, avenante alors que je la trouvais malheureuse avec moi. Je vois la photo d'un homme sur le fond d'écran de son portable. Elle m'avoue qu'elle a rencontré quelqu'un. Ça me fait très mal. Je bois durant la soirée. J'enchaîne verre sur verre... Le lendemain on passe la journée ensemble. Elle est allongée de tout son long sur le canapé. Je lui demande gentiment de me faire une place pour m'assoir. Elle soulève ses pieds. Je m'assois. Elle les pose sur moi et me caresse avec ses pieds. On finit par se rapprocher. Je l'enlace je ne pouvais pas lui résister. Je sens qu'elle a envie, moi aussi. Elle commence à enlever ses bracelets... Puis j'ai un moment de lucidité. J'arrête tout. Je lui dis que je m'excuse, que je sais qu'elle a un copain, que ce n'est pas sain. Elle me dit qu'elle ne m'en veut pas. Quelques jours après, je lui dis que j'ai encore des sentiments pour elle, qu'il faut qu'on arrête de se voir car elle a un copain, qu'elle l'aime et que c'est malsain. Elle me dit que oui, que j'ai raison, que c'est malsain, qu'elle se trouve odieuse car elle avait envie de moi elle aussi. Puis revirement. Elle avait le don extraordinaire de souffler le chaud et le froid pour me déstabiliser et me faire perdre tout repère. Elle me dit par sms qu'elle a fait son choix, que c'est moi qu'elle aime et avec qui elle a envie d'être tout le temps. Je crois au miracle de l'amour à nouveau. On se revoit le we suivant, me dit qu'elle allait bientôt le quitter, lui dire. On recouche ensemble ce we là c'était inoubliable. J'étais si heureux. Je suis quelqu'un de très cérébral et je ne conçois par le **** sans sentiments. Puis les revirements vont s'enchainer. Je vais vivre un véritable cauchemar, comme une mise à mort qu'elle avait programmé. Elle finit par me dire qu'elle l'aime encore, qu'elle nous aime pareil... Elle me bloque subitement de facebook. Elle m'avait promis de l'avoir quitté quelques jours plus tôt. Je ne lui réponds plus... Elle tente de m'appeler tous les 2 jours pendant 2 semaines. Je me demande à quoi elle joue. Elle me rappelle de vive voix en me disant une nouvelle fois qu'elle l'avait quitté qu'elle lui avait dit. Elle semble se soucier de moi, demande comment va ma mère (qu’elle n’a jamais vu) qui est hospitalisée. M’envoie des messages enflammés « Tu comptes bientôt me présenter à tes proches ? », « Bonne nuit, rejoinds moi dans mes rêves »… Je ne la crois plus. Et horreur, je vois un dimanche qu'elle a mis une nouvelle photo de profil et je vois le commentaire de son copain : "tu es la plus belle ma chérie". Ça a été le déclic pour moi. Je l'insulte par sms. Elle ne peut nier l'évidence. Mais m'insulte à son tour. Me dit que si je l'ai trompé c'était de ma faute. Que je ne lui ai jamais prouvé que je l'aimais... Je lui dis clairement que c'est une manipulatrice, que je l'ai démasqué. Elle se réfugie dans le mensonge, nie toutes les évidences. Reporte toutes ses saloperies sur moi. J'ai appris qu'elle était tombée enceinte non pas de son ex avant notre relation mais après une relation d'un soir alors qu'elle était avec moi en début de relation... Et elle voulait que j'accepte le bébé... Sans commentaire... Quelle manipulatrice... Puis elle essaye à peu près tout pour que je retombe dans ses griffes. La victimisation "je suis mal dans ma peau, j'ai un problème avec les mecs car ils m’ont fait souffrir". Me faire culpabiliser "si ça n'a pas marché c'est de ta faute". Tout ça parfois dans la même journée... Et la carte des excuses "j'ai été dégueulasse avec toi je le sais j'en paye les pots cassés et j'en assume les conséquences". Et puis elle tente même de me faire revenir par le **** "dommage tu fais bien l'amour". J'ai mis un terme à la relation définitivement il y a une semaine en lui envoyant un mms avec la photo de mon visage en détresse et en pleurs. Là elle me dit "Arrête de t'acharner sur ton sort, trouve toi quelqu'un d'autre". Je finis en lui disant qu'elle est ignoble et qu'elle n'a aucun cœur. Je suis bien décidé à ne plus jamais la recontacter. Je suis curieux de savoir si elle le refera. Mais j'observerai un silence total. J’ai passé au final 9 mois sous son emprise, comme emprisonné mentalement car j’avais besoin de tendresse. Ma mère est malade et a été hospitalisée deux fois en psy ces derniers temps. J’étais particulièrement vulnérable. Je suis extrêmement troublé. Heureusement qu’il y a internet aujourd’hui, que l’on parle de la perversion narcissique, qu’il y a des forums pour s’exprimer. Et heureusement qu’au fond de moi j’ai cette force intérieure qui me permet d’aller de l’avant… Sans quoi j’aurai pu être sous son emprise pendant encore longtemps… Je vais essayer de ne pas retomber… Je suis déterminé. Je me demande comment des êtres pareils, sans conscience, sans remords peuvent exister et continuer leurs méfaits en toute impunité. Comment on peut profiter ainsi, d’une manière aussi dégueulasse de la bonté et de la générosité des gens. Ces personnes sont comme des vampires affectifs, éprouvent une jouissance lorsqu’ils font du mal, éprouvent un sentiment de toute puissance. N’ont aucun affect. Ce qui fait que quand elles sont démasquées, fuient et se cherchent une autre proie. La personne à qui j’ai eu affaire est quelqu’un de très lâche. J’en suis persuadé. Je ne pense pas qu’elle me donnera de nouvelles à nouveau car j’ai été volontairement très dur dans mes derniers messages en lui faisant comprendre que j’avais compris son jeu, qu’elle ne me faisait pas peur. Bon courage à tous ceux qui ont affaire à ce genre de personnalité abjecte. Et les pervers narcissiques peuvent être aussi des femmes. La preuve. Merci à tous pour vos témoignages.


Anonyme le 17/12/2012
Bonjour
Sans voix, édifiée à la lecture d'autant de témoignages. En fait ma "situation" n'a rien "d'original", hélas, je peux lire que le pervers fonctionne toujours selon un stéréotype, sauf que, lorsqu'on y est confronté personnellement, c'est une terrifiante épreuve à surmonter... Peut t'on en ressortir indemne ???!!! Sous secret médical le futur ex a été qualifié de pervers manipulateur : l'annonce est à elle seule un "choc". Voilà, après 40ans1/2 de supposée "complicité" dont 34 ans de mariage,le futur ex m'a annoncé vouloir divorcer sans négociation possible... Il m'a menti, s'est inventé une évolution professionnelle le rendant injoignable, moins disponible, très stressé sur des choix dits stratégiques à faire, etc, etc... Tout ceci était faux, vérifié en autre occasion auprès de sa hiérarchie. Mariés sous la communauté, il m'avait fait verser la somme de mon PEE+prime retraite sur le compte joint prétendant que cela était indispensable pour effectuer la rénovation du sol au plafond de notre maison... En fait, il a voulu que je cesse de travailler et m'a fait culpabiliser à ce sujet, évoquant que lui devait encore y aller durant des années, qu'étant désoeuvrée !!!! je pouvais "bosser" sur le chantier de la transformation de l'habitat... ce que j'ai fait du soir au matin, sans sortir, juste pour les courses alimentaires et Mr s'insurgeait si, pour ce faire, je n'étais pas au domicile quand il rentrait du travail. En fait, sans que j'ai pu le supposer, certaines personnes m'avait confié qu'il ne supportait pas notre différence de statut professionnel et de salaire... Nos 2 filles de 24 et 34 ans majeures et indépendantes n'étaient plus sous le toît familial. Il a vidé le compte joint à diverses reprises que je tentais vainement de renflouer et s'est approprié des sommes correspondant à mes apports personnels. Il a conditionné les enfants qui se sont retournées contre moi avec virulence, agressivité, grossièreté, la cadette évoquant le désarroi de la victime qu'est son père, qu'elle avait rencontré et qui pleurait alors, que j'aurais... battu, séquestré (lui 92kg, moi 34...) ! Au préalable, il a pris à mon insu les papiers de la communauté, m'a battue, insultée, fui le domicile conjugal mais auparavant a monté un scénario incroyable : il a appelé les gendarmes leur demandant "que faire ?" me prétendant hystérique et folle suite à l'annonce d'un divorce,jouant sur le fait que par le passé j'avais fait une dépression nerveuse (il avait eu une aventure durant la publication des bans de mariage que j'avais décelée et qui m'avait affectée. J'ai tu ma vie cet épisode, seule sa mère savait les ayant surpris en défaut, seule le constat de ce passage dépressif lui a servi notre vie durant duquel il s'est fait une force pour convaincre nos enfants de ma "faiblesse" et de sa "maîtrise de gestion familiale" : mes filles ont été conditionées par celà et je m'y étais résignée).... !!! Il a eu l'aval téléphonique des gendarmes pour partir... Je n'ai retrouvé sa trace que 7 mois plus tard, il s'était déclaré SDF malgré un emploi et un salaire confortable. J'ai été containte de déposer plainte avec certificat médical, pour coups et blessures. A 3 reprises j'ai été maltraitée physiquement en 34 ans de vie commune mais le sujet était tabou : mes filles ot voulu que je taise ces moments... Il a condionné les enfants qui n'ont eu que sa version et n'ont pas seulement voulu me laisser une possibilité de m'exprimer sachant qu'il avait coupé auparavant tout lien avec notre fille aînée depuis 4 ans... m'interdisant tout contact avec elle. Nous consacrions notre temps à concrétiser son exigence : bâtir des maisons... Il m'a écarté des rares amis qui nous restaient. Je suis totalement isolée et essaie de me sortir d'une procédure interminable qu'il se complait à bloquer. Il m'a dit au moment de sa fuite qu'il avait eu ce qu'il voulait et que je "crèverai seule comme une merde". Il m'a importunée longtemps par tél. mobile avec des menaces, me disant qu'une épouse ne porte pas plainte contre un conjoint. Il m'a déclaré verbalement qu'il m'anéantirait physiquement, psychologiquement, financièrement, matériellement. Nul ne sait ce que je tente seule de surmonter au quotidien. Je l'ai pris à défaut accompagnée d'un témoin avec une de ses maîtresses qui est parvenue à le "tenir"... étrangement, il semble à son tour sous l'influence de celle-ci qu'il a convaincue de ses qualités irréprochables et son statut de "victime".
Etrangement, c'est lui qui s'est posé en victime et a fui le domicile conjugal... je suis restée en état de choc (selon diganostic médical) quelques temps, ai découvert pourquoi il avait fui : j'étais à 34kg alors totalement abasourdie et meurtrie tant physiquement (coups et blessures) que moralement (insultes et menaces. Il avait tout prémédité et m'a totalement dépouillée ; il a initié un divorce... dont je ne connais le motif évoqué !!! j'ai dû assigner espérant vous accélérer la procédure et les mesures provisoires ayant été statuées... à son avantage ! J'ai dû partir du domicile conjugal lui ayant obtenu une indemnité d'occupation de ma aprt alors qu'il y a eu constat d'huissier sur abandon de domicile. Il a dépouillé la résidence secondaire, y a entreposé du matériel détourné dans sa Sté ! m'a démunie de mes apports financiers, vidé le compte joint mais surtout m'a coupée de tout lien familial et affectif : enfants, petits enfants... J'ai fait appel des mesures provisoires, le JAF initial a été déplacé (enfin un semblant de justice) mais la procédure stagne... Il m'a été indiqué par mon binômer d'avocats que s'agissant d'un divorce accepté "tout ce qui gravite autour, photos, témoignages, certificats médicaux, ne peut pas être utilisé. J'ai tenté une démarche auprès des médecins... qui ne peuvent témoigner, tenus au secret médical....
Le pire est l'impact humain : il m'a totalement dépouillée mais surtout meurtrie au plus profond de mon être, a brisé mon existence en échafaudant son plan destructeur au fil du temps, minutieusement, peaufinant sans que cela soit apparent chaque détail, il m'a volé ma vie et m'a meurtrie dans ma chair en écartant mes enfants qui, sans rien savoir, mon jugée et condamnée. Voilà ! il me reste une volonté viscérale qui me pousse à résister et "avancer" afin de ne pas laiser gagner ces êtres abjectes et pour clore au moins administrativement ce cauchemardesque dossier. Il m'a enfin libérée de son joug, je ne suis plus dépendante, inexistante, au-delà de la souffrance j'éprouve un apaisement, une certaine sérénité : seuls lui et moi savons !!! Il connaît ma 1ère valeur : considération humaine ! lui en est dépouvu... je n'ai jamais dérogé à mes engagements... il a fui, il se fuit... Même isolée, je suis libre !!!! et pas si seule après vous avoir lue. Peut être qu'un moment viendra où je pourrai continuer mon chemin après être retombée à une case départ largement dépassé le 1/2 siècle... qui peut savoir, seule conviction : je ne passerai pas la dernière partie de ma vie à pleurer la 1ère, il m'appartiendra désormais seule de l'enrichir...
Je viens de surmonter une crainte en rédigeant ce commentaire ; bon courage à tous


Marie-Elise le 23/12/2012
A anonyme qui écrit le 17 décembre.

Quoi dire d'autre que Bravo, Bravo d'avoir la force de vivre et de vouloir se battre pour exister et retrouver les liens d'amour qui sont vitaux.

Une demande que je vous ferai comme je l'ai déjà faite à une autre victime de ces manipulateurs, vous existez même sous un pseudonyme que vous saurez choisir, mais vous n'êtes plus cette personne anonyme qui s'efface devant son bourreau, choisissez vous un nom, celui par lequel nous allons vous suivre et être à vos côtés.
Faites comme vous le sentez pour vous désormais et chaque fois que vous ferez cela la terre sera plus ferme et les appuis apparaîtront car cela sera votre construction.
Courage et mille détails de la nature à regarder pour puiser le beau en elle.
Courage.


Espérance le 04/01/2013
A anonyme du 17.12.
Votre témoignage est véritablement poignant.
Je suis submergée par votre souffrance.
Que de temps perdu avec ces vampires de l’âme abjectes et sans remords.
J'ai eu le même parcours que vous, vécu les mêmes ignominies.
A la différence que moi j'ai du fuir pour conjurer les portes de la folie, folie qui m’était destinée par la destruction macabre de cet individu sans humanité.
Rentrée en folie ou se donner la mort pour que ses déviances ne soient pas révélées au grand jour que cela reste entre nous deux comme un pacte avec le diable, que j'emporte ce secret avec moi. C’était les choix qu’il m’offrait avec un cynisme glaçant. Je me devait de suivre le scénario macabre qu’il avait fomenté, m’annuler pour que son image ne soit pas écornée d’un iota. J’était un objet à ses yeux et un objet ca se jette, se casse, se change quand il ne répond plus à ses désirs de toute puissance. Cet objet il l’a toujours trituré entre ses doigts comme de la pâte à modeler, tant qu’il est corvéable à merci cela lui convient mais dés qu’il se révolte, le pn rentre alors dans une folie délirante devant réinvestissement de ce qu’il croyait être un jouet.
Isolée, loin de ma famille amaigrie et affaiblie pas sa tyrannie, ses cruautés, il avait les alibis en mains pour orienter la pensée des autres vers ma tragique fin.
Pour ma part mes enfants n'ont pas tout compris mais ils ont perçu l’anormalité du fonctionnement de leur père.
Ils sont des clones, leurs stéréotypies leurs multiples facettes nous font prendre conscience de leur existence. Nous ne sommes pas folles non c’est eux les pervers narcissique.
Je ne peux que vous encourager à poursuivre votre lutte contre cet homme destructeur sournois et machiavélique. Je suis ravie que vous ayez pu déjà cheminer vers le renoncement de l'inaccessible rédemption d'un être impénitent, insatiable, fourbe, traître,escroc pathologique du lien.Que vous vous soyez enfin retourné vers vous.
Ils nous abîment sournoisement mais nous restons telles que nous sommes avec nos principes moraux bien ancrés en nous
Ils ne sont que de tristes guignols morbides inéluctablement voués à déposséder les autres pour se donner une illusion d'existence. C'est pour cette même raison qu'ils prévoient des proies qu'ils ont manipulés par avance et chez qui ils iront se faire consoler se prétendant victimes.
Incapable d’autonomie ils s’auto détruiront quand ils n’auront plus de matière de substance à substituer dans un mépris total des affects de l’autre.
Que la force positive soit avec vous, le chemin que nous empruntons même si il est long et tortueux est celui de la lumière, nous sommes autonomes nous et pouvons nous en sortir malgré tout ce qu’ils nous ont fait subir. L’anéantissement prévu par le pn n’aura pas lieu. Laissons les croupir dans la condition inhumaine qui est leur destinée.
Espérance


Entraideapn le 04/01/2013
désolée pour les problèmes de connection au blog, moi même je n'ai pas pu me connecter depuis les derniers coms validés... c'est l'hébergeur centerblog qui rencontre des problèmes (et très difficile de les contacter, d'autant plus que je ne peux le faire qu'en étant connectée sur le blog)... le forum lié http://entraideapn.vraiforum.com/index.php est un palliatif en cas de nvx problèmes
http://entraideapn.centerblog.net


anonyme le 04/01/2013
Pour Esperance ,pour tous ,
Nat a répondu à une de tes questions ,pour la non présentation des documents lire ;BOGUCKI (avocate); le principe du contradictoire .


Isabelle+ le 05/01/2013
A Anonyme du 17/12
En effet, en écrivant votre histoire sur ce blog, vous vous êtes libérée d'un très lourd fardeau. Mais la plus grande libération, c'est le départ de votre mari.
Je comprends votre souffrance par rapport à vos filles et petits enfants, je comprends et partage votre inquiétude sur le plan financier et matériel.
Nous découvrons la liberté, l'alterité mais elles ont malheureusement un coût et la note est salée. Mais nous avons de grandes qualités, d'immenses capacités de rebond. Comme il est dit : "tout ce qui ne tue pas rend plus fort". Nous sommes, vous êtes en vie et c'est bien cela le plus imprortant.
Nous sommes meurtries, nous connaissons de gros problèmes financiers, nous perdons beaucoup dans le système judiciaire de notre pays, mais nous (vous) devons garder l'espoir.
Un jour, vos filles comprendrons. Pour l'instant, elles sont (elles aussi) les victimes de cet être malfaisant. Elles ne sont pas prêtes à faire face, à reconnaitre qu'elles ont été grugées. Combien de temps vous a-t'il fallu pour comprendre qui il était vraiment ? S'il n'était pas parti, vous seriez vraisemblablement encore avec lui, victime mais sans conscience de la réalité, de votre réalité.
Alors, courage ! Vous en avez sûrement des tonnes.
Alors, patience ! Vous en avez sûrement à revendre.
Courage, patience ne sont pas des termes qui peuvent caractériser nos ex. Ils nous détruisent, nous ruinent, nous font passer pour folles, déséquilibrées, hystériques, etc. Ils se victimisent aux yeux de leurs proches, de nos enfants, de la justice. Cela ne dure ou ne durera qu'un temps.
Ruinées, isolées, nous sommes des Phénix...


Jeff le 23/01/2013
Bonjour, sorti de l'enfance traumatisé par mon père, j'ai été la cible d'une manipulatrice, elle même sous l'emprise d'un pervers narcissique. Ma relation avec cette manipulatrice a duré trois ans, et c'est terminée il y a un peu plus d'un an. J'ai 42 ans aujourd'hui, je suis seul et compte bien le rester, je ne ferais plus jamais confiance à un être humain, je ne pense pas que l'"amour" existe sur cette planète, et je pense que les gens sont mauvais en général, il sont égocentrés dans les cas les moins graves et pervers narcissiques dans les pires. Je pense que la société moderne offre le meilleur terrain de chasse possible aux pervers manipulateurs, qui ont une tel aisance à jouer comme des acteurs que feindre en permanance ne leur pose aucun problème. Cette société de l'image et des faux semblants leur convient à merveille...


marie elise le 24/01/2013
Bonjour Jeff, à vous qui avait écrit le 23 janvier 2013.
Quelle douleur ! Vous pouvez vivre, il n'y a pas qu'eux et heureusement. Que vous n'imaginiez pas rencontrer une personne avec qui vivre heureux cela se comprend, la survie est votre pensée prioritaire, il vous faut vous reconstruire, retrouver vos marques et vos envies. Nous vivons dans une monde avec des autres et nous pouvons recevoir et donner. Aidez-vous à trouver le bonheur. Pourquoi ai-je écouté les discours du PN ? Vous avez une souffrance que le PN a compris et dans laquelle il s'est engouffré, mais face à nous il n'y a pas que des PN. Pensez à être heureux, déjà vous êtes libre c'est très important. Lisez nos témoignages, même si c'est difficile de remonter la pente, en laissant derrière soi tout un pan de vie. La lumière chaude est au bout de notre chemin. Voyez qu'il n'y a pas que des PN, puisque nous témoignons tous/toutes. Notre société construit en effet une individualité forte qui est supérieure à celle du collectif, c'est un mal sourd, mais vous n'en êtes pas responsable, offrez-vous la vie. Comprendre sa propre souffrance, l'accepter et aller avec elle comme l'on va avec la couleur de ses cheveux etc... et avoir confiance en soi est un bon antidote contre eux.
Bon courage.


Marie-Elise le 26/01/2013
Bonjour, j'ai envie de partager avec vous ce lien, peut-être avez-vous déjà lu cet article.
Notre société actuelle crée des profils narcissiques, ce n'est pas pour entrer dans un débat de la loi du marché ou autre, juste pour affirmer qu'il ne s'agit pas d'un phénomène de mode dans le langage, mais d'une réalité palpable.
un extrait du lien
http://www.lesnumeriques.com/jeux-video/smartphones-jeux-video-fabriquent- pe tits-pervers-narcissiques-n27982.html
............."
Boris Cyrulnik craint que les heures passées par les enfants face à "une machine" les coupent du monde des autres, de la compréhension des intentions, des désirs et des croyances de leur entourage. La chronique se termine que ce terrible avertissement : "un monde sans autre, c'est aujourd'hui la définition de la perversion narcissique. C'est à dire qu'il n'est pas impossible du tout que ce monde de machines qui stimule nos enfants atrophie en même temps leurs neurones miroirs et leur apprenne à devenir des petits pervers narcissiques. C'est à dire ne pas s'occuper des autres".
"................
Bonne journée à vous tous.


Adrianos le 11/02/2013
Petite histoire de mon enfance (Adrianos, 32 ans)

Arrivé au CP à l’école primaire, c’est mon père qui m’accompagna dans mon travail scolaire. Nous travaillons ensemble le soir dans la semaine, et pendant le week-end.

Pendant quelques années (du CP au CE2 je pense, c'est-à-dire de l’âge de 6 à 9 ans), quand je donnais une mauvaise réponse pendant les devoirs scolaires avec mon père, les foudres tombaient sur moi : les insultes (le vocabulaire était réduit et tenait en quelques expressions: « abruti », « connard », « connard fini », « incapable »...), les hurlements, des gestes violents (bras en l’air, bras qui s’agitent mais qui ne me touchaient pas physiquement) et il faisait souvent semblant de partir de la pièce exaspéré par mon « ignorance ».

Je pensais alors que je n’étais pas apte à la compréhension, qu’il fallait redoubler d’effort ainsi je m’efforçais de trouver la bonne réponse et je proposais autre chose, souvent en pleure. Mais ce n’était souvent pas la réponse attendu alors les insultes recommençaient. Cela me terrorisait.

J’ai ensuite compris, toujours enfant, que pour me protéger, il ne fallait pas que je donne de réponses. Cela me protégerait de toutes ces foudres et insultes. Alors à une question, je ne répondais pas, ou je disais « je ne sais pas ». A ce moment-là, il m’expliquait les choses et je n’avais plus qu’à acquiescer à ce qu’il disait. Même quand je connaissais la réponse, je préférais ne rien dire car il n’y a avait surement pas de justice dans son comportement et qu’il pouvait recommencer à m’insulter.

Répondre à ses questions étaient une manière pour lui de me détruire, de me rabaisser, de m’humilier (car ma sœur était dans la pièce d’à côté c'est-à-dire sa chambre et elle entendait tout probablement). Ses interventions étaient une façon de faire en sorte que je n’existe plus peut-être…

Donc quand je devais travailler avec lui, j’avais peur. Peur que cela recommence car les prémices, je ne les voyais pas et je n’arrivais pas à m’en prémunir.

Ce qui me faisais mal aussi, c’est quand j’avais la réponse et que je me refusais de la donner pour éviter une énième humiliation et agressions verbales. La souffrance était dans le fait que je ne pouvais m’exprimer. Dire tout simplement ce que je pensais sur le sujet abordé dans le travail scolaire.

Un autre mal-être, c’est que je me sentais comme prisonnier quand je travaillais avec lui, car à la fois je ne pouvais rien dire (pour me protéger) mais aussi parce que pour m’expliquer, il partait dans de grands monologues interminables avec un vocabulaire compliqué et je devais attendre. Comme s’il tenait une conférence. Et je devais attendre que cela s’arrête. Et ça durait longtemps. C’était un mélange chez moi de profonde tristesse et de colère monstre comme un sentiment d’être bâillonné.

Voyant ma stratégie de défense qui consistait à ne pas répondre à ces questions, il adapta sa « pédagogie » et me laissa travailler un moment seul pour revenir ensuite et faire le point avec moi. C’étaient des moments terribles car les moindres erreurs étaient pour lui une raison nouvelle de me descendre. Je ne voyais plus d’issue. Alors très vite, je décidais de ne RIEN FAIRE, même si je savais. Je ne voulais pas m’exposer. Donc quand il partait me laisser travailler seul, je laissais passer le temps. Comme prisonnier.

ET ne rien faire face à un travail qu’on peut potentiellement effectuer, mais qu’on refuse de faire pour se protéger, c’est l’angoisse, cette peur qui vous envahit. Qui vous prend aux tripes. Vous vous enfoncez de plus en plus, vous perdez pied et la temporalité des choses n’existe plus. Le temps parait une éternité et les choses passent si vite aussi.
Il n’y avait donc aucune issue.

Quand il s’énervait terriblement, quelqu’un lui aurait dit à ce moment là : « mais tu sais, ce n’est pas de sa faute s’il ne sait pas », peut-être que ça l’aurait calmé. Qui aurait pu le dire ? Ma mère était absente lors de ces moments-là (présente dans la maison, mais ne disait rien), comme si elle cautionnait. En tout cas, elle m’abandonnait.

Pour terminer cette histoire personnelle, quand les vacances scolaires arrivaient, c’était un moment de libération. Mais les conflits se cristallisaient alors entre mon père et ma mère sur les petites choses du quotidien.


H. le 12/02/2013
Bonjour Adrianos,

je vous remercie pour ce témoignage, j'espère tout d'abord que son partage vous aide à évacuer cette souffrance et si cela peut vous être utile, sachez que vous venez de m'apporter du réconfort.
Je viens enfin de comprendre pourquoi j'attendais des heures pour faire mes devoirs car l’œil de ma mère était vigilant, pointu, il fallait que je fasse bien, à savoir comme elle aurait voulu faire elle et si je ne répondais pas bien c'était la sentence "tu vas me rendre folle".
Merci à vous.


Anton le 13/02/2013
Donc, quand ma mère use de phrase comme "ça va me rendre folle", c'est une arnaque intellectuelle ... car elle est résolument folle, et ce depuis très longtemps.

Comme quoi il est utile de rester vigilant en "retournant" toutes les déclarations des PN car on peut ainsi connaître leur pensée profonde.
Par "retourner", j'entends évidemment également leurs critiques, reproches et autres accusations envoyées à leurs victimes.


Revivre le 15/02/2013
Je me permets de mettre un lien de blog http://revivreapresunpn.canalblog.com/


H. le 15/02/2013
Merci Anton, oui entendre cela par une autre personne que soi-même est révélateur, devient évident.
Merci à vos, à celles et ceux qui partagent et merci aussi à celle qui est derrière la gestion de ce blog et qui nous donne cette possibilité d'échange humain.
je vais revisiter tout le vocabulaire de ma mère et au passage ce que j'ai du transmettre à mes enfants involontairement. Cela donne envie d'avancer.


Céline le 19/02/2013
Je suis séparée et en train de divorcer d'un PN. Nous avons vécu 18 ans ensemble et avons trois enfants.

Je suis en thérapie depuis trois ans et demi, je vais bien maintenant. J'ai appris à dire non, je n'ai plus peur de lui, je vais faire régulièrement des dépôts de plainte.

Je suis arrivée à un point où je suis prête à tout vivre, c'est-à-dire surtout à perdre la garde de mes enfants. Je pense à moi d'abord, à ce que je veux, à ce que je veux vivre. Je sais qu'après avoir vécu avec lui je pourrai tout vivre. La seule manière de le contrer c'est de parler aux autres, de tout, même de ce dont il ne pensait pas que je puisse parler.

Et puis l'autre façon de se protéger c'est de rire, de s'amuser, de rencontrer d'autres gens. Je commence aussi à éprouver de la rancune contre lui. Je sais comment il fonctionne et maintenant je ne le "rate" plus, j'ai de la mémoire et je n'oublie plus d'une fois sur l'autre ce qu'il m'a fait.

Je sais qu'il ment tout le temps. Je sais aussi que s'il a choisi de me détruire moi, plutôt qu'une autre, c'est parce que je suis son opposé, c'est-à-dire quelqu'un de bien. Et ça il ne le sera jamais :-)


marie-loue le 19/02/2013
Bonjour à tous .
le 19/02/2013 ,8h40 ,sur france inter vous pouvez réécouter l'édito de Marcel Rufo sur la garde alternée .


Pascale le 23/02/2013
Bonjour,
Je n'étais pas venue poster ici depuis un bon moment
Mon ex mari a réussi en 2011 a obtenir la garde de mon fils en faisant des faux et usage de faux.

J'ai déposé une plainte et l'enquête de gendarmerie a abouti en ma faveur en retrouvant la personne qui avait fait le faux.

J'ai donc saisi le JAF et l'audience a eu lieu en décembre dernier. Malgré un dossier "béton", mon fils a redoublé sa 4ème et cette année est encore pire, un comportement (retards, retenues et devoirs non faits), sa belle fille placée en famille d'accueil depuis un an............. et bien malgré tout ça le Juge a décidé de lui en laisser la garde.

J'ai aujourd'hui décidé d'arrêter de me battre, je suis épuisée moralement, il a finalement gagné et la justice ne fait pas son travail !

Mais je persiste à dire quand même qu'il faut se battre tant qu'on peut tenir.

J'ai retrouvé du travail depuis décembre ce qui me permet de ne pas sombrer.

Courage à tous et à toutes.


Marie-Elise le 23/02/2013
A "N" du 17/02, je suis tout à fait d'accord avec vous la définition de la Communication Non Violente se base, entre autre, sur ..." sachez vivre les émotions avec l'autre, l'écouter vraiment (avant d'aller plus loin)."... Mais les PN n'ont pas d'émotion et plus on lui demande de comprendre ce que l'on ressent, plus il prend mesure de son emprise et nous appuie la tête dans l'eau pour que l'on se noie un peu plus. Et donc la logique n'a aucune vertu libératoire pour soi-même, car nous sommes victimes à cet instant et non personne en dehors de l'emprise du PN. Peut-être la CNV est valable pour une personne qui n'est pas ******* à son emprise. Alors la fuite est la seule échappatoire car raisonner avec ce type de malade fait perdre le peu de raison qu'il nous reste. L'évidence n'est pas reconnue par le PN, c'est un destructeur qui vit sur ses proies.


prune le 26/02/2013
bonjour,
je suis déjà intervenu sur le site. j'ai déjà échangé avec Anton que je salue;j'aimerais avoir des pistes pour se sortir de l'image négative de moi même quand on est fille de pn. mon père est pn et ma mère ne nous a pas protégé . ceci a été fait de manière insidieuse. j'éprouve de la colère voire de la rancoeur vis à vis de ma mère qui se trouve elle bonne mère alors qu'elle n'est d'aucun soutien morale aujourd'hui et qu'elle est mauvaise grand mère;toujours le mot méchant pour me critiquer par exemple sur la tenue de la maison jamais impecable ( j'ai 5 enfants dont un petit de 18 mois)
mon père, je ne lui en veux pas car je sais et j'ai admis qu'il était pn. et il me rend plus de services que ma mère ( emmener mon fils si j'en ai besoin c'est rare mais je sais qu'en cas de gros pépins, je peux me retourner)
ma mère ne m'a jamais valorisé et faisait des différences entre nous (nous sommes 3 enfants) mais en même temps le peu de fois où nous avons oser lui dire ce que nous ressentions . elle nous disait qu'elle aimait ses enfants tous pareil.nous avons été niés dans notre ressenti. bref, il y aurait tant de choses à dire.


jef le 28/02/2013
@ Marie Elise : une attitude de non violence est sans effet sur le PN; elle ne peut avoir d'impact effectivement sur une personne à affectogramme plat ; par contre, elle est utile à celui qui l'adopte, en lui évitant la toxicité d'une réponse en miroir à la violence sournoise et malsaine du pervers, autrement dit la haine que j'éprouverais à l'encontre d'un tiers, à plus forte raison un PN, me fait plus de mal à moi-même qu'à son destinataire au coeur aussi sensible qu'un roc.L


Marie-Elise le 11/03/2013
a Pascale qui nous écrit le 23 février. Merci de penser à nous souhaiter bon courage alors que vous même êtes dans cette situation. La réussite professionnelle devrait pouvoir vous amener déjà du réconfort et du courage pour vous battre pour protéger votre enfant. C'est très difficile ce que vous vivez là. J'espère que vous pouvez voir votre enfant, car ainsi il pourra intuitivement faire la comparaison et petit à petit se protéger de l'influence néfaste de son père. Et puis s'il a plus de 13 ans (je crois) il peut demander faire entendre sa voix, cela a été le cas pour le fils d'un de mes cousins.
Bonne route.
Marie-Elise


Jef le 11/03/2013
je laisse le soin à un administrateur de ranger ces références bibliographiques à l'endroit adapté:
Les relations perverses : si le pervers m'était conté Claire-Lucie CZIFFRA Eyrolles collection comprendre et agir
Analyse intelligente et super intéressante des processus pervers au travers de contes, surtout de contes de Grimm. Montre précisément que les contes reflets de l'inconscient individuel et collectif avaient déjà intégré cette réalité de la perversion narcissique sans pour autant la nommer expressément.
Paul-Claude Racamier Les perversions narcissiques Payot Livre un peu plus technique, rassemblant les passages les plus significatifs de Racamier sur le sujet
Je rappelle que Racamier, psy franc-comtois est considéré comme le pionnier français en matière de PN et que beaucoup d'autres auteurs sont soit ses disciples, soit font référence à lui


Jef le 11/03/2013
Cet interview très intéressant sur France Inter

http://www.franceinter.fr/emission-suspends-ton-vol-dominique-barbier-analys e-les-pervers-narcissiques


Marie-Elise le 12/03/2013
Bonjour
à Jef du 28/02

Ne pas avoir une attitude violente est une base de survie vis à vis du pervers, oui.Car plus vous vous débattez plus il en jouit. A propos de Communication Non Violente avec un pervers, même avec cela on ne peut s'en sortir. Cela ne sert à rien en ce sens que cela ne va pas faire changer le PN. Alors pour se défendre ne pas lui donner prise? Ne pas le mettre devant ses réalités car il peut alors nos détruire encore plus vite, oui certainement, mais courber l'échine en acceptant cette forme de CNV pour se protéger, revient à mon sens à se détruire encore un peu plus, à accepter son joug, même si l'on n'y réponds pas. Il est plus certain de fuir le PN pour survivre. Car il va chercher à vous broyer de plus en plus et en en jouissant avec plus de délectation. Je l'ai quitté, mais ne m'en suis pas encore sortie, je n'ai pas de travail, mange ce qui reste de mes économies, vis en colocation, que je dois quitter dans quelques semaines, tout me semble par moments terribles, je suis seule et je me sens aspirée sans savoir où cela va s'arrêter. Mais jamais je ne regrette d'avoir quitté cet homme, j'ai encore souvenir des derniers regards glacials, froids, durs, haineux qu'il a porté sur moi et là j'ai compris qu'il irait jusqu'à me pousser au suicide comme il l'avait fait avec sa femme quelques années auparavant.


Pauvre Idiote le 12/03/2013
Bonjour à tous,
Le temps passe et je constate que le rang des vicitmes augmente. Une compensation cependant, car si elles sont conscientes du rôle qu'elles ont pu jouer auprès du pervers, c'est qu'un grand pas a été fait vers la liberté. Beaucoup nagent dans le marasme et le chaos créé par le pervers et elles sont loin d'imaginer qu'elles n'y sont pour rien.
J'aimerais comprendre ce qui attire les pervers narcissiques vers leur victime. Moi, j'en ai ma dose. Je n'imaginais que ça pouvait à nouveau m'arriver. Je fuis tous les gens trop gentils ! Je suis la proie d'un de ces monstres et totalement impuissante, parce que ça se passe dans le milieu professionnel. Je suis en contrat de professionnalisation en alternance Banque et Université. Je prépare un diplôme universitaire de banque dont la période probatoire de 1 an se termine en juin prochain. Ma tutrice, conseillère financière de la banque a dû flairer le menu fretin que je suis et me voilà à nouveau entre les fils gluants et collants d'une araignée. Quels que soient mes résultats universitaires (excellents jusqu'à présent) c'est ma tutrice et la Directrice d'agence (normopathe par excellence, avec des oeillères gigantesques) qui décideront de mon CDI. Je suis dénigrée, rabaissée, dévalorisée en permanence. Malgré mes résultats et mon super relationnel avec les clients et le reste de l'équipe, rien n'a de grâce à ses yeux. Elle me casse sans arrêt et sa collègue depuis 40 ans, la Directrice lui donne raison. Je me sens merdeuse et merdique. Je sens que cette année de travail intense n'aura servie à rien. Je suis à la merci de ce monstre immonde, qui prend un malin plaisir à briser les autres alors qu'elle est à quelques mois de la retraite. Je ne dors plus. Mes nuits sont entrecoupées de cauchemars et d'insomnies. Je rêve de la banque. J'ai des angoisses. Je croyais être libérée et en voilà un autre qui vient à la rescousse. Comment faire pour avoir la paix ?


Anonyme le 03/04/2013

BONJOUR çA VA FAIRE 30 ANS QUE PN AVEC QUI JE VIS A abusé DE MA FRAGILIE PSYCHOLOGIQUE SANS AUCUN SCRUPULES,J'au eu une fance très dure lui l'a repérer.JE NE SAIS POURQUOI OU QUELLE EST CETTE FORCE QUI ME POUSSE A AVOIR LANCER une PROCEDURE DE DIVORCE.J'ai 54 ANS J'AI PU METTRE UN NOM SUR CELUI QUI M'A POURRI LA VIE DEPUIS QUE J'AI UN ORDINNATEUR.Il y a eu abus de faiblesse sur ma personne et j'aurais a l'allocation adulte handicapee?je suis tres fragile lui s4en fout completement.J'ai 2 enfants adultes a présent.Mes enfants sont ma seule famille.MERCI DE VOS CONSEILS SUR l'abus de faiblesse.Je SUIS FRAGILE MAIS LUCIDE.


entraideapn le 04/04/2013
vous pouvez lire le livre de Marie France Hirigoyen « Abus de faiblesse et autres manipulations » http://www.amazon.fr/faiblesse-autres-manipulations-Marie-France-Hirigoyen/dp/27 09636719/ref=la_B001K178CQ_1_5?ie=UTF8&qid=1365062021&sr=1-5 . C’est un livre abordable et clair… vous en avez une brève présentation à ce lien http://www.dailymotion.com/video/xq7cyr_hirigoyen-l-abus-de-faiblesse-est-un-suj et-nouveau_news#.UV0yPqKzJBk


Anonyme le 04/04/2013
Bonjour, A anonyme du 3 avril. Si vous avez déjà réussi à vous redresser, bravo!
Prenez le temps de témoigner et de vous vider de tout le mal qu'il a déversé en vous. Pour l'aide à handicapé je ne peux vous répondre, d'autres le feront. En attendant Bravo et n'hésitez pas à parler, témoigner, partager, c'est essentiel cf la vidéo de TETE. A bientôt.
Marie Elise


Anonyme le 06/04/2013
VOS MOTTS ME RECONFORTENT,jamais on ne m'avait dit bravo et pourtant c'est si important d'etre encouragée.Bon courage a vous aussi.


Anton le 07/04/2013
Il y a un début à tout ! Tu as commencé ce travail salutaire d'autonomisation et moi aussi je te dit Bravo en t'encourageant à continuer à écrire.

Pour moi, l'écriture est comme une paire de béquilles, elle me permet de faire le point sur le passé et de pouvoir avancer. Les aller-retour entre l'auto-analyse et l'écriture font ouvrir des portes et en fermer d'autres. Il y a des surprises, des découvertes blessantes lorsque la lumière se fait sur mon enfance, mais ce travail est nécessaire afin de fermer la porte sur un domaine qui était si sombre lorsque je l'ai visité la première fois. L'épreuve de la mise en lumière est fatigante, certes, mais elle participe de ma construction, de ma réhabilitation après les abus subis dans le cadre de la famille. Me mère est un monstre, la mère de mes enfants aussi et je ne veux pas que ma fille le devienne également. Je vois qu'elle utilise les outils de sa génitrice, confusément. L'amour pour mes enfants est unique, incomparable. À son âge, ma fille mélange tout et le SAP installé par sa mère peut la détruire. Elle ne cesse de me provoquer pour justifier le discours haineux de sa mère. Je suis seul pour l'aider. C'est extrêmement difficile.


C. le 08/04/2013
Je voulais remercier anonyme du 4/4/13 pour son message et merci à entraideapn d’exister, merci à tout ceux qui connaissent le combat que nous menons tous et toutes ; j’adore écrire ça fait énormément de bien, il est tellement important de se faire respecter


Marie-Elise le 08/04/2013
A Anonyme le 6 avril. Merci. Merci pour ce message. Votre témoignage aussi m'aide comme ceux des autres personnes qui écrivent leur peine. Cela aide à comprendre la sienne et à s'en débarrasser ainsi plus complètement.
Je ne sais comment vous vous appelez, sachez que vous avez la possibilité de prendre un pseudonyme et de demander à la personne qui gère avec désintérêt ce blog et merci du fond du cœur, de vous l'attribuer. Et encore Bravo, sincèrement, belle force après tant d'années de soumission.


jef le 08/04/2013
Je veux souligner que le simple fait de venir sur ce site est déjà un grand pas, car il est synonyme de prise de conscience, de cette lucidité que le PN a tout fait pour contrecarrer, en "enfumeur" habile, il est une étape vers une distance saine nécessaire pour sortir de ses griffes. Je confirme aussi que pour les victimes témoigner et lire d'autres témoignages c'est aussi se soulager d'un fardeau, que pour ceux qui se sont dégagés de l'asservissement du pervers, aider et soutenir les "nouveaux arrivés" est une manière de donner du sens à leur propre souffrance, ce qui est une façon de la dépasser (résilience). De plus, nous tous les victimes, ce qui nous caractérise, c'est l'empathie et la solidarité qui ont pu être un handicap lorsque nous étions sous le joug, mais que nous pouvons revendiquer avec fierté. Après se pose la question qu'évoque Anton de savoir ce qui nous a prédisposés à devenir les victimes que certains psys voient même comme des complices involontaires de leurs futurs persécuteurs et là, effectivement, il faut aller voir du côté de son enfance. Je me dis aussi que que nous avons eu la chance de ne pas nous-mêmes tomber du mauvais côté, devenir nous-mêmes des pervers, car le monde de ces malades là est au fond infiniment triste et vide.


Hirondelle le 09/04/2013
Pour Marie-Elise, j’écoute vos conseils, mon pseudo sera Hirondelle et cette hirondelle (moi) ne veut plus fermer ses ailes. Je vais pouvoir m’envoler dans un logement social hlm, il vaut mieux rire dans une chaumière que pleurer dans un château. Bon courage et merci du soutien de tous et toutes


Hirondelle le 09/04/2013
Par Hirondelle pour Anton, je sais combien il est dur de se battre contre tous, je me permets de vous donner un conseil, oser demander de l’aide. Parfois cette aide est refusée et parfois elle est entendue et comprise. Merci pour votre soutien et courage


Hirondelle le 10/04/2013
J’étais triste parce que l’office hlm perdu ma demande de logement social, tout ce qui retarde ma liberté me rend triste. Quel bras de fer mental il faut pour que le pn (mon mari) me verse par prélèvement automatique la pension. J’ai honte pour lui, pas pour moi. Pour garder le moral je me projette dans ma nouvelle vie. Je commence à faire quelques projets, à enfin oser désirer pour moi, ce que j’ai oublié depuis longtemps. J’ai parlé à mon avocate, il y a bien eu abus de faiblesse sur ma personne, ça peut couter cher au pn. Merci à vous tous et toutes de me lire et m’encourager, à tous mes compagnons de combat.


Hirondelle le 10/04/2013
Par respect pour entraideapn, je ne voudrais pas les envahir par mes commentaires. Un jour je ferai peut être un blog, quand j’aurai mon appartement. Je ne remercierai jamais assez entraideapn pour ce qu’ils font, respect pour eux et pour tous ceux et celles qui m’aident par leurs mots si respectueux. Le respect ça s’apprend, merci pour tout et courage à tous et toutes


lescouleursdemyriam le 10/04/2013
Je découvre ce site, je suis moi-même sur un site où la parole est primordiale : mamansendeuils.centerblog, comme son nom l'indique, nous avons toutes perdu un ou plusieurs enfants, et nous avons besoin de parler de ce que nous ressentons. Ce qui me choque dans ces cas de pervers narcissiques c'est que, hommes ou femmes, ils prennent les enfants en otage. J'ai vu des femmes fortes encore terrorisées 8 ans après quand elles ont des contacts avec leur ex (enfants communs obligent) et toujours paralysées face à lui. Même séparées, l'emprise reste présente.
http://lescouleursdemyriam.centerblog.net


chantalou le 11/04/2013
A Hirondelle : bravo d'avoir fait ce choix, d'avoir osé partir. Cependant, même si vous êtes totalement dans votre droit et même si la justice est de votre côté, attendez vous à de nouvelles épreuves avec votre ex : il essaiera de monter vos enfants contre vous, refusera de payer ce qu'il vous doit et vous fera tous les coups foireux possibles...il vaut mieux le savoir et s'y préparer. Pour avoir connu ça, le meilleur conseil que je peux vous donner, c'est d'éviter tout contact avec lui, qu'il soit agressif, gentil ou désespéré. Vous verrez, on se reconstruit, petit à petit, mais on y arrive...on perd beaucoup de plumes, mais un jour, on s'éveille et on se rend compte qu'on peut enfin regarder l'avenir avec confiance. Essayez aussi de faire un travail sur vous, de comprendre pourquoi vous êtes tombée, vous et pas une autre, dans les griffes de ce PN. C'est parfois pénible car il faut souvent relire son enfance et son adolescence sous un jour nouveau, mais ça permet aussi de se débarrasser d'idées malsaines qui nous ont été inculquées à ce moment et nous ont empêché de nous aimer assez pour résister au PN. Un psy, si le courant passe bien, peut être d'une grande aide pour ça. Et surtout, ne vous enfermez pas, voyez des gens, ne vous blindez pas, il y a des tas de personnes saines à fréquenter et peut être, un jour, aimerez-vous vraiment...car les sentiments qu'on a vis à vis d'un PN ne sont pas de l'amour. L'amour, c'est une relation dans laquelle les deux partenaires sont égaux et se soutiennent. Je vous souhaite de tout coeur de connaître cela bientôt!!
En ce qui me concerne, je viens encore d'avoir un gros coup sur la tête : j'ai déjà parlé de ma mère, du fait que son attitude envers moi m'avait jetée dans les bras de mon PN et qu'elle m'avait méprisée jusqu'à sa mort, en novembre. Je sais maintenant que ma faculté à culpabiliser vient du fait que mes parents ont été "obligés" de se marier à cause de moi et que ce mariage a été loin d'être heureux. J'ai donc toujours cru que j'étais la cause du malheur de ma mère... Et bien non! A défaut d'être désirée, j'ai été voulue...une indiscrétion d'une tante et j'ai appris que ma mère avait fait exprès de se faire mettre enceinte pour mettre le grappin sur mon père.... J'ai donc expié durant tout ce temps une "faute" imaginaire...et ma mère n'a jamais été une pauvre victime!!! Un peu dur à encaisser au début...et puis, basta, j'ai ma vie à vivre et je ne veux plus me laisser "bouffer" par personne! L'important, c'est maintenant! Rien n'est encore réglé avec mon PN pour la vente de la maison et je commence à me dire que je ne la vendrai peut être jamais, sauf au prix d'une procédure judiciaire longue et coûteuse...et bien, tant pis...au final, elle reviendra aux enfants, alors...et s'il croit avoir gagné, tant mieux pour lui. Ce n'est pas renoncer, c'est refuser qu'il ait encore une emprise sur ma vie!! A vous tous ici, je souhaite beaucoup de courage dans votre combat!


Hirondelle le 14/04/2013
Je fais une dépression nerveuse. Pour tenir je me passe en boucle une chanson qui m’aide et que je conseille à tous ceux et celles qui vivent le même combat que moi. Le titre de la chanson est « résiste » de France Gall. Je ne suis absolument pas maso, je suis fragile. La preuve, je tiens, mais la dépression nerveuse me fatigue. Merci de m’encourager.
Ma fille qui a 22 ans a été rabaissée par son père, est devenue fragile psychologiquement, je veille sur elle.


Hirondelle le 14/04/2013
J’ai besoin d’aide, j’ai un virus sur mon ordinateur, ce qui m’empêche d’écrire mon blog. Ce virus m’empêche de garder mes mots de passe. Je suis novice en informatique. Mon blog s’appelle « le déclic, je suis victime d’un pn depuis 30 ans, je lutte pour ma liberté et celle de ma fille »


Marie Elise le 14/04/2013
Bonjour Hirondelle, oui bien sûr du soutien à toute heure et à tous moments car nous sommes tous passés par un stade ou un autre de votre peine. Écouter des chansons c'est bien, profiter du beau temps qui arrive c'est aussi une source de "nettoyage". Ouvrir son esprit c'est comme ouvrir les fenêtres, aller faire des petits, puis des grands pas dehors, prendre le soleil et respirer en regardant avec sourire la nature. Cela vous donnera de la force et vous aidera à vous renforcer ce qui vous permettra ainsi de penser à votre fille. Il y a une image qui me vient à l'esprit. Les hôtesses des compagnies aériennes précisent toujours que l'adulte doit d'abord mettre son masque à oxygène avant d'attacher celui de l'enfant. Prenez soin de vous et vous prendrez soin de votre fille.
Pensées positives et chaleur des anonymes du Blog pour vous. Il va vous falloir du temps, n'en doutez pas, un jour vous vous apercevrez que vous pouvez marcher sans avoir les épaules pesantes.
Marie Elise


Hirondelle le 19/04/2013
De la part d’Hirondelle pour Marie-Elise : votre message m’a fait plaisir. Je profite du printemps, je réapprends à me faire plaisir, moi que j’ai oubliée depuis si longtemps. Mon divorce progresse. J’attends mon nouvel appartement avec impatience ; ma liberté je crie ton nom. Merci pour votre soutien à toutes et tous.


Hirondelle le 21/04/2013
Je prends des anxiolytiques, anti dépresseurs, à cause de ces fous de pn qui ne se soignent jamais. Ce médicament est un diurétique pour les reins, et je dors sur un matelas assez dur pendant que lui se fout de ma santé. Merci de votre soutien, à Marie Elise, à tous et toutes, cordialement


jef le 21/04/2013
@Hirondelle : ne pas espérer qu'un PN songe à se soigner, car à ses yeux ce sont les autres qui sont anormaux


Marie+Elise le 21/04/2013
Bonsoir Hirondelle, merci pour votre témoignage, il fait beau et la chaleur aide à la détente et ç la respiration.
Je ne suis pas médecin, si des anxiolytique vous sont nécessaires pour passer un cap prenez-les. Maintenant est un jour, demain un autre, prenez soin de vous et faites contrôler la prise de ces médicaments. Un jour arrivera où votre liberté passera aussi par retrouver votre autonomie complète. Déjà vous dites que vous allez avoir assez prochainement un appartement, cela sera un grand moment de joie.
Courage.
Marie Elise




Anonyme le 23/04/2013
pour jeff je le sais que les pn ne veulent pas changer,il a trahi mon amour,ça fait mal d'accepter tant de trahison,mais c'est comme ça,je ne suis pas responsable de l'éducation que sa mère lui a donné.J'ai de la peine pour mes enfants,ma fille ne sait pas trop mais mon fils de30 ans a compris,il prend sur lui.VOILA MA FILLE VA HABITER AVEC MOI,CAR NOUS HABITONS DANS UN TAUDIS ET J4AI R2USSI A MONNAYER LES FRAIS DE NOTAIRE ET JE NE SERAIS PAS PAUVER;bon courage a tout le monde;par hirondelle


Hirondelle le 01/05/2013
Je vois mon avocate vers le 2 mai. Normalement le divorce au bout devrait être à l’amiable parce que moins coûteux, plus rapide. Le pn avec qui je vis depuis 30 ans a tout fait pour me garder, mais devant ma détermination il s’aperçoit qu’il ne pourra plus me garder comme une chose. Je suis un être humain et je suis déterminée à me battre jusqu’au bout, merci à tous et toutes


Marie Elise le 01/05/2013
Bonsoir Hirondelle, le 2 mai c'est demain, alors le rendez-vous approche, je suis certaine que de multiples pensées vous accompagneront, vous une belle personne qui sort d'une situation avec énergie. a bientôt.


Hirondelle le 03/05/2013
Par Hirondelle,pour Marie ELISE,je tiens a vous dire un grand MERCI votre message m'a tellement fait plaisir,j'en suis émue.J'ai appelé l'avocate qui ne rentre que demain,je prendrais contact au plus vite.Pour mon logement il faut attendre l'ordonnance de non conciliation.Pour l'instant je suis encore dans la contrainte,mais pour garder le moral je me projette dans mon futur qui ne sera plus le sien.Votre message m'aide BEAUCOUP.Pour l'instant nous vivons moi et ma fille dans son appartement qui est un vrai taudi,je n'invente rien.RESPECTUEUSEMENT A TOUS ET A MARIE ELISE


Hirondelle le 12/05/2013
Par hirondelle,le rendez-vous avec l'avocate approche,le pn qui est encore mon mari devant la loi voulait empecher ma fille de 22 ans de venir habiter avec moi.Il m'a dit d'un ton hargneux elle reste avec moi.Ma fille ne c'est pas laisser faire et moi non plus.Je n'ai plus peur de lui.Il a été obligé de tenir compte du choix de ma fille qui est majeur.Je suis devenue très méfiante,c'est lui qui m'a fait devenir comme ça.Respectueusement.


Samedi le 26/05/2013
Bonjour,

Je ne sais par ou commencer. J'ai vécu une histoire avec un homme qui m'en a fait voir de toutes les couleurs, j'ai subis toutes les formes de violences que ce soit verbale, psychologique ou physique. Il m'a fait subir, du harcèlement mais également a ma famille puisqu'il savait que j'étais très proche d'eux. Mais a coté de cela, il pouvait se révéler être un homme charmant, attentionné, et doux. Il souhaitait se marier et avoir des enfants, mais ces projets, n'ont pas abouti puisqu'il m'a montré une facette très sombre de sa personnalité. En lisant plusieurs blogs et forum, j'ai réussi a établir des liens avec cette pathologie qu'est la perversion narcissique. Mais comme je ne suis pas psychologue je ne suis pas sûr de mon diagnostique, cependant en faisant le test il apparait qu'il répond très fortement aux critères. Nous n'avons plus eu de contact depuis deux ans puisque je l'ai quitté car je ne supportais pas son attitude a mon égard. J'ai accepté l'intolérable jusqu'à un point de non retour.
Il s'avère, qu'il a repris contact avec moi récemment, chose qu'il avait tenté de faire a plusieurs reprises après notre rupture, mais je n'avais pas donné suite. Je lui ai donc répondu, car je voulais savoir ce qu'il avait à me dire. C'est là qu'il a commencé, a me présenter ses excuses, et me dire que son attitude est impardonnable, qu'il aimerait tout faire pour me rendre heureuse. Soit je suis naïve, soit je me voile la face, mais j'aimerai avoir un avis extérieur au vu des quelques éléments que je vous ai transmis.
Que pensez vous d'un retour comme celui la, sachant que cette personne m'a fait souffrir? J'aimerai croire en ces jolies paroles, mais comme je me suis déjà brûler, j'ai peur.


Hirondelle le 27/05/2013
PAR Hirondelle,tout d'abord bonjour a toutes et tous,je vis avec un p.n depuis 30 ans je divorce,je suis déterminée,mais la vie avec ce genre de personne a écraser l'estime de moi,pourriez-vous me conseiler un bon livre sur l'estime de soi,je suis suivie par une psychologue et un psychiatre.JE VOUS REMERCIE DE BIEN VOULOIR ME CONSEILLER POUR RECONSTRUIRE L'ESTIME DE MOI.IL Y A DE NOMBREUX LIVRES MAIS LEQUEL SERAIT LE MIEUX;respectueusement hirondelle.


Entraideapn le 27/05/2013
@Samedi : ce qui est important ce sont vos ressentis à vous, vous écrivez avoir mal vécu cette relation et y avoir mis fin parce qu’elle ne vous convenait pas, qu’est ce qui pourrait changer la donne maintenant ? De son côté, il peut penser que comme vous avez répondu, il aurait une « chance » de renouer avec vous… Peut être devriez vous vous poser la question « qu’est ce que je veux moi pour moi » ? Qu’il soit pn ou pas ne change pas grand-chose à vos ressentis, à ce que vous vous avez vécu avec lui…


Entraideapn le 27/05/2013
@Hirondelle : je vous conseille les livres de Christophe André et de Boris Cyrulnik. Vous pouvez aussi voir certaines de leurs interventions sur un site de vidéos, comme Youtube.


Anonyme le 27/05/2013
PAR HIRONDELLE,je vous remercie pour les informations que vous m'avez fait parvenir.Je les ai noté.ENCORE UNE FOIS MERCI POUR TOUT CE QUE VOUS FAITES.


lylye le 28/05/2013
Bonjour à toutes.J’ai déposé un commentaire il y a deux ans sous le pseudo d’ «anonyme », ou je parlais de mes expériences avec toutes sortes de manipulateurs rencontrés au cours de ma vie, dont un en particulier,le père de mon enfant..deux ans de vie communes pour le prix de 12 longues années de tortures et de combat pour nous protégé, ma fille et moi.
Deux ans ont passé depuis mon commentaire et je dois dire que de ce coté là, tout vas beaucoup mieux. ..mon pn s’est essoufflé...à mon tour je ne l’ai pas lâché…la justice était de son coté (pas de preuve)…mais de mon coté, j’avais mieux que la justice, j’avais l’amour que je portais à ma fille, mon devoir de protection, ect.. Sa haine n’a pas fait le poids contre mon amour, il s’est essoufflé.
Les restes de ce genre de vécu, s’est tout simplement, un franc dégout des hommes. Je ne peux m’empêcher d’avoir une certaine répulsion dès que je sent le regard empressé de l’un d’entre eux.

Je voudrais prendre des nouvelles d‘«espérance » comment se passe la relation avec votre mari, cet individu? Est-ce que tout vas bien pour vous? En tout cas je vous le souhaite. Bonne journée à toutes.


jeff le 28/05/2013
@samedi du 26/05/2013
D'après ce que tu dis, tu as affaire à un pervers narcissique, dans ce cas ne te fie pas à sa "reconversion". Et résiste à cette tentation de renouer avec lui et ne te laisse pas embrouiller par lui. Il faut aussi se rappeler que les victimes du pervers sont aussi ses "complices" en ce sens qu'ils ont un vécu qui les prédestine à être leur proie. Si tu évites de retomber dans le panneau, tu auras fait un premier grand pas.


jeff le 29/05/2013
@lylye Il est réconfortant d'avoir des nouvelles de ceux ou celles qui ont surmonté l'épreuve de la confrontation avec un pervers. Les témoignages qui se succèdent depuis plusieurs années montrent que les pervers se trouvent parmi les deux *****. On a sur le forum des témoignages d'hommes victimes comme de femmes victimes (plus nombreux, il est vrai, mais les hommes victimes témoignent-ils facilement?). L'important est de tirer la leçon et de ne pas retomber dans le même panneau, mais je pense que ceux et celles qui viennent sur ce blog, une fois leurs blessures guéries, ont gagné en vigilance et en lucidité. Et l'objectif final n'est-il pas de retrouver la confiance bien amochée en autrui, et le cas échéant en celui de l'autre **** ?


lylye le 02/06/2013
@jeff
Que dire? Pour répondre à votre question je vais reprendre vos suggestions;
En retirer des leçons,ne pas tombeau dans le même panneau,gagner en vigilance, en lucidité,retrouver confiance en soi,retrouver confiance en l‘autre, ça fait un peu beaucoup pour reprendre tranquillement le cours de sa vie après un vécu avec un pn. Bien sur qu’il ne faut pas laisser un manipulateur dicté notre conduite futur. Mais tout de même, c’est pas facile quand certains reflex on sauvé votre vie, sans exagération. En ce qui me concerne,j’ai été manipulé par mon ex, mais pas seulement,c‘est l‘histoire de toute une vie,j’ai seulement réalisé à cette occasion que j’étais plus forte que je ne le croyais ou que l’on avait bien voulut me le faire croire. Tout est manipulation dans ce monde. Aujourd’hui ce qui rassemble c'est la médisance et pas le contraire. Je l’ai vécu à mes dépens. Rester soi-même ça coute très chère. La fin de ce cauchemar se joue lorsque l’on réalise que la première personne à qui on doit de l’amour c’est soi-même. Puisque s’aimer soit c’est aimer le créateur de nos vies. Ajouter à cela, notre quotidien, celle de la peur et du chacun pour soi; l’apocalypse c’est ici et maintenant. Il se joue sous nos yeux..enfin ça donne pas envie quoi.Il parait qu’il y a eu une époque ou la fraternité entre fille et garçon était immédiate. Ou la solidarité était énorme. On a du mal a le croire, moi j’étais trop petite. Mais quelle magie sans doute . Aujourd’hui tout le monde a peur.Moi, je crois qu’il est important de retrouvé des petits bonheurs tout simple qui font la vie tout simplement. Laisser de coté le plus souvent possible, ce que nous dicte la société pour mieux, nous manipuler. Et dehors du fait que je vomie les manipulateurs, moi je suis heureuse de voir des gens heureux, je suis heureuse de voir les gens s’aimer. Personne ne me dérange, quelle que soit son genre, son âge, la couleur de sa peau, ses amours, qu'il soit riche, pauvre, tandis qu’il me respecte comme je le respecte et que sa liberté s’arrête là ou commence la mienne.













jeff le 05/06/2013
replay de l'émission de Carole Gaessler
http://www.france5.fr/emissions/le-monde-en-face


Hirondelle le 02/07/2013
J’ai une question d’ordre juridique à vous poser. Voilà je divorce à l’amiable d’avec un pn, non parce que je suis son amie, mais parce que ça lui coûte moins cher. Mes enfants sont majeurs. Puis je demander à notre avocate que je ne veux plus que mon ex mari m’approche que ce soit à mon domicile ou qu’il essaye de rentrer en contact avec moi. La justice française dans un divorce à l’amiable peut elle lui interdire ? Merci de bien vouloir me répondre. Respectueusement à touts et tous. Bon courage à ceux et celles qui vivent avec ce genre d’individus, cupide, vil sans moral, bon courage pour vos combats.


Entraideapn le 02/07/2013
@Hirondelle : le mieux est de poser directement votre question à votre avocate qui a votre dossier. Une procédure à l’amiable doit être normalement menée avec les accords des 2 parties, pas sûre qu’une telle interdiction puisse être décrétée. De plus vous avez la même avocate, vous êtes donc sa cliente, mais votre ex mari l’est aussi, elle défend donc les 2. Le mieux est d’en discuter avec votre avocate qui est la mieux placée pour vous conseiller au mieux.


Nath le 30/07/2013
Bonjour,
En pleine rupture depuis le 1er juillet, pas envie d'ecrire car j'ai deja assez ecris sur mon journal intime, j'ai envie de parler, mon medecin generaliste est en vacance, je ne veux plus voir de psy,je ne peux pas m'etaler sur le sujet a mes amies, j'ai envie de partager avec quelqu'un qui a vecu ca. Je fais ce que je peux pour tenir le coup,mais je me sens ravage,j'y pense du soir au matin, meme quand je regarde un film, meme quand je parle d'autre chose...c'est la en sourdine, le disque repasse inlassablement, je me sens seule meme apres avoir lu des temoignages, ecouter des emissions sur le sujet, j'ai envie d'un contact direct, l'impression que tout le monde ds cette situation est cache, ma situation n'est pas unique, et pourtant je me sens horriblement seule, le cauchemard perdure,avec et sans lui.qui pourrait m'aider svp?


Entraideapn le 30/07/2013
Pour Sonia qui m'a envoyé un message: je n'arrive pas à vous répondre, votre adresse mail ne semble pas valide.


Marie+Elise le 30/07/2013
bonjour,
vous n'êtes pas seule, parlez à haute voix chez vous, relisez à haute voix des témoignages.
je ne suis pas très disponible en cette période, beaucoup de travail avec des personnes malades dans la société donc amplitude horaire large.
respirez et marchez en regardant la végétation, allez au cinéma voir des comédies, faites tourner votre cerveau différemment et ne vous sentez pas coupable de quoi que ce soit.
B


Anton le 01/08/2013
Bonjour Nath,
La fondatrice de ce blog pourra te donner mes coordonnées. Je suis prêt à t'aider dans la mesure où je partage ces particularités que tu décris avec autant de précision.
Je laisse donc notre honorable fondatrice te communiquer ce qu'elle jugera utile de faire, avec son discernement.
Courage !


Rose le 09/08/2013
Deux heures du matin, je me réveille.. déjà!! et mon cerveau qui s'active... j'allume la lumière, je lis quelques magazines pour éviter de penser à mon mari pn. Je viens d'apprendre qu'il a une maîtresse, qu'il l'a présenté à mon fils, qu'ils vont emménager ensemble. Nous sommes en instance de divorce. J'ai déposé plainte pour violences qui a été classée sans suite. Je ne l'ai pas encore assigné en divorce. Mon avocat m'a dit que c'était un divorce classique. Il me parle d'apaisement. Je suis comme vous, je pense sans arrêt à ce qu'il m'a fait endurer pendant plus de vingt ans, mes doutes, mes questionnements, cet homme si gentil... je voudrais tourner cette page au plus vite, il faut réagir, il faut que je réagisse.


sl le 10/08/2013
Bonjour, je suis separe d'une PN depuis 3 mois et je suis souvent attere de voire les victimes completement depressives. Ce n'est certes pas toujours facile pour moi, car il y a deux jeunes enfants entre nous, mais j'ai compris que le meilleur moyen de lutter contre un PN est de lui reprendre ce qu'il a essaye de vous subtiliser, cad :
- cesser toute communication, c'est inutile, mais surtout....
- recommencer a vivre, faire des projets, etre heureux, c'est ce qu'il supporte le moins car cela met en evidence la fin de l'emprise !
- il faut aussi comprendre que le probleme ne se reglera pas rapidement (je m'attends a des annees de procedures judiciaires) et accepter de vivre avec, comme quelqu'un qui doit vivre avec une maladie longue et grave
- tjs s'attendre au pire, comme cela vous n'aurez au mieux que des bonnes surprises (je dois avouer que je n'en ai pas encore eu)
- autre chose : il faut s'imposer au PN, ce sont des laches, ils ne savent nuire que par l'aide d'intermediaire (avocats, notaires....)
- il faut aussi accepter le regard des autres qui peuvent etre manipules par le PN, vous savez ce que vous etes, vous n'avez pas besoin de l'approbation des autres !!!!




Bulle le 18/08/2013
Bonjour à tous,
Comme Nath je me sens seule, à la fin, épuisée.
J'ai 33 ans et il y a 9 mois j'ai commencé à ouvrir les yeux sur mon malaise profond, une mère PN et un père complice de sa femme (sans le vouloir je pense).
Je suis en psychothérapie et je lis beaucoup, sur le sujet des PN ou sur comment se reconstruire.
Je ne m'aime pas, je ne sais pas vivre, mon corps tremble en permanence et je n'ai qu'une envie, me faire du mal.
Je me sens mal aimable, méchante et j'ai l'impression d'avoir "hérité" d'attitudes PN malgré moi.
Je n'ai connu que ça alors je pensais que c'était des marques d'affection.
Je ne vois plus d'issue possible, je suis arrivée à un niveau de haine de moi où je ne vois plus comment vivre.
J'ai commencé à rédiger un blog, encore une chose que je pensais faire pour aller mieux.
https://www.facebook.com/pages/M%C3%A8re-perverse-et-apr%C3%A8s/50172684990431 3


Bulle


Hirondelle le 20/08/2013
Bonjour, je suis en plein dans un divorce qui est éprouvant pour moi, je n’ai rien àperdre et j’ai ma liberté à gagner. J’ai dit stop à 30 années de faux amour de la part de cet être si malsain, cupide et vil qui est encore mon mari selon la loi. Mais dans mon cœur, il n’est plus rien. Je relis souvent les conseils que vous donne ce site et ils sont très utiles. Les pn sont vraiment des personnes dépourvues de sentiments, c’est à peine croyable lorsqu’on est sensible et aimante comme je le suis. Les pn n’aiment pas leurs enfants. Il faut continuer à dénoncer de genre d’individus car la violence psychologique fait d’énormes dégâts, respectueusement


Anonyme le 28/08/2013
bonjour a tous et toutes je veux par ce témoignage apporté un peu de courage aux victimes de pn,simplement en disant et redisant que l'on peut se reconstruire après un pn,mais il faut se faire aidée en parlant a des professionnels,un divorce avec un pn n'est pas un échec,mais ceci est mon point de vue,pour moi c'est une VICTOIRE!A présent je pense a profiter des choses simples de la vie et je me sens sens tellement mieux dans ma peau,j'ai retrouver MON identité mais pour cela je suis aidée par une psychologue et je la remercie car elle fait cela bénévolement.Alors courage a vous tous et toutes.par hirondelle.


Geneviève le 03/09/2013
Bonjour et Hauts les Coeurs ! Première chose à faire c'est se gonfler tellement la tête "QU'Il/Elle" ne sera pas plus fort(e) que moi. SE REDONNER ET REPRENDRE TOUTES LES FORCES POSSIBLE DE COMBAT. C'est un combat long, long, long je ne vous le cache pas. Ne rien céder qui vous appartienne, et vos enfants vous appartiennent. Il y a un peu plus d'avocats qui savent comment traiter les cas de PN. Déj;a avec eux, ce n'est pas facile, avec les autres, vous dépensez votre argent. Je sors du poste de police... après 41 ans et 25 après mon divorce. Il faut le savoir que c'est long et grugeant. J'ai un espoir. Mais n'acceptez jamais que l'on vous dise que vous avez "des problèmes quelqu'ils soient" Le problème, c'est le PN. C'est lui qui doit être traîté.
Après tant d'années, j'ai l'esprit fatigué et je suis seule. J'ai besoin moi de me faire aider pour effacer toutes ces traces. Évitez cela. Agissez rapidement. N'ayez aucune considération pour ces PN. Sinon, ils vous auront !. Je vous souhaite et vous envoie tout le courage qu'il vous faut.


beatrice le 11/09/2013
Bonjour
Voila deja 4 ans que je resiste aux assauts judiciaires de mon pn de mari,il change sans cesse d avocats car toutes et tous le virent ,il a meme été traité de dément par l une d entre elles.j ai gagné tous les procès (8)qu il m a fait mais il s est arrangé pour se rendre insolvable donc je ne récupére pas les DI.
Mes enfants majeurs sont imbibés de ses phrases et valeurs seule l ainé à 30 ans a enfin décroché;les 2 autres dès qu ils se rapprochent de lui rechutent bien que parfaitement lucides sur cet individu.
Mais maintenant j en ai assez ,je ne les protège plus je lâche prise ,ils sont adultes ,je passe pour une egoiste et j assume.Parceque sinon mêmelibre ,les chaînes resteraient! et cela plus jamais.Un divorce avec un pn est une guerre avec un fou extremement méchant qui n a ni foi ni loi et qui n a qu un but vous detruire rien vous laisser meme s il a trouve une autre victime car vous avez commis le crime supreme :oser le quitter! c est un tel bonheur de ne pas vieillir à ses cotes qu il ne faut pas hesiter ,sachez cependant q il vous faut reconstituer vos forces car le combat est long cher et sanglant qu il cherche toujours a entrainer vos enfants dedans meme agés !mais nous avons appris à ses côtés à être comme le roseau on plie mais nous ne rompons jamais !


Anonyme le 05/10/2013
Bonjour, je suis entrain de partir du domicile conjugal, mais je pars sans fuir, je pars la tête haute. Je réapprends à vivre, mais en pensant à moi. J’étais une personne très altruiste, à présent je ne le suis plus, car cet altruisme m’a fait tomber dans le piège du pn qui était mon mari. Je crois que pour être la victime d’un pn, il faut avoir une richesse intérieure énorme, et c’est cette richesse intérieure qui m’a piégée. Les pn nous mentent sur eux , ce sont des imposteurs. Je commence à me reconstruire. Mais je ne pourrai plus donner ma confiance, j’ai trop peur d’être à nouveau trahie. J’ai confiance en mes enfants. Le pn avec qui j’ai vécu était si gentil, que c’était trop beau pour être vrai. Les pn sont des supers comédiens, ce sont la seule qualité qu’ils ont pour eux. Mais que ça fait du bien au moral de penser enfin à soi, ça faisait trop longtemps que je n’avais pas pensé à moi. J’apprends à plus de 50 ans à m’aimer, comme quoi on apprend à tout âge. Par contre les pn restent coincés comme des imbéciles dans leur structure parce qu’ils ne changent pas. Je n’éprouve que de la pitié pour eux. Je suis quant à moi assez fière du combat que j’ai mené. La justice m’a reconnue des droits et ça fait plaisir. Bon courage à tous et toutes, croyez en vous, respectueusement.


jef le 05/10/2013
Pourquoi renoncer à l'altruisme ? Non pas un altruisme mêlé d'abnégation, cad d'oubli et de négation de soi-même, mais un altruisme équilibré et compatible avec ce qu'on est. Les pervers sont des êtres éminemment égoïstes, égocentriques qui se nourrissent comme des sangsues de leurs victimes trop prêtes à donner, l'important n'est-il pas d'être vigilant et lucide sur les autres et d'identifier plus rapidement, à la lumière de l'expérience, ces gens dangereux. Je ne pense pas que la richesse intérieure soit un piège, finalement elle joue le rôle de contrepoison et de tuteur intérieur, sans lesquels on pourrait vraiment sombrer. Mais peut-être veux-tu parler de notre sensibilité et de la richesse de nos émotions.
Je pense que dans le processus, il faut déjà échapper à l'emprise des PN, puis se retrouver, se reconstruire n'étant que retourner aux sources de soi-même et rebâtir la confiance en soi que le PN aura largement démolie, la confiance en soi permettant de faire en un deuxième temps confiance à l'autrui et peut-être à l'altruisme sain. Déjà chez nos lointains ancêtres, il y avait une forme d'altruisme, les chercheurs ont prouvé qu'on ne laissait pas tomber les plus faibles ou les blessés.
Quant aux PN, ce sont effectivement des imposteurs qui ne sont jamais eux-mêmes puisque , au fond, ils restent figés dans leur système que quelqu'un qualifiait d'affectogramme plat ; en ce sens, ils sont pauvres et là on peut parler de pauvreté intérieure. S'ils sont biologiquement des hommes, du point de vue de leurs affects, ce sont des infirmes et handicapés, le plus souvent à vie. En ce sens, leur sort n'est guère enviable.


Marie+Elise le 06/10/2013
bravo pour vous être sortie des griffes du PN qu'était votre mari. Maintenant ne vous coupez pas de la richesse de donner et de recevoir. Vous avez acquis du discernement pour vous protéger de ces personnes et pouvoir alerter ceux qui risquent de tomber dans leurs griffes.l'altruisme est une richesse, reste à savoir à qui l'offrir. vous n'êtes responsable de rien, seuls les PN le sont. Ne vos coupez pas des échanges, donner et recevoir, ce sont les plus beaux. Bon courage pour votre nouvelle vie.


Chantalou le 07/10/2013
Pour Anonyme.
Bravo pour ta décision de partir et pour ta sérénité et ta lucidité par rapport à ce choix. Cependant, ne pense pas que tu ne pourras plus jamais faire confiance, c'est encore une manière de rester sous l'influence de ton pn. Si tu crois que tout le monde lui ressemble, tu le considères comme normal et toi comme marginale, alors que c'est tout le contraire! Il y a des gens bien, capables de donner de l'amour sans détruire leur partenaire et je te souhaite de tout coeur de rencontrer l'un d'entre eux. Mais c'est à ce moment que ton pn sortira ses griffes et sera le plus dangereux parce que c'est ce qu'ils supportent le moins : voir leur ancienne victime heureuse et épanouie avec un autre. Je ne sais pas quel âge ont tes enfants, mais n'oublie pas non plus que c'est par eux que ton ex essaiera de t'atteindre, et s'ils sont encore jeunes et influençables, ils peuvent retomber dans ses filets....et ça, crois moi, c'est dur à vivre.... Mais maintenant que tu es libre, respire un bon coup et ouvre ta fenêtre et ton coeur, profite des petits et grands plaisirs de la vie, l'amour et l'amitié en font partie...et surtout, parle, parle..ça fait du bien de dire enfin sa vérité, quand on a essayé si longtemps de faire bonne figure et de faire croire que tout allait bien.... Et en plus, parler de notre expèrience permet de faire connaître le pn, d'ouvrir les yeux aux autres sur leurs méthodes...et peut être ainsi d'éviter à d'autres d'en souffrir.... Bon courage à toi!


Anonyme le 12/10/2013
Bonjour,j'ai lu vos messages d'encouragements et ça m'a fait très plaisir,je prends bonne note de vos conseils par rapport a l'altruisme et vos conseils sont très JUSTES,MAIS MA LIBERTER est toute neuve et il me faudra du temps pour me reconstruire,je me sens a nouveau revivre et c'est MERVEILLEUX,je me dis que ça vaut vraiment la peine de se battre pour enfin penser a soi!je voudrais envoyer un rayon de soleil a toutes celles et ceux qui souffrent de violences psychologique et je tiens a vous dire que sans les pn la vie est belle.Respectueusement.Anonyme


Anonyme le 12/08/2014
Bonjour ,

j'ai vécu pendant 5 ans avec un homme qui, semble-t-il, est un pervers narcissique ou quelque chose d'approchant. Il est tellement difficile de
savoir. Aujourd'hui, si je témoigne c'est pour vous dire qu'effectivement, il suffit de partir. Je suis partie en 2005 mais il est resté dans ma vie jusqu'en 2010. Pendant 5 ans même si j'avais quitté le domicile et pris un appartement, il est resté dans ma vie. Le tout n'est pas de partir physiquement mais psychiquement. Pendant longtemps, j'avais peur et je nageais en eau trouble. Aujourd'hui, quand je regarde en arrière, je réalise que je ne sais pas exactement de quoi j'avais peur. Je crois que j'avais peur d'être accusé de tout et n'importe quoi sans savoir exactement de quoi ...justement. Aujourd'hui,j'ai coupé tout contacte il y a plus de 3 ans et même s'il continu à me contacter, je ne réponds pas et ...grand miracle pas de catastrophe en vue. Il avait fini par initier une peur en moi qui n'était pas réelle mais qui me paralysait alors que dans le fond il avait rien qui pouvait me nuire plus que ça. Rien de bien grave rien de plus. Ceci dit, ils tiennent beaucoup à leur image et j'ai joué sur les même éléments que lui. Un jour je lui ai dit que j'avais des preuves de ce qu'il m'avait fait subir et que s'il ne lâchait pas prise, ces preuves iraient chez ses parents, son patron, ses amis.... Il ne sait pas ce que j'ai ou n'ai pas mais dans le doute... Je ne serais jamais si cela m'a sauvé mais en tout cas, il reste à distance. C'est une collègue de travail qui un jour m'a dit mais fait des photos. J'y avait pas pensé. Même si les enregistrement audio ou les photos ne sont pas des preuves pour le juridique n'oubliez pas qu'ils tiennent à leur image de marque et que des preuves de leur méchanceté peuvent permettre de rétablir certaine vérité dans votre entourage. Certain dictaphone ce déclenche à la voix. Oui c'est pas honnête et oui c'est stratégique mais si d'avoir des preuves peut vous sauver, stockez les !!! Avoir des personnes qui vous croient et qui connaissent la vérité vous permettra de pas sombrer et de diminuer son influence.
Courage surtout gardez courage il ne sont pas tout puissant, ce sont des êtres humains, il commettent des erreurs.
lyra


Ecrire un commentaire


DERNIERS ARTICLES :
pers victimes de violences : le certificat médical
Personnes victimes de violences: Le certificat médical   "La Haute Autorité de Santé (HAS) a publié en octobre 2011 des recommandations de bonne pratique à l'attention de
violences psychologiques et droit
La violence psychologique au sein du couple article de Me Philippe Maurice  lire à ce lien http://www.droitissimo.com/blog-juridique-maurice-philippe/violence-psychologiq
conf janv 2015 : violences psychologiques ...
Conférence janvier 2015 : violences psychologiques et enfants ... http://www.lfsm.org/violences-psychologiques-enfants-exposes-entre-conjoints/  
secrets de famille/ émission zone interdite
Emission Zone interdite du 31 aout 2014 Révélation, mensonge, trahison : au cœur des secrets de famille   http://www.m6.fr/emission-zone_interdite/31-08-2014-revelation_m
impossible ?
...
forum